dimanche 28 septembre 2014

Splendeur d'une vieille dame indigne


Les icônes féminines du cinéma n'ont finalement qu'une seule alternative : mourir jeunes (Marilyn) ou bien devenir de vieilles dames indignes ; de celles qui ne se laissent intimider par personne ni réduire au silence. C'est la voie choisie par la toute fraîche octogénaire d'aujourd'hui : on ne l'en remerciera jamais assez. On lui rendra hommage tout-à-l'heure, sur la chaîne Paris-Première, en revoyant En cas de malheur d'Autant-Lara, suivi de La Vérité de Clouzot.

On peut aussi recueillir un chat ou un chien perdu.

21 commentaires:

  1. Bien qu'elle me fasse un peu d'ombre, je ne peux que m'associer à vos remerciements !

    RépondreSupprimer
  2. Vous avez tout à fait raison, mais pourquoi vous cantonner aux seules actrices pour ce qui est de "devenir des vieilles dames indignes" ? Selon moi toutes les vieilles dames ont la possibilité de bénéficier de ce privilège pour peu qu'elles le veuillent.
    Je note que malgré votre admiration pour les vieilles dames, vous avez préféré choisir une photo de la dame datant d'au moins cinquante ans !

    RépondreSupprimer
  3. Je préfère les jeunes filles en fleur même indignes donc j'en voudrais quatre de vingt ce qui fait quatre-vingts, le compte est bon.

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lui envoyer un message d'amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment faites-vous ça? Vous avez son mail? Son adresse?

      Supprimer
    2. Par le truchement de Tweeter, comme tout le monde.

      Supprimer
    3. Ou avec l'adresse: La Madrague, Saint Tropez France.

      C'est de cette façon qu'elle a toujours reçu, et reçoit encore chaque année, des lettres du monde entier.

      T.Fellman.

      Supprimer
    4. Je parie même qu'on pourrait se contenter de :

      Brigitte Bardot

      France

      Supprimer
  5. Un des plus beaux bras d'honneur érigé au progressisme depuis pas mal de temps. Ah, si, Depardieu avait bien joué aussi.
    Sirène à 20 ans, coup de queue dans les dents à 80!

    RépondreSupprimer
  6. Oui, j'approuve, et le titre de ce court billet est bien senti. En août 2010, BB a répondu à une question de journaliste : "le ramadan, je m'assois dessus". La semaine dernière, BB a répondu à Wendy Bouchard sur Europe1 : "le retour de Sarkozy, je m'en tamponne le coquillard". Cette femme a toujours été magnifique de sincérité et de spontanéité. Elle dit qu'elle n'a pas été comédienne de cinéma, mais qu'elle s'est contentée d'être elle-même devant les caméras.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai revu hier En cas de malheur et, surtout, La Vérité : Bardot était une véritable comédienne, scandaleusement sous-estimée ; tout comme Marilyn le fut aussi.

      Supprimer
    2. Bien d'accord avec vous, c'est une excellente actrice, et le rapprochement avec Marilyn est tout à fait justifié. Je rajouterais à la liste de ses grandes réussites "Une parisienne", "Vie privée", "Le Mépris", bien sûr, "L'Ours et la poupée" ; et même dans des films moins réussis (" La Femme et le pantin", "Viva Maria", "Les Pétroleuses"), son énergie, son aplomb, sa grâce, son incroyable photogénie emportent tout !

      Supprimer
  7. Oui, Brigitte est le modèle intellectuel de ce blog, et son maître à penser.


    Anne-Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne-Laure, ne changez rien, surtout. Vous êtes tout simplement géniale.

      Supprimer
    2. Et Bein!
      Si Anne-Laure est une digne représentante du Progrès, je me réjouis de ne pas faire partie de sa caste.

      Supprimer
    3. On peut faire des progrès dans tous les domaines, y compris les pires.

      Supprimer
  8. Quand on voit la majorité écrasante des acteurs et des intermittents du théatre et du cinéma se vautrer sans vergogne dans un pc dégoulinant on ne peut que saluer cette vieille dame indigne et lui souhaiter pour ses 80 ans: Merci beaucoup et longue vie à vous !

    RépondreSupprimer
  9. Véritable comédienne, sans aucun doute. Excellente actrice, ma foi, il me semble bien que ça dépendait largement de qui la dirigeait et à quelles fins. Mais enfin, La Vérité, Le Mépris (farpaitement !), ça suffit pour devenir immortelle. Et dans certaines productions sans grandes prétentions, comme Voulez-vous danser avec moi ? de Michel Boisrond (1959), elle est si tellement tout ça…

    Mais ce n'était pas le sujet, je le crains.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.