jeudi 22 décembre 2011

L'avalé des à-valoir


La différence essentielle entre un écrivain et son confrère en bâtiment : lorsqu'il a terminé un roman, le premier remet son ouvrage sur le métier ; le second se contente de le remettre à son éditeur.

13 commentaires:

  1. Ce n'est pas un BM ?

    (mon blog est ouvert)

    RépondreSupprimer
  2. L'écrivain en bâtiment ne cherche pas à faire une oeuvre impérissable: il fait bouillir la marmite.

    RépondreSupprimer
  3. Le principe est simple ils se lient chacun en un seul mot, la singularité de s'y confondre.

    RépondreSupprimer
  4. Compte tenu de la censure que vous imposez scandaleusement, je place ici mon commentaire à votre billet suivent (nah!) :

    "z'avaient qu'à pas être orphelines !"

    RépondreSupprimer
  5. Faire bouillir la marmite est une œuvre impérissable…

    RépondreSupprimer
  6. Le Plouc : si j'ai fermé les commentaires du billet-annonce, c'est parce que je trouve plus logique qu'ils soient faits chez PRR plutôt qu'ici…

    RépondreSupprimer
  7. Le camarade Lev faisait dans le bâtiment alors, parce que son éditeur s'est vu remettre quelques manuscrits de belle épaisseur. Peut-être que ce moujik ne se relisait pas, ce qui expliquerait cela...

    RépondreSupprimer
  8. Ah ! J'aime bien ce billet. Il est vite lu.

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne : oui.

    Yanka : en fait, c'est ce que je voulais répondre à un précédent commentateur : être un vrai écrivain n'empêche pas de penser aussi à la gamelle. (J'en connais au moins un…)

    Nicolas : je l'ai fait rien que pour vous. (Chabada bada, chabada bada…)

    RépondreSupprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  11. "... penser à la gamelle..."

    Vous l'avez fait exprès ? Force comique du propos ! Il y a des spécialistes du ratage, de la chute, du cul par-dessus tête, de la gamelle, quoi ! (j'en connais au moins un)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.