mercredi 28 mars 2018

La taraudante question du soir


Elle m'est venue, cette question, alors que nous regardions, d'un œil amusé mais un peu nonchalant, Sylvie et le fantôme de Claude Autant-Lara, film de 1945. « Pourquoi, me suis soudain demandé, en voyant Jacques Tati traverser une porte de chêne fermée, pourquoi les fantômes passent-ils aussi facilement à travers huis et murailles, alors qu'on ne les voit jamais disparaître à travers les planchers qu'ils arpentent nuitamment? Est-ce affaire de volonté ? Ou auraient-ils, en quelque sorte, la plante des pieds étanche ? » Je n'ai, pour l'instant, trouvé aucune réponse qui me satisfasse pleinement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.