lundi 8 mai 2017

8 mai, journée superfétatoire


Il m'a semblé, tout au long de ce jour d'après, que commémorer en grande pompe la victoire de nos grands-parents sur le nazisme était cette année tout à fait superflu, et même un brin dérisoire, dans la mesure où, pas plus tard qu'hier, nous avons glorieusement écrasé le fascisme dans les urnes, sans même le secours des Américains ni des Russes, simplement sous le poids de nos cœurs pleins d'amour, de tolérance et d'arrières-pensées. 

(Plat du jour : l'écrasée de fascisme et sa farandole de petits bulletins macronbiotiques à peine saisis.)

19 commentaires:

  1. D'ailleurs désormais nous fêterons le 8 mai deux victoires : celle contre le nazisme et celle de Macron contre le lepenisme.
    Pour que nos enfants se souviennent des heures noires que nous avons vécu durant cette campagne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À mon avis, par ses enjeux et son brio, la seconde éclipse largement la première…

      Supprimer
  2. L'écrasée de fascisme et sa farandole de petits bulletins macronbiotiques à peine saisis, servis sur un lit de pleurotes.

    RépondreSupprimer
  3. Maintenant que vous êtes à la retraite, les jours fériés ne vous intéressent plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et, pendant des années, ils ne m'ont pas intéressé non plus car, à FD, on travaillait les jours fériés, s'ils survenaient les jours de bouclage. La seule différence est qu'on était payé double et que notre révéré patron nous offrait le restaurant (c'était l'époque où la presse avait de l'argent).

      Supprimer
    2. Plus de resto les jours fériés ? A quoi servent nos impôts, alors ?

      Supprimer
  4. Oui, bon il s'est un peu écrasé tout seul cet ersatz de fascisme-là. Tué par la vulgarité de sa prêtresse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on ne peut même plus faire confiance aux fascistes, on est foutu.

      Supprimer
  5. Ouh là ! Quand j’ai vu la photo je me suis dit : ça y est, il va encore nous rappeler lézeurléplusombres… Vous nous faites de ces peurs, des fois…

    RépondreSupprimer
  6. Je ne suis pas un spécialiste, mais votre illustration fasciste ne montrerait-elle pas plutôt des nazis ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, mais c'était volontaire, puisqu'il est question de nazis dans le texte.

      Supprimer
    2. C'est devenu tellement banal maintenant, que je n'avais même pas remarqué que leur nom fut évoqué par vos soins dés la première ligne.

      Supprimer
    3. Je crois qu'en fait cette illustration est antérieure aux succès du nazisme : pour commencer on n'y voit aucune croix gammée malgré la pléthore de drapeaux (avec même, semble-t-il, aux mâts lointains l'emblème impérial noir-blanc-rouge). Je pense qu´il s'agit plutôt d'une manifestation de masse d'anciens combattants de la 1ère guerre mondiale. Le casque surdimmensioné est celui de la fin de la 1GM, pas celui de la 2de. Ce genre de rassemblement était frequent sous le régime de Weimar.
      Comme en France à la même époque les associations d'anciens combattants étaient alors très puissantes.

      Supprimer
  7. Parfaitement écrit.

    RépondreSupprimer
  8. Mais enfin, qu'est-ce que vous avez contre les nazis ? Un peu d'esprit de tolérance vous ferait du bien.

    RépondreSupprimer
  9. Où l'on pourrait plagier ce que Malraux déclara, à propos du pseudo "nihiliste" de certains 68-tards :

    "L'anti-fascisme est inséparable du sang, parce que c'est le sang qui le délivre de la comédie".

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.