dimanche 10 décembre 2017

Greguerías del domingo


– Lorsque la femme commande une salade de fruits pour deux, elle parachève le péché originel.

– Dans les laboratoires, on entend murmurer les cobayes : « Ce n'est pas avec des ours blancs qu'ils oseraient faire des choses pareilles. »

– Lorsqu'on a affaire à un être particulièrement mauvais, on n'arrive pas à croire qu'il soit issu de la Sainte Famille qui prit place dans l'Arche ; on se dit que quelqu'un a dû s'embarquer comme passager clandestin.

– On ne saura jamais si la crête du coq se veut couronne ou bonnet phrygien.

– Deux œufs au plat dans une assiette ont l'air de frères jumeaux alors qu'ils ne sont même pas cousins au troisième degré.

– La poule est la seule cuisinière capable, avec un peu de maïs sans œuf, de faire un œuf sans maïs.

– Lorsqu'on renverse de la bière sur soi, on a l'impression d'avoir tenu le benjamin de la maison dans ses bras.

– La lune est un petit miroir impertinent avec lequel la voisine facétieuse renvoie le soleil dans les yeux de son voisin accoudé au balcon.

– Le glaçon tinte dans le verre comme un grelot de cristal au cou du whisky.

– Les chiens nous tirent la langue comme s'ils nous prenaient pour des médecins.

– Le poulet est rôti à point lorsqu'il a pris une couleur de violon.

– Il devrait exister des jumelles olfactives pour percevoir le parfum des jardins lointains.

25 commentaires:

  1. Et que pensez-vous de : "Langue de chien, langue de médecin." ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou bien : Noël au balcon, Pâques en avril ?

      Supprimer
    2. Les Belges sont les plus avisés:
      "Brouillard en Novembre, Nöel en Décembre."

      P.S. Et méfiez vous d'aller danser n'importe où à Nöel...

      Supprimer
  2. Amusant, mais ça ne vaut pas les aphorismes du vieux réac.

    RépondreSupprimer
  3. - Dans les laboratoires, on entend murmurer les cobayes : « Ce n'est pas avec des ours blancs qu'ils oseraient faire des choses pareilles. »

    – Derrière leur écran, on entend murmurer les lecteurs : « Rendez-nous Nicolás Gómez Dávila ! »

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites donc, rien ne vous empêche d'acheter ses livres !

      Supprimer
  4. Oula, oula ! Comme dirait jazzman, je sens qu'une blogwar se prépare !

    RépondreSupprimer
  5. Etonnantes ces gregerias, tantôt prosaïques, voire plates et tantôt poétiquea...
    - "Il devrait exister des jumelles olfactives pour percevoir le parfum des jardins lointains."
    - "Les chiens nous tirent la langue comme s'ils nous prenaient pour des médecins."
    Mais au final, je partage l'avis de Marco Polo, le "vieux réac" c'était du lourd !

    RépondreSupprimer
  6. Je les possède déjà, enfin disons qu'ils me possèdent depuis des années, bien rangés dans ma bibliothèque à côté de " Mes Inscriptions " de Louis Scutenaire : "Vieillir c'est voir de plus en plus le monde comme extérieur à soi".

    RépondreSupprimer
  7. Ouaip. Je rejoins l'avis général : on pouvait ne pas être d'accord avec Davila, ça vous avait tout de même une autre gueule...
    P.S. A propos, comment faites-vous pour mettre un accent sur le premier a de Davila ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour Davila, j'étais sur Mac. Pour votre nouveau favori, je me contente d'un PC.

      Supprimer
    2. L'avis n'est pas si général que cela, Francis ; je les trouve drôlement divertissantes, des greguerías del domigo.

      Supprimer
    3. Vous faites alt+0225 et vous obtenez á, comment dans "Didier, rendez-nous Dávila !"

      Supprimer
  8. Ah mais dites-moi il est très drôle lui !
    Le poulet est cuit quand il a la couleur d'un violon, c'est bien observé !
    J'aime bien, c'est plus léger pour un dimanche.

    RépondreSupprimer
  9. Je savais bien que j'allais me retrouver coincé entre les "pro" et les "anti"…

    RépondreSupprimer
  10. Sinon, Dávila et lui sont tellement éloignés l'un de l'autre – en tout cas dans leurs manifestations écrites, que dire qu'on aime mieux celui-là que celui-ci revient à dire qu'on préfère le magret de canard aux voitures diesel.

    RépondreSupprimer
  11. Intéressante formule... et les voitures diesel seraient les greguerias, alors que de plus forts aphorismes seraient les davilanas ? Hum, cela me va assez.

    RépondreSupprimer
  12. Si un poulet te cuisine au violon, t'es cuit.
    ...ok je ressors
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celle-là je l'adore ! Je ne sais pourquoi elle m'a fait penser à une autre :
      Le juge au témoin : "C'est vrai qu'il l'a violée ?"
      Le témoin : "Non ! Il l'a rouge brique !"

      Supprimer
    2. ...ok je ressors

      Ah non c'est bien ! :)

      Supprimer
  13. "– Il devrait exister des jumelles olfactives pour percevoir le parfum des femmes lointaines."

    (c'est mon mari qui me dit de vous répondre ça... Désolée)

    RépondreSupprimer
  14. Les dimanches, c'était mieux avant...

    RépondreSupprimer
  15. A vue de nez (sans jumelles olfactives), je dirais qu'Hélène s'échauffe pour passer l'examen de femelle dominante sans risque de claquage par effet Weinstein. Elle a ses chances vu qu'Ana Maria vient d'abandonner, honteusement désolée, et que Mildred passe au rouge devant témoin.
    Quel dimanche mouvementé, Ramón Gómez ne s'en sort finalement pas si mal quand il arrive à entrer(d'accord elle est mauvaise, mais elle n'est pas de moi).

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.