vendredi 30 mai 2014

Un dernier tour du côté de chez Swann


C'était au mois d'avril

19 commentaires:

  1. Il avait vraiment une bonne tête, ce brave Swann.

    Est-ce que la cellule de soutien psychologique vient toujours jouer avec Bergotte chaque mercredi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, la cellule était encore là avant-hier !

      Supprimer
  2. Ce n'est pas bientôt fini de dire du bien de moi ? Et ma réputation '

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais tenter de vous mettre plus bas que terre dans l'entrée d'aujourd'hui : ça compensera un peu…

      Supprimer
  3. Vs faites des progrès, un chien noir et un autre multicolore
    Faites attention à votre réputation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aggraver : j'ai horreur des chiens blancs.

      Supprimer
    2. Comme quoi, vous avez quand même un peu de bon en vous

      Supprimer
  4. Nicolas fin... Il ne risque quand même pas de passer entre les barreaux d'une bouche d'égout hein (je fais ce que je peux pour sauvegarder sa réputation à gauche, ne me remerciez pas).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté, s'il passait entre les barreaux d'une bouche d'égout, ce ne serait pas dramatique pour lui : il se retrouverait simplement au parti socialiste.

      Supprimer
    2. Les barreaux de la bouche de Goux, ce sont vos dents ? Je ne tiens pas à passer entre même pour une pipe.

      (Ça apprendra à l'Amiral à soigner ses plaisanteries).

      Supprimer
    3. Monsieur le directeur de la voirie communale31 mai 2014 à 12:19

      Les bouches d'égout n'ont pas de barreaux, ce sont les bouches du pluvial qui ont des barreaux. Sinon, quelle odeur nauséabonde en ville !

      Supprimer
  5. Robert Marchenoir30 mai 2014 à 16:18

    C'est l'équipe de laveurs de carreaux polonais ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce sont les gentils cireurs de souliers de Broadway de ce con de Prévert. Ils tirent la langue pour dire qu'il commence à faire soif, Bwana.

      Supprimer
  6. Une inexactitude s'est glissée : l'absurde sobriquet dont je me suis affublé est "cui cui FIT l'oiseau" au passé simple et non "cui cui FAIT l'oiseau" au présent.

    Je tiens beaucoup à cette nuance car les jours et les lendemains d'un innocent volatile sans défense sont semés d'incertitudes funestes.

    Pour le reste, l'importance excessive que vous attribuez à mes stridulations dérisoires me laissent pour le moins pantois et interrogatif...
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre rectification sera faite dès ce soir et prendra donc place dans le journal de mai.

      Pour le reste, je n'accorde pas spécialement d'importance à cet échange, mais il se trouve que c'est ce qui s'était produit ce jour-là. Or, un journal sert précisément à garder trace de ce genre de choses.

      Supprimer
  7. C'est curieux. Je ne suis pas la Christine (il y a autant de dames nommées Christine que d'ânes qui s'appellent Martin) qui écrivit à propos de l'oiseau, mais j'ai cependant récemment commenté à son propos (avec un sous-entendu que je suis sans doute la seule à avoir compris, ça va c'est bon j'ai l'habitude) au sujet de la hiérarchie dans l'alimentation an moyen âge. Comme quoi, cet oiseau...
    Je retourne au journal.

    RépondreSupprimer
  8. Encore un bon moment de lecture même si le panégyrique consacré à M. Jégou me laisse un rien perplexe. Mais que sait-on des blogueurs ? Après tout, peut-être est-il aussi pudique que fin et se refuse-t-il à nous dévoiler ses meilleurs côtés ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est trop rond pour avoir des côtés.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.