mercredi 23 novembre 2016

Les pédés sont-ils des cons ?


Personnellement, jusqu'à ces jours derniers, j'aurais, à la question de mon titre, répondu “non” sans barguigner ; d'abord parce que je le pense, et ensuite parce que je ne veux pas d'ennuis avec la bigoterie ambiante. Mais depuis la dernière campagne de prévention du sida, lancée par le ministère de la Santé – donc par nous, en quelque sorte, ou au moins en notre nom –, je me pose des questions, forcément. Il me souvient fort bien que, dès l'apparition de ce mal mystérieux dont on cache le nom, comme chantait l'autre, c'est-à-dire au début des années quatre-vingt, les homosexuels se sont retrouvés les premiers sur la ligne de départ. À ce titre peu enviable, voilà donc plus de trente ans qu'ils sont informés et surinformés, de manière fort précise, sur les risques qu'ils encourent et la façon simple de les contourner. La plupart des jeunes homosexuels d'aujourd'hui n'ont même jamais connu un monde sans sida, on pourrait presque dire qu'ils sont nés avec déjà un préservatif déroulé le long de leur problématique appendice. Néanmoins, pour Mme Touraine (Marisol En Si, pour les intimes), il est plus que jamais nécessaire d'informer ces braves déviants qu'il sévit en nos murs une maladie nommée sida et que, ô étrange découverte ! il existe un petit ustensile appelé préservatif qui, comme son nom l'indique, permet de s'en préserver ; ce que ces bas du front ignoraient bien évidemment, ou alors ils avaient oubliés (on connaît la puérile insouciance de ces gens-là, n'est-ce pas ?). 

En revanche, Mme Marisol En Si n'a pas jugé bon de rappeler aux hétérosexuels qu'ils étaient exposés aux mêmes dangers exactement : chez ceux-là, les retardataires devront tâcher de s'informer tout seuls. Il est vrai que couvrir tous les abribus de photos montrant des blondes alanguies ou des brunes volcaniques se faisant peloter les seins juste avant d'aller à la saillie, voilà qui aurait donné une image honteusement dégradée de la femme. Alors que la même chose avec deux barbus pâmés et multiraciaux, c'est vrai, c'est frais, c'est fun. Au point que l'on se demande bien quelle mouche a pu piquer le maire d'Aulnay-sur-Bois, pour qu'il aille s'indigner de si vivifiants tableautins. Et qu'on ne tente pas de me faire croire que sa colère aurait pu être motivée par le fait que les populations résolument bigarrées représentant une part grandissante de sa commune ont tendance, elles, à ne trouver ces pratiques ni très fraîches ni très fun, comme elles le prouvent sans la moindre ambiguïté dans tous les pays où elles ont les moyens de les réprimer ! Je ne mange pas de ce pain-là.

52 commentaires:

  1. Bien jouissif billet !
    Derrière l'humour que de vérités.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais autant qu'on ne parle pas de derrière quand j'aborde ce genre de sujets.

      Supprimer
  2. Oui, il y a là un mystère. A mon avis, le but de ces affiches est surtout de présenter comme tout à fait normal un comportement homosexuel. Ou alors c'est en peu plus pervers encore : simplement faire chier les "homophobes" qui n'aiment pas que leurs gosses voient des mecs s'embrasser en public. Parce que pour ce qui concerne la "prévention", hein, vous avez tout dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes entièrement d'accord. Si bien que, en réalité, il n'y a nul mystère : les idéologues abrutis se comportent comme on s'attend à ce qu'ils se comportent (pas sûr que ma construction soit correcte…).

      Supprimer
  3. Je like à fond ce billet.

    RépondreSupprimer
  4. Ne confondons pas pédés et militants gays. C’est la même différence qu’entre femmes et féministes. Si les premiers sont éternels, les seconds, purs produits de notre époque bigote, disparaitront avec elle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez parfaitement raison, sauf que je ne suis pas sûr qu'ils disparaissent. En tout cas, pas avant que les musulmans n'arrivent au pouvoir.

      Supprimer
    2. C’est bien ce que je voulais dire.
      Mais l’autre possibilité, c’est que les robots prennent le pouvoir. Si l’on considère que le militantisme petit bourgeois est un sous-produit de la civilisation des loisirs, le désœuvrement induit par la robotisation généralisée conduira alors, au contraire, à la multiplication des militant(e)s en tous genres. L’oisiveté est décidément la mère de tous les vices…
      Bref, on a le choix entre deux cauchemars.

      Supprimer
  5. De plus , ajouterais je, tous les gays ne sont pas tous des gravures de mode aux muscles saillants.
    Ce qui discrimination envers les gros, les gras, les maigres, les petits et autres mâles n'ayant pas un physique de mannequin.
    Et puis, c'est faire croire que les gays sont tous des bêêêtes de sexe ne pensant qu'à copuler en chantant:" Tripote moi la bite avec les doigts".
    Je sors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne remarque ! Qui rejoint celle que les féministes font à propos de la "représentation" des femmes dans la publicité. Et imaginez le tollé si l'on représentait des hommes normaux (je voulais dire : hétérosexuels) tous beaux, jeunes, musclés, etc. On se ferait aussitôt accuser de "promouvoir" une image idéalisée du mâle blanc, hétérosexuel, etc. Bref : de faire le jeu du Front national, puisque, in fine, tout se ramène à ça.

      Supprimer
  6. Une chose est sûre, les homosexuels mâles multiraciaux sont les chouchous du régime, rien n'est trop beau, ni trop dispendieux quand il est question d'eux ! Et ceux à qui ça ne plaît pas n'ont qu'à se taire, ou ils seront trainés devant les tribunaux. Il sera d'ailleurs intéressant de savoir la suite que les juges donneront à la plainte annoncée par MST à cor et à cri !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La suite n'est pas très difficile à deviner, les juges étant (et ayant toujours été : lire le journal de Maurice Garçon) des carpettes au service de la force dominante du moment.

      Supprimer
    2. Eh bien justement, ce sera tout de même intéressant parce qu'il m'apparaît que "Laforce dominante du moment" a du plomb dans l'aile !

      Supprimer
  7. je vous prie de bien vouloir me faire confiance: la prévention contre le Sida est malheureusement à marteler. Si vous saviez le nombre d'homos et d'hétéros (hommes mariés y compris ) de tous ages qui forniquent sans préservatifs, vous seriez édifié.
    Il y a même une " mode " très en vogue que l'on appelle le " bareback " (les adeptes de la baise sans préservatif ). Par ailleurs, les progrès des tri-thérapies on fait croire à trop de gens ( de tous âges ), à tort, que le sida était quasi soignable ou à défaut qu on pouvait vivre avec tranquille. Alors si, la prévention, à donf ! mais pas comme de cette manière, pas à la sauce Marisol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens ! Je suis presque d'accord avec Corto. C'est un signe de dégénérescence du taulier.

      Supprimer
    2. Le maire ne s'est pas indigné d'un truc mais l'a interdit en s'opposant à une décision de l'Etat, certes peu populaire mais dont les dirigeants sont démocratiquement élus.

      Il peut donc aller se faire enculer.

      Supprimer
    3. Votre commentaire appelle une réponse un peu circonstanciée. Que la prévention contre le sida soit à "marteler", c'est possible, c'est même probable. Maintenant, est-il nécessaire, utile, de la marteler ? Je crois que non. Je pense que tout le monde sait parfaitement ce qu'est le sida (dans ses effets et ses conséquences), mais que, à partir de là, on touche à certaines particularités de l'homme (je veux dire : de l'être humain), et notamment à cette excitation qu'il a toujours éprouvée, en flirtant avec la mort ; en frôlant les précipices ; en bravant les interdits. Je comprends assez bien, je crois, les adeptes de ce que vous appelez le bareback, même s'il ne me viendrait pas à l'idée de les imiter : ils n'ont pas envie de passer leur vie à trembler de peur. Ils ont la tentation de dire "merde" aux saloperies de la vie, ce qui n'est pas très éloigné du Viva la muerte espagnol.Ils se sentent vivre davantage, plus intensément, en côtoyant ces précipices. D'une certaine manière, ils entendent rester des hommes (au sens ancien du terme), c'est-à-dire des individus qui veulent continuer à rire à la gueule noire du Colt 45 pointé sur eux. Je les comprends.

      Et je vais vous dire : si j'avais 25 ou 30 ans, je crois bien que je ferais comme eux, que j'adopterais pour règle de vie : Baisons tranquille en attendant la mort.

      Supprimer
    4. Nicolas :

      1) Non, c'est juste un signe de plus que vous êtes en train de passer à droite, ce dont tout le monde s'est aperçu depuis belle lurette.

      2) Je vous rappelle que le maire d'Aulnay est très démocratiquement élu, contrairement à la demi-folle Touraine qui a été nommée.

      Supprimer
    5. @ corto et @ Jégou

      Deux personnes qui gèrent leurs blogs en censurant tous les commentaires qui ne les approuvent pas ont forcément beaucoup de points communs.

      Supprimer
    6. 1) ah merde !
      2) oui, dans le cadre d'institutions, de mois et d'une Constitution.

      Supprimer
    7. Une campagne consensuelle aurait ratissé plus large : des pédés bien sûr, mais en passant par les immigrés subsahariens et les hétéros qui ne sont pas naturellement immunisés parce qu'hétéros et les héroïnomanes (les quatre "h"). Il y en a eu dans le passé.
      Finalement c'est une campagne stigmatisante.

      Supprimer
    8. @Didier Goux: qu un gars de mon age adopte la philosophie: allons y folleville et " fuck " à la mort, why not. Que des jeunes s'y prêtent, non. Ou alors qu'ils s'y adonnent après avoir eu et vu de près un de leurs potes crever à petit feu après avoir jouer avec le même fléau

      Supprimer
    9. Si vous saviez le nombre de [...] qui forniquent sans préservatifs
      Sous-entendu, c'est hyper-méga-dangereux, il y en a même un plus loin qui parle de Colt 45...
      C'est un peu comparable à la population des automobilistes dépassant parfois 130 km/h...
      Donc comparons les hécatombes.
      Il y aurait beaucoup à dire, mais à quoi bon ?

      Supprimer
    10. Corto, je crois que vous vous trompez : ce sont toujours les jeunes que la mort fascine et attire, pas les vieux.

      Supprimer
  8. L'homophilie est aussi absurde que l'homophobie, et ces affiches peuvent choquer beaucoup de gens, la majorité des Français n'étant pas homosexuels.
    Et il faut pourtant continuer à mener des campagnes de prévention visant les homosexuels, qui se relâchent toujours dans les efforts de prévention entre deux campagnes, même s'ils sont informés : c'est exactement comme les campagnes contre le tabagisme, c'est un combat qui ne sera jamais terminé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme d'habitude (je veux dire : comme à votre habitude), vous mélangez tout et n'importe quoi, de façon à ce qu'il devienne impossible de vous répondre.

      Supprimer
    2. Comment peut-on mélanger tout et n'importe quoi, le n'importe quoi étant forcément contenu dans le tout - qui, sinon, n'en serait pas un?
      (celle-là aussi, elle est dure à contrer !)

      Supprimer
    3. Qu'y aurait-il à répondre quand l'Oracle a parlé ?

      Supprimer
    4. Je pense au contraire que ce sont les hétéros qu'il faut plutôt considérer comme une population à risque. En effet, les homos étant bien informés de ce problème depuis les années 80, ils choisissent en toute liberté d'adopter un comportement dangereux et beaucoup d'entre eux disparaissent à la fleur de l'âge.
      Par contre les hétéros, surtout les moins cultivés (ceux qui lisent le moins) passent complètement sous les radars...

      Supprimer
    5. Je ne sais pas si les hétéros ont autant de comportements sexuels à risques (en clair : sans préservatifs avec des inconnus) que les homos : mais ces derniers ont des rapports sexuels avec des partenaires inconnus beaucoup plus fréquents ( à l'exception d'une catégorie d'hétérosexuelles : les prostituées); et, de ce fait, ils constituent un facteur de propagation des MST (SIDA inclus) ben plus important.

      Supprimer
    6. Elie Arié ou le je-ne-sais-quoi de presque-rien mais je-dirais-tout(longuement).
      C.Monge

      Supprimer
  9. Ce que je retiens de votre réponse à Corto, c'est qu'il n'y a pas grande différence entre celui qui a un comportement sexuel à risque et celui qui fait des courses en montagne ou celui qui fait le Vendée globe. Tous veulent se sentir vivre à fond avant de mourir.

    RépondreSupprimer
  10. Vous n'aurez jamais la chance de connaître le plaisir que l'on a à lire vos billets.
    On ne peut pas être juge et parti pas vrai ?😏

    Pour le reste, on peut faire une campagne de prévention, sans pour autant faire étalage. je trouve les publicitaires un tantinet racoleurs et ça ne date pas d'aujourd'hui.

    Ceci étant, il y a vraiment un gros problème en matière de santé publique. Cette volonté d'ignorer la maladie et de la propager, sous prétexte de vivre à peu près normalement sous tri thérapie est à peine croyable.

    Hélène dici



    RépondreSupprimer
  11. J'aime bien cette campagne. Elle est utile eu égard les statistiques des contaminations actuelles et elle cible les catégories les plus à risque. Qu'elle vous fasse chier ne peut que m'apporter un plaisir supplémentaire si vous voyez ce que je veux dire par là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, pour vous, est qu'elle ne me gêne nullement, cette campagne stupide et probablement inutile. Elle m'amuserait plutôt, par tout ce qu'elle laisse voir, chez les bobos progressistes dans votre genre.

      Supprimer
    2. Voila un lien. Attention, c'est chez le camarade Ramirez.

      Supprimer
    3. Il est bon de lire cet article du camarade Ramirez, ainsi que certains commentaires de celui de Jack Dion, pour leurs variations sur le thème : Ah ! je ris de me voir si progressiste en ce miroir…

      Supprimer
    4. J'ai suivi ce lien aussi, et j'ai lu que les homosexuels sont "les premières victimes" du sida. C'est donc reconnaître qu'ils sont aussi les premiers vecteurs de cette maladie. Cette campagne est donc bien homophobe et par-dessus le marché, montre à quel point les progressistes-boboïdes sont stupides, s'il avait été nécessaire de devoir le démontrer.

      Supprimer
  12. Pourquoi râler, alors, si rien ne vous dérange? J'assume pleinement cette boboserie progressiste. Je ne me sentais pas bobo, mais puisque vous le dites.. Que voulez-vous que je vous montre d'autre? J'aimerais quand même vous choquer de temps en temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que me choquer soit dans vos moyens…

      Supprimer
  13. Et bien voilà, je suis d'accord avec vous, Didier :

    " elle ne me gêne nullement, cette campagne stupide et probablement inutile."

    Elle ne me gêne pas non plus, on en a vu d'autres à notre âge. Mais je la trouve passablement laide, et mal faite.

    Et puis ça chiffonne quand même un peu qu'on puisse écrire " un coup d'un soir" ou "avec un inconnu" ...comme cette publicité pour un dentifrice dans laquelle on explique aux enfants qu'ils peuvent manger tout plein de sucreries à condition d'utiliser cette marque.

    Je n'aime pas cette époque qui admet tous les excès sans sourciller, du moment qu'on achète tel ou tel produit pour se protéger. Je trouve cela malsain.
    Cette campagne ne servira à rien. Elle fait juste la part belle aux laboratoires.

    En revanche, fumer reste toujours un crime, un arrêt de mort, et on n'oublie pas de nous le rappeler sans cesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette campagne ne servira à rien ? Ah ! si Ariane ! Cette campagne servira une grande cause : elle permettra à nos amis prograisseux de montrer au peuple attardé combien ils sont prograissants, modernes, ouverts, intelligents, généreux, bienfaisants, cultivés, pas comme ces cathos réactionnaires, passéistes, homophobes, moisis, nauséabonds, qui nous rappellent les heures, font le jeu du Front National, et tout et tout…
      C’est très bien expliqué dans l’article mentionné ci-dessus par Nicolas, et dans certains commentaires à celui de Jack Dion dans Marianne.

      Supprimer
    2. @Alain

      Certes.

      " Il s’agit d’un message conçu par les adeptes du gauchisme libertaire en vogue chez les bobos urbains. Ces esprits dits émancipés, qui voient le monde à leur image, ont réalisé une véritable OPA sur les milieux du journalisme et de la communication (au point de confondre les deux). Ils considèrent tous ceux qui ne sont pas acquis à leurs préceptes en matière de moeurs comme une peuplade en voie de disparition composée de cerveaux archaïques, de ringards et de beaufs qu’il faut redresser à coups de schlague intellectuelle."


      Mais c'est bien là le problème, cette dictature des beaux esprits : il nous faudrait un Molière pour la dénoncer, nous affranchir de ces Trissotin incultes et prétentieux.

      J'ajouterai toutefois que vivant à Rennes près d'un grand lycée, je peux vous assurer que ces affiches tombent dans l'indifférence la plus totale, les jeunes ayant d'autres pensées en tête...

      On en revient donc à l'inutilité de la chose.

      Supprimer
    3. @ Ariane Grammaticopoulos

      «Les malades, fatigués de faire dépendre de leur sagesse la rareté de leurs accès, aiment se laisser aller à croire qu'ils pourront faire impunément tout ce qui leur plaît et leur fait mal d'habitude, à condition de se remettre entre les mains d'un être puissant qui, sans qu'ils aient aucune peine à prendre, d'un mot ou d'une pilule les remettra sur pied. »

      (Marcel Proust - Du côté de chez Swann - Un amour de Swann).

      Supprimer
    4. En effet chère Ariane. J’ai pu moi aussi constater l’indifférence quasi-totale des adolescents à ce genre de liturgie malgré les efforts considérables des prêtres enseignants. On peut y voir une sorte d’immunité naturelle, somme toute rassurante, à la moraline ambiante. Mais c’est ça qui est étrange chez nos amis progresseux : soit ils ne voient pas que leurs édifiants messages, au fond, tout le monde s’en fout et ils sont vraiment très cons, soit, le plus souvent, ils le voient et ça les encourage alors à en remettre une couche, puis une autre, et ceci indéfiniment. L’hystérie prograisseuse s’alimente à l’indifférence et à la résistance des peuples. On en a eu deux belles preuves récemment avec les réactions au Brexit et à l’élection de Trump. Peu importe que le bilan de ces campagnes, en terme d’efficacité, soit nul, voire négatif. Ce qui compte, c’est le processus (ré)éducatif qui place, ou est censé placer entre les mains de Modernœud un pouvoir infini sur les âmes. Et dans le cas présent encore mieux que sur les âmes : jusqu’au fond du slip.

      Supprimer
    5. @Elie Arié

      " Ah! non, non, pas ma sonate! cria Mme Verdurin, je n'ai pas envie à force de pleurer de me fiche un rhume de cerveau avec névralgies faciales !" ;)

      Supprimer
    6. @Alain.

      Oui, je pense que ces gens vivent dans leur bulle, et sont complètement à côté de la plaque (un peu vulgairement dit, mais je ne vois pas mieux en l'occurrence)

      Je crois, oui, à l'immunité des jeunes.
      Est-ce un mieux, est-ce dommage, je ne sais...Je ne peux absolument pas me mettre à la place d'un jeune d'aujourdhui, et finalement j'en suis fort aise.
      Pour rien au monde, je ne voudrais d'un tel avenir.

      Mais bon...nos parents ne disaient-ils pas la même chose avant ?

      Supprimer
  14. "Aulnay-sur-Bois" ? L'inversion aurait-elle gagné, sans qu'on le sache, cette paisible bourgade ?

    Ursule

    RépondreSupprimer
  15. Excellente analyse. J'en retire donc la conclusion suivante : comment se fesse que nos connards de service à SOS Racisme & Co n'aient pas porté plainte contre Marisol l'Hyperthyroïdienne alias Globuleuse Ière pour ségrégationnisme et insulte envers les bronzés de naissance ? A eux et à eux seuls il convient de rafraîchir la mémoire puisqu'ils sont équipés d'une mémoire de poisson rouge ? Les pasbronzés seraient-ils exempts de ce handicap congénital et donc dispensés de ce rappel à l'ordre ?

    RépondreSupprimer
  16. Sur l'affiche du couple multiracial le dominant est le "divers" comme d'habitude

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.