jeudi 2 octobre 2014

Le juif, le sioniste et le cosmopolite


Dans les premiers chapitres de ses Mémoires, Andreï Sakharov évoque la “servilité à l'égard de l'Occident”, qui sévissait en URSS juste après la Seconde Guerre mondiale, à l'époque où lui-même venait d'être intégré à L'Installation, ce laboratoire ultra-secret où de nombreux physiciens soviétiques avaient été réunis afin de mettre au point la bombe thermonucléaire russe. Le futur dissident en dit notamment ceci :

La lutte contre la “servilité devant l'Occident” rejoignait la campagne de “lutte contre le cosmopolitisme”, comme on disait ; il s'agissait, en fait, d'un antisémitisme pur et simple *. B.L. Vannikov, juif lui-même, amusait ses interlocuteurs de l'appareil par des blagues du genre de celle-ci : « Si tu ne veux pas être antisémite, appelle les Juifs “cosmopolites”. »

On voit que peuvent changer les époques et les longitudes : les vieux réflexes demeurent ; il suffit pour s'en rendre compte de remplacer cosmopolites par sionistes, et la bonne blague de Vannikov reprend une nouvelle jeunesse.


* La campagne contre les “cosmopolites” a duré de 1948 à 1953, et seule la mort de Staline l'a interrompue. Elle s'attaquait exclusivement aux Juifs et détruisit systématiquement la culture juive en Russie et dans les autres “républiques” asservies.

33 commentaires:

  1. Pourtant Staline a offert un Etat aux juifs d'URSS :) :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Birobidjan

    Et sinon, ne peut-on pas dire que le juif sioniste est l'opposé du juif cosmopolite ? S'il y a bien un Etat en Occident, pour ne pas dire le seul, à lutter contre le cosmopolitisme et le métissage c'est bien Israël !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut difficilement leur donner tort sur ce point. surtout quand on voit quels voisins ils ont hérités.

      Supprimer
  2. Encore un billet pour les défendre. Ne vous inquiétez pas pour ces gens-là, ils sauront toujours se débrouiller. D'ailleurs, ils s'en vont, ils émigrent dans leur Israël de sionistes, tant mieux, on ne les regrettera pas. Le vrai problème, c'est l'islamophobie. Je ne suis pas antisémite bien entendu mais antisioniste et en tant qu'athée je suis contre toutes les religions ce serait si bien un monde sans dieux mais l'islamophobie des israeliens et des sionistes français c'est vraiment ce qu'il y a de pire alors que les juifs s'ils ont vécu les soi-disant malheurs dont on nous rabache les oreilles et qu'ils s'en plaignent tout le temps ils devraient comprendre celui des musulmans amalgamés discriminés plafondeverrisés tellement qu'on a créé des monstres qui tuent des otages par la faute de notre racisme et de nos fantasmes islamophobes et de notre colonialisme qu'on n'a pas encore éradiqué. Voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui-là (ou celle-là) on va se le (ou se la) mettre sous verre.

      Supprimer
    2. A mon avis c'est un pastiche, une blague. On ne peut pas écrire sérieusement un truc pareil.

      Supprimer
    3. Sa place est à Sèvres, comme disait Jean Gabin à Françoise Rosay...

      Supprimer
    4. C'est de l'écossaise, non ?

      Supprimer
    5. Ah non, monsieur Mat, c'est de la Bretonne ! (cliquez sur le pseudonyme, andouilles !)

      Supprimer
    6. J'oublie toujours de cliquer sur les pseudos…

      C'était bien imité, en tout cas !

      Supprimer
    7. Je me suis fait avoir aussi !

      Supprimer
    8. Jolie Suzanne !!! J'y ai cru à un moment !!!

      Supprimer
    9. C'est un condensé de ce que j'ai lu et entendu ces derniers jours, en relation avec le livre d'Edwy Plenel, "Pour les musulmans". Et encore, j'ai oublié incitation à la "haine raciale".
      L'abominable Nicolas en a causé dans un de ses billets,.

      Supprimer
    10. Suzanne, je vous remercie de m'avoir guidé sur ce billet de l'abominable Nicolas. Cela me permet de constater qu'il n'écrit pas que des conneries, et ça le rend humain.

      Supprimer
  3. Au FN, on parle des "ploutocrates apatrides" - "apatrides", pas "étrangers"; et pourtant, ils ont tous une nationalité : qui cela peut-il bien viser ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je connais des juifs qui sont pro FN Sont ils de mauvais juifs ou de mauvais frontistes ? Bizarre de toujours penser au FN quand on parle des juifs Mais en france on est plus génial qu'ailleurs Dans les autres pays, le mal absolu c'est le diable, les nazis, les soviets, les fantomes ou encore les vampires, Bien évidemment ce menu fretin ne se rencontre généralement pas dans le monde réel Mais chez nous on peut voir le diable au 20 Heures, meme qu'il s'appelle jean marie qu'il a perdu un oeil et qu'il a meme une famille, figurez vous Le diable et sa fille detestent l'islam, l'immigration et l'europe donc vous voyez bien que l'islam l'immigration et l'europe, c'est bien, bande d'imbéciles Vous etes vraiment méchants de voter pour ces démons, puisqu'on vous a pourtant dit que ce n'est pas bien On ne peut certes pas envoyer l'armée, les CRS contre vous, ou meme vous faire interner, d'autres ont déja essayé avant nous sans succès, les totalitarismes n'ayant pas réussi a s'implanter durablement chez nous, donc on va plutot vous culpabiliser, vous ostraciser, vous marginaliser, cela vous menera au ban de la societé mais si vous n'étes pas content, le suicide ou la conversion reste possible, les médias recrutent des repentis et le suicide sera bientot assisté, vous n'imaginez pas tout ce que la gauche peut faire pour vous Voila le merdier dans lequel tout type-nana un peu réac ou meme conservateur (étant entendu que sarkozy ou juppé sont autant conservateurs que je suis chanteuse pop) est plongé

      Supprimer
    2. Oh ben tout le monde les connaît quand même, tous ces gens entre deux avions, jamais vraiment de nulle part mais qui ont de grandes idées sur la politique internationale, et surtout sur ce que devrait faire la France.

      Il s'avère que ce sont souvent, mais pas uniquement, des "juifs", mais est-ce pour autant un critère déterminant, je ne le pense pas.

      Le problème c'est qu'à force de surtout pas vouloir être antisémite, on s'interdit de critiquer certaines idées ou certaines personnes, parce que beaucoup de juifs pourraient se sentir visés. Sauf que ce n'est pas leur "judéïté" le problème.

      Supprimer
  4. Cinquante ans après, un écrivain, Renaud Camus a réinventé ce complot, comptant les Juifs à France Culture, et se battant contre le cosmopolitisme avec le concept rance de " grand remplacement".
    La blague de Vannikov est en effet toujours d'actualité.

    Anne-Laure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne-Laure, ou l'art de parler de choses dont on ignore tout.

      Supprimer
    2. Il faut remplacer les mauvais Juifs par de bons Juifs.

      Supprimer
    3. Un peu comme pour les chasseurs en somme.
      Encore faut-il s'entendre sur la définition du mauvais juif.

      Supprimer
    4. j'ai entendu parler de cette histoire Pour ma part j'ai lu plusieurs livres de renaud camus, contrairement a notre ennemie anne laure et je n'ai jamais vu la moindre phrase ambigue au sujet des juifs ou de l'état d'israel En plus le cosmopolistisme est un mot raciste Je m'explique moi qui suis d'origine russo-ukrainienne, on ne me dit jamais que je représente le cosmopolitisme et la diversité de notre pays Je suis très vexé, j'ai pourtant 50% de sang slave dans les veines (et merde au nazis, les pires tueurs de slaves de toute l'histoire) Je suis fier de mes origines mais je me sens français avant tout Donc voila les gauchos sont bien les premiers a etre racistes quand ils parlent de "multiculturalisme" de "diversité" ou de "chance pour la france" puisqu'ils me refusent l'entrée de leur club très select a cause de ma couleur de peau trop claire J'en ai pourtant mangé pendant ma scolarité des insultes xénophobes (tout comme mon père donc ce n'était pas un cas isolé), les russes étant les champions du monde de la descente (rien a voir avec le sport malheureusement) et sont rarement mis en valeur dans les films américains, surtout les films d'espionnage (plus politiquement correct de faire un film sur un espion-terroriste russe plutot que d'en faire un ou le ou les méchants seraient noirs latinos ou arabes, ce sont pourtant ceux la qui remplissent les prisons civiles ou militaires américaines) Comme aller vivre en russie ne me tente guère, je suis fier d'etre français, malgré le fait que notre pays ait perdu toutes ses guerres depuis Waterloo et que françois grollande en soit le président (on m'avait pourtant dit qu'avec sarko on avait connu le pire et que la suite ne pourrait etre que meilleure, je les ai cru ces cons)

      Supprimer
    5. "Je suis fier de mes origines"

      Pourquoi ??? Vous n'y êtes vraiment pour rien !

      Supprimer
    6. " Encore faut-il s'entendre sur la définition du mauvais juif. "

      C'est celui qui ne va pas à la messe tous les dimanches .

      Supprimer
    7. "C'est celui qui ne va pas à la messe tous les dimanches."

      J'ai eu un petit fou rire en lisant cette phrase. Soyez remercié !

      Supprimer
  5. Il s'agit de dire du bien des gentils apatrides mais de dire du mal des vilains islamistes terroristes égorgeurs. Didier Goux vous devriez vous contentez de l'écriture où vous excellez en effet.
    Vous vous ridiculiseriez à persévérver dans le naïf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai essayé de dire du bien des gentils islamistes terroristes égorgeurs, j'ai pas réussi.... Suis je islamophobe ?

      Supprimer
  6. Morave
    Peut-on dire de certains cosmopolites, à l'image de la biographie officielle de Kundera: " Milan Kundera est né en Tchécoslovaquie. En 1975, il s'installe en France " ?.

    RépondreSupprimer
  7. Dostoïevski, Tchekov, Gogol, tous les grands auteurs Russes furent un peu antisémites sur les bords. Dans leurs œuvres on trouve toujours des personnages caractéristiques d'usuriers, de femmes "poisons", de voyous, de marchands véreux pour arborer des noms (et des faciès) juifs.

    Les Russes ont un problème avec les feuges depuis longtemps, c'est un fait. Après, on peut poser quelques questions à juste titre : d'où vient que le mot "Slave" dérive du mot "esclave" ? Cela vient-il seulement de ce que les Sultans prélevaient chez les gens "de l'Est" ses plus forts Mamelouks et ses plus belles concubines ? Mais qui au juste fournissait ces Sultans ? La mafia juive (qui est une mafia très influente, une mafia qui existe) encore aujourd'hui ne prend-elle pas la plus large part qui soit à la traite des filles blanches venues de l'Est ?

    Plus récemment, parmi les industriels richissimes qui avaient mis la main sur une partie conséquente des réserves naturelles (en pétrole et autres minéraux précieux) de la Russie durant la triste période post-soviétiques, parmi ces industriels auxquels Poutine a repris leur bien en faisant preuve d'autorité ( http://www.youtube.com/watch?v=80c2rR25f6w ), combien appartenaient à d'influentes familles juives ?

    Histoire éternelle de la miséreuse et populeuse Russie en proie aux négociants peu scrupuleux du Levant.

    En suite on parle de cosmopolitisme comme si ce mot n'avait aucun sens, mais avant la création de l'Etat d'Israël, les juifs qui n'avaient pas encore d'Etat à eux, se considéraient eux-mêmes comme appartenant avant tout à la "nation" juive - leurs communautés soudées ne se reconnurent jamais vraiment dans les diverses nationalités sous lesquelles les hasards de la diaspora les avaient fait naître - étaient par définition des individus métissés, aux racines multiples, donc à proprement parler "cosmopolites".

    RépondreSupprimer
  8. Réponses
    1. Non. C'est pas de l'humour, c'est des faits mon petit pote.

      Supprimer
  9. Il faudrait lire le dernier livre de Soljénitsyne "Deux siècles ensemble" pour comprendre ce qu'il s'est passé avant 1948 et la nième poussée paranoïaque de Staline.
    Enfin, en France de nos jours, une journaliste peut reprocher à Zemmour d'être "plus goy que goy" (beurk) et personne ne trouve rien à redire.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.