lundi 1 octobre 2018

Quel est ce barbu qui s'avance, bu qui s'avance ?


Eh oui, c'est bien lui, c'est Émile, c'est Zola ! 
Qui a passé l'essentiel de septembre à la maison.

17 commentaires:

  1. Comparer Zola à une petite voiture mécanique fallait oser...
    Sinon l'enclos de vos poules n'est-il pas dans un endroit à courants d'air ? Cette malédiction qui pèse sur elles est tout à fait anormale.

    RépondreSupprimer
  2. Pour Nana,puisque vous m'interpellez à son sujet,il y aurait eu une solution élégante pour nous décrire longuement son état de santé et nous faire partager vos inquiétudes : ne pas préciser qu'il s'agissait d'une poule, de façon à ce que vos lecteurs s'imaginent que vous parlez de votre fille, de votre nièce, de votre maîtresse, etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Procédé que l'on a reproché à Bruno Lafourcade il y a peu.

      Supprimer
    2. Lafourcade peut, car il est écrivain. Moi, je tiens juste un journal.

      Supprimer
    3. A propos : un billet sur L'Ivraie ne serait-il pas le bienvenu ?

      Supprimer
  3. À propos du Docteur Pascal et de Clotilde: s'il existe vraiment des jeunes femmes gérontophiles (mais ne s'agit-il pas plutôt d'un fantasme de vieillards? ),n'hésitez pas à leur communiquer mon adresse mail, fussent -elles bigotes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un fantasme que Zola a concrétisé en faisant deux enfants à sa bonne, je vous le rappelle. Donc, vous pouvez continuer à espérer…

      Supprimer
    2. Je ne suis pas certain que la bonne était gérontophile; je suppose plutôt qu'elle n'était pas en situation de refuser.

      Supprimer
  4. "... Eh bien, finalement ce seront quinze des vingt Rougon-Macquart que j'aurai enchaînés les uns à la suite des autres,sans la moindre pause ni distraction…"
    Qui aurait pu faire meilleur résumé ?

    RépondreSupprimer
  5. Le journal trépidant d'un jeune retraité, féru de littérature et prodigue de commentaires aussi divers qu'éclairés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trépidant est très exagéré. Un peu pidant par moment, d'accord ; mais trépidant, non, vraiment.

      Supprimer
  6. Vous ne devriez parler que de poules, de chiens, de chats et de machins comme ça, dans votre journal, au fond.

    RépondreSupprimer
  7. "la façon qu'il a souvent d'anthropomorphiser les choses dont il parle, et notamment les machines (ici : le grand magasin ; dans Germinal, le puits de la mine ; dans L'Assommoir, l'alambic ; dans Le Ventre de Paris, les Halles, etc.).Le redoutable Paradou de "La faute de l'abbé Mouret" aurait mérité mieux que d'être inclus dans un etc.

    Eh bien, cette anthropomorphisation loin de m'apparaître comme une part du talent de Zola m'apparaît comme artificielle et pour tout dire pénible. Comme quoi, hein, les goûts...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est parfois réussie et parfois un peu forcée, c'est vrai.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.