mercredi 17 septembre 2014

Si vous disposez d'une heure…


Philippe Bilger s'entretient avec Michel Onfray.

19 commentaires:

  1. Là je n'ai que 5 minutes ! Dommage, ils sont pas d'accord, tous les 2 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un "débat", mais un entretien : Bilger pose des questions, puis laisse à Onfray le temps de construire et de développer sa réponse.

      Supprimer
  2. Peit-être me trompe-je mais j ai l impression que Onfray est en pleine mutation depuis quelques temps. Je le trouvai insupportable il y a un ou deux ans et me voila l'écouter avec plaisir quand il est sur les plateaux télés. Mais pas avec Bilger que je ne supporte pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, physiquement il se béachellise.

      Supprimer
    2. Je ne suis pas sûr qu'il ait changé à ce point, en tout cas pas aussi brusquement que vous le dites. Mais ça demanderait à être un peu développé et, là, je n'ai guère le courage de le faire…

      Supprimer
    3. Oui, Onfray a changé. Il était avant un peu de la gauche de la gauche, très théorique dans ses propos et ses raisonnements. Et puis il a vieilli,il a muri comme tout le monde. Il s'est aperçu que la gauche, en particulier celle au pouvoir avec quelques satellites, c'était du vent, du baratin, de l'hypocrisie, de l'incompétence, de l'inconsistance, de l'inconstance, de l'éjaculation verbale. Il s'est aperçu que les faiseurs de belles phrases ne les transformaient pas en actes efficaces au bénéfice de ceux qu'ils sont censés représenter. Il s'est aperçu qu'il ne suffit pas de bien dire, il faut aussi bien faire. Bref, lui aussi a fait progressivement connaissance avec le monde réel, pour son plus grand bien. Il réalise maintenant un mariage idéal entre son immense culture philosophique et sa grande honnêteté intellectuelle, sa sincérité, son écoute objective des autres, son souci de prouver avec pédagogie. Et au passage, s'il parvient à guignoliser BHL, cela n'en est que mieux.

      Ravi par Onfray
      Duga

      Supprimer
  3. "Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument" est une formule de Lord Acton et non d'Alain comme le dit Onfray.

    RépondreSupprimer
  4. Ca m'a toujours énervé d'entendre des droitards du web conspuer Onfray ou bien Finkielkraut, pas assez ceci ou pas assez cela, toujours soupçonnés de travailler pour l'ennemi juré, la preuve ils ont été de gauche du 1er avril 1979 au 14 septembre 1982 à 20 heures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, nos amis sont parfois un peu pénibles de rigidité.

      Supprimer
  5. On peut ne pas aimer Onfray, mais il est très très rare d'avoir, dans les médias, des types comme lui qui argumentent systématiquement leurs propos. Zemmour est comme ça aussi.

    Moi j'aime bien Onfray, son coté libertaire un peu anarchiste et sa méthode de travaille, ses analyses philosophique sur la politique et le pouvoir. A coté, des types comme Miller ou BHL passe vraiment pour des imbéciles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec vous. c'est une chose qui me frappe depuis longtemps : sur un plateau de "débat" télévisé, Onfray est un des seuls à réellement écouter la question ou l'argument qu'on lui pose ou propose, puis de s'efforcer d'y répondre.

      Vous avez raison : Zemmour en est un autre.

      Ce qui nous en fait un à gauche et un à droite : la parité est sauve.

      Supprimer
    2. Regardez BHL chez Ruquier (oui, je sais c'est dur) puis regardez Onfray... C'est pas le même niveau.

      Il y a chez les gens comme Onfray et Zemmour (et quelques autres mais la, tout de suite, aucun nom ne me vient en tête... Finkielkraut peut être... merde, plus de parité, faut que je trouve un mec de gauche... ) une chose qui est devenu bien trop rare de nos jour : l'honnêteté intellectuelle.

      Supprimer
    3. Il y a Chantal Delsol, aussi, mais beaucop plus discrète. C'est une vertu rare.

      SebVer

      Supprimer
  6. Onfray a peut-être changé, mais ses livres sont toujours aussi nuls : après avoir redécouvert les vertus de l'athéisme en pleine déchristianisation, après avoir décrit Kant comme un précurseur des thèses nazies, après avoir "démontré" que Camus était un meilleur philosophe que Sartre, le voilà qui découvre avec ébahissement que Sade a "la passion de la méchanceté" et que c'est un très vilain personnage ! Onfray ou l’art d'être systématiquement à côté de la plaque...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Assez d'accord. Onfray est intéressant, cultivé, et a l'immense mérite d'être un gros travailleur (c'est-à-dire lecteur). Il est plutôt agréable à écouter lors d'un débat télévisé, car il écoute et ne braille pas, tout cela est vrai, mais enfin, dès qu'on entre un peu dans le vif du sujet, c'est assez consternant. Il a quelques thèse à faire passer, toujours les mêmes, et il n'arrive pas à en sortir. C'est un curé.

      Supprimer
    2. Oui, son "système philosophique" est assez simple, et dérive d'une interprétation plutôt sommaire de la fameuse formule de Nietzsche : "Il faut philosopher à coups de marteau". Il identifie une cible (la religion (surtout chrétienne, c'est moins risqué), le platonisme, l'idéalisme kantien, Freud et la psychanalyse, Sartre, Sade) et s'applique méthodiquement à la dégommer, comme si ce jeu de massacre assez puéril avait un quelconque intérêt. Tout heureux de son magnifique travail de déconstruction, qu'il expose toujours avec un sérieux imperturbable, il ne s'aperçoit pas qu'il ne profère finalement que des lieux communs, du style "Freud est un imposteur et un odieux personnage", "Sade est un criminel qui s'est fait passer pour un écrivain". "Tout ça pour ça", a-t-on envie de lui rétorquer.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.