dimanche 13 décembre 2015

Les braves petits soldats du progressisme

Dragon fasciste planant sur les cohortes du vivre-ensemble

En 2002, déjà, le spectacle avait valu que l'on y prenne son billet. Un lundi matin de début mai, tout ce que notre beau pays comptait de résistants à l'hydre brune s'était réveillé avec du coton hydrophile plein la bouche et de superbes cornes au front : grâce à eux, Jacques Chirac venait de retrouver son fauteuil avec un score de roi nègre. Dessaoulés de la veille, la tripe de gauche passablement éviscérée, les troupes du progrès payaient d'une gueule de bois d'anthologie leurs deux semaines d'ébriété résistante. On avait bien ri, je m'en souviens.

Eh bien, ça ne leur a nullement servi de leçon. À peine leurs centurions de progrès et de tolérance avaient-ils embouché les vieilles trompettes qu'on les a vus par milliers sortir de leurs trous à rats multiethniques pour se précipiter vers les boîtes à vote et faire rempart de leurs petits bulletins sévèrement urnés au moloch décoloré et bicéphale qui s'apprêtait, leur assurait-on, à transformer la France en un vaste champ de ruines, cerné au nord et au sud par deux camps de concentration jumeaux ; on leur refredonnait la comptine des deux blondes : Bergen et Belsen sont dans un bateau ivre

Cette fois-ci, l'affaire était plus délicate, il ne fallait pas se tromper dans les attributions maquisardes. « Toi, tu es quoi, déjà ? – Écolo, Sir ! – Très bien, tu iras voter pour Bertrand à Hénin-Beaumont. – Sir, yes, Sir ! – Et toi, là ? Front de gauche, Sir ! Révolutionnaire émérite ! – OK, tu mettras un bulletin Estrosi dans le bazar, compris ? – Sir, yes, Sir ! – Magne-toi le train du progrès : en partant maintenant, tu peux être à Martigues dimanche midi… » Et ainsi de suite.

Et ils l'ont fait, nos braves légionnaires, prêts à se faire tous tuer pour anéantir les deux cavalières de l'Apocalypse, la pestilence et la guerre civile. C'était beau à voir, toutes ces légions en marche, qui se croyaient manipulaires et n'étaient que manipulées, ces décuries d'Augias masquant l'incurie, et les centuries 21 chargées du campement.

C'était presque aussi grandiose que Game of Thrones ; ce n'était que la foire du Trône.

39 commentaires:

  1. Billet inspiré dans un soir de soupirs. Belle période :

    "À peine leurs centurions de progrès et de tolérance avaient-ils embouché les vieilles trompettes qu'on les a vus par milliers sortir de leurs trous à rats multiethniques pour se précipiter vers les boîtes à vote et faire rempart de leurs petits bulletins sévèrement urnés au moloch décoloré et bicéphale qui s'apprêtait, leur assurait-on, à transformer la France en un vaste champ de ruines, cerné au nord et au sud par deux camps de concentration jumeaux..."

    "Cerné au nord et au sud" est audacieux. J'aurais plutôt mis "limité", mais l'obsidional "cerné" sonne mieux.

    L'avant dernière phrase est tellement spendide de calembours crémeux de légionellose d'airain, qu'ébloui par ce soleil acide, on trouve le dernier éclat pâli. C'est sans doute parce que je n'ai aucune idée de comment c'est grandiose Game of Thrones.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison : la chute est faiblarde.

      Supprimer
    2. vous n'allez pas me croire, mais je n'ai jamais vu "game of thrones"
      qui sont les acteurs principaux?
      et le règle du jeu?
      n'est elle pas résumée dans le film éponyme de renoir ? ( qui rime comme noir )

      Supprimer
  2. "Bergen et Belsen sont dans un bateau ivre…" point Golwin atteint...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dites donc, vous : depuis une semaine, il me semble que ce n'est pas moi qui ai usé et abusé du point en question !

      Supprimer
    2. La formule a le mérite d’être drôle, ce qui n’est pas le cas de M. Godwin (et non Golwin), et judicieuse, ce qui est rarement le cas de vos commentaires.

      Alain

      Supprimer
  3. 2 ème tour de la présidentielle de 2002 Chirac/ Le Pen : 80 % - 20 %
    2ème tour des régionales Bertrand-Marine et Estrosi-Marion : 57%-43% et 55 %-45 %.
    Pas pareil...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où ai-je dit que c'était pareil ?

      Supprimer
    2. Sébastien Tellibag14 décembre 2015 à 12:58

      2 ème tour de la présidentielle de 2002 Chirac/ Le Pen: FN à 13.5 % des inscrits
      2ème tour des régionales au niveau national: FN à environ 14% des inscrits

      Ouahhhhh, quelle évolution !

      Supprimer
    3. @ Didier Goux

      Vous ne l'avez pas écrit, mais des fois que vous l'auriez fait...(parce qu'il faut lire les billets, maintenant, avant de les commenter? Et puis quoi encore ?)

      @ Sébastien Tellibag

      Il ne vous reste qu'à faire le même calcul pour tous les autres partis.

      Supprimer
    4. Sébastien Tellibag14 décembre 2015 à 19:31

      @ Elie Arié Bien entendu. Mais on ne peut pas espérer gagner une présidentielle avec un socle électoral aussi faible.

      Supprimer
    5. Arrêtez de minorer les résultats du FN et de jouer la politique de l’autruche.

      Le Front National poursuit son ascension : il a recueilli plus de voix que Marine Le Pen à la présidentielle de 2012, malgré une abstention plus élevée, et a encore augmenté son nombre de voix au 2 ème tour ; il poursuit son implantation locale, condition préalable indispensable à une victoire nationale : après avoir conquis, aux municipales, 14 villes et 1546 conseillers municipaux dans les villes de plus de 1000 habitants, il compte maintenant 358 conseillers régionaux.
      Du fait de la quasi-disparition du MRC (que Chevènement a quitté) et de Debout la France de Dupont-Aignan, il a maintenant acquis le monopole du discours souverainiste.
      S’il n’a conquis aucune Région, c’est uniquement à cause de sa stratégie de refus de toute alliance avec d’autres partis, qui rend la victoire finale bien plus difficile dans un scrutin à deux tours ; mais ce n’est qu’une question de loi électorale : s’il s’agissait, comme en Grande-Bretagne, de scrutins à un seul tour, il dirigerait aujourd’hui 6 Régions sur 13 ( gageons que c’est la première réforme qu’il fera s’il parvient un jour au pouvoir) ;

      Supprimer
    6. Je constate, à la lecture de cette analyse aussi pertinente que ce qu’on lit çà et là sous la plume d’ « experts » patentés (si, si !), qu’un cardiologue peut s’improviser politologue. Par contre, on n’a jamais vu de politologue s’improviser cardiologue. Conclusion : politologue n’est pas un vrai métier. Mais on s’en doutait déjà un peu.

      Alain

      Supprimer
    7. Ce doit d'ailleurs être une tendance plus générale qu'on ne le pense : ayant rendez-vous, hier, avec mon cardiologue, nous avons passé presque toute la consultation à parler de politique.

      Supprimer
    8. Ah oui, très bonne analyse de M. Arié !

      Supprimer
    9. Aucun problème, Didier. En revanche, la prochaine fois que vous consulterez votre politologue, ne lui confiez pas votre cœur.

      Alain

      Supprimer
  4. Billet jubilatoire, mais je crains que les références à l'ordre de marche des légions ne soient par trop obscures pour les jeunes gauchistes qui, en plus, sont maintenant privés de l'étude du latin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'en fous, je n'écris pas pour ces malfaisants.

      Supprimer
  5. Un billet comme j'aime ! Vous avez le jeux vidéo qui va avec ?

    RépondreSupprimer
  6. Billet très bien troussé! Et tous vont sortir de cette élection plus aveugles qu'avant! C'est quand même beau la démocratie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, aveugle c'est très handicapant ; alors, plus aveugle, ça doit être terrible.

      Supprimer
    2. On parle désormais, en Modernœud®, de malvouaillant. Libre à vous d'écrire pirvouaillant -)

      Supprimer
    3. Il y a une différence : un aveugle peut recouvrer la vue (ça s’est vu) ; un plus qu’aveugle, jamais.

      Alain

      Supprimer
  7. Maintenant que vous venez de nous donner, avec votre prescience habituelle, et le ton de M. Homais, les explications de vote de gens que vous ne connaissez pas,vous allez sans doute nous faire la faveur de nous communiquer les vôtres, ou celles de votre non-vote, à moins que vous les estimiez inaccessibles au "vulgus pecum" que nous sommes.

    Jean-Pierre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et quand les « politologues » font la même chose en plus chiant, ils connaissent les gens dont ils commentent le vote ?

      Alain

      Supprimer
  8. Qu'importe à Hollande, le Nord et PACA, puisque, il peut en être sûr, il sera réélu Président en 2017 !




















    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr, sûr : n'exagérons rien ! Possible, oui.

      Supprimer
  9. "il sera réélu Président en 2017".

    J'espère bien !
    La démolition du socialisme de gauche ne peut se faire en un seul quinquennat.
    Donnons à ce garçon le temps nécessaire pour terminer le travail.

    Il faudra ensuite s'atteler à la disparition du socialisme de droite, avant de passer au socialisme national (point Godwin frôle mais non atteint).

    On n'est pas rendu ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que ça va pas vite
      mais y a des avancées positives
      le premier des ministres ne parle-t-il pas de guerre civile?
      comme s'il l'espérait ?

      Supprimer
  10. Hier mélenchon avec son discours à la con, je cite et c'est moi qui souligne:

    "Je sais mes chers compatriotes que nous avançons dans l’hiver, mais je sais aussi que toujours le printemps revient, toujours et avec lui les fleurs et la promesse de leurs fruits. »

    Winter is coming, on est vraiment dans Games of Thrones

    RépondreSupprimer
  11. cherea14 décembre 2015 à 11:24
    Hier mélenchon avec son discours à la con, je cite et c'est moi qui souligne:

    "Je sais mes chers compatriotes que nous avançons dans l’hiver

    Mélanchon devrait renoncer à la politique et se tourner vers la poésie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mélenchon, cochon, devrait affûter sa stratégie pour deux jambons aux prochaines élections. Car enfin...

      « Cochons, porchers et charcutiers mes frères, équarrisseur mon papa, ayons à cœur de nous serrer les coudes si nous ne voulons pas un jour nous serrer la ceinture. Et joignant le geste à la parole, j'ajoute : mangez, ceci est mon jambon et voici mes tripes et buvez mon boudin avant qu'il coagule mais de grâce, sachons donner au monde l'image d'une corporation unie autour de son projet. »
      Raymond Cousse, Stratégie pour deux jambons.

      Et en matière de "corporation unie", il en connaît un rayon le Mélenchon.

      Supprimer
  12. Un nouveau scénario pour les Légion of Doum.

    RépondreSupprimer
  13. Quatrain de Nostrabéru:

    En 2050 Mustapha présidera.
    Avec les musulmans modérés coalition formera.
    Contre le front salafiste digue édifier.
    La paix d'Allah règnera.

    RépondreSupprimer
  14. Quelqu'un a entendu parler, à la radio ou à la télévision, de de l'Union démocrate des Musulmans de France qui obtient dans quelques villes des scores supérieurs au Front de Gauche et aux écologistes ?
    C'est un parti qui n'a pas beaucoup de moyens financiers, ses électeurs ont dû imprimer eux-même leur bulletin de vote, et qui obtient des résultats qu'on a peut-être tort de passer sous silence.

    RépondreSupprimer
  15. "Déjà, aveugle c'est très handicapant ; alors, plus aveugle, ça doit être terrible"

    Ah ça...

    En parlant de parti muslman, vous rappelez-vous de ce billet vantant les mérites d'un général Yayah? Je ne l'ai pas retrouvé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. là ?

      http://didiergouxbis.blogspot.fr/2011/12/yahia-mon-general-ou-les-phoceens-font.html

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.