lundi 14 mai 2018

Petit exercice de zénographie


On pourrait dire de Zeno ce que Michel Foucault affirmait d'Hervé Guibert : « Il ne lui arrive que des choses fausses. » À bien y regarder, on pourrait encore dire la même chose d'Italo Svevo, l'auteur de La Conscience de Zeno, l'un des meilleurs romans du XXe siècle, paru en 1923.

(Il est d'ailleurs intéressant, et curieux, de noter que presque tous les très grands écrivains européens du XXe siècle sont concentrés dans son premier tiers : Proust, Kafka, Joyce, Pessoa, Musil, Mann – pardon pour ceux que j'oublie – et, donc, Svevo.)

Italo Svevo, comme son prénom l'indique, est un romancier italien. Sauf qu'il ne s'appelle pas comme ça et qu'il a attendu l'âge de 57 ans pour devenir italien : né à Trieste en 1861, Ettore Schmitz devra attendre 1918 et le rattachement  de sa ville natale à l'Italie pour cesser d'être autrichien.  Quant à son pseudonyme, il signifie “Italien Souabe”, double affirmation correspondant à l'origine juive allemande de son père et à la langue dans laquelle il va choisir de devenir écrivain. Lui-même prétendra avoir opté pour le pseudonyme afin de se déschmitzifier

Ses débuts en littérature sont rien moins que fracassants : en 1892 et 1898, il a publié – à compte d'auteur – deux romans, Una Vita et Senilità, dont les ventes et le retentissement feraient passer Le Chef-d'œuvre de Michel Houellebecq pour un triomphe de librairie. Découragé par ce double silence abyssal, il décide de renoncer à toute ambition littéraire. (Sauf qu'il continue d'écrire, presque en cachette, “pour le tiroir”. Un peu comme le fumeur qui, après avoir annoncé à tous qu'il arrêtait, va furtivement s'en griller une dans les toilettes.) Dans sa vie officielle, Ettore Schmitz s'occupe des usines de son beau-père, lequel a mis au point une peinture spéciale pour coques de  navires qui est en train de faire sa fortune.

C'est même parce qu'une nouvelle usine va s'implanter en Angleterre (la Navy s'intéresse à la peinture pour coques…) qu'Ettore est contraint, en 1907, de se mettre à l'anglais. Il s'inscrit à l'école Berlitz de Trieste, où on le confie à un jeune Irlandais de 25 ans. Un certain James Joyce. Bien que séparés par un quart de siècle, les deux hommes deviennent amis et vont rendre chacun un inestimable service à l'autre : Joyce va redonner à Svevo le goût d'écrire un nouveau roman, par son enthousiasme pour les deux premiers ; Svevo (ou plutôt Schmitz) va fournir à Joyce l'un des modèles principaux du Leopold Bloom d'Ulysse

C'est en 1923 que paraît La Conscience de Zeno. Joyce, devenu entretemps ce que l'on sait, qualifie le roman de chef-d'œuvre – ce qu'il est en effet – et l'expédie dare-dare à Paris, où il atterrit entre les mains de Benjamin Crémieux et de Valery Larbaud ; lesquels vont, dès 1926, révéler et imposer le génie de Svevo en France, cependant qu'Eugenio Montale (poète italien, futur prix Nobel) fait la même chose dans son pays, en déclarant que “ce méconnu est un second Proust”, parenté que souligne également Crémieux.

Enfin déschmitzifié, Italo Svevo va donc enfin pouvoir vivre pleinement la vie d'écrivain auquel il n'a au fond jamais cessé d'aspirer… Ah ! non : en 1928, il se tue bêtement dans un accident de voiture.

Que des choses fausses, je vous dis, que des choses fausses…

(Et je m'aperçois que mon but initial était de braquer mon petit projo sur La Conscience de Zeno, que je finis de relire avec jouissance et jubilation, mais que je n'ai fait que parler de son auteur. C'est dommage, parce qu'il s'agit d'une œuvre profondément originale (surtout pour son époque : premier grand roman inspiré par la psychanalyse, mais déjà fort critique envers elle), d'une intelligence scintillante et profondément drôle. Mais, après tout, vous n'avez pas besoin de moi pour vous en apercevoir : lisez-le et puis c'est tout.)

15 commentaires:

  1. Très intéressant tableau biographique, on sent que vous avez fortement adhéré au personnage.
    Ces temps on sent émerger chez vous certaines spécificités électives dont vous ne faisiez guère montre auparavant, quand vous aviez une vie professionnelle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ? Et lesquelles ? Je suis curieux…

      Supprimer
    2. "Que des choses fausses, je vous dis, que des choses fausses…"

      Supprimer
    3. "Vous autres courtisans, parlez aussi rarement avec intelligence que vous parlez avec vérité... prouvez le bonheur de la Bêtise par la bouffonnerie de votre babillement..."

      Supprimer
    4. Et le menu fretin vitupère pour se faire exister...

      Supprimer
    5. Le texte exact était : "...prouvez le bonheur de la Bêtise par la bouffonnerie de votre habillement..."

      Mais tout le monde notera que ça marche aussi, pour ne pas dire mieux !

      Signé : Le fretin vitupérin.

      Supprimer
    6. Se fier aux apparences est une grande preuve d'amateurisme. Surtout quand on prétend pratiquer la littérature...

      Supprimer
    7. Si mon logo vous intrigue, allez donc faire un tour sur mon blog : http://seuilcritique.blogspot. D'ailleurs on y croise parfois votre bon ami Jazzman.

      Supprimer
  2. Votre enthousiasme (que je partage :ah,dès l'introduction, cette idée géniale d'annoncer qu'il écrit ce roman pour se venger de son psychanalyste ! ) vous a fait fermer 2 fois la parenthèse du dernier paragraphe,ouverte une seule fois.

    RépondreSupprimer
  3. (Un peu hors sujet ): vous qui êtes en Normandie, ne pouvez -vous rien faire pour débloquer la grève des cheminots pour permettre à mon fils, coincé à Lisieux et sans permis de conduire, de rejoindre son travail à Paris ? Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le pouce, monsieur Arié, conseillez lui le pouce ou bla bla car.

      Supprimer
    2. Merci,mais votre mari a usé de son influence et a fait partir le seul train venant aujourd'hui de Normandie au moment où mon fils venait se renseigner à la gare ; transmettez -lui mes remerciements, il faut toujours savoir frapper à la bonne porte.

      Supprimer
  4. Quel beau livre que La conscience de Zeno... Un de ceux que l'on aimerait n'avoir pas encore lu pour avoir à nouveau le plaisir de les découvrir...

    pulcino

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai pas lu les autres livres de Svevo, mais je me demande si ce n'est pas l' "homme d'un seul livre", comme il y en a tant...Regardez sur Arte en Replay (s'il y est toujours) le remarquable film italien " La Grande Belleza" sur ce sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non : je viens de finir Senilità, qui est un roman superbe. Pas tout à fait au niveau de Zeno, mais pas plus d'une demi-marche en dessous.

      Quant au film dont vous parlez, je le connais… ainsi que deux ou trois autres film de Sorrentino. D'ailleurs, si vous ne l'avez pas encore vue, je vous conseille la série "internationale" (une seule saison pour le moment) qu'il a faite pour la télévision : The young Pope.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.