samedi 12 janvier 2008

La cave se rebiffe

Hier soir, ainsi que j'ai omis de vous le narrer, nous fîmes, l'Irremplaçable et moi, une entorse à notre abstinence - sur mon initiative, ainsi qu'il était hautement prévisible, et sous couvert d'inaugurer une cave à vins de Pacy-sur-Eure où oncques ne mîmes les pieds. J'y découvrai un petit, bedonnant, accort et moustachu Français de souche (plutôt de cep, en l'occurrence). À l'issue de notre aimable entretien, nous nous quittâmes fort satisfaits l'un de l'autre, moi lesté de deux bouteilles de Chablis premier cru et d'une bouteille de bon champagne dont la marque m'échappe, ayant de tout temps eu peu de goût pour ces boissons pétillantes que le monde entier nous envie.

La première partie de soirée (le prime time, pour mes jeunes lecteurs, s'il en est) se passa gentiment, chacun éclusant son breuvage favori, en écoutant paresseusement Shirley Horn - une négresse idéale pour l'apéro, je me permets de vous la recommander, dites que vous venez de ma part. L'Irremplaçable commit cependant l'erreur de laisser un petit tiers de vin à bulles dans la bouteille - chausse-trape naïve dans laquelle, de mon côté, je me gardai de tomber.

Le dégazage étant ce qu'il est, il fallut bien se résoudre, ce soir, à ce qu'elle sifflât le reliquat, sous peine de le voir tourner vieille urine d'ici peu. Or, l'ivrognerie dans les pays vieux-chrétiens impliquant la convivialité, je me sentis obligation, à fins d'accompagnement, de déboucher pour mon usage personnel le seul flacon qui me demeurât sous la main : un Muscadet "Sèvres et Maine" relativement ordinaire, mais que sa complète solitude parait de toutes les vertus bachiques.

Et c'est durant cet intermède gouleyant - tandis que s'achevait, dans le mitan du four, le risotto aux cèpes et aux crevettes que nous dégustâmes juste ensuite - que l'idée germa (non, non, pas dans ma tête : dans l'autre...) d'aller, le mois prochain, passer deux jours à Bruges. À l'heure où nous parlons, l'Irremplaçable doit être en train de pianoter fiévreusement sur son MacBook pour nous trouver le meilleur hôtel de la "Venise du nord", comme disent ces noix vomiques de voyagistes - je m'occuperai des restaurants moi-même, ainsi qu'il est coutume.

Je conclurai en précisant que, fort des libations d'hier, je me crus autorisé à ne rien foutre aujourd'hui, et que, conséquemment, ce n'est pas demain que Blandine sera débarrassée de ses fauves - comprenne qui pourra, mon cher Henri.

3 commentaires:

  1. Que de cadavres dans une seule maison et qui n'est pas un manoir hanté !

    RépondreSupprimer
  2. Comme dirait ma petite-fille, je kiffe trop Shirley Horn et les quelques mots rares et précieux qui émaillent ce texte, à mon grand regret - soupir ! - car je me les mettais de côté pour y revenir un jour de douce gourmandise.
    C'est vraiment pas juste ! (et j'ai aperçu un subjonctif pas très juste othographiquement, mais vue la poutre dans mon oeil...)

    RépondreSupprimer
  3. Chère Mifa, je viens de me relire et ne trouve aucun subjonctif défectueux (mais ma vue l'est peut-être, elle...) : pourriez-vous préciser ? Mettre franchement le doigt sur la plaie ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.