lundi 1 mai 2017

Mélenchon et Dupont sont dans une galère…

Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan sont des idiots ou des naïfs. L'un et l'autre ont pris pour argent comptant ce qu'on leur avait enseigné dans leur jeune âge, à savoir que, lors d'une élection, l'entre-deux tours sert, notamment pour les candidats malheureux du premier, à clarifier ses positions par rapport aux candidats demeurés en lice. Ils ont pensé (faut-il être resté gamin, tout de même !) qu'ils avaient le choix entre trois possibilités : soit appeler leurs électeurs à voter pour le candidat A, soit faire la même chose pour le candidat B, soit encore les laisser officiellement libres de leur choix – ce qu'ils sont de toute manière.

Jean-Luc a opté pour la troisième solution, ce qui a immédiatement fait de lui un salaud, un traître à la cause, un suppôt du nazisme, un pétainiste rampant, et j'en passe. À quelque temps de là, Nicolas a déclaré sa flamme à Marine, en révélant sans détour ce qu'il avait trouvé dans la corbeille de leur futur et encore hypothétique mariage : il est illico devenu une infâme dégobillure nazie, cent fois pis que Jean-Luc, lequel ne doit d'ailleurs pas être fâché qu'on lui lâche un peu les richelieus en s'intéressant à quelqu'un d'autre. 

Il ressort de ces deux palinodies que la nouvelle règle électorale est la suivante : entre les deux tours de l'élection présidentielle, les ralliements sont désormais obligatoires mais ne peuvent aller qu'à Emmanuel. Sinon, le rouleau compresseur progressiste vous transformera en crêpe immangeable. Et le premier qui parle de liberté de choix, ou autres vieilleries du même tonneau, se verra illico retirer six points sur son permis antifasciste, avec obligation de stage dans une officine estampillée pour les récupérer.

19 commentaires:

  1. Il ressort aussi de toutes ces palinodies que la nouvelle règle électorale veut que Didier sorte enfin de son quant à soi, pour nous dire..., mais pour nous dire quoi, au fait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour dire que si le ridicule n'a pas tué les "prédicateurs", vendeurs de croix et d'ail contre les vampires,
      Il les a salement rapetissé.
      Hélène dici

      Supprimer
  2. Il y a le bon et le mauvais totalitarisme : le mauvais, qui a pour caractéristique d'être largement fantasmé, est de droite. Le bon, comme toute bonne chose est de gauche et bien réel, lui. Il est toujours amusant de voir ces "démocrates" défiler voire s'insurger contre des résultats d'élection ou juger intolérable voire criminelle toute opinion ou prise de position contraire à ses folies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est exactement ça!
      Le BON totalitarisme de gauche.
      Si vous lisez l'anglais voici un dialogue édifiant entre un "bon" scientifique (John Lankford) et un commentateur récalcitrant (Radford Neal) ça amène jl à développer plus complètement les justifications de la bonne censure des "fake news" en dépit de l'excellente argumentation de Neal:
      Fact over Fiction

      Supprimer
  3. Ça me rappelle que j'ai oublié d'aller manifester contre le fascisme. C'est malin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On vous a reconnu parmi les manifestants masqués.

      Supprimer
    2. Vous aurez sans doute d'autres occasions dans les jours qui viennent..

      Supprimer
  4. Difficile à comprendre, ce billet, et ce parallèle Mélenchon/Dupont-Aignan ...Ce qu'on reproche à Mélenchon (moi, en tous cas), c'est de ne pas dire pour qui il votera personnellement (contrairement à Fillon), ce qui est surprenant pour un leader politique, et d'avoir attendu cinq jours pour dire qu'il ne fallait en aucun cas voter MLP.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. reprocher à quelqu'un de ne pas dévoiler l'objet de son vote... Et puis quoi encore ? En France, le vote est secret.

      Et au sujet de l'hystérie collective actuelle : je pense qu'il serait plus simple de ne mettre qu'une pile de bulletins de vote dans le bureaux, tous au nom de Macron, ce serait plus simple et moins hypocrite, puisque de toutes façons ceux qui pensent différemment sont des fascistes et qu'ils n'ont donc pas à participer à notre belle démocratie que le monde nous envie.

      Supprimer
    2. "reprocher à quelqu'un de ne pas dévoiler l'objet de son vote... Et puis quoi encore ? En France, le vote est secret. "

      Le vote est secret pour un leader politique, un candidat à la présidence ?????? Et pourquoi pas ses opinions politiques aussi ?

      Supprimer
    3. Fillon est un lache et un abruti Hier il se disait victime d'un complot du système et appelait a la résistance (et donc a voter pour lui) Aujourd'hui une fois battu il appelle a voter POUR LE CANDIDAT DU SYSTEME en place Gné ?! Le syndrome de stockolm sans doute Je serais un électeur-sympathisant LR j'aurais du mal a trouver le sommeil

      Supprimer
  5. Positionnement de Mélenchon incompréhensible et irresponsable dont se nourrit le FN mais c'est sans doute pour lui rafraichir la mémoire sur son histoire dont un certain pacte aurait soudé une amitié ancienne? dépassée? Aux électeurs avertis de le dire, je suppose aussi. Beurk.

    RépondreSupprimer
  6. On constate encore une fois que la France n'arrive pas à dépasser ses névroses et semble vouloir se rejouer en boucle les litanies du passé. En refusant de voir que Marine présente une nouvelle offre objectivement positive, elle permet à Macron de s'immiscer sans risque avec son programme mondialiste destructeur, bien plus dangereux et destructeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais faut dire aussi que "la soupe mondialiste" a encore bon gout pour une majorité de francais (voire meme aussi pour la majorité de chomeurs et autres assistés probablement ravis de l'etre quoi qu'ils en disent)donc Le Pen ne sera normalement pas élue Présidente

      Supprimer
  7. Tu prends position, tu prends pas position, t'es un salopard quand même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les non progressistes-mondialistes ont toujours tort sont toujours perdant

      Supprimer
    2. Les braves couillons de francais (pardon pour les autres ne vous sentez pas visés dans ce cas) ne voteront pas le pen par "peur de la guerre civile" Parce qu'avec Macron, tout sera différent pensent ils Entre l'immigration qui continuera d'augmenter et le dialogue de sourds promis "avec les extrèmes" (Mélenchonistes, nostalgique du PS d'avant et frontistes et cie) la paix sociale est garantie, c'est sur

      Supprimer
  8. J'ai pas compris. Les électeurs sont trop cons pour savoir pour qui voter? Il faut que le chef leur dise quoi faire, sinon ils sont perdus?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en tout cas l'illusion qu'ont certains dirigeants politiques.

      Bertrand

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.