dimanche 7 mai 2017

Emmanuel de désertion


La plupart des bureaux de vote viennent de fermer ; je suppose que M. Macron, ce parfait syndic de faillite, doit être d'ores et déjà le prochain président de la République. Au fond, c'est tant mieux : lorsqu'il n'y a plus aucun remède, autant en finir le plus vite possible, dans l'intérêt même du malade entré en agonie. Pour les civilisations non plus, je ne suis pas favorable à l'acharnement thérapeutique. Le temps est venu d'entrer en désertion.

8 commentaires:

  1. Ou alors, nous avons le devoir de nous sauver de nous-mêmes...

    RépondreSupprimer
  2. Le ton de son premier discours était précisément celui d'un président se sentant déjà en voie de désertion.

    RépondreSupprimer
  3. Pour la désertion vous n'avez pas besoin de manuel.

    RépondreSupprimer
  4. "Les civilisations changent tout le temps, c'est même à ça qu'on les reconnaît" Paul Audiard ou Michel Valéry, je ne sais plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous qui etes médecin vous devriez dire a vos patients "vous n'allez pas mourir mais votre corps va juste changer évoluer vos atomes vont juste se décomposer pour se recomposer ailleurs donc no soucy

      Supprimer
  5. Les Français ont choisi leur gendre idéal.

    RépondreSupprimer
  6. Et le peuple est trop las, ou trop vieux, ou trop désabusé pour faire la révolution...
    Tant pis pour lui, il fera avec ce qu'il a choisi.

    RépondreSupprimer
  7. Il faut rendre justice à Toutfriquet : celle d'une certaine honnêteté . Il a en effet déclaré le 27 avril sur TF1 que: "il ne défendrait pas les intérêts des français à Berlin. Non."

    Au moins, cela est clair : « Deutschland, Deutschland über alles »

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.