jeudi 15 mars 2018

Les Kadjars avaient fait les choses comme il faut…


Et nous voilà partis pour Évreux, Charlus sur la banquette arrière, afin d'y faire l'emplette de deux pantalons de toile légère et d'une veste vernalo-estivale : quand on s'amuse à perdre près d'une vingtaine de kilos d'une année sur l'autre, il ne faut pas s'étonner d'avoir ensuite à engraisser les marchands de frusques.

Comme c'était le début des journées “portes ouvertes” chez Renault, nous décidâmes d'un commun accord – moins le chien – d'y faire un petit crochet ; comme ça, juste pour voir… tâter le terrain… prendre le pouls…humer l'ambiance… 

Nous ressortîmes de ce piège à rats environ une heure après y être entrés, propriétaires d'un flambant véhicule curieusement nommé Kadjar, lequel va somnoler encore une quinzaine de jours dans son usine de montage natale avant d'être officiellement adopté par nos belles âmes.

La carte de crédit étant bien chaude, nous sommes allés ensuite acheter les deux pantalons envisagés au départ. Et nous sommes revenus au Plessis, vraiment fiers d'avoir été suffisamment raisonnables pour économiser le prix de la veste, l'abus étant condamnable en toute chose.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

La boutique est rouverte… mais les anonymes continueront d'en être impitoyablement expulsés, sans sommation ni motif.