mercredi 30 décembre 2015

Des épreuves, toujours des épreuves…


Les épreuves en question sont arrivées en novembre.

15 commentaires:

  1. Tiens j'ai trouvé quelqu'un qui utilise encore le mot "portatif", come moi !
    Cela ne me gêne aucunement mais le 24 novembre est devenu septembre
    Erskine Caldwell, un vrai délice ! Il me semble en avoir discuté un jour avec Jacques Etienne qui vous en parlera mieux que moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et dire que, chaque mois, je relis le journal trois fois avant de le publier…

      Supprimer
  2. A propos de votre chef-d'oeuvre, ça ne va pas être un peu pénible la tournée promotionnelle des plateaux télé, La Grande Librairie, les interviews sur France-Culture, Radio Courtoisie, tout ça ?
    Je vous souhaite bien du courage !

    RépondreSupprimer
  3. Très honoré d'avoir intégré votre journal, je voulais vous faire remarquer que mon intelligence, que je tiendrais, d'après vous, en si haute estime, ne m'a pas empêché de conclure notre échange en vous disant que j'ai probablement très mal compris René Girard (j'ai oublié mes termes exacts)...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mettons que je suis assez intelligent pour comprendre que je ne suis pas si intelligent que ça...

      Supprimer
    2. Ne vous plaignez pas : moi, ça fait des années que je squatte chez Goux, et jamais je n'ai été cité dans le Journal. C'est dur pour mon égo.

      Supprimer
    3. Vous ne faites pas d'efforts, non plus.

      (Ou alors, vos efforts sont un peu trop voyants…)

      Supprimer
    4. "mettons que je suis assez intelligent pour comprendre que je ne suis pas si intelligent que ça" L'intelligence est a la fois un don et un fardeau Les surdoués sont souvent exclus car trop différents De plus des études tenderaient a prouver que le nombres de dépressifs et d'autres malades psychique est plus élevé parmi les personnes intelligentes qu'il ne l'est dans la population générale J'ai pour ma part 130 de QI et pourtant, je suis loin d'avoir réussi ma vie sociale et professionnelle Les génies médiocres, cela existe aussi

      Supprimer
  4. On imagine le dialogue :
    - Chérie, pour me faire pardonner je t'ai acheté le dernier Houellebecq, le bandeau de pub dit que c'est un chef-d'oeuvre !
    - Crétin ! Ce n'est pas un bandeau et tu as vu, là en tout petit Didier Goux, et je parie que tu n'as pas gardé le ticket de caisse...

    RépondreSupprimer
  5. Erskine Caldwell (et pas Cardwell), ça alors ! J’étais fan de Fante et Bukowski quand je l'ai découvert à travers 2/3 "poches", surement suite à un article ou une émission sur les influences des uns sur les autres, à vrai dire, j'en sais rien, mais je le lisais à cette époque et je croyais que c’était un écrivain confidentiel. Quel con suis-je.
    En tout cas, ça fait deux fois en peu de temps (sur deux supports) que vous stimulez mes madeleines. Caldwell donc, et aussi le "Manuscrit trouvé à Saragosse".
    Merci !

    RépondreSupprimer
  6. Monsieur Goux, permettez moi de vous présentez mes voeux pour l'année 2016.
    Merci de laisser mes remarques paraitre malgré leurs caractère inconséquent.

    RépondreSupprimer
  7. À Didier Goux, à son Irremplaçable Épouse, et à tous les membres distingués de la Société des Lecteurs de Didier Goux, je présente mes vœux les meilleurs pour l'année 2016.

    RépondreSupprimer
  8. Mes passages préférés de ce journal de novembre: le silence de votre mère, et le petit coup de blanc offert à Jacques Laurent. Enfin, surtout le silence de votre mère. Vous avez dit souvent que les femmes étaient faites pour être veuves, qu'elles s'épanouissaient dans cet état. Pas toutes, pas toutes...

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.