samedi 6 octobre 2018

Nous sommes là…


 C'est-à-dire que, si vous lisez ce billet aujourd'hui, samedi, et matinalement, nous sommes en route pour là. Là, c'est-à-dire Saint-Flour, fière cité cantalienne que le monde entier serait bien avisé de nous envier, s'il était moins con. En réalité, nous ne passerons pas la semaine à Saint-Flour même (mais nous y serons reçus avec tous les égards dus à nos éminences…) : une partie de notre temps se déroulera entre les murs de la maison ci-dessous présentée.

Pour le reste, c'est comme d'habitude : les commentaires seront validés dans la mesure où nous bénéficierons bien de la connexion promise ; et, durant ce temps, les cambrioleurs normands auront toute latitude pour vider la maison du Plessis, aucun piège à rats humains n'ayant été disposé dans le jardin. Qu'ils sachent néanmoins que nous sommes nantis d'un voisin armé et perspicace.


12 commentaires:

  1. C'est beau. On aurait presque envie de vous retrouver là-bas, tiens.
    Vous n'avez pas peur d'être un peu à l'étroit dans votre nouvelle maison de vacances ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonnes vacances à vous deux ! Goinfrez vous de Cantal (vieux de préférence).

    RépondreSupprimer
  3. P... que c'est cool la retraite...
    Du moins la vôtre !

    RépondreSupprimer
  4. Que Dieu nous préserve des masses touristiques venues du monde entier, déversées par des dizaines de cars qui se suivent.
    Aubrac mon amour.
    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  5. Vous souhaitant un excellent séjour, je ne puis qu'applaudir au choix raffiné de votre résidence de villégiature. Parlez-nous donc de la carte des mets et des vins...

    RépondreSupprimer
  6. Quel bonheur d'être là quand tout le monde est ailleurs !
    Non ?

    RépondreSupprimer
  7. Mais qu'est-ce qui vous attire à ce point dans les coins les plus emmerdants de France ?

    RépondreSupprimer
  8. Pas de connexion à Saint-Flour, donc...mais qui aurait pu imaginer qu'Internet soit arrivé jusque là ?

    RépondreSupprimer
  9. Dicton du jour : commentaires validés, patron bien rentré ! (Mais fatigué…)

    RépondreSupprimer
  10. Vous avez la délicatesse de ne pas faire remarquer que votre absence a paralysé la France : il n'y a toujours pas de ministre de l'intérieur

    RépondreSupprimer
  11. Il ne suffit pas de valider les commentaires, il faut maintenant leur répondre.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.