lundi 7 décembre 2015

Ils devraient être heureux, pourtant, tous ces socialistes !


Enfin, moi, si un destin funeste m'avait fait socialiste ou assimilé, il me semble que je le serais, depuis hier soir. Comment ? me répéterais-je in petto, tu as porté au pouvoir le pire président que la France ait jamais eu, même en tenant compte de l'époque où ils descendaient des trains en pyjama, ton parti est dirigé par un Cambadélis, le chômage grimpe en flèche, tous les pouilleux de la terre ont frontières ouvertes, les banlieues sont devenues incontrôlables et les supermarchés y bradent leurs kalachnikovs tellement leurs stocks sont importants, et malgré tout ça, les camarades candidats vont parvenir à sauver au moins trois ou quatre régions ? Mais c'est inespéré, réfléchissez, mes bons amis roses ! Et faites-moi le plaisir de retrouver ces sourires angéliques qui sont une grande partie de votre charme ! D'autant plus que, je vous le signale en passant, vous venez probablement d'assister au premier pas décisif de Nicolas Sarkozy – votre petit Satan à vous autres – en direction de la maison de retraite, voire du sépulcre – métaphoriquement parlant. Et, accessoirement, de réduire à peau de zobi les braillards qui gesticulaient sur votre gauche. Il n'y a vraiment pas de quoi faire ces têtes-là, je vous assure !

Si j'étais de droite, alors là, en revanche (si je puis dire…), je l'aurais mauvaise. Parvenir en tête du premier tour dans seulement quatre régions, avec les avenues pourtant si bien ouvertes par l'incurie gouvernementale, c'est la Bérézina sans les pontonniers du général Eblé. Et le plus dur reste probablement à venir ; ce sera lorsque, dimanche prochain, ils vont s'apercevoir, ces braves petits soldats de l'alternance, que même avec l'appoint de leurs supplétifs socialistes ils n'auront été capables ni de terrasser l'hydre fasciste septentrionale, ni d'abattre la Perséphone nazillarde des bords de Mare Nostrum. La droite s'achemine vers des lendemains qui ululent, je vous le dis.

53 commentaires:

  1. Vous le dites et j'en suis bien d'accord. Les jours qui viennent promettent d'être rigolos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà commencé à rire, histoire de prendre un peu d'avance.

      Supprimer
    2. Ce qui risque d'être moins drôle, car vite lassant, ce sont les litanies des vigilants sur le thème du retour de la bête immonde donleventrétencorfécon (et kinourapeleulézeurléplusombreu, etc.). Ça a déjà commencé.

      Alain

      Supprimer
  2. Vous êtes un éternel optimiste, ça remonte le moral.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sérieux, en plus ! Il me semble que, quand on s'attend à deux bourre-pif et qu'on ne reçoit qu'une petite claque, on devrait en être heureux.

      Supprimer
  3. " Le choc" (titre commun de la "une" du Figaro et de l' Humanité), "Le PS reçoit un coup de massue" " Le PS accablé par les résultats", etc...alors que ceux-ci correspondent à peu près exactement, dans chaque Région, à ceux que laissaient prévoir les sondages unanimes depuis plusieurs jours.
    Quand on fait de la politique, il faut de temps en temps lire au moins les grands titres des journaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un autre côté, je vois mal mes chers confrères titrer : Tout s'est passé comme prévu

      Supprimer
  4. C'est ce que je crois aussi, et en attendant et pendant unesemaine, on a, pour pas un rond, un festival de tronches sur chaque chaîne de télévision. Je vous recommande celle de Cayrol, elle est impayable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que je vais y avoir droit ce soir, à C dans l'air

      Supprimer
    2. J'espère que vous avez vu celle de Valls sur TF1 ? Quant à Hollande, il a mis la sienne au frais dans son bunker de l'Elysée ! Oh p'tain, comment que je cause depuis "le choc" de dimanche !

      Supprimer
    3. Je n'écoute jamais les dégoisements des politiciens…

      Supprimer
  5. Ma foi on peu voir ça comme ça. Et en rire en effet.
    De sacrées pétroleuses en tout cas nos deux blondasses !!!
    Echec et mat, avec avec une reine et une tour plus le fou dans la diagonale Strasbourg-Bordeaux !
    Du beau boulot, y'a pas à dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous devriez avoir honte, de le prendre sur ce ton léger, alors que les divisions de panzers sont à nos portes !

      Supprimer
    2. Comment ça, elles ne sont pas dans la limonade?!?

      Popeye

      Supprimer
  6. En tous cas, le candidat FN d'Alsace-Champagne-Ardenne-lorraine peut remercier Nicolas Sarkozy. Lorsque ce dernier a décidé de punir Nadine Morano en lui retirant la direction de la liste de son parti, qui dans le fond n'avait fait que citer le général (censé inspirer Les Républicons), il a ouvert un boulevard aux sbires du fascisme et du nazisme réunis. Cerise sur le gâteau, la Licra qui avait esté contre la vilaine a été déboutée par le parquet : "Quelles que soient les réactions que peuvent susciter ces propos, ils s'analysent davantage comme l'expression d'une opinion personnelle qui n'excède pas les limites admissibles de la liberté d'expression en ce qu'ils ne comportent aucune incitation au rejet d'un groupe de personnes déterminé."

    Voilà, à vouloir sans cesse donner des gages de bien-pensance à la gauche médiatique on en vient à se tirer une balle dans le pied.

    Bien fait pour leur gueule. Quand on est à ce point con, à ce point honteux d'être de droite, on ne mérite qu'une chose : perdre. Ça tombe bien, c'est ce qui risque de leur arriver.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tout ce cirque pouvait nous débarrasser de Sarkozy, ce ne serait déjà pas si mal, comme résultat.

      Supprimer
    2. C'est une possibilité non négligeable que j'envisage avec un plaisir non dissimulé. L'idéal, ce serait le doublé : le caniche cocaïnomane et le flan de l'Elysée.

      Supprimer
  7. Vous noircissez un peu la situation de ladite "droite". Je ne parierai pas sur le sépulcre de Sarkozy ni sur la victoire des deux Le Pen. Il ne sera pas plus dur, pour cet énorme centre mou, de faire admettre que le front républicain a poussé les sympathiques Estrosi et Bertrand, que naguère de peinturlurer les 80 % de Chirac en triomphe de la volonté antifasciste. D'ailleurs, Estrosi, Bertrand, Chirac, cela fait une belle gallerie. Sarkozy a déjà pris soin de déclarer solennellement qu'il refusait tout retrait républicain des listes Les Républicains, ce qui est cocasse, puisqu'il n'y a pas, à ma connaissance, de région où le FN soit premier tandis que le PS devance la droite molle. Quant à la "fusion" des listes UMP et PS, elle est déjà effective moralement et mentalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est tout vu ! Après cette élection, et quel qu'en soit le résultat, Sarkozy ira rejoindre ceux qui se nommaient : "Les Réformateurs", au cabinet des accessoires où Chirac les avait remisés en son temps.
      Même Carla Bruni ne croit plus en son avenir politique ! Sinon poserait-elle pour la publicité de bijoux de grand luxe, ce qui est une véritable provocation pour le peuple censé l'élire en 2017 ?

      Supprimer
    2. Carla Bruni fait son job. Je crois bien qu'elle posait déjà pour je ne sais plus quel joaillier il y a deux ou trois ans. Si Sarkozy avait voulu la jouer low profile, il ne l'aurait tout simplement pas épousée, ni Cecilia, mais quelque chose de ressemblant à Ségolène, Boutin ou, éventuellement, Morano. Croyez-vous vraiment que l'électorat sanctionne l'étalage des biens de ce monde ? Sarkozy, petit homme vulgaire et sanguin, est au contraire adulé pour le fric qu'il brasse et les poufiasses qu'il tombe. Il en irait de même s'il conduisait une voiture de sport. Fillon essaie justement de l'émuler par ce côté, le piston et la bielle.

      Supprimer
    3. Mais comme m'avait répondu un de mes fils à qui je conseillais de sortir avec telle jeune fille, plutôt que telle autre : "Il faudrait au moins qu'elle me fasse bander !"

      Supprimer
    4. "il n'y a pas, à ma connaissance, de région où le FN soit premier tandis que le PS devance la droite molle"
      Si! le Grolanguedoc!

      Supprimer
    5. Eh oui, en effet. Bizarrement, on en parle peu.

      Supprimer
  8. Il y a eu pire, comme président. Chirac avait un avantage. Il était sympathique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous dites ça parce que vous avez voté pour lui…

      Supprimer
    2. Non parce qu'il buvait de la bière.

      Supprimer
    3. C'est de la bière la Corona ?

      Mon Dieu.

      Supprimer
    4. autrefois au moins les ordures qui nous dirigeaient était sympathiques et ou cultivées (mitterrand)Question de génération

      Supprimer
  9. Vous aimez voir les enfants pleurer, hein ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai failli rater l'occasion de vous recommander le prochain film de Guillaume Canet Les Petits Moutards avec Marion Cotillard dans le rôle de Myriam Badaoui.

      Supprimer
  10. En plus je ne vois pas très bien pourquoi les socialistes s’inquiètent puisque si le FN est élu se seront d'autres socialistes au pouvoir. Certes des socialo-nationalistes mais socialistes tout de même.

    RépondreSupprimer
  11. Sébastien Tellibag8 décembre 2015 à 14:00

    Sinon le FN a mobilisé 13,28 % des inscrits, soit à peu près le résultat des présidentielles de 2002. Le chômage explose, le gouvernement n'a rien d'autre à faire que la théorie du genre et le mariage gay. On a eu 3 attentats ou tentatives dont une la plus meurtrière que le pays n'ai jamais connu sans compter la plus grande invasion que l'Europe ait eue à subir et ces braves Français , eux, ne veulent pas voter pour l'hydre fasciste.......Je serais au gouvernement, je me dirais: "pourquoi se gêner?"

    RépondreSupprimer
  12. C'est vrai, vous avez tout à gagner dans cette affaire d'un paysage d'extrême droite installé, au moment où sortira votre livre.
    Un livre d'extrême droite, écrit par un auteur d'extrême droite, paru chez un éditeur d'extrême droite,pour un lectorat d'extrême droite,ce sera juteux...


    L'observateur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Serait-il désobligeant de vous demander ce que vous entendez précisément par extrême droite ? Il y a, je trouve, quelque chose de fasciste à cataloguer si peremptoirement un livre, un auteur, un éditeur et un lectorat. Puisque vous êtes sans doute un homme de gauche, vous êtes du côté de la Raison, n'est-ce pas ?

      Supprimer
    2. Depuis quand répond-on aux ectoplasmes qui sait ce qu'est un livre avant même la parution d'icelui ?

      Supprimer
    3. Victor, il suffit de jeter un coup d'oeil de temps en temps sur les commentaires de ce blog pour s'apercevoir que cela ne draine pas beaucoup de sympathisants de la gauche ni de la droite classique, quant à l'auteur, l'éditeur et leur idéologie, quelques clics et le catalogue suffisent

      L'observateur

      Supprimer
    4. Vous êtes vraiment un crétin de la plus belle eau, mon cher ! Le catalogue des Belles Lettres (maison presque centenaire)représente une richesse culturelle à peu près unique. Et bien malin qui pourrait dire si ce catalogue est de droite, de gauche ou d'ailleurs. Il faudrait du reste qu'il soit parfaitement con pour se poser une question aussi saugrenue.

      (Inutile de répondre, je ne validerai plus vos commentaires : mon côté fasciste, que voulez-vous…)

      Supprimer
    5. Plutarque, Sénèque, Dion Cassius et tant d'autres auteurs latins sont donc des auteurs d'extrême droite.

      Ceci explique peut-être pourquoi j'ai aimé les lire.

      Supprimer
    6. Vous avez tort, Monsieur Goux: il est rare, chez nous, d'avoir un commentateur qui poste depuis la Corée du Nord.

      Supprimer
    7. Mais si, Didier, validez ! Ce genre de personnage sait très bien se discréditer tout seul en nous montrant ce qu'il entend par extrême-droite (tout ce qui n'est pas de gauche ou clone de la gauche) et par culture. Il doit être content, la « culture » s'exprime en ce moment par la bouche de Dany Boon.

      Alain

      Supprimer
    8. Il paraît que l'imprimeur est trotskiste.

      Supprimer
    9. Ce n'est pas le fascisme qui vous guette mais un bon vieux poujadisme...

      Louis

      Supprimer
    10. Oui, je me permets de répondre à monsieur l'Observateur. Quand j'étais étudiant, je n'aimais rien tant qu'à discuter avec les Témoins de Jéhovah qui venaient régulièrement par deux sonner à la porte de ma petite chambrette. Bref, je trouvais amusant que ledit Observateur puisse qualifier les Belles Lettres, où j'ai pu il n'y a pas si longtemps assister à une conférence de Paul Veyne, d'éditeur d'extrême drouate. Quelques clics suffiront pour s'assurer de la couleur idéologique de Paul Veyne. Pour ma part, je ne peux pas plus le blairer que Florence Dupond, qui est au moins aussi laide que lui, sans avoir son sérieux académique, mais qu'y puis-je ? Je crâche voluptueusement sur la droite classique, c'est-à-dire libérale ou chrétienne-démocrate. Elle me répugne. Je suis réactionnaire et populiste.

      Supprimer
  13. Je vois que je suis pas le seul à faire cette analyse. Ces élections régionales sont en réalité la preuve de l'habileté politique de Hollande. C'est peut être un piètre dirigeant, mais c'est probablement le plus habile politicien du moment.

    Vu l'impopularité énorme de la gauche, finir en ayant autant de régions que la droite, c'est juste génial.

    Un digne héritier de François Mitterrand.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. Il commence à y avoir de vraies "chances" de le voir arriver au second tour face à Marine Le Pen, dans un an et demi.

      Supprimer
    2. Au fond, depuis "Le Prince" de Machiavel, on n'a rien écrit de bien nouveau, en matière de Sciences Po.

      Supprimer
  14. Les F.·., Les Amis Philanthropes, Les Vrais Experts, L'Olympique de la Parfaite Estime, La Clémente Amitié, La Parfaite Sincérité, L'Aurore Sociale, La Concorde Humaine, Les Amis Incorruptibles, Les Cœurs Simples de L'Étoile Polaire, etc, sont formels : le fascisme ne passera pas !

    Jean-Christophe Cambadélis à Marine Le Pen : « Touche pas au grisbi, salope ! »

    RépondreSupprimer
  15. Ils ont le magouille blues... magouille, carambouille, tambouille des fripouilles.

    « Français, Françaises, soyez réalistes
    Gaffe aux socialo-communistes
    C'est là qu'est le plus grand danger
    Pour notre vieux pays traumatisé »

    François Béranger, Magouille Blues.

    RépondreSupprimer
  16. Monsieur Goux, homme de gauche,là c'est du lourd.
    Je me demande si un certain Nicolas n'est pas de droite, non Sarkozy.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je suis, d'une certaine manière, de gauche. Je le suis chaque fois que je cause avec un homme de droite assuré de lui-même, par exemple. Je le suis également quand je pense à mes grands-parents, à leurs voisins… Je le suis face à mes amis libéraux, qui pensent que tout se résume à l'économie. et je le suis à l'égal de Nicolas qui, je crois, voit le monde à peu près comme moi.

      Supprimer
    2. Ma mère a toujours été catholique et royaliste, elle votait pour De Gaulle en espérant qu'il rétablisse la monarchie.
      De nos jours la frontière entre un socialiste et un politique comme Juppé est presque inexistante donc qu'est ce qu'être de gauche.
      Toutes mes excuses pour avoir mis un trop à droite pourtant il me semble que vous êtes un anarchiste de droite.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.