mardi 9 septembre 2014

Ce matin, j'ai enterré un ex-otage

Roger Auque, 11 janvier 1956 – 8 septembre 2014.
Comme il était né deux mois et huit jours avant moi, j'espère que je ne vais pas défunter deux mois et huit jours après lui ; surtout que, dans ce cas, ma mort passerait totalement inaperçue, n'ayant pas eu, dans ma jeunesse, le douteux privilège d'être l'hôte un peu contraint du Hezbollah durant onze mois et demi.

Roger Auque a fait le pigiste à France Dimanche pendant un an ou deux, vers 2007 – 2009 ; il a cessé lorsque Nicolas Sarkozy l'a nommé ambassadeur en Érythrée, ce pays improbable où les enfants ont de gros ventres et des mouches au coin des yeux. C'était un homme charmant, d'allure nonchalante, dont la belle gueule de baroudeur ne laissait pas insensible ces dames. Il écrivait des articles qui tenaient bien debout et acceptait avec une bonne grâce proche de l'indifférence les menus tripatouillages auxquels, à l'intérieur d'iceux, se livraient les gougnafiers du rewriting, dont je faisais encore partie alors. C'était un type avec qui on aurait volontiers passé une soirée, pour s'entendre raconter son engagement armé dans les phalanges chrétiennes libanaises, où la manière dont la foi lui était venue, en lisant une bible anglaise dans un cul de basse fosse hezbollien, une main menottée à un radiateur en panne – mais l'occasion ne s'est pas présentée. Peut-être m'aurait-il révélé aussi comment il avait engendré, quelque vingt ans plus tôt, une jeune fille prénommée Marion, qui allait devenir la plus jeune députée de la République française, tous numéros confondus : cela m'aurait évité, ce matin, d'avoir l'air idiot, en m'exclamant de cette paternité dont tout le monde autour de moi semblait déjà au fait depuis des lustres. Mais je ne t'en veux pas, Roger, je t'assure.

8 commentaires:

  1. Les deux mois de sursis, c'est le purgatoire ?

    RépondreSupprimer
  2. Merde ! J'apprends son décès en vous lisant. Voilà un type que j'aurais aimé rencontrer, un homme selon mon coeur, un homme comme on en fait plus.

    RépondreSupprimer
  3. Une erreur quand même: nous ne sommes pas encore en novembre.

    RépondreSupprimer
  4. Je m'en voudrais de faire une remarque désobligeante au maître de céans, mais puisqu'il semble que c'est la norme ici en cas d'erreur manifeste d'appréciation, la photo est légendée 11 janvier 1956 - 8 novembre 2014. Ce qui semble indiquer soit que vous êtes devin, soit que vous utilisez quelque chose comme un calendrier julien ou que sais-je.
    Et je découvre comme vous cette filiation qui, si j'en crois wikipédia, reste non confirmée et de l'ordre de la rumeur.

    k.

    RépondreSupprimer
  5. L'homme paraissait etre un homme bien et sans doute un excellent journaliste. Je suis assez surpris, compte tenu de son passé, de la faible couverture médiatique donnée à son décès. l'effet Marion ?

    RépondreSupprimer
  6. Il me semble que Marion Maréchal Le Pen avait attaqué un journal qui avait révélé que son véritablement père n'était pas Samuel Maréchal mais un journaliste, il se peut donc que la presse veuille éviter d'éventuelles difficultés en ne commentant pas la chose.

    RépondreSupprimer
  7. @ Didier
    Je viens de tomber sur ces quelques lignes et je pense qu'elles devraient vous intéresser... Quelle prétention ont ces libraires !
    "Très vite, sur les réseaux sociaux, ces frondeurs ont fait l’objet de mille sarcasmes. « Ils refusent de vendre ce livre ? Fort bien, Amazon empochera le pactole ! », ont dit les uns. Comme si le libraire devait être un pur épicier, privilégiant systématiquement le chiffre sur les lettres. « Ils refusent de vendre ce livre ? C’est de la censure ! », ont tonné les autres. Comme si le métier de libraire ne consistait pas précisément à choisir ce qu’il juge bon de donner à lire"
    Source : http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/09/11/trierweiler-style-trahison_4485908_3260.html

    P.S. : ça n'a rien à voir avec le post ci-dessus mais je ne sais pas où le placer.
    Geneviève

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.