dimanche 11 mars 2018

Inscriptions dominicales, 5


– À la rigueur, je pourrais comprendre la pudeur des sentiments. Mais pas celle de leurs organes.

– Hier, vous mangeâtes du rat. Aujourd'hui, c'est du tournedos. Demain, ce sera de la limande. L'homme a le droit de se contredire.

– Devant l'impossibilité de tout savoir, la plupart ont choisi de ne savoir rien.

– Je vis facilement au milieu de choses dont je ne prendrai jamais mon parti.

– Vos élans spontanés sont les aboutissements de longs calculs en vos abîmes.

– Je ne voudrais pas être ambassadeur. D'abord, parce que les dieux ne travaillent pas et, ensuite, je craindrais, chaque fois qu'il me faudrait engueuler le consul, que ce dernier soit un Beyle.

– Les auteurs de journaux intimes avouent sans trop de façons leurs manques physiques, moraux ou psychologiques. C'est qu'ils sentent que leurs lecteurs ne peuvent être que défaillants comme eux ; les hommes sains ne s'intéressent  pas aux confessions des autres.

– J'apprécie fort les gens tarés, aussi longtemps qu'ils n'entendent point faire de leurs tares des instruments de domination.

– Ne consommez pas trop de lentilles, cela dilate les regards.

– Une théorie de l'évolution ne doit pas sous-entendre l'idée de progrès.

– Je crois qu'à un grand désert vide, je préfère un désert coupé par une voie de chemin de fer en ruine.

– C'est toujours dans le désert que l'on casse sa bouteille d'eau.

14 commentaires:

  1. Et voilà que les "inscriptions" ne sont plus que des "inscritions" ? Finalement cela n'a rien d'étonnant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, il est dit que je n'arriverai jamais à écrire ce mot correctement du premier coup !

      Supprimer
  2. Beau dimanche à vous maître Goux et merci pour le petit jeu littéraire du dimanche !
    Pleut-il aussi chez vous ?
    "– Vos élans spontanés sont les aboutissements de longs calculs en vos abîmes."

    RépondreSupprimer
  3. Ne consommez pas trop de lentilles, cela dilate les regards

    Pfffff... ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça retombe au niveau almanach Vermot !

      Supprimer
    2. On voit qu'il y a très longtemps que vous n'avez pas lu l'almanach Vermot : vous sublimez vos souvenirs…

      Supprimer
  4. C'est un peu niais, non ? Je ne suis pas certaine de m'abonner à monsieur Scutenaire finalement.
    Ce n'est pas que j'aime pas les Belges, mais je crois qu'en fait je les aime pas trop. Le coup des "lentilles qui dilatent..."c'est vraiment to much.
    Mais bon...

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  6. Note à tous mes chers commentateurs : ce blog n'est en aucun cas une annexe de celui de Georges.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne nous reste donc plus qu'à nous esbaudir sur : "Hier vous mangeâtes du rat. Aujourd'hui c'est du tournedos..."

      Supprimer
    2. Compris, chef...

      Supprimer
  7. Passé un délai raisonnable de deux jours pour permettre aux cent commentaires,observations et critiques de fleurir,force est de constater que Scuténaire ne fait pas recette: 10 commentaires seulement dont trois du maître,ce qui n'est pas du jeu et fausse le résultat.
    Si Scuténaire n'était pas belge,je dirais que nul n'est prophète en son pays...

    Vendémiaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ainsi, dans un élan spontané, sans doute l'aboutissement de longs calculs en vos abîmes, voilà que vous vous rendez enfin compte, que décidément, vous n'appréciez guère ce "petit jeu littéraire du dimanche" !
      Et après, vous osez affirmer que Scutenaire n'est pas prophète !
      Est-ce bien raisonnable ?

      Supprimer
    2. Certes,de longues ruminations me sont nécessaires pour pondre péniblement mes commentaires...
      Mais pourquoi devrais-je les faire plonger dans des abysses d'où l'on ne remonte pas?
      Il semblerait que Didier Goux lui même ait cédé à une panne de lumière et ne soit pas encore sorti du tunnel...

      Vendémiaire.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.