lundi 9 avril 2018

L'âge des ténèbres est de retour, et il n'est pas content


Ce n'est pas un film parfait qu'a réalisé Denys Arcand en 2007, mais c'est à coup sûr l'un des plus déprimants que je connaisse, même si l'on y rit beaucoup : d'un rire toujours un peu étranglé, néanmoins. Nous avons replongé dans L'Âge des ténèbres hier soir, parce que le DVD venait d'en arriver, et que nous avions déjà revu, avant notre échappée alsacienne, Le Déclin de l'empire américain suivi par Les Invasions barbares. Je ne reviendrai pas sur les imperfections de ce troisième volet du triptyque (scènes oniriques trop nombreuses, longueur de l'épisode moyenâgeux…) ; mais, comme je ne trouve rien à y redire ni changer, je vous remets un long extrait de ce que j'écrivais à propos du film il y a tout juste huit ans. Voici :


[…] il s'agit d'une œuvre forte, sombre, glaciale, tranchante, parcourue de bout en bout (sauf la fin, encore une fois) par un ricanement de tête de mort. Mais, pour autant, il ne s'agit pas d'un film réactionnaire. Dans la tonalité générale de cet Âge des ténèbres, un motif réactionnaire (c'était-mieux-avant) sonnerait encore comme une note fausse et joyeuse. Et ce qui nous interdit de céder à cette pente douce, c'est l'épisode à peu près central – mais tout de même décalé vers la conclusion – du tournoi moyenâgeux. Scène burlesque, volontairement outrée et trop longue, mais indispensable pour amputer tout le monde de toute velléité d'espoir. On peut déplorer ce monde, il est naturel que l'on en souffre – comme de son cancer futur, complaisamment mais froidement décrit au personnage central —, mais il est hors de question de l'annuler au profit de celui qui s'est effacé devant lui. Déplorer le passé serait revenir aux tournois de chevalerie qui, eux-mêmes, étaient déjà des combats “pour rire”. Et si on se mêle d'y revenir en effet, les armures se mettent à sentir la boîte de conserve, à sonner comme elle. Et la dame pour qui l'on se bat – dans une scène gesticulante et farcesque qui nous ramène à Chaplin, origine du cinéma comme la chevalerie l'est de l'Occident – n'est plus rien d'autre que de la chair à psys, une pauvre illuminée dont la prise sur le réel est peut-être encore moindre que celle de la mère de Jean-Marc Leblanc, que sa maladie d'Alzheimer plonge dans un silence incompréhensif, d'une intensité pénible.

Car il s'appelle bien entendu Jean-Marc Leblanc. Sa malédiction s'origine dans son état-civil, et aussi dans ce visage qui ne peut plus exprimer quoi que soit, alors que celui de sa mère est d'une furieuse intensité de douleur. Il est Leblanc. Ses seuls amis sont un nègre (ce n'est pas moi qui emploie le mot, mais eux-mêmes) et une lesbienne, qui, écrasés par les mêmes forces mécaniques, finissent eux aussi par devenir des Leblanc comme les autres : c'est l'assimilation terminale. Le nègre a encore la force de “se taper la femme blanche”, mais c'est à la suite d'un speed dating grotesque et morne, et elle est elle-même déjà morte (une sorte de Leblanc au carré), et on sent bien que lui-même n'en a plus pour longtemps : il est encore plus ou moins un souvenir de brousse, un parfum de savane, mais presque entièrement happé, déjà, par le gouvernement provincial du Québec dont il fait désormais partie, telle une métastase rendue inoffensive dans un organisme immunisé contre tout. Il ne sera plus nègre très longtemps : on lui apprendra rapidement à rire selon la technique des voyelles, internationalement reconnue.

J'ai parlé de Chaplin à propos du burlesque de la scène médiévale. Il réapparaît à ce qui aurait pu, aurait dû être la vraie fin du film, sept à huit minutes avant celle qui nous est proposée. Jean-Marc Leblanc sort de sa maison après avoir dit son fait à sa Desperate housewife hyper-battante, et part sur la route, vers l'horizon. Sauf qu'il n'y a pas d'horizon, bouché qu'il est par les pavillons cossus de cette sorte de Wisteria Lane montréalais. Et qu'il n'est pas filmé à hauteur d'homme, mais écrasé par une caméra surplombante. Et qu'on a compris depuis déjà longtemps qu'il fera la route seul, parce que le temps des Paulette Goddard est bien passé, les temps modernes sont derrière nous.

11 commentaires:

  1. Je viens de lire pour la seconde fois votre billet, et j'ai le regret de devoir vous dire que je n'ai strictement rien compris. Il est vrai que je n'ai pas vu le film, et que je n'en ai même jamais entendu parler. Une petite présentation succincte, un résumé, une introduction quelconque était, je crois, nécessaire.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois bien que je n'ai jamais vu un seul film de ce monsieur, et je dois dire que ce n'est pas ce que vous nous en donnez à lire aujourd'hui qui pourra m'inciter à en regarder un !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Les invasions barbares" et "le déclin de l'empire américain" sont à voir, croyez-moi.

      Supprimer
    2. Si, si : commencez par Le Déclin de l'empire américain (fort drôle et encore très joyeux), puis enchaînez sur Les Invasions barbares (déjà moins drôle) qui en sont la site directe.

      Supprimer
  3. Eh bien voilà : j'ai vu les deux autres mais pas celui-ci.
    J'ignorais d'ailleurs qu'il s'agissait d'un triptyque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un triptyque "thématique" (on ne retrouve pas les personnages des deux autres), si je puis dire, dont le troisième volet est à la fois le plus sombre et, aussi, le moins réussi. Mais il vaut tout de même la peine d'être vu.

      Et puis, tout de même : ni Télérama ni L'Obs ne l'ont aimé, ce qui devrait vous inciter à y aller voir…

      Supprimer
  4. Et bien voilà, tout est dit : le gouvernement provincial du Québec ! Tout est là, langueur et spleen, accent implacable balançant toujours entre le ridicule et le pathétique. On accroche si on est un tant soit peu masochiste, ce que vous devez être Monsieur Goux. Merci de souffrir pour nous !

    RépondreSupprimer
  5. Oui, la trilogie est excellente, mais ça ne vaut quand même pas Nuit et Brouillard. On sent bien que Denys Arcand n'a pas assez souffert.

    RépondreSupprimer
  6. "Vous qui entrez, abandonnez toute espérance. » l'enfer de Dante
    Courage fuyons !

    Hélène dici

    RépondreSupprimer
  7. J'adore Denys Arcand! Notre meilleur cinéaste à mon avis. Il a aussi réalisé Jésus de Montréal, à voir. Un très bon essai a été écrit sur lui : Un cynique chez les lyriques http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/cynique-chez-les-lyriques-2122.html Si vous avez l'occasion de le lire, vous saisirez une bonne partie de l'âme du Québec post-moderne.Myrto303

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.