mardi 19 décembre 2017

Par la grâce des muses de la téléphonie


Pour des raisons qu'il serait peu intéressant d'exposer ici, nous venons d'acheter un nouveau téléphone ; plus exactement, trois téléphones contenus dans une même boîte, mais, si j'ai bien compris, deux d'entre eux ne sont que les pâles auxiliaires du troisième, celui que nous nommerons donc le “bigo alpha”. Dans le rayon (pardon : le linéaire) du Super U de Saint-Aquilin, deux modèles se proposaient à notre convoitise, l'un à 39 €, l'autre en coûtant une dizaine de plus ; pour rester à la hauteur de notre statut d'enfoirés de nantis, c'est celui-ci que nous élûmes. Je ne dévoilerai pas le nom de l'appareil par souci de discrétion ; disons simplement qu'il commence par giga et se termine par set.  

Nous étions déjà dans la voiture lorsque Catherine, le bébé dans le giron, découvrit sur la boîte les merveilles que l'on nous promettait, sous la forme d'un slogan aussi simple que claquant : Pour des conversations inspirées ! Aussitôt, j'imaginai tout uniment le péril auquel nous venions d'échapper et les félicités prochaines. Eussions-nous choisi le misérable à 39 € que, à peine en ligne, cruellement privés de toute inspiration, après avoir postillonné longuement des “euh” et des “hum”, nous n'aurions plus été capables que de commenter le match de football de la veille, la pauvreté de la nouvelle saison de chasse ou le cliquetis bizarre sous le capot de la bagnole (« Ça doit être un piston qui déconne : j'vois pas d'aut' chose… ») ; cela à notre plus grande vergogne, mais sans être en mesure d'endiguer le flot de banalités vulgaires qui, tels les crapauds du conte, aurait jailli de nos lèvres violies par le mauvais vin ingurgité dès le saut du lit.

Au lieu de quoi, avec notre bijou, nous allions tout naturellement nous mettre à comparer, avec élégance et profondeur, le rôle à la fois poétique et mémoriel de la grive de Montboissier dans les Mémoires d'Outre-Tombe et des clochers de Martinville d'À la recherche d temps perdu ; pour le plus grand bonheur de notre correspondant qui, de son côté, nous répondrait en alexandrins à la rime d'airain, impeccablement césurés à l'hémistiche…

… à condition que lui-même soit équipé d'un téléphone favorisant les conversations inspirées, bien entendu. Dans le cas contraire, s'il a opté pour l'appareil de salaud de pauvre, le risque sera grand de le voir s'obstiner à éructer ses insanités mécaniques et ses platitudes chasseresses, nous faisant irrémédiablement basculer dans le dialogue de sourds.

Par bonheur, comme la surdité du dialogue est la caractéristique première de toute conversation téléphonique, nul ne devrait s'apercevoir de la dissonance.

28 commentaires:

  1. Inspirer signifiant faire entrer de l'air dans les poumons, cela veut dire que votre téléphone ne fait pas passer que le son.

    C'est tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Essayez donc de tenir une conversation rien qu'en inspirant !

      Supprimer
    2. Même le fils de Soupalognon y Crouton n'y a pas réussi (sources: Astérix en Hispanie, http://www.asterix.com/asterix-de-a-a-z/les-personnages/pepe.html).

      Supprimer
  2. Votre Gigaset sans les chiffres et les lettres qui suivent ne nous dit rien de son statut haut ou bas de gamme.
    Je le sais car j'en ai un qui s'appelle Gigaset C620A et qui n'est constitué que de deux téléphones, ce qui suffit amplement à mon bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah tien, j'ai le même que vous. Je suis heureux d'apprendre que je fais partie de l'élite.

      Supprimer
  3. Je vais vous faire un aveu: je vous lis quelquefois,sans rien comprendre ou sans trop m'attacher au sens du texte, pour me laisser uniquement bercer par la respiration et la cadence de la phrase...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai peine à croire que "la grive de Montboisier" ne vous dise rien du tout ?

      Supprimer
    2. Remarquez, finalement c'est normal puisque, paraît-il celle de Chateaubriand c'est "la grive de Montboissier". Nuance !
      Je vous présente donc mes excuses les plus plates.

      Supprimer
    3. Ça va, ça va, tout le monde peut trébucher du clavier !

      Supprimer
  4. Vous me ravîtes avec votre "élûmes".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que monsieur Goux vient peut-être d'apprendre comme moi que le passé simple était un temps en voie d'extinction...
      http://www.lepoint.fr/societe/et-ainsi-trepassa-le-passe-simple-19-12-2017-2181039_23.php

      Supprimer
  5. j'ai pas tout capté, je devais passer dans un tunnel, mais ça sonne comme il faut ;.)

    RépondreSupprimer
  6. Un réac comme vous ne pouvait qu'être séduit par un slogan qui faisait évidemment allusion à " La Colline inspirée" de Barrès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La colline inspirée" est une œuvre d'art. Elle participe de ce qui fut l'esprit français et de sa recherche éperdue de grandeur et de transcendance.
      Il ne faut vraiment rien respecter, et ne rien comprendre à ce que qu'a pu être ce pays avant la décadence gauchiste qui précède le retour d'une autre croyance, encore plus obscure celle-là, pour oser cette comparaison.
      Ne rien prendre trop au sérieux est d'un esprit supérieur car libre et donc de droite. Traiter les choses à la légère c'est ne rien trouver de sacré. Être de gauche. Mettre un plug anal devant la Justice (encore que la lucidité y trouvait son compte), un vagin de la Reine à Versailles, la colline inspirée avec Siemens (TM).
      Les lieux où souffle l'esprit deviennent rares mais ce sont les seuls où l'on n'est pas dérangé par les gauchistes. Ils seraient vite souffrants.


      Supprimer
    2. Il reste que, dans mon souvenir (d'une lecture fort lointaine, certes), le livre de Barrès est tout de même du genre pâteux…

      Supprimer
    3. C'est vrai,. C'était écrit un peu à la truelle. Mais il s'agit d'une littérature d'un autre temps, pour un autre monde où la spiritualité était une chose vivante et d'ordre public.
      C'est un livre inégal et, pour beaucoup de lecteurs, inaccessible aujourd'hui.
      Il n'empêche qu'à force de dérision il ne peut plus y avoir de sacré. Et le vide laissé par la pensée gigantesque de l'Occident chrétien sera rempli par les petits délires gauchistes et la non-pensée à l'étoile et au croissant.
      Aujourd'hui la publicité nous dit de venir comme nous sommes. C'est à dire de ne pas faire d'efforts. L'inverse de ce que fut la chrétienté, l'Occident, notre pays; accepter l'asservissement' de la soumission.
      On peut ne pas lire "la colinne inspirée". On peut trouver le style pénible. Mais on ne peut pas trouver ce qui y gît vulgaire et partisan. Les facilités de plume cachent la déliquescence de la pensée (si ce terme est pertinent pour désigner l'activité mentale réflexe des paramécies de gauche).

      Supprimer
  7. 40,99 euros chez Madame Amazon.... Livraison gratuite avec ou sans bouquins😀😀😀
    Vous faiblissez mon cher...

    Un admirateur

    RépondreSupprimer
  8. Mais, très cher, depuis que l'on répète à satiété que nous disposons de machines intelligentes, pourquoi les descendants de l'invention de messieurs Meucci puis Bell, n'en serait-elle pas dotée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups!!! n'en seraient-ils pas dotés.

      Supprimer
  9. Très fort le sieur Goux ! D'un ustensile prosaïque et banal il fait un polar, voire un roman d'angoisse à faire grincer les chocottes grave. Il aura décidément tout essayé pour prouver que la retraite n'est pas une sinécure...

    RépondreSupprimer
  10. [Mode Duga : on] Le téléphone arabe ne coûte rien du tout, et la couverture s'étend de jour en jour.

    Désolé.

    [Mode Duga : off]

    RépondreSupprimer
  11. A défaut de vous envoyer un SMS, je souhaite à toute la petite famille Goux, poulettes comprises, un très joyeux Noël !

    RépondreSupprimer
  12. Longtemps, j'ai téléphoné de bonne heure...

    Merci Al West !
    Débranché

    Duga

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Duga, une goutte de demi-sec dans un monde de brut. Champagne !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.