samedi 17 mars 2018

L'air (dominical) de la bêtise


En 1965, Jean-Claude Carrière (le scénariste de Buñuel, oui) et Guy Bechtel ont publié un Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugement, lequel a été repris et augmenté un quart de siècle plus tard dans la collection Bouquins de Robert Laffont. Le refeuilletant l'autre semaine, je me suis dit qu'il pourrait tout à fait prendre la suite, chaque dimanche que Dieu nous accorde, de Dávila, Gómez de la Serna et Scutenaire.

Ne cherchant point l'originalité à tout prix, je vous proposerai la marchandise par bottes de douze et en suivant l'ordre alphabétique qui justifie le titre voulu par les deux compères. En indiquant bien sûr, chaque fois, l'auteur, et parfois la source la source. Je ne m'imposerai que deux contraintes : que les phrases choisies m'amusent sera l'une ; l'autre est que j'éliminerai systématiquement les citations trop copieuses pour mon cadre (car il en est de fort longues). Nous commencerons dès demain.

Une dernière chose avant de refermer ce billet : si la lecture de ce dictionnaire est le plus souvent fort drôle – c'est du reste sa vocation –, il lui arrive aussi d'être un tantinet déstabilisante ; par exemple, à chaque fois que l'on se trouve approuver sans réserve une opinion ou sentence que les auteurs ont, eux, jugée digne de prendre place dans leur silo à bêtises.

Pour vous mettre en appétit, voici une avant-première :

ABEILLES

Celui qui a couché avec une femme est mordu le lendemain s'il s'approche d'une ruche.
(Scaliger, 1540 – 1609.)

19 commentaires:

  1. , et parfois la source la source.

    Je dirais même plus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En principe c'est Mildred la préposée à ce genre de remarques…

      Pour la peine, je vais laisser le doublon esqueprès !

      Supprimer
    2. Sauf quel là, j'aurais eu du mal, parce que j'ai rien compris !

      Supprimer
    3. Vous devriez arrêter de boire dès le matin…

      Supprimer
    4. Bon, j'ai vu ! En somme vous accusez Fredi de marcher sur mes plates-bandes, mais je m'en fous car, comme me le faisait remarquer mon mari, elle n'est jamais plate quand elle bande !

      Supprimer
    5. Je perds toutes mes illusions, vous êtes donc mariée ? Mais que va dire Jazzman...

      Supprimer
    6. Ces petits aphorismes à la Carrière-Bechtel ne sont-ils pas un peu trop surréalistes ?

      Supprimer
    7. Ça y est, ça lui reprend…

      Supprimer
  2. Moi aussi je voudrais citer quelqu'un pour mettre les honorables lecteurs et commentateurs de ce blog (sauf Fredi qui n'en a pas besoin) en appétit :

    "Que la bêtise soit aux hommes non pas une seconde nature, mais la première du moins dès qu'ils pensent, ou pensent qu'ils pensent..."

    Un indice : il ne s'agit pas de l'ami Georges !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sauf Fredi qui n'en a pas besoin

      🤔🤔🤔

      Supprimer
  3. Une fleur (de rhétorique) pour S(c)alinger:

    L'auteur de votre citation ne serait-il pas plutôt "Scaliger" (Joseph Juste de son prénom), et non "Scalinger"?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez évidemment raison ! Je suppose que le fantôme de Salinger est venu interférer avec celui de Scaliger…

      Supprimer
  4. " par exemple, à chaque fois que l'on se trouve approuver sans réserve une opinion ou sentence que les auteurs ont, eux, jugée digne de prendre place dans leur silo à bêtises."

    Bah ! Ca fait 35 ans que je milite à gauche. Être d'accord avec des conneries, on en prend l'habitude.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne me traumatise pas beaucoup non plus. Dans ces cas-là, je me dis que c'est Carrière ou son compère qui ont été pris d'un accès de bêtise – en trouvait bête une chose tout à fait sensée – et le tour est joué.

      Supprimer
  5. Tiens ! Le vieux a ouvert un nouveau blog :
    https://yannsavidan.blogspot.fr/2018/03/remettre-les-bons-vieux-outils-en-action.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "remettre les bons vieux outils en action" : si j'en crois ce qui se raconte, plus facile à dire qu'à faire !

      Supprimer
    2. Dans ses vieux outils il ne m'a pas sembler voir la faucille et le marteau...

      Supprimer
  6. Tiens : Guy Bechtel a 87 ans, ça fait plaisir de voir que, comme le père Dupanloup dans son cercueil, etc.

    (est-il parent de l'agent William Bechtel qui, sur ordre de De Gaulle, empoisonne à Genève, le 3 novembre 1960, le leader indépendantiste camerounais Felix Moumié ?)

    RépondreSupprimer
  7. Je confirme. Un jour j'ai couché avec une femme.
    Le lendemain une abeille me piquait.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.