mercredi 6 juin 2018

La tondeuse n'est pas que pour les jardins


Charlus après son passage chez l'esthétichienne.

10 commentaires:

  1. Charlus après son passage chez l'esthétichienne

    Et avant son passage chez le psy ?
    Pôve bête...

    RépondreSupprimer
  2. Et moi qui attendais un billet "irrésistible de drôlerie" sur un collège du Bronx !!!

    RépondreSupprimer
  3. Y remplit pas ses manches de devant...

    RépondreSupprimer
  4. La vérité monsieur Goux, c'est que plutôt que vos comptes-rendus de lecture toujours très passionnants, nous aimerions de temps en temps que vous nous parliez, que vous nous donniez vos impressions sur l'air du temps.
    Ça sert aussi à ça un blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une fois qu'on a dit que l'air du temps était irrespirable, qu'ajouter ? Rien : on retourne sous sa cloche à plongeur et on la ferme.

      Supprimer
  5. Et vous n'avez pas encore touché les confins de votre âge.

    RépondreSupprimer
  6. Et voilà qu'en plus, il y a un problème avec la petite Charlotte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle n'était décidément pas à la hauteur, cette malheureuse…

      Supprimer
    2. Je reconnais que, dans mon commentaire, je m'étais laissé aller à la facilité. Je le regrette car j'avais l'intention d'en écrire un second sur les dialogues.
      En effet, il ne me semble pas utile d'accabler les traducteurs quand les dialogues semblent à côté de la plaque. Rien ne se démode plus vite que les dialogues. Ainsi, imaginez-vous quelqu'un (à part peut-être Renaud Camus) vous interpelant de la sorte : "A moi, Goux, deux mots !"
      Bon voilà, j'aurai essayé !

      Supprimer
    3. Mais ça n'a rien à voir avec votre commentaire ! C'est d'ailleurs après l'avoir validé que j'ai relu le billet et que je l'ai trouvé mauvais – et donc supprimé.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.