lundi 21 mai 2018

Trois chiens dont deux fantômes


Trois générations de chiens, photographiés au même endroit de la Côte blanche, à quelques centaines de mètres de la maison ; trois chiens qui ne se sont jamais connus les uns les autres. Balbec d'abord, qui occupe la photo “qui est dans la photo”, puis Elstir, son successeur bernois…


… et, ce matin même, Charlus, dont on notera que sa pilosité crânienne a évolué de telle façon qu'il ne ressemble plus du tout au punk qu'il était vers trois ou quatre mois, mais qu'il prend chaque jour des allures de plus en plus donaldo-trumpiennes. D'ici à ce qu'il bombarde la Corée du Nord et nous brouille avec les mollahs iraniens, il n'y a pas des kilomètres.

17 commentaires:

  1. Les chiens malheureusement, sont la seule espèce animale dont on a pas su augmenter l'espérance de vie. Grâce à une bonne alimentation nos chats ont gagné plus de cinq années d'existence. Les chiens restent programmés pour ne pas dépasser les dix ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les gros chiens, oui. Mais les petits, surtout s'ils ne sont pas "de race", vivent plus longtemps, jusqu'à une quinzaine d'années.

      Supprimer
    2. Je sais qu'il est toujours délicat de contredire Fredi, mais mon mari qui avait reçu une petite chienne genre loulou de Poméranie pour ses sept ans, a procédé à son enterrement dans les bois du col de la République, alors qu'il avait déjà terminé ses études de médecine.

      Supprimer
    3. Je sais qu'il est toujours délicat de contredire Fredi

      Boh....!
      D'où tenez-vous ça ?

      Supprimer
    4. C'est une vache, qui avait sournoisement intégré une écurie, qui me l'a dit.

      Supprimer
  2. Sinon la photo avec la photo dans la photo fait vraiment réincarnation...

    RépondreSupprimer
  3. Charlus fait vraiment le "chouchou à son papa", déjà très photogénique il sait poser comme une diva, très légèrement de profil...

    RépondreSupprimer
  4. Une constante, ces chiens ont l'air heureux et ils sont beaux comme des astres.
    Et je partage la réflexion de Barbara Schreyer.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  5. Il faut tout de même remarquer l'accord parfait dans la superposition des deux photos.

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  6. Sans rapport avec ce message (très adorable première photo dans la photo) mais plutôt avec votre retour à fleuret moucheté sur le forum de l'In-nocence (et sans rapport non plus avec lui, à vrai dire), conseillez-vous vraiment Léautaud? Aujourd'hui j'ai feuilleté son "journal particulier" dans une libraire, et ce soir écouté sur Youtube un extrait d'un entretien avec Mallet (Léautaud hait les poètes en général mais Verlaine est délicieux, il s'esclaffe etc...) et je suis moins convaincu de la densité du bonhomme que de son histrionisme. Ou alors faut-il le lire vite, légèrement, en (mortels...) n'appuyant pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ça, pour conseiller, je conseille ! Peut-être pas le Journal particulier, en revanche. Lisez le Journal littéraire (si vous arrivez à trouver les trois volumes, que ces cuistres inopérants du Mercure de France ne songent pas à rééditer !), ou alors l'un ou l'autre de ses courts volumes : Le Petit Ami, In memoriam, Propos d'un jour, etc. Tout cela est au Mercure.

      Supprimer
    2. Et Passe-temps, alors?
      "Il vous vient quelquefois un dégoût d'écrire en songeant à la quantité d'ânes par lesquels on risque d'être lu."

      Supprimer
  7. OK, je vais faire un effort et acheter le volume 1 dont une copie se trouve à la libraire Compagnie. Gare à vous.

    RépondreSupprimer
  8. Je confirme : sur Amazon , le Journal Littéraire de Léautaud au Mercure de France fait 19 volumes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, ça, c'est un truc ancien ! Je vous parle, moi, de l'édition en trois volumes (format Pléiade) du Mercure de France.

      Supprimer
    2. Ce sont les volumes qui présentent une photo du bonhomme en haut de la couverture (ou plutôt de la jaquette).

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.