mardi 2 septembre 2014

Nos cœurs d'ivrognes s'emplissaient d'une bienfaisante latrie

Qui donc a entendu parler d'André Salmon ? Qui a parcouru de ses poèmes ou de ses romans ? Peu de monde assurément ; moi-même je n'en eus rien su ni lu si Aznavour n'avait pas eu l'idée, en 1960, de chanter l'un de ses textes, et de placer le résultat sur la face B d'un “super 45 tours” qui se trouvait dans la maigre discothèque de mes parents ; cela s'appelait Fraternité. J'ai choisi de donner ici une version dont j'ignorais tout jusqu'à ce matin, celle de Marc Ogeret, par ailleurs très bon interprète du Condamné à mort de Genet, parce que deux ou trois des images qui passent sous nos yeux m'évoquent ce livre qui m'est cher, la Rue des Maléfices de Jacques Yonnet, que je vous recommande chaleureusement une fois de plus. Si l'on préfère le créateur de la chanson, même s'il ne s'agit pas de l'enregistrement princeps, on le trouvera ici.


12 commentaires:

  1. Ah oui: "latries" "oves", c'est rare!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est qu'ils sont assez délicats à placer dans une conversation… et même dans un blog.

      Supprimer
    2. Je crois bien qu'il n'y a pas plus d' "oves" dans cette (très belle) chanson que de beurre en broche : il y est plus simplement question de "plastrons d'hommes modernes"...

      Supprimer
  2. Allons bon ! On ne va pas dépasser le record du nombre de commentaires, avec ce billet.

    Surtout que les lecteurs vont se demander : Ogeret-je commenter !

    RépondreSupprimer
  3. Et après ça vous envisageriez encore l'honneur d'être réac ? Ogeret, Ferré, Genet ? Après ça vous vous croiriez crédible ?
    Bien belle chanson cependant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis un sous-marin progresseux, en fait…

      Supprimer
  4. Bien, bon… Alors, "latrie" signifie adoration.

    Quant à "ove", il est du genre masculin.

    Bon, bien…

    RépondreSupprimer
  5. Il y a bien longtemps qu'on n'avait vu le pont des Arts (encore que ce ne soit plus tout à fait le même, me semble-t-il) sans ses horribles « cadenas d'amour », pour reprendre une expression à vomir, ni Marc Ogeret avec autant de cheveux – une première en tout cas pour moi.

    Sinon, d'André Salmon, je ne connaissais que ça, qui se trouve encore quelque part dans ma bibliothèque, ainsi qu'une photo dans je ne sais plus quel ouvrage, sur laquelle il a dans mon souvenir un peu une allure de vieux clown blanc.

    Quoi qu'il en soit, je le voyais jusque-là vaguement comme un vieil écrivain libertaire, mais, d'après ce que j'ai lu ce soir sur internet, il ne semble pas que cette représentation soit autre chose qu'une vision un peu convenue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et votre mémoire vous dit quoi, à propos de cette Terreur noire ?

      Supprimer
  6. Les "chansons contre", chants anarchistes du XIXème, chantées par Ogeret, sont un régal.

    "Au lieu d'construire tant d'aéros,
    Qu'on donne du pain à la France !
    Mais comme le peuple est un ballot
    On lui donne la r'traite au flambeau ! "

    Et tout comme ça...

    "Ils ont les mains blancheuhhhhh
    Les mains maquillées...."

    RépondreSupprimer
  7. Les mains blanches :

    https://www.youtube.com/watch?v=3OWrPIdgg6w

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.