samedi 23 juin 2018

Go West !


L'avantage des romanciers qui meurent jeunes, c'est qu'ils reviennent moins cher à découvrir. Ainsi, ce Nathanael West dont j'avoue, un peu honteux, n'avoir jamais entendu parler jusqu'à dix minutes dans le passé. Il est mort en 1940, à 37 ans, dans un accident de voiture, après avoir grillé un stop à El Centro : si la Californie avait eu la sagesse de notre bon président Macron et limité la vitesse à 80 km/h (vous ferez vous-mêmes la conversion en mph), il serait peut-être encore des nôtres, ce brave West, né Weinstein comme le premier tripoteur de starlettes venu.

Toujours est-il qu'il n'a écrit que deux romans : Miss Lonelyhearts et L'Incendie de Los Angeles, que je viens de commander ensemble. Il m'en coûtera 15, 60 €, ce qui n'est pas le Pacifique à boire. Les deux sont chaudement recommandés par Roland Jaccard sur le site de Causeur : si jamais il y a tromperie sur la marchandise, il peut s'attendre à me voir réclamer le remboursement sur un ton comminatoire, le vieux Suisse. Dans le cas contraire, je croquerai un carré de chocolat noir à sa santé.

12 commentaires:

  1. J'ai lu l'article de Causeur et j'ai failli faire comme vous ! Mais maintenant que vous l'avez fait, je vais me permettre d'attendre pour voir ce que vous aurez à nous en dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours qu'i faut qu'j'essuie les plâtres !

      Supprimer
    2. C'est toujours MOI qui, etc.

      Supprimer
    3. "C'est toujours qu'i faut qu'j'essuie les plâtres !" fonctionne aussi, cher Didier. Quant à moi, j'va lire Causeur sur le champ.

      Supprimer
  2. Si vous avez besoin de quelqu'un pour vous fabriquer des rayonnages supplémentaires pour tous ces bouquins je suis votre homme...
    Sans dec ils finissent où tous ces livres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon problème n'est pas les rayonnages… mais les murs auxquels les adosser : JE N'AI PLUS DE MURS ! Du coup, je suis obligé de jeter des livres : récemment une quinzaine de cartons sont partis à la déchetterie voisine…

      Supprimer
    2. récemment une quinzaine de cartons sont partis à la déchetterie voisine…

      QUOI ???
      Mais vous êtes fou !
      Les livres on les donne, on les vend au prochain vide-grenier, à la rigueur on les abandonne dans un endroit où des passants se feront un plaisir de puiser dans le tas, mais jamais, JAMAIS, on ne les jette à la déchetterie.
      N'importe quoi...

      Supprimer
    3. Au lieu de les envoyer à la déchetterie, pourquoi ne donnez-vous pas vos livres aux Emmaüs ?

      Supprimer
    4. Je savais que j'allais me faire agoniser d'injures pour cet acte sacrilège…

      Supprimer
    5. A la "jaille" dirait l'angevin.
      Après tout ce ne sont pas des bouquins pour salauds de pauvres.
      Et qu'on ne vienne pas nous bassiner avec les Emmaüs; quand on voit la dégaine de leurs nouvelles recrues, on fuit illico.

      Supprimer
    6. "La Roue Tourne ",association des anciens comédiens en maison de retraite, est très demandeuse de livres,et vient les chercher gratuitement à domicile,surtout s'ils sont en grande quantité (enfin, à Paris ; je ne sais pas s'ils font des expéditions dans les territoires peu explorés de province ).

      Supprimer
    7. Comme dirait Ribéry (philosophe du XXIéme siècle) "La routourne va tourner"

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.