mardi 3 mai 2011

Tu généraliseras quand t'auras ton diplôme, d'accord ?

On ne cesse de nous admonester, de nous gronder comme des enfants lorsque nous nous laissons aller à notre péché mignon (et en fait, non, pas du tout mignon, bien au contraire) : la généralisation. On le sait pourtant, il ne faut jamais généraliser. Mais en réalité, ce “jamais” est trop simple et il faut nuancer un peu, créer quelques subdivisions selon qui parle et ce qui est dit.

D'abord, il va à peu près de soi que toute personne soupçonnée d'être raciste (soupçonnée par qui ? par quelle autorité compétente ? Peu importe : soupçonné suffit amplement), ou plus simplement encore : de n'être pas de gauche, est interdite de généralisation dans tous les cas de figure. Même s'il s'agit de dire du bien de populations tenues pour discriminées. Ainsi, déclarer que les noirs sont d'excellents rempailleurs de chaise ou que les aborigènes d'Australie ont un sens inné de la peinture sur plantes de pied suffirait, si je m'y risquais, à me valoir les torves regards de Modernœud, si ce n'est une assignation à comparaître. Alors que si une vieille gauchiste en phase terminale déclare que les Indiens sont restés merveilleusement proches de la grande mère nature et du communisme primordial, elle récoltera les applaudissements des autres vieilles gauchistes en phase terminale.

Et cela nous amène à une importante nuance de la proposition initiale, qui désormais se formulera ainsi : on ne doit jamais généraliser, sauf si on a la carte et si c'est pour exalter ce qu'on n'est pas soi-même. C'est ainsi que, ce matin, l'une des vieilles folles que j'évoquais à l'instant (je ne mets pas de lien : ce serait pour vous appuyer le plat mais interminable déroulé d'un scénario de film colombien que jamais vous n'aurez l'idée de regarder – ni moi d'ailleurs) a pu écrire, sans se faire rappeler à l'ordre par aucune police de la pensée, une connerie aussi pitoyable que :

Manuel et Juliano, son meilleur ami, sont des fondus de football, comme tous les enfants Latino-Américains.

Le soulignage est de mon fait, mais pas les fautes de français. Donc, quand on est une vieille folle gauchiste, on a le droit de penser que tous les enfants d'Amérique du Sud adorent le football. Tous, absolument tous. Si par extraordinaire il s'en trouvait un que l'idée de passer des heures, des jours, des années à taper dans un ballon en plein soleil ne soulève pas d'enthousiasme, il serait déchu de sa continentalité sud-américaine illico. Chemin faisant, notre momie chavezolâtre ne se rend absolument pas compte de ce que son risible cliché a de méprisant, en plus d'être profondément stupide. Mais ce n'est pas important : grâce au stage de premiers secours antiracistes (Apprenez les gestes qui déstigmatisent !) qu'elle a suivi il y a 72 ans et au brevet de progressisme qui s'en est suivi, elle s'est acquis des droits de généralisation inaliénables. Cependant que toi, mon con, tu resteras cantonné toute ta vie au cas par cas. Et si tu t'amuses, par goût de la provocation malsaine, à comparer Pierre à Paul, en fonction de Jacques et par rapport à Émile, eh bien tu vas voir un peu ta gueule !

80 commentaires:

  1. Sur ce cas particulier qu'il ne conviendrait toutefois de na pas généraliser, je crains, hélas, que vous n'ayez raison.

    RépondreSupprimer
  2. Déjà au clavier à sept heures et demie ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah, c'est malin ! On va encore dire que je m'acharne…

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai qu'en général il ne faut pas généraliser … Sauf si ça arrange vos petites affaires…

    RépondreSupprimer
  5. Moi, quand je lis les commentaires sur François Desouche, j'ai tendance à généraliser. Pauvres, pauvres racistes...

    RépondreSupprimer
  6. TG : mais si, IL FAUT généraliser !

    Suzanne : en revanche IL NE FAUT JAMAIS lire les commentaires chez Desouche !

    RépondreSupprimer
  7. Didier: justement, si. Parce que sinon, qu'est-ce que c'est, François Desouche ? Une compilation de faits divers anti-noirzéarabes, pour le dire vite. Ce ne sont que des vidéos repiquées de la télé, ou des articles de journaux régionaux (enfin, en majorité). Non que ce ne soit inintéressant dans la mesure où ce sont des pointages de dysfonctionnements, de musulmanisme inquiétant, de glorification débile de la fameuse "culture des banlieues" , etc. Mais les commentateurs...
    Une sorte d'enfer, pour moi, serait d'avoir à choisir de vivre dans un immeuble où l'on entend sexion d'assaut à tous les étages, et un autre où n'habitent que des commentateurs de chez Desouche.

    RépondreSupprimer
  8. Oui, enfin, vivre dans un immeuble avec Suzanne et Dorham, heu...

    RépondreSupprimer
  9. Dorham est exclu d'office : à cause des enfants qui font du bruit et qui salopent tout.

    Suzanne : ah mais j'critique pas l'côté festif, attention !

    Non, sérieusement, je ne dois pas être assez maso pour lire tout ça. Cela dit, je les veux bien comme voisins : ils doivent être nettement moins bruyants que l'alternative offerte…

    RépondreSupprimer
  10. "Qu'est-ce que c'est, François Desouche ? Une compilation de faits divers anti-noirzéarabes." (Suzanne)

    Heu... non. C'est le contraire : une compilation de faits-divers anti-Blancs, commis par des Noirs et des Arabes.

    C'est quand même amusant d'avoir intégré à ce point le renversement complet des valeurs, de la vérité et la substitution des délinquants aux victimes, qui caractérise l'idéologie du politiquement correct.

    RépondreSupprimer
  11. Il faudrait l'encadrer, votre commentaire, Suzanne.

    Il dit exactement ceci, qui est le credo de l'époque : si les Noirs et les Arabes insultent, volent, agressent, violent, torturent et massacrent les Blancs, c'est la faute des Blancs et de leur racisme.

    Plus la criminalité noire et arabe augmente, plus les Blancs sont coupables.

    RépondreSupprimer
  12. Marchenoir :

    La preuve par l'exemple, avec les titres des trois premiers "faits divers anti-blancs" à la une de FDS.

    -"Retrait des recours du FN qui freinent la construction de la grande mosquée de Marseille ?"
    -"Eric Zemmour : Il y a quotas et quotas !"
    -"Quand Arte défend l’inégalité raciale dans le sport (redif)"

    Ce n'est peut être pas représentatif, mais ça me suffit pour les trouver très méchants tous ces noirs et ces arabes, pas vous ?

    Bonne journée, et désolé pour le trollage intempestif.

    RépondreSupprimer
  13. Ce n'est pas le trollage qui déplaît en ces lieux : c'est l'anonymat…

    RépondreSupprimer
  14. Pas plus fort que le "petit tailleur" ... cinq d'un coup. L'était noir celui-là ?

    RépondreSupprimer
  15. Marchenoir: oui, bon , je me suis mal exprimée, j'aurais du écrire "une compilation anti-noiréarabe de faits divers". Le sens de la phrase me parait explicite, mais soit.

    Vous bondissez drôlement vite, dites donc. On dirait un chevalier nerveux qui fait des moulinets avec son épée.

    On n'est pas dans la merde, avec l'islam, la séparation des sexes et autres joyeusetés, d'une part, d'autre part avec les gentils zumanistes qui trouvent que le halal partout et les petites filles voilées c'est cool, oukilé le problème, et les chrétiens d'extrême droite bouteurs de sarrazins qui ont l'air de sacrément reprendre du poil de la bête.

    RépondreSupprimer
  16. extrême-droite. Avec un trait d'union.

    RépondreSupprimer
  17. (la Pecnaude devient carrément ésotérique).

    RépondreSupprimer
  18. @Didier

    D'où les fautes !!! ;+)

    RépondreSupprimer
  19. Suzanne, je dirais même plus : isothermique !

    Denis : de quoi parlez-vous ? quelle faute ?

    RépondreSupprimer
  20. En quoi les chrétiens d'esstrêm' drouâte qui veulent bouter du sarrazin vous posent-ils un problème, Suzanne ?

    D'ailleurs, bouter du sarrazin, faut le dire vite. Les chrétiens d'esstrêm' drouâte du Salon beige veulent s'allier aux musulmans contre les pédés, et me censurent quand je suggère que Jean-Paul II a pu agir contre son camp en entretenant le dialogue avec l'islam, ou que les chefs chrétiens d'Orient se comportent en dhimmis quand ils imputent à l'islamophobie occidentale les persécutions dont ils sont l'objet de la part des musulmans.

    RépondreSupprimer
  21. Pas d'ésotérisme là dedans. Pour l'instant on ne voit que faits divers,de ceux qui intéressent tant nos illustrissimes dirigeants,ce ne sont que des faits de meurtres, de viols suivis de, perpètrés pas des ... gens de bonne souche, bien de chez nous quoi.

    Drôle quand même que ce qui à l'air de plus importer à certains reste toujours le pucelage de leur descendance ...

    Je faisais donc référence à une petite légende "celle du petit tailleur" qui en avait tué sept ... de mouches. Là non, c'est pire, un homme bien né qui liquide froidement toute sa famille, c'est quoi, une aberration ?

    Vous êtes déconnecté de toute réalité.

    RépondreSupprimer
  22. "et les chrétiens d'extrême droite bouteurs de sarrazins"
    Sans oublier tous les brouteurs de sarrazins, les plus nombreux sous nos doux cieux de France.
    Pluss les brouteuses…

    RépondreSupprimer
  23. Dame Pecnaude, relisez donc votre dernier commentaire, et notamment sa dernière phrase. Qui est déconnecté de quoi ?

    Du reste, vous ne répondez jamais à aucune question. Vous ne semblez même pas lire ce à quoi vous faites semblant de répondre.

    Chez les ruminants, vous êtes, vous restez l'une des femelles les plus supportables. Mais n'abusez pas tout de même du droit de raconter n'importe quoi, sans jamais répondre aux questions posées : ça va finir par se voir !

    Du reste, même chez les Ruminants, on sent bien depuis quelque temps, que vous venez d'ailleurs. Que vous n'êtes peut-être pas tout à fait aussi folle que la malheureuse Clomani.

    La Clomani… On devrait en faire quelque chose, de cette pauvre raclure qui se pense sud-américaine, rigolote au fond, si française, si "rien du tout", si tellement abrutie, si "je fais les photocopies moi-même".

    Enfin, bon… Ces veilles ânesses…

    RépondreSupprimer
  24. Et Miltiade il était déconnecté ? Et Thémistocle? Et Alexandre ? Et Septime Sévère ? Et Julien l'apostat ? Et Heraclius ? Et Charles Martel ? Et Romain Diogène ? Et Roger de Sicile ? Et Bohemond d'Antioche ? Et Innocent III ? Et Vuk Brankovic ? Et Constantin Paléologue ? Et Louis de Hongrie ? Et Jean de la Valette ? Et Marcantonio Bragadin ?Et Don Juan d'Autriche ? Et Jean Sobieski ? Et Bonaparte ? Et Bugeaud ? Et Garnet Wolseley ? Et Frederick Roberts ? Et Gordon Pacha ? Et Kitchener ? Et Allenby ? Et Ben Gourion ? Et Massu ? Et Golda Meir ?

    RépondreSupprimer
  25. NV : tu dégages, tout de suite. Je ne sais, pas qui tu es, et ta dernière intervention…

    Va te chier, et ne reviens pas.

    RépondreSupprimer
  26. Je suis un peu surpris Didier... C'était une réponse à la Pecnaude et pas à vous... Il y a peut-être un malentendu. Mais bon... Adieu donc.

    RépondreSupprimer
  27. Ces vrai que, de nos jours, les Français "bien de chez nous" effacent beaucoup leur famille pour se suicider ensuite.
    On se demande bien pourquoi.
    Enfin, Dame Pecnaude ne voit pas pourquoi.
    Et ce n'est pas moi qui vais le lui expliquer. Je crois que ça serait inutile.

    RépondreSupprimer
  28. Pour une femme ( enfin si la pequenaude en est une) ne pas "se préoccuper du pucelage de sa descendance" est une sacrée saloperie.... Geargies.

    RépondreSupprimer
  29. M'avez-vous posé une question ?

    Vous êtes un provocateur, Didier Goux, vous vous amusez à lancer vos affidés (tiens, une qui est de retour, le prof-foctionnaire-à-vie-qui-n'aime-pas-son-boulot-c'est-pas-marrant-d'enseigner-à-des-bougnouls-même-si-on-paie-des-impôts-pour-cela-NOUS, son avatar lui convient bien) sur des femmes, elles vous ont toujours fait si peur que cela ?

    Cela vous ravit lorsque Monsieur Marchenoir n'arrive qu'à éructer des lambeaux d'expressions toutes faites en parlant de vols, de viols et autres gracieusetés. Ce language que j'ai entendu rabacher pendant des années envers des noirsetarabes (un meltingpot tant qu'à faire hein ?) par des gens sans culture qui plaçaient bien bas leur honneur.

    Vous êtes un velléitaire, c'est tout. Vous avez pour vous une facilité dont vous profitez largement, une bonne connaissance de la langue française, mais en dehors de cela une autre facilité, compatible avec votre caractère, le plagiat éhonté, avoué, payé d'avance, un crèdit sur le travail en somme. Ainsi que votre sentiment de supériorité, vous cultivez votre amour de vous-même sans jamais oser vous confronter directement avec ce que vous redoutez le plus ... la mort. Il faut du courage pour ne pas avoir peur, vous n'en avez pas.

    Maintenant, faites ce que bon vous semble, je ne tiens pas à votre estime (je m'en fous, faut dire que ma cure anti-tabac va tourner à l'anti-Goux, c'est dur mais cela compensera).

    RépondreSupprimer
  30. Pecnaude
    "tiens, une qui est de retour, le prof-foctionnaire-à-vie-qui-n'aime-pas-son-boulot-"
    Si c'est de moi que vous parlez, je vous annonce que si, j'aime mon boulot. C'est bien pour ça que je hais ce qu'il est devenu et que je me bats pour qu'il redevienne un boulot noble, avec des vrais programmes et de vraies méthodes.
    Mais bon, je ne vais pas remettre le couvert. Ca me fatigue, en vain.

    RépondreSupprimer
  31. Pecnaude, vous tombez dans l'injure la plus crasse dans votre dernier commentaire.

    RépondreSupprimer
  32. Y'a un truc que je n'ai pas compris et ça me travaille. Je me demande ce qui, dans le commentaire de NV, a pu déclencher une telle fureur chez Didier Goux. Alors je pose la question. Est-ce la liste elle-même, Bugeaud, Massu, ou un autre, ou bien s'agit-il d'une querelle plus ancienne entre NV et vous ?

    Et si cette question est inconvenante, faites sauter mon commentaire

    RépondreSupprimer
  33. Mais je sais que je me mêle de ce qui ne me regarde pas, j'ai répondu à la partie de commentaire par laquelle je me suis sentie concernée. Et qui fait dire que vous attaquez les personnes, sans jamais avoir de réponse sur le fond.
    Vous parlez par allusion des personnes qui tuent leurs familles. Je vous dis que c'est une fuite comme une autre, certes làche (ou suprême courage, je n'en sais rien, et surtout pas dans le cas du mec de nantes…).
    Et vous, vous faites une pirouette cacahouette belliqueuse et caustique.
    Quelle amertume !
    Bref, je m'en vas regarder la télé, tiens.

    RépondreSupprimer
  34. Pas une chaîne culturelle, hein ?

    RépondreSupprimer
  35. Dom,

    Je vais donner mon avis qui n'engage personne et surtout pas moi : Didier a fini le BM, ce qui s'arrose.

    RépondreSupprimer
  36. Bon, la pèquenaude est une conne voilà qui est réglé ou une abrutie... voire les deux ...

    RépondreSupprimer
  37. @ Carine
    "C'est vrai que de nos jours, les Français "bien de chez nous" effacent beaucoup leur famille pour se suicider ensuite.
    On se demande pourquoi."
    On m'a expliqué que ce sont des "meurtres altruistes" : on ne veut pas que sa famille ait à vivre des situations difficiles.
    Il paraît que cela a toujours existé ce genre de crime.

    RépondreSupprimer
  38. NV : en effet, il a dû y avoir un malentendu… mais diable si je me souviens lequel ! Avec tous mes apologises, donc.

    Nicolas, vous avez presque tout bon : le BM n'est pas tout à fait fini, mais pour le reste c'est ça…

    RépondreSupprimer
  39. Vraiment, vous vous ne souvenez plus ? C'est vraiment dommage, cela nous aurait fait une petite contribution supplémentaire à la généalogie de la morale, comme dit Jünger.

    Bon ben, apologises acceptées évidemment. C'est bien sûr ? Je ne vais plus me chier ?

    RépondreSupprimer
  40. Ne me répondez pas SVP. L'incident est clos.

    RépondreSupprimer
  41. Marchenoir: comme disait Malka Sorel (que je cite de mémoire) à propos des criminels et délinquants noirs et arabes: qu'on les traite comme les autres. Comme tout le monde.

    Les chrétiens d'extrême-droite, en quoi me gênent-ils ? Ils ne me gênent pas, ne m'empêchent pas de vivre ma vie, je les considère comme un inoffensif vestige du passé, chez nous, et comme un courant idéologique dangereux aux USA.

    RépondreSupprimer
  42. NV : Nicolas, qui me connaît bien, a trouvé l'explication : commençant à relire le BM presque fini, je me suis dit qu'une petite bière ferait passer cette ennuyeux pensum. Puis un p'tit Ricard… puis un autre…

    N'ayant plus l'habitude de l'alcool, je me suis retrouvé schlass en moins de deux… et vous êtes bêtement arrivé à ce moment-là !

    Mais j'ai beau chercher, je ne vois vraiment pas ce qui a pu motiver une telle flambée de rage de ma part.

    Tu t'es vu quand t'as bu ? Oui, et en double, même…

    RépondreSupprimer
  43. En fait, la seule solution est que vous repreniez la picole pour avoir de l'entrainement.

    RépondreSupprimer
  44. euh, je me relis et regrette le mot "inoffensif" accouplé à celui d'extrême-droite".

    Je vous accorde cependant qu'on a peut-être tort de les voir comme un groupe homogène, en "catho-tradis" caricaturaux.

    RépondreSupprimer
  45. Nicolas, venez donc expliquer ça à Catherine en face : on verra dans quel état vous allez ressortir de l'entrevue…

    RépondreSupprimer
  46. (du Ricard APRES une bière... POUACR !)

    RépondreSupprimer
  47. Suzanne : vous eussiez préféré que je fisse l'inverse ? Ou que je mélangeasse ?

    RépondreSupprimer
  48. Suzanne,

    Tous les pochetrons boivent de la bière après le Ricard.

    Enfin, ne généralisons pas (je dis ça pour ne pas faire de hors sujet dans les commentaires de ce billet).

    C'est une question de volume de liquide pour avoir la dose d'alcool.

    Sauf moi, je suis un pochetron professionnel.

    Didier,

    Z'avez qu'à venir avec au KdB de demain soir.

    RépondreSupprimer
  49. Certes, Suzanne, qu'on traite les délinquants noirzéarabes comme tout le monde. C'est la moindre des choses. Mais ça ne suffit pas.

    Le problème (comme s'il n'y en avait qu'un...), c'est que les délinquants en général, en France, jouissent d'une quasi-impunité. Pas seulement les noirzéarabes...

    Si les gens savaient vraiment à quel point le crime paie, en France, à quel point un délinquant court peu de risques en violant la loi, ils seraient terrorisés.

    L'étonnant est qu'il n'y ait pas beaucoup, beaucoup plus de délinquants. L'étonnant est qu'il subsiste un semblant d'ordre public.

    Je vous assure. Ce n'est pas un slogan d'esstrêm' drouâte. C'est la réalité objective. Dès qu'on creuse un peu le sujet, on est soufflé.

    RépondreSupprimer
  50. Marchenoir, tous ceux qui sont emprisonnés n'ont pas joui de l'impunité.

    Vous voudriez qu'on fasse des appels d'offre pour construire davantage de prisons, et qu'on en confie la gestion à des sociétés privées ?

    RépondreSupprimer
  51. Comme à part Marchenoir tout le monde raconte ce qui lui passe par la tête... Je me demande s'il faut pas pltot un Z à apologize? J'ai la flemme de vérifier. Geargies

    RépondreSupprimer
  52. Robert Marchenoir:
    "L'étonnant est qu'il n'y ait pas beaucoup, beaucoup plus de délinquants. L'étonnant est qu'il subsiste un semblant d'ordre public."
    Et tout aussi étonnant est le fait qu'il n'y ait pas plus de gens qui se font justice eux-mêmes ou qui tirent pendant un cambriolage, Pour protéger le bien du voisin, en plus.

    RépondreSupprimer
  53. Mais précisément, Suzanne. Très peu de délinquants sont emprisonnés, et ceux qui le sont restent enfermés bien peu de temps.

    Une agression qui vaudrait, aux Etats-Unis, cinq ou sept ans de prison ferme, est couramment punie, en France, de... rien du tout (quand le coupable est arrêté). Les délinquants le savent et agissent en conséquence.

    Bien sûr qu'il faudrait construire massivement des prisons en France. Il est très probable qu'il faille doubler le nombre de places disponibles en prison, si l'on veut créer une politique de répression réellement dissuasive.

    La question de savoir s'il faut en confier la gestion au secteur privé est secondaire. La réponse est probablement oui : le privé fait bien souvent les choses plus efficacement que le public.

    Mais c'est un micro-problème à côté du reste.

    RépondreSupprimer
  54. Voyez par exemple l'énorme problème des peines de prison non exécutées (on ne parle même pas, à ce stade, de l'indulgence des juges dans la durée des peines, ni des peines de prison avec sursis, ni des délinquants qui ne sont pas condamnés à de la prison); non ; il s'agit de gens qui ont effectivement été condamnés à de la prison ferme (ce qui est en soi un exploit), et qui n'y vont jamais :

    http://tinyurl.com/5rd9crt

    RépondreSupprimer
  55. Carine, vous soulevez un point qui commence à déborder : de plus en plus de gens se transforment en bras armés de la loi. C'est en train de devenir un problème majeur dans de nombreuses juridictions, mais ce point -un peu comme les criminels qui menacent les juges du tribunal de Saint Denis en pleine audience par exemple- demeure tu ; pour combien de temps ?

    R.M., tiens, vous voilà optimiste, deux fois plus de places de prison ? Vous savez bien qu'il faut un facteur trois, a minima, eu égard à la multiplication des crimes et délits en France depuis 35 ans.

    Suzanne, ça fait longtemps que je voulais vous le dire, vous êtes une femme admirable et je le dis sans aucune ironie ; admirable d'intelligence, d'humanité, d'humour, de recul, de style aussi, logiquement. N'avez-vous pas conscience que vous appartenez dorénavant à une espèce en voie de disparition, et que pour vous sauver, vous et vos semblables, les solutions d'un Marchenoir sont inéluctables ? Et que vous le vouliez ou non (chouette, je l'ai placée, je suis une gauchiste libre), vous êtes l'alliée instinctive et culturelle d'un Marchenoir ? Vous savez, vos "cathos d'esstrême droite" sont bien inoffensifs en effet, par leur nombre et leur couillemollitude même, et vous le sentez, donc ne vous en excusez pas...


    Nicolas, merci, grâce à vous NV pourra continuer de sévir chez Goux, comme je ne sais où le lire ailleurs ça m'arrange.

    RépondreSupprimer
  56. Ah ! Mais je suis un grand bienfaiteur des blogs nazis.

    RépondreSupprimer
  57. Pour Suzanne, une pièce à rajouter au dossier : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/12/03/01016-20101203ARTFIG00676-delinquance-la-justice-en-accusation.php

    RépondreSupprimer
  58. Aristide: j'ai lu l'article que vous proposez en lien. Tout le monde est d'accord à droite, à gauche, partout: il faut revoir la justice des mineurs. «Pour être efficace, déclarait le maire de Dijon, il faut que la sanction tombe au premier acte de délinquance, qu'elle soit immédiate, proportionnée aux faits et surtout qu'elle soit appliquée!»

    Dom: merci pour les compliments, mais... je ne suis pas d'accord avec vous et Marchenoir sur certains points importants. Déjà, la référence aux USA en matière de justice et d'emprisonnement... Les USA ont le taux le plus fort d'incarcération de délinquants, et en plus les américains ont le droit d'avoir un flingue sur eux. Marchenoir les cite en exemple. Ce n'est pas mon idéal de société. (sans parler des condamnés à mort qui attendent vingt ans une injection qui les fera se convulser pendant une heure d'agonie sous les yeux des familles des victimes, non merci). à part ça, je n'ai aucune mansuétude envers les délinquants à capuche qui pratiquent le vol avec agression en bande dans le métro ou ailleurs. Je suis pour les solutions efficaces, celles qui évitent au maximum les récidives, et qui ne demandent pas des moyens financiers indécents, mais vous savez bien que quoi qu'on fasse, on n'éradiquera pas le vol et le crime tant qu'il y aura des hommes sur terre. Il se trouve qu'actuellement les prisons sont majoritairement peuplées de Noirs et Arabes. Dans les années 50, les deux tiers des putes parisiennes étaient bretonnes, on a fait avec, et oublié depuis. Maintenant, il faut réfléchir aux façons d'agir. Je pense aussi que le délinquant pourrait être mon fils. Qu'est ce que je voudrais qu'on fasse pour le remettre au mieux dans le droit chemin ? Dans les situations compliquées, il y a toujours des gens bien inspirés qui préconisent des solutions simples en apparence, qui ont l'air frappées du coin du bon sens. Le hic, c'est qu'elles sont inefficaces ou plus dangereuses que le mal qu'on veut combattre, il n'y a qu'à lire les livres d'Histoire.

    RépondreSupprimer
  59. Suzanne : il y aurait beaucoup à dire sur ce sujet, malheureusement je n’ai pas le temps. Juste quelques remarques en vrac donc.
    « Tout le monde est d'accord à droite, à gauche, partout: il faut revoir la justice des mineurs ». Oui tout le monde est d’accord sur le fait qu’il faudrait faire quelque chose, mais lorsqu’il s’agit de passer à l’action c’est autre chose. Là plus personne ne veut se salir les mains. Je vous conseille, à titre d’exemple de lire ce papier http://maximetandonnet.wordpress.com/2011/04/08/les-eaux-troubles-de-l%e2%80%99hypocrisie/. Il est question d’immigration, mais c’est exactement la même chose sur la question de la délinquance, et je précise que ce genre d’attitudes n’est pas réservé à la gauche. J’en ai moi aussi des exemples à la pelle.
    Vous dites : « vous savez bien que quoi qu'on fasse, on n'éradiquera pas le vol et le crime tant qu'il y aura des hommes sur terre ». Bien évidemment, mais personne n’a jamais dit qu’il s’agissait d’éliminer le crime. Le problème est simplement de le maintenir à un niveau suffisamment bas pour que les honnêtes gens puissent vivre en paix. Lorsque vous vous demandez si vous n’allez pas vous faire voler ou tabasser lorsque vous prenez les transports en commun, c’est que manifestement ce niveau est dépassé.
    Vous parlez des USA. Cette comparaison est pertinente : à bien des égards notre situation ressemble à celle des Etats-Unis dans les années 1970. Depuis ils ont adopté des mesures beaucoup plus dures en matière pénale et la plupart des grandes villes ont réformé profondément leur police, moyennant quoi les grandes métropoles américaines (à l’exception peut-être de celles situées près de la frontière mexicaine) sont aujourd’hui beaucoup plus sûres que Paris ou Londres. Je suis persuadé que nous y viendrons, ou que la situation continuera à se dégrader. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Je ne dis rien sur la question de la possession des armes à feu et de la peine de mort, je suis sûr que d’autres s’en chargeront.
    Enfin vous dites : « Je pense aussi que le délinquant pourrait être mon fils. ». Je ne vous connais pas mais je suis prêt à parier très cher que, statistiquement, il n’y à peu près aucun risque que votre fils devienne délinquant. Contrairement à une idée répandue les délinquants, les vrais, pas ceux qui fauchent une fois un CD dans une FNAC, ne sont pas des gens comme les autres qui n’auraient pas eu de chance ou qui une fois se seraient laissé aller. Les statistiques sont très claires là-dessus : le noyau dur des délinquants, ceux qui sont responsables de la plupart des crimes et délits, a des caractéristiques très particulières. Je n’ai pas le temps de développer, mais beaucoup de choses ont déjà été écrites sur ce sujet. Faudra que je fasse un papier là-dessus un jour. Simplement, la conséquence est que ce qui marcherait avec votre fils s’il faisait une bêtise ne marchera pas avec eux.
    Bon c’est pas tout ça, mais j’ai du travail moi. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  60. Il est interdit de généraliser. En revanche, il est notoirement admis et reconnu que tous les chasseurs sont alcooliques, que tous les français sont racistes, que tous les cathos ont la haine du sexe, que tous les gens qui font du camping sont des beaufs, que tous les militaires sont débiles, et que tous les artistes engagés ont des choses intelligentes à dire sur le monde.

    RépondreSupprimer
  61. Un habitant de la ville de Detroit sur deux est illettré (sachant que selon l'étude, la notion d'illettrisme comprend non seulement l'incapacité à lire, mais aussi l'incapacité à... parler).

    Très exactement, 47 %.

    La ville de Detroit est noire à 82 %.

    http://tinyurl.com/3lmg93g
    http://tinyurl.com/3hp6fow

    Attention : fopagénéraliser. Padamalgam.

    RépondreSupprimer
  62. Au fait, Detroit, ça ressemble à ça :

    http://tinyurl.com/ctfyev

    RépondreSupprimer
  63. Et à ça :

    http://www.marchandmeffre.com/

    Voilà ce qui arrive quand une ville devient noire à 82 %.

    Ah pardon, on me glisse un petit mot... c'est la faute du racisme. C'est social.

    RépondreSupprimer
  64. Aristide a tout dit. Le "ça pourrait arriver à tout le monde", est un mythe, et un mythe dangereux. Non, ça ne pourrait pas arriver à votre fils, à moins qu'il soit schizophrène, psychopathe ou sociopathe - du type Dupont de Ligonnès (@Mildred, la professeur Laqueille a perdu une bonne occasion de se taire, le meurtrier de Nantes n'a rien d'un grand mélancolique que son sentiment d'indignité pousse à dézinguer sa famille). C'est très rare et ni le crime ni les troubles mentaux n'ont vocation à disparaître en effet, ce qui compte une fois de plus c'est que ces passages à l'acte restent à la marge.

    Ca pourrait arriver à tout le monde ; comme le sida ? Comme le jonglage démocratique africain entre bulletins de vote et coups de machette ? Non. La piste culturelle est de plus en plus valide hélas. La vérité est que la loi du plus fort, le clanisme, l'endogamie, la sauvagerie satisfaite d'elle-même font une irruption fracassante dans notre société, ne sont pas répartis d'égale façon et que la ligne de partage est odieusement clivante (en termes de culture, d'intelligence, de niveau d'aspiration, de religion, etc.)

    Quant aux armes, et contrairement à ce que j'ai longtemps cru, leur détention par les honnêtes citoyens est pacificatrice. Partout où la détention d'armes est légale, ET dans une société démocratique, ET une société dans laquelle priment le libre arbitre et la responsabilité individuelle (oui, il faut trois conditions, autrement dit ça ne concerne que quelques millions d'occidentaux sur notre bonne vieille terre), le crime se maintient à des niveaux très bas.

    Quant aux putes bretonnes, surinaient-elles un client sur deux ? Même registre d'argumentation que votre prime approche des faits divers relatés par FDS.

    RépondreSupprimer
  65. Sur les bénéfices de la détention d'armes, j'avais archivé une étude globale américaine via un blog, disparu depuis, donc je refais mon stock.

    http://www.freerepublic.com/focus/f-news/1818862/posts

    RépondreSupprimer
  66. Recension d'études sur le sujet en français dont l'étude de John Lott "more guns, less crime" (à partir de la page 9, mais tout est instructif. http://www.reds.msh-paris.fr/publications/revue/pdf/ds60/ds060-biblio.pdf

    RépondreSupprimer
  67. Merci Dom, je note ! J'avais entendu parler de ce bled américain où il est obligatoire d'avoir une arme à feu chez soi, mais je n'avais jamais trouvé la référence ! C'est vrai que les médias n'en parlent absolument jamais...

    Un vrai cauchemar de gauchiste...

    RépondreSupprimer
  68. Dom:
    je me répète:
    "Vous parlez par allusion des personnes qui tuent leurs familles. Je vous dis que c'est une fuite comme une autre, certes làche (ou suprême courage, je n'en sais rien, et surtout pas dans le cas du mec de nantes…)."

    RépondreSupprimer
  69. Je disais donc qu'à Detroit (Michigan, Etats-Unis, ville noire à 82 %), un habitant sur deux est illettré.

    Parmi ceux-là, le président de l'administration scolaire, Otis Mathis.

    Qui n'en fait pas mystère. Les médias publient ses notes de service en se foutant ouvertement de sa gueule : il écrit des phrases qui ne veulent littéralement rien dire.

    Ses collaborateurs essaient de l'empêcher d'envoyer des mails, pour que ça ne se voie pas trop.

    Je viens d'apprendre que l'an dernier, il a été containt de démissionner. Motif : il se masturbait ouvertement pendant ses entretiens en tête-à-tête avec l'un des cadres féminins de son administration.

    Il a ensuite repris sa démission, en invoquant des motifs médicaux pour son comportement.

    L'un de ses collègues au comité de direction, un pasteur, a tenté de l'excuser en expliquant que, bon, ça arrivait à beaucoup de jeunes gens, et que, bon, certaines femmes étaient plus affectées que d'autres par ça.

    En d'autres termes : c'est qui, cette bêcheuse qui nous pète une durite parce que son patron met sa main dans sa braguette pendant vingt minutes lors de leurs séances de travail ? Vous-mêmes, n'avez-vous jamais fait des bêtises quand vous étiez jeunes ?

    Dois-je vraiment préciser l'appartenance ethnique de ce monsieur au nom d'ascenseur ?

    Evidemment, dire que Detroit est une ville de branleurs et d'analphabètes, ce serait stigmatiser.

    http://tinyurl.com/62zaucc

    RépondreSupprimer
  70. Marchenoir et Dom: ajoutons-en une louchée pour la ville de Détroit. Pour inciter les enfants à pousser la porte des bibliothèques publiques, on a imaginé un partenariat avec Mac Donald: chaque livre emprunté donne droit à un point et au bout de cinq points on a un hamburger-frites. (Je ne cherche pas de source, croyez-moi sur parole).
    Par chez moi, pour attirer les enfants et adolescents qui boudent les livres, on fournit des abonnements gratuits ou presque gratuits, on met une rangée d'ordinateurs avec accès à internet, les jeunes braillards s'agglutinent à trois où quatre sur chaque poste en surfant d'un facebook à une vidéo sous l'oeil bienveillant des bibliothècaires (il faut bien apprivoiser les jeunes à la culture, et ça ne se fera pas sans respecter leurs codes et leur vitalité). Les livres sur les étagères sont censés les cultiver par imprégnation magique, ou je ne sais pas comment, mais les Services Jeunesse de la Ville sont contents: le nombre d'abonnements à la médiathèque est en augmentation, et on réduit la fracture culturelle. Ne généralisons pas, il s'agit en majorité de jeunes bretons avec, à tout casser, pas plus de 10% d'Arabes et de Turcs.

    Revenons à la délinquance. Pas de délinquance, ou marginale, exceptionnelle, des Français historiques et de leurs descendants ? Tout vient des étrangers ? La sauvagerie, l'inculture, la bestialité, la violence et le crime ? Vous croyez vraiment à ce que vous dites, ou vous fourbissez des arguments irréfragables dans une logique qui est déjà une logique de guerre ?

    comme disait Aristide plus haut, j'aurais bien continué à débattre encore, mais là gépaltemps et je ne relis pas mon commentaire, pardon s'il est confus.

    Un petit lien, moi aussi: c'est un noir qui parle. (Et avec quelle belle langue !)
    http://www.dailymotion.com/video/xajsjq_gaston-monnerville-noir-et-francais_school

    RépondreSupprimer
  71. Personnellement, je trouve stupide (et vain) de vouloir à toute force obliger les enfants à ouvrir des livres : la culture n'est absolument pas indispensable et, surtout, il me semble que, pour porter ses fruits, elle doit répondre à un besoin spontané, à un réel désir d'elle.

    Sinon, Suzanne, il faut tout de même apprendre à faire des liens, un de ces jours !

    RépondreSupprimer
  72. Pour une fois que vous avez UNE compétence technique...

    RépondreSupprimer
  73. Justement : je la rentabilise à donf'…

    RépondreSupprimer
  74. Suzanne, vous avez résumé l'origine du problème en une phrase (il faut bien apprivoiser les jeunes à la culture, et ça ne se fera pas sans respecter leurs codes et leur vitalité)
    Voilà, l'occident crève de ces bibliothécaires qui essaiment à vitesse grand V. Victoire du relativisme : tous les codes se valent, la polygamie ne diffère pas du libertinage, le voile des musulmanes équivaut à celui des religieuses, la médecine sud-africaine qui consiste à soigner divers maux à base de corps de nourrissons démembrés et éviscérés(avec spécialisation des organes en fonction de leurs propriétés) ressemble absolument à la sorcellerie bretonne (c'est juste un exemple, ne vous fâchez pas !), la chasse aux albinos (toute l'Afrique médiane) idem, ad nauséam...

    Non, les hommes ne sont pas tous les mêmes Suzanne, et je suis révulsée par le fait qu'une minorité agissante (intellectuels dévoyés, politiciens cyniques, fils d'exploiteurs coloniaux) ait pu convaincre la horde bêlante que "tout cela fera de bons Français". Au passge, pour vous qui aimez la langue, ce démonstratif hurle le mépris, la condescendance et le paternalisme.

    Vous notez avec justesse la belle langue de Monerville, et comment ! Je recommande à tous l'écoute régulière de RFI, la langue française la plus joliment parlée appartient aux Africains, je veux dire à ceux d'entre eux qui savent encore ce qu'exigence, intelligence et culture signifient. Oui, définitivement je discrimine, et c'est grâce à cela que je ne mets pas tout le monde dans le même sac, rejetant de fait toute logique de guerre.

    Donc oui, le problème c'est nous, qui nous suicidons en célébrant le multiculturalisme nihiliste. Toutes les masses sont bêtes, mais certaines sont plus bêtes (et dangereuse) que d'autres.

    P.S. Je profite de cet ultime message pour faire deux corrections : tribunal de Bobigny et LE professeur Laqueille

    RépondreSupprimer
  75. Dom et Didier: je ne suis pas du tout d'accord avec vous, je considère qu'apprendre à lire de façon à donner le goût de la lecture est la première mission de l'école.
    Maintenant, il y a façon et façon... et on patauge dans le faire-semblant, dans l'hymne à l'égalitarisme et, oui, au nivelage par le bas. Pas partout, pas tout le monde (gardons-nous de généraliser, hum). Je pourrais vous parler d'extraordinaires institutrices de village, etc, etc...

    On a discuté gentiment, non ?

    RépondreSupprimer
  76. (dom, j'aimerais bien vous répondre plus longuement plus tard, mais là... j'ai vacances scolaires, et charges d'âmes).

    RépondreSupprimer
  77. Oui Suzanne, très gentiment et vous savez pourquoi ? C'est l'influence pacificatrice de Marchenoir - smiley émollient.

    Et je viendrai papoter chez vous si vous m'y autorisez pour préciser deux trois trucs, entre autres le fait que je pense aussi qu'inculquer le goût de la lecture est la première mission de l'école (j'ai pas compris là).

    D'ici là bonnes vacances à vous et aux vôtres !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.