mardi 30 décembre 2014

À la Clairefontaine (écrire “Paludes”)


Pendant que les feuilles tombent, celles du journal s'accumulent.

31 commentaires:

  1. Quand j'allais être opéré de mon cancer (il y a 5 ans), j'ai dit au "grand patron" que je me voyais mal tenir le coup plusieurs jours sans fumer, mais il m'a rassuré : " Vous ne pourrez effectivement pas fumer pendant les 48 heures que vous passerez au lit ; mais, dès que vous pourrez marcher, vous ferez comme tous les autres fumeurs, vous découvrirez vite les petits coins de l'hôpital où personne ne passe et où vous pourrez fumer tranquillement ".
    (PS- Quelle est cette société secrète des "membres du blog", seule autorisée à poster des commentaires sur votre journal , dans lequel celui-ci aurait été bien plus à sa place ? )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les commentaires du journal sont toujours fermés à tout le monde (les "membres du blog" se résument à moi seul…), car je ne tenais pas spécialement à en avoir. Mais comme je laisse ouverts ceux du billet d'annonce de parution, ça revient un peu au même.

      Pour ce qui est de fumer à l'hôpital, lorsque j'y ai passé une semaine en 2013, je n'ai quasiment pas pensé au tabac une seule fois… sauf le dernier jour, parce que je savais que je sortais le lendemain et que j'allais pouvoir m'en griller une.

      Supprimer
  2. L'écriture prendra-t-elle le pas sur les lectures ? C'est l'impression que je retire de cette livraison.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Prendre le pas serait trop dire ! Pour l'instant, les deux parviennent à cohabiter sans trop de mal.

      (En fait, ce qui prend nettement le pas sur la lecture, en ce moment, c'est plutôt mon boulot de garde-malade – ou d'assistant-ménager-de-personne-en-situation-de-handicap-temporaire.)

      Supprimer
    2. concentre toi sur "temporaire".

      Supprimer
    3. Assistant-ménager et auto-assistant car je suppose que vous devez vous occuper des deux! J'espère que ce sera tout à fait temporaire, après ce sera sans doute votre chère épouse qui sera l'assistante-ménagère de personne-en-non-situation-de-handicap!

      Supprimer
    4. Si mes vœux de prompt rétablissement à Catherine sont exaucés, je ferai donc DEUX heureux !

      Supprimer
  3. Si les vermicelles sont source d'inspiration je m'en vais de ce pas m'en faire un bol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention tout de même : le vermicelle peut se révéler traître…

      Supprimer
  4. Est-il possible d'écrire un premier roman après la cinquantaine ou la soixantaine? En connaît-on des exemples ?
    (mais ce n'est peut-être pas votre premier roman?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'abord, je ne pense pas qu'il y ait de règles ; ensuite, je n'en suis effectivement pas à ma première tentative (et celle-ci va probablement échouer comme l'ont fait les autres).

      Supprimer
    2. J'ai trouvé un exemple : " Le Guépad" de Lampedusa ; mais à quel âge a-t-il commencé sa rédaction ?

      Supprimer
    3. D'après Wiki, il s'y serait mis en 1955, donc à 59 ans.

      Supprimer
    4. Et Bernard du Boucheron ("Court Serpent"), 76 carats au ratelier à son premier accouchement, c'est un minot prodige ?
      Géronte


      Supprimer
    5. Et Bernard du Boucheron ("Court Serpent"), 76 carats au ratelier à son premier accouchement, c'est un minot prodige ?
      Géronte

      Supprimer
    6. François Cheng, mais il a des circonstances atténuantes, le français n'étant pas sa langue maternelle.

      Supprimer
    7. Oui, mais un énarque, ce n'est pas pareil : eux , ils savent tout faire .

      Supprimer
  5. c'est sympa de se balader dans votre journal, j'y retourne.

    Ah oui j'oubliais, moi aussi je suis une inconditionnelle de la cancoillotte, et aussi du Pierre Magnan, vous n'écririez pas un roman policier dans son style, vous qui aimez la campagne ?

    Hélène

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais un certain mal à écrire dans le style de ce monsieur, dont j'avoue n'avoir jamais lu une ligne…

      Supprimer
    2. En effet, il n'y avait que peu de chance que vous l'eussiez lu.

      Je ne désespère pas de trouver un jour un auteur qui prendra la suite de ce style de roman.

      Supprimer
  6. Merci bien pour le journal, Monsieur Goux, il me tardait.

    RépondreSupprimer
  7. C'est quel jour que vous parlez de Paludes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait que je le relise. Je m'en souviens comme d'un des plus savoureux livres de Gide, d'ailleurs.

      Supprimer
  8. Et voilà, on a encore autre chose en commun : la cancoillotte .
    Pour le roman, ne changez rien, ça vient ou ça va venir. Et puis le Goncourt, vous n'êtes pas obligé de le gagner des le premier....attendez le dixième.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, pas de demi-mesure : soit ils me le donne du premier coup, soit je les emmerde !

      Supprimer
  9. En plus, la bouteille de Perrier est vide.

    Heureusement il reste un peu de bière au frais.
    Bonne année !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, même pas : en ces temps de célibat, mon frigo était toujours rigoureusement vide.

      (À part ça, vous devez déjà être pris de boisson, car vous vous êtes trompé de billet…)

      Supprimer
  10. " pas de demi-mesure : soit ils me le donne du premier coup, soit je les emmerde !"

    Oh ben si on ne fait pas dans la demi-mesure, on pourrait aussi mettre S ou ENT à emmerde, aussi.
    (Pourquoi écrire ?)
    Enfin, bonne année.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.