dimanche 27 novembre 2016

Les cocus de babord


Depuis lundi matin, tout comme vous, je lis avec un intérêt teinté d'amusement les blogs des grands stratèges de la gauche, qui échafaudent de fort subtiles constructions, à propos du vote de ce jour, et appellent à y participer massivement. En gros, il me semble qu'ils se partagent en deux groupes d'importance à peu près égale : les optimistes d'un côté, les pessimistes (ou réalistes…) de l'autre. Chez les premiers, on appelle tous les progressistes à voter en faveur de François Fillon, au prétexte que, héraut de la droite, il serait un adversaire plus facile pour François Hollande – lequel n'est même pas encore candidat à sa propre primaire, mais passons. Chez les seconds, partant de la constatation que le futur champion socialiste a autant de chances de se retrouver au second tour que moi de chanter les bienfaits du vivre-ensemble, on préconise de voter pour Alain Juppé, arguant du fait qu'il ne fera guère plus, une fois à l'Élysée, que récupérer la très-fameuse boîte à outils de l'actuel président, pour en faire un usage tout aussi infinitésimal. Ces deux groupes étant apparemment à peu près égaux en nombre, il va résulter de ce “noyautage” satanique des primaires nauséabondes qu'ils n'en feront pas bouger le résultat d'un iota, mais que, en revanche, ils auront bien contribué à remplir la caisse du futur candidat de la droite, qui pourra ainsi, grâce à leurs piécettes accumulées, organiser tout un tas de petits meeting rigolos, avec drapeaux tricolores et musique de merde. Le moindre des savoir-vivre, je pense, serait d'aller à notre tour voter en lourdes cohortes à leur primaire à eux autres, afin de tirer leur porte-étendard d'une gêne financière qui, au bout du compte, serait embarrassante pour tout le monde.

20 commentaires:

  1. Deux groupes parjures, faut-le souligner...

    RépondreSupprimer
  2. Si vous voulez passer un bon dimanche, essayez donc, de reconnaître dans les files d'attentes aux bureaux de vote, les parjures de gauche qui s'y cachent. c'est assez rigolo comme jeu, vous m'en direz des nouvelles ! On peux même jouer en famille…

    RépondreSupprimer
  3. Au risque de me ridiculiser (mais quelle importance ?) une victoire de Juppé ne me surprendrait pas dans ce vote pas comme les autres (posté ce dimanche, à 14 h. 43)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bon, ça va ( 20 h. 45 )

      Supprimer
  4. N'ayant jamais assisté à un meeting politique, j'aimerais savoir quelle musique de merde on y écoute. Y a-t-il une différence entre la musique de merde de droite et la musique de merde de gauche ?

    RépondreSupprimer
  5. Chose curieuse qui ne se vérifie pas dans mon bureau de vote, la participation semble très importante à cette heure. L'électeur socialiste nous refait-il le coup de 2002 avec une pince à linge sur le nez ?
    Pour ce qui est de voter aux primaires socialistes, même pour rigoler un peu, ce sera sans moi.

    RépondreSupprimer
  6. Oui ! Allez voter massivement à notre primaire. Il faut des électeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu' aux primaires socialistes, il y aura plus de candidats que d'électeurs.

      Supprimer
    2. Pas question : qu'il se débrouillent entre eux sans que nous allions semer le trouble. Chacun sa merde. Pis l'idée d'm'r'trouver dans une file d'attente avec des progressistes optimistes me déprime.

      Supprimer
    3. comme dirait ce cher Pierre B, si un islamo décidait d'aller faire sa petite affaire en plein milieu d'un bureau de vote d'une primaire PS, c'est pas moi qui irait chialer

      Supprimer
  7. Pour ma part, je fuis ces blogs, tout comme je fuis leurs gazettes.
    la vie est trop courte, et j'ai encore beaucoup à faire.
    Je serais bien niaise de leur donner de mon temps pour essayer de comprendre leurs cuisine infecte.

    Quant à aller voter pour des primaires de gauche, et ainsi voir leurs mines en grand nombre dans un petit bureau où on se bouscule comme c'était le cas ce matin à Rennes, merci bien.
    Et quel mal fou pour trouver une piécette, moi qui n'ai jamais de monnaie !

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien, non, non et non ! Quel que soit le plaisir que j'aurais à voir "l'amer de Bordeaux" écrabouillé ce soir - d'autant plus que... mais laissons cela - je ne suis pas d'accord avec ce suffrage censitaire qui nous est imposé, en dehors de tout code électoral, par des partis politiques qui, comme par hasard, sont TOUS plus ou moins à la ramasse !

    RépondreSupprimer
  9. Ne vous fâchez pas, les gens : moi non plus je n'ai pas l'intention d'y aller, à leur mini-barnum ! D'ailleurs, même pour les gens de gauche, quel est l'intérêt d'aller payer deux euros pour choisir un perdant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé ho ! C'est un euro chez nous. Voter à droite coûte plus cher.

      Supprimer
    2. Que la discussion s'enlise sur des "p'tites bites" a quelque chose, ne vous en déplaise, de particulièrement déprimant !

      Supprimer
    3. @NicolasJégou Certes mais généralement c'est la droite qui gagne les élections et la gauche qui chiale (Mitterrand n'était que l'exception qui confirme la règle) Heureusement les nombreuses erreurs ou omissions que commettent les différents partis de droite depuis des années permettent a la gauche de gagner de temps en temps et de conserver ses chances lors de chaque scrutin

      Supprimer
  10. Magnifique cerf,maintenant attendons le nom du looser de gauche, 1€!
    Même dans cet exercice, les socialistes la jouent petits bras ou alors attirer le chaland.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ils se choisissaient un vrai gauchiste a la sanders ou corbyn, la campagne serait a coup sur animée

      Supprimer
  11. Pour votre photographie d'illustration, une "Longhorn" texane aurait été parfaite.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.