mercredi 18 mai 2011

Renaud Camus en majesté


« Plus que la disparition de la crainte, comme élément de décivilisation, j'incriminerais la disparition de la majesté, qui lui est un peu liée mais la dépasse : majesté de la nuit, souillée par les lumières ; majesté de la montagne, gâchée par les aménagements ; majesté de la solitude, pervertie par la signalisation à outrance ; majesté de l'autre, dénaturé par la familiarité ; majesté de la distance, tournée en dérision par l'avion et le tourisme de masse ; majesté de l'intelligence, foulée aux pieds par le spectacle ; majesté de l'enfance, ridiculisée par le gnagnisme et la grossièreté, etc. (On peut remplacer majesté par solennité, rite, protocole, terribilità...) »

Renaud Camus, là-bas

6 commentaires:

  1. Une fois de plus sauvé par Renaud Camus !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le lien, Didier !
    Le morceau de R.C. arrive là comme une pierre précieuse.
    L'expression "majesté de l'enfance" pourrait être illustrée par la petite infante de Goya, engoncée dans sa grande robe, et regardant attentivement l'adulte en face d'elle.

    RépondreSupprimer
  3. Réaction (avant d'aller voir le lien) : Renaud Camus peut être fier car je suis d'accord avec lui.

    Avec une réserve pour "terribilità", je ne sais pas ce que c'est...

    RépondreSupprimer
  4. @ françois
    Fastoche ! C'est la terribilité.

    RépondreSupprimer
  5. http://www.flickr.com/photos/renaud-camus/5917561825/

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.