vendredi 30 décembre 2011

Hugo Chavez, guignol conspirationniste

On lit parfois (mais c'est tout de même assez rare, reconnaissons-le) des articles fort amusants, sur Atlantico.fr. Comme par exemple celui-ci, dont voici les deux premiers paragraphes :

Hugo Chavez est ce qu’il est convenu d’appeler amicalement (et il a beaucoup d’amis) un personnage haut en couleurs. Il est socialiste, révolutionnaire, bolivarien, anti-impérialiste, antisioniste, antilibéral. Des convictions (que dis-je ? des qualités !) qui lui valent en France une cote d’amour tout à fait appréciable. Besancenot l’admire, Mélenchon l’aime, le PCF l’idolâtre, les écologistes l’adorent et les vieux gauchistes non encartés se pâment devant ses envolées tribuniciennes. Hugo Chavez parle effectivement beaucoup. (…) Et on ne saurait compter le nombre de fois où il a perdu l’occasion de se taire.

Cette fois-ci il a fait très fort. En apprenant que Cristina Kirchner, la présidente argentine, était atteinte d’un cancer (il en a eu un, lui aussi), il s’est demandé, benoîtement, si la CIA n’avait pas découvert une machine à donner le cancer aux leaders de gauche sud-américains. Comme Hugo Chavez est un homme circonspect, il s’est bien gardé d’accuser, comme ça, bêtement, les États-Unis. Il a simplement dit ne pas exclure cette possibilité.

(…)

On pourrait également se demander si cette même CIA n'aurait pas inoculé le virus de l'amnésie (préparation de synthèse, effectuée dans des laboratoires souterrains du Nevada profond) à nos salonnards gauchistes, afin de les faire adorer à deux genoux un ancien militaire putschiste comme l'Amérique Latine en produit à la tonne depuis un siècle et demi.

16 commentaires:

  1. Comment chavez-vous tout cha ?
    Question (virtuellement) posée par Efa Choly

    Duga

    RépondreSupprimer
  2. Hugo Chavez, l'idole de Jérôme Leroy.

    Sans surprise, Liroïlle nous explique, sur son blog, que les communistes ne sont pas vraiment communistes :

    "D'aucuns empaffés dont l'anticommunisme tient lieu de libido affectent ces jours-ci d'accoler le beau nom de communiste à un satrape ubuesque extrême-oriental récemment décédé dans un train blindé comme un méchant dans une aventure de Corto Maltese.
    Qu'ils sachent que le communisme sexy, poétique et balnéaire viendra et qu'il aura les yeux d'Anna Karina."


    Ca a 47 ans, et ça confond sa braguette avec son bulletin de vote. Pathétique.

    RépondreSupprimer
  3. Hugo Chavez, ça sonne comme un parfum pour hommes, que dis je un after chave

    RépondreSupprimer
  4. Bof! c'est comme vous Marchenoir, vous n’êtes pas vraiment libéral!

    RépondreSupprimer
  5. Il est pour moi évident que les Etats-Unis ont inventé une machine à laver les cerveaux : leur cinéma et leurs séries propagent de manière subliminale l'idéologie du melting pot.

    C'est peut-être pire que le cancer...

    N'étant pas un fou de la propreté cérébrale, je ne les regarde donc pas.

    RépondreSupprimer
  6. Quand sert-il à nous faire marrer pourquoi pas.. suis-moi et t'es toi !

    Pas mal la réponse de Juan Carlos, il a eu dans l'os !

    RépondreSupprimer
  7. Je ne comprends pas, cher Didier Goux, votre acrimonie à l'endroit du camarade Chavez.

    Les militaires putschistes, en Algérie, c'était pas le bon temps ??

    RépondreSupprimer
  8. La vache, voilà qui va faire des gorges chaudes dans la gauchosphère!

    RépondreSupprimer
  9. Duga : cé parcé qué yé souis muy intimo avec lé maitre dou monde…

    Marchenoir : Vous êtes sûr qu'il ne faisait pas un peu d'humour, là, le camarade ?

    Fidel : c'est pourtant vrai !

    Jacques Étienne : le cinéma américain, et même leurs séries, sont un monument d'intelligence et de drôlerie à côté de leurs équivalents français.

    Sand : de plus, le roi avait fait cette réponse sur un ton d'un parfait mépris, où pointait un net agacement.

    Coralie : la différence étant que le fameux quarteron ne suscitait guère d'enthousiasme chez les gauchistes de l'époque.

    Nouratin : pas du tout ! ils vont observer un silence pudique…

    RépondreSupprimer
  10. Oui, Didier, j'en suis sûr. Leroïlle passait son temps à porter Chavez aux nues sur Causeur.

    Eviedmment, si, par "humour", on entend "raconter n'importe quoi d'absurde et d'odieux pour se rendre intéressant, tout en insultant grossièrement quiconque manifeste son désaccord, et vous fait la bonté de vous prendre au sérieux au lieu de vous considérer d'emblée comme un malade mental bon à mettre au cabanon", oui, on peut considérer que Leroïlle fait de "l'humour".

    RépondreSupprimer
  11. Il semble que le roi d'Espagne ait été le seul qui lui ait demandé de la fermer. Un coup à devenir royaliste!
    Je me demande quand est prévu le prochain voyage de Juan-Carlos en France: il y a du boulot pour lui.

    RépondreSupprimer
  12. "Des gaurches jodes dans la chogausphère", tiandre, que c'est tivvizile à brononcer... merte, j'ai jopper l'aczent d'Effa Choly ! On m'affait bourtant bréfenu gue z'édait gondachieux !

    Bankloss : oui, le "por qué no te callas !!??" de JC à Huko Jafez avait été redendizzant, on en a longtdemps barlé tans doude l'Esbagne... ch'ai même fu tes Cadalans rébuplicains intébentantisdes andi-monarjisdes à donv' s'en réchouir, c'est tire...

    RépondreSupprimer
  13. Et dire que nos plus grands leaders étaient convaincus que Saddam avait des armes de destructions massives. Heureusement que chez nous, nos grands penseurs n'ont fait que les soutenir.

    RépondreSupprimer
  14. "le cinéma américain, et même leurs séries, sont un monument d'intelligence et de drôlerie à côté de leurs équivalents français."

    Évidemment ! Et quand je dis que le ver est dans le fruit, je me trompe. Acceptez mes confuses !

    RépondreSupprimer
  15. Oui monsieur Goux il y a de quoi vous me direz, ces gens comme Chavez, ou n'importe qui d'autres d'ailleurs, en plus de l'avoir dans l'os ils peuvent toujours se fourrer le doigt dans l'oeil ( et comme on dit gentil n'a qu'un oeil ! ) pour que j'éprouve la moindre once de pitié envers ces derniers qui se servent de la maladie extrapolant leur malheur à des fins politiques, on appelle ça du chantage sentimental, et de plus pervers et malicieux dans ce cas précis : pas de sentiment en politique, au risque de s'y corrompre d'ailleurs !

    Qu'il a un cancer, on le voit bien assez, y-a qu'à voir sa gueule ! Le fait est que cet homme n'est pas l'humilité de se taire retire toute la prestance que seul un Roi peut avoir !

    Et parfois, il ne suffit pas de dire.. ou ne pas dire aussi, il faut faire.

    RépondreSupprimer
  16. " N'ait pas " pardon c'est l'auxiliaire avoir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.