mercredi 14 décembre 2011

Ça balance pas mal, en auvergne…

Je crois bien n'avoir jamais entendu une seule chanson de Jean-Louis Murat. Ou bien j'ai oublié. Ou alors j'étais saoul. Ou i' sentait pas bon. Toujours est-il que je trouve ce garçon fort sympathique, à en juger d'après cette interview parue dans Le Point, et dont voici un extrait :

« Ces hommes de gauche patentés, je connais leur mode de fonctionnement. Le plus grand des jolis cœurs, Renaud, je l'ai vu faire un truc qui te conduit normalement en prison. Il est devenu mon ennemi de base, même si on ne tire pas sur une ambulance. J'ai vu aussi des hérauts de la gauche jouer au poker une petite nana perdue, une nana de 16 ou 17 ans. "Elle est pour toi ou elle est pour moi ?" Je les ai vus faire ça, ces mecs qui hurlent à la mocheté du monde dès qu'un chien se fait écraser. Dans le business, c'est pire. C'est un milieu où il faut se taire. Ils ne peuvent pas me supporter, je le leur rends bien. Je n'ai pas d'amis là-dedans. »

Et puis un autre, tiens :

« Je n'ai jamais été de gauche une seule minute dans ma vie, mais je n'ai jamais été de droite non plus. L'engagement, c'est différent, c'est le pont plus loin. Si tu t'engages, tu dois faire abstraction du fait de savoir si tu es de droite ou de gauche. Ou alors il faut faire de la politique comme Flaubert, c'est-à-dire déceler la connerie, sortir le détecteur. C'est un spectacle tellement ridicule qu'il faut jeter un regard neuf dessus. On aurait besoin de Blake Edwards pour mettre en scène la clownerie de l'accord passé ces derniers jours entre les Verts et le PS, par exemple ! »

En plus, il a une belle gueule, M. Murat. Si j'étais pédé, je crois que je coucherais plutôt avec lui qu'avec un autre.

27 commentaires:

  1. Bon ben je ne me souviens pas non plus d'une seule de ses chansons, mais va falloir acheter son alboum par principe.

    Ca fait longtemps que je me dis qu'il est anormal que le marché du réac normal soit totalement abandonné par les divertisseurs de tous poils. Je crois que je vais me mettre à écrire des livres pour ce coeur de cible.

    RépondreSupprimer
  2. JLM n'aime pas beaucoup ses confrères de la chanson ni les gens du showbiz, lesquels, pour la plupart, représentent à ses yeux le sous-sol absolu de la moralité. Il raconte quelque part qu'il a été employé, dans sa jeunesse, comme assistant ou homme à tout faire par... Eddie Barclay à Saint-Tropez : "Après leurs orgies, je devais tout nettoyer au jet."

    RépondreSupprimer
  3. Sinon, pour les chansons, l'homme a le défaut d'être prolifique. Mais il y a des merveilles dans cette abondance. Conseil évident au taulier : l'album Ferré-Baudelaire de JLM.

    RépondreSupprimer
  4. Cet entretien accordé par Murat est un régal. Et il n'a jamais varié. Ce qu'il dit, là, il l'a toujours dit. Et à raison.
    Je les connais, les lascars dont il cause, l'Auvergnat. Des jean-foutre au minimum, des imposteurs, assurément.

    RépondreSupprimer
  5. Oh, mais il m'a l'air bien suspect ce p'tit jeune homme de 59 ans ! Il n'aime même pas Renaud alors que, quand même, Renaud, hein... Ça serait un misanthrope que ça ne m'étonnerait qu'à moitié. Et puis, pas de gauche, vu son métier, qu'il ne vienne pas pleurer s'il finit par quêter dans la rue avec un chien. Même que, comme il n'aime pas Paris, ça va pas lui remplir la sébile. L'auvergnat ne les lâche pas comme ça. Un bien dégoûtant personnage que vous nous faites découvrir là !

    Il va falloir que je l'écoute...

    RépondreSupprimer
  6. Aujourd'hui, ce que dit Murat, d'autres le disent. Mais lui, il le disait déjà il y a plus de 10 ans, quand le monde de la variété française n'était égratigné par personne. L'entendre parler de cette mafia de la médiocrité, de l'hypocrisie et du mensonge a toujours eu quelque chose de réjouissant, pour ne pas dire de jouissif.

    En revanche, cela m'a déçu de l'entendre geindre comme une pleureuse il y a quelques années au sujet du téléchargement, parce qu'en l'occurrence, il feignait d'oublier que l'industrie du disque en tant que telle, est aussi une mafia viciée, une sorte d'univers bien cloisonné, récompensant non les plus doués, mais seulement ceux qui ont les meilleures relations... Et il oublie de dire qu'il a bénéficié de ce système grâce notamment aux journaux boboïsant de gauche ou à la télé, qui à une certaine époque l'a bien servi...

    RépondreSupprimer
  7. @Jegoun pourrait être jaloux. Vous prenez un risque de préférer Murat.

    RépondreSupprimer
  8. Il prétend avoir "l'idéologie" de Bloy et de Bernanos.
    J'espère qu'il n'en prend que la partie littéraire.

    RépondreSupprimer
  9. D'accord avec Dorham : il a bien bénéficié du système...

    De là à ne jamais avoir entendu une de ses chansons.

    Yann,

    Abruti.

    RépondreSupprimer
  10. Tiens, il me semble entendre jaser du côté de Lectoure...

    RépondreSupprimer
  11. Ainsi donc, il y aurait des choses pas bien nettes dans le milieu du chobize...

    Ce qui est quand même le plus surprenant, dans tout ça, est qu'un tas de gens gueulards par nature, qui ne peuvent pas voir le moindre politicien en peinture, continuent d'idolâtrer des braillards, des histrions ou des foutebauleurs-vedettes sans vouloir admettre que ces habitués des plateaux de télé, bien souvent anticonformistes patentés, sont, aux côtés des ploutocrates plus traditionnels, une composante à part entière de la nouvelle aristocratie de notre beau pays. Un peu comme si le fait qu'ils soient, selon les cas, de basse extraction ou dotés d'un quotient intellectuel de marsupial, ou bien, plus simplement, qu'ils affichent un comportement vaguement bohème censé heurter la morale bourgeoise, rendait proche du peuple les membres de cette étrange caste.

    Sinon, je ne résiste pas à renvoyer une nouvelle fois à une prestation mémorable du citoyen Murat (et c'est ici, comme vous dites ordinairement, Monsieur Goux).

    RépondreSupprimer
  12. J'aime bien Jean-Louis Murat. Il parle beaucoup. Alors, dans toute cette écume, il distille parfois quelques vérités qui s'accrochent aux quelques neurones de notre cerveau.

    RépondreSupprimer
  13. ---Si j'étais pédé, je crois que je coucherais plutôt avec lui qu'avec un autre.---

    Vous connaissez cette blague, m'sieur Goux ? C'est un type qui en croise un autre dans la rue... "p... ! qu'est-ce que vous êtes beau ! - ma parole, vous aussi ! - vous êtes pédé ? - euh non, et vous ? - non plus - ah dommage... - oui..." Et ils suivent leur route.

    RépondreSupprimer
  14. Un gouffre entre lui et bénabar.
    "C'est même vicieux, puisque ça me plaît assez qu'on ne m'aime pas."
    Il a tout compris.

    RépondreSupprimer
  15. Tiens ! Y'a Carine ! Pour nous parler d'un type qu'a tout compris. C'est fort.

    RépondreSupprimer
  16. Moi j'ai jamais vu de chat , Monsieur... Geargies ( ;-))

    RépondreSupprimer
  17. Amiral : si vous l'achetez, faites m'en donc une copie !

    DF : ah, je pourrais en raconter, sur les soirées Barclay, si je voulais ! Et je note le Ferré-Baudelaire.

    Jacques Étienne : oui, il nauséabonde à donf. Et puis, Bernanos et Bloy, tout de même, a-t-on idée…

    Dorham : on ne va pas en faire un saint laïque non plus…

    Yann : pourquoi jaloux ? Il fait des disques, le Nicolas ?

    Nicolas : je n'écoute jamais la radio ni les émissions de variétés à la télé : ça aide.

    Pluton : oui, il faudrait se cotiser pour lui envoyer les œuvres du Maître !

    Chieuvrou, je vous trouve bien stigmatisant envers nos amis kangourous…

    Denis : décidément, tout le monde semble le connaître sauf moi ! c'est limite vexant…

    Gil : évidemment que je la connaissais !

    Carine : jamais entendu Bénabar non plus…

    Geargies : retournez réviser sur La Meute

    RépondreSupprimer
  18. En plus de la charcuterie et du fromage, il y a des trucs vraiment pas mal en Auvergne...

    Je ne parle pas de l'art de Murant (que je ne connais pas) mais par principe (il en faut tout de même) j'aime bien les gens qui disent le contraire de ce que dit la bonne société.

    Alors un type qui dit le contraire de tous ces blaireaux du showbizzzzzzzzzzzzzz, ça ne peut que me plaire.

    Et je n'ai jamais entendu une de ces chansons... Mais je pense que nombreux sont ceux à n'a jamais entendu Dream Theater....

    RépondreSupprimer
  19. Nicolas n'a que l'insulte à la bouche, même quand il est invité. Venant de lui, c'est savoureux.

    On dirait presque que cet article parle aussi de lui. Un peu.

    RépondreSupprimer
  20. J'ai insulté qui ? Yann ? Heu... C'est un jeu entre nous.

    Par contre, si je te traite, toi, d'abruti, c'est juste un constat.

    RépondreSupprimer
  21. Voilà, c'est ce que je voulais dire.

    M'sieur Goux, je n'encombre pas plus vos commentaire, navré d'avoir donné à Nico l'occasion d'être à nouveau grossier chez vous.

    RépondreSupprimer
  22. Cela doit vraisemblablement expliquer pourquoi on ne voit
    jamais ce type et qu'on n'en entend parler une fois toutes les
    morts d'évèque -et encore-
    Apparemment, ce type mérite qu'on s'y intéresse, il fallait le savoir.

    RépondreSupprimer
  23. Bénabar, c'est juste ça:

    http://www.trouveztout.org/Benabar/Politiquement-Correcte.php

    Ca ne mérite pas un détour.

    RépondreSupprimer
  24. Ou bien y'a longtemps...
    C'est quoi ce " la meute" je ne vois pas de quoi vous parlez? Geargies.

    RépondreSupprimer
  25. La Meute des gâteux, le blog “animalier” que je tiens en commun avec Catherine et qui se trouve dans ma colonne de gauche. Il est ici.

    RépondreSupprimer
  26. Oh my god!!! Shame on me!!! Geargies.

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.