lundi 26 mai 2014

Le jour d'après


Séiiisme ! se mit à hurler celui-ci ; tremblement de teeerre ! s'égosilla celui-là. Raz-de-marééée ! entendit-on gémir cet autre ; tsunamiii ! fit en écho son voisin, qui avait pratiqué les langues orientales. Partout dans les lucarnes on pleurait, grondait, menaçait, sauf le populo qui souriait en coin ; le désarroi et l'ironie étaient palpables.

Au matin du jour d'après ce sombre dimanche marial, il tombait une petite pluie anodine, et l'Europe continuait de s'enfoncer lentement dans sa lagune, sous le regard mort des touristes bruxellois, en short et sandales sur les pontons. Un peu plus loin, le carnaval s'apprêtait.

20 commentaires:

  1. Vous oubliâtes la Ségolène qui a estimé que nous avions là: "Un choc à l'échelle du monde "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais quand même bien qu'on me la montre au moins une fois, cette échelle du monde : ça doit être un engin assez impressionnant.

      Supprimer
    2. Elle voulait peut-être dire : un choc à l'échelle du "Monde"...

      Supprimer
    3. Ah, oui, ça réduirait déjà bien les proportions de la chose ! Je pourrais même la ranger dans un de mes tiroirs de cuisine, en poussant un peu les fourchettes.

      Supprimer
    4. Cette échelle du monde est un tas bourré

      Hautement désolé
      Duga

      Supprimer
  2. Qu'est-ce que vous avez contre les sandales ?

    RépondreSupprimer
  3. Voilà, parmi d'autres, le type de commentaires très rigolo que l'on peut lire sur les Facebook Degôche :

    “Et si on votait pour l'interdiction du FN ? c'est faisable ça ? c'est con ? j'y ai pas encore bien réfléchit... mais quand on entend toutes les horreurs qu'ils osent se permettent (Ebola le dernier en date) y a peut être moyen de se débarrasser d'eux et puis suffit d'avoir une mémoire pour comprendre que ce parti n'est pas légitime...”

    Et puis ça vous fait des leçons sur la démocratie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant qu'ils ne donnent pas de leçons de syntaxe, de grammaire ou d'orthographe, ça va encore…

      Supprimer
    2. suffit-il d'avoir une mémoire pour s'en servir... Un vrai beau jour d'après, vivement mardi comme dirait Copé.

      Supprimer
  4. Heureusement les cadavres du musée juif avaient été rapatriés chez eux pour ne pas troubler la fête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où auriez-vous souhaité qu'on les rapatriât, à part chez eux ?

      Supprimer
  5. Jusqu'au prochain pogrom, perpétré par un jeune Bruxellois blond aux yeux bleu acier, pour qu'on n'oublie pas l'essentiel (et l'ordinaire de Créteil).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous avez oublié le crâne rasé : faites un peu attention, bon sang !

      Supprimer
  6. Votre post précédent intitulé "Ah, ça cuira, ça cuira, ça cuira" était prémonitoire

    Tout cuit
    Duga

    RépondreSupprimer
  7. Vous écrivez : " l'Europe continuait de s'enfoncer lentement dans sa lagune, sous le regard mort des touristes bruxellois, en short et sandales sur les pontons. Un peu plus loin, le carnaval s'apprêtait."
    Ca me donne envie de relire Thomas Mann. Merci.

    RépondreSupprimer
  8. De qui le crâne rasé a-t-il été oublié ?

    RépondreSupprimer
  9. On a l'impression que LE Changement c'est maintenant. Le PS en a rêvé, le FN l'a fait .

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.