lundi 11 juin 2012

Gloire et soutien à M. Falorni !


Ça s'appelle jeter la peau de l'ours avant la cognée, ou quelque chose comme ça.  Considérer comme acquis le fait de devenir présidente de l'Assemblée nationale alors même qu'on n'a pas encore fini de replier son parachute rochelais, c'est bien dans les manières méprisantes de la dame ; aussi sa façon, dès hier soir, de dire en substance à Olivier Falorni : « Dégage de mon tremplin à perchoir, minus ! » Depuis, la volaille s'affole, jusqu'à appeler solennellement à ne pas mélanger les voix de gauche et celles de droite. Tiens donc ! L'a-t-elle produite, sa petite moue pincée de Folcoche en tailleur, naguère, lorsqu'il s'est agi de ramasser celles du Front national au profit de son ex-concubin ? Pas que l'on sache, non.

Et l'Aubry, donc ! qui tonne et vitupère devant tous les micros offerts à Sa Grande Furibonderie, qui voue Olivier Falorni aux gémonies (pendant que sa chère camarade Ségolène, elle, tente de se vouer aux hégémonies), lui donne des ordres, l'enjoint de ceci, le met en garde contre cela… Le problème (pardon : le souci) est qu'elle l'a préalablement viré du parti dont elle a la garde, et que, donc, on ne voit guère pourquoi le soldat Falorni irait à Canossa au son des fifres et des tambourins. 

Je ne suis pas électeur à La Rochelle et fugitivement le déplore. Mais j'espère que tout ce que cette circonscription compte d'électeurs de droite ou d'extrême icelle aura à cœur, dimanche, d'aller voter pour celui qui, à l'heure actuelle et pour plusieurs jours encore, doit subir les plus écrasantes pressions de la part de ses anciens camarades. À ce propos, et pour que la farce soit totale, je trouverais bel et bon que Mme Le Pen lance un solennel appel en sa faveur. Après tout, n'a-t-elle pas affirmé, deux ou trois jours avant le premier tour, qu'elle n'excluait pas d'appeler ses partisans à voter pour tel ou tel candidat de gauche ? Ce serait le moment.

56 commentaires:

  1. Joli billet

    Pour Marine Le Pen, elle a appelé à voter pour le candidat PS opposé à Kosciusko-Morizet. Ca ne sera pas sa première fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, j'ignorais cela ! Je ne suis pas sûr d'approuver cet appel, mais je le comprends fort bien.

      Supprimer
  2. Vous avez pompé le titre de ce billet (sauf le dernier mot) à un leftblog ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est le cas, c'est pure coïncidence. Lequel, d'ailleurs ?

      Supprimer
    2. Non, je disais ça "comme ça". Ca y ressemble.

      Supprimer
  3. Ce serait assez drôle si elle devait son "perchoir" à la mère Le Pen… mais bon, elle en veut tellement de son perchoir!!! un petit effort Marine, juste pour rire!

    RépondreSupprimer
  4. En tout cas Falorni a fait part de sa décision irrévocable de se maintenir au second tour.

    RépondreSupprimer
  5. Pareil patronyme et une filiation incomparable auraient dû aider l'agitée du Poitou à prendre quelque hauteur dans sa triste vie. Hélas pour elle, Royal n'est qu'une de ces misérables gourgandines au service de la république jacobine, gourmandes en prébendes conséquentes. D'aucuns les appelaient les putains de la République, elle en est.

    Français, encore un effort pour ne plus être républicains !

    RépondreSupprimer
  6. Ce Danny a l'air d'être un grand benêt!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça a quelques années mais ça n'a pas pris une ride : http://www.philippe-muray.com/philippe-muray-sourire.html

      Supprimer
  7. Les socialeux pourront toujours une autre furie comme Aurélie Filippetti,là aussi c'est du lourd!

    Quant à dame patronnesse, ce serait la cerise sur le gâteaux si elle était battue, mise KO comme le faux prolétaire Melenchon.

    RépondreSupprimer
  8. "Ce Danny a l'air d'être un grand benêt".
    Voilà bien la gôche qui juge au lieu d'argumenter et après ça, nous fait de grands prêchi-prêchas humanistes. Et vous, vous êtes quoi, Léon, un prix Nobel incognito?

    RépondreSupprimer
  9. Dame du Mt,c'était pour signaler ma présence sur le blog, se moquer d'un pseudo, cela n'a rien de grave, vous pourriez me traiter de tout (d'ailleurs vous n'en êtes pas loin) et moi aussi, quel mal nous ferions-nous?
    En vérité, j'étais satisfait d'avoir voté, c'est mon côté citoyen, je n'ai pu hélas voter pour quelqu'un de mon choix qui aurait été un candidat salafiste (hélas ce pays si musulman n'a même pas de parti politique musulman, R Camus ne fait vraisemblablement pas de bonnes analyses), je me suis contenté, en pensant à vous, de glisser un bulletin du front de gauche dans l'urne, même si je le trouve un peu modéré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ce que vous dites, cher Léon. Le Front de Gauche est modéré. Juste un peu, mais quand même. Ce qui m'étonne c'est que vous le cautionniez par votre vote. Ce ne sont pas les candidats un peu moins modérés qui manquent toute de même ! Bon, là-dessus je vous laisse à vos passions joyeuses.

      Supprimer
  10. ON avait la promesse d'un président normal qui ne devait pas s'insinuer dans le débat des partis et premier ballotage défavorable pour son ex, il y va et apporte son soutien et personne pour dénoncer cette supercherie...C'est Trierweller qui va être contente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. y peut pas y aller, il est coincé dans les embouteillages…

      Supprimer
    2. Trierweiler vient de soutenir Falorni sur Twitter... piratage ou pas ?

      Supprimer
    3. Figurez-vous que j'ai 8000 signes à écrire sur le thème : « Ségolène – Valérie : la guerre est déclarée ! » C'est vous dire si votre question m'intéresse !

      Personnellement, je crois à véritable tweet, mais je pense que, pour rattraper le coup, on va nous dire qu'il s'agit d'un piratage.

      Supprimer
    4. Et le vélo, c'est pour les chiens ?

      Supprimer
    5. Décidément, je l'aime beaucoup, la femme de François ; elle ne doit pas être facile facile à supporter tous les jours, mais moi, j'adore ça, les teigneuses.

      Supprimer
    6. Seriez-vous de gôche par simple masochisme ?

      Supprimer
    7. Non, mais voyez-vous, Jacques, vous avez tendance, comme beaucoup à confondre "de gauche" et "socialiste". Je n'ai pas de carte, mon cher Monsieur. Je me fous donc comme de l'an 40 de ces faux soubresauts de campagne. Et je me contrefous encore plus du sort de Ségolène. Si ça vous réjouit de la voir en piteuse situation, grand bien vous en fasse.

      Moins sérieusement, je crois que j'aime surtout les relations entre deux caractères dominants. On perd parfois, on gagne parfois, ça apprend l'humilité et ça me met en état d'excitation. J'adore aussi les femmes qui savent se battre. Les femmes avec des flingues. Comme dans les films de Russ Meyer qui savent faire des clés de bras. Le trip "femme au foyer" obéissante (qui finit toujours en jogging), très peu pour moi. Ma seule limite, ce serait une femme masculine ou qui exige de moi que je me féminise ; les femmes qui aiment les hommes imberbes par exemple, c'est une chose que je ne comprendrai jamais. D'autant plus que vu mon système pileux, s'il me fallait m'y mettre, j'en aurais pour au moins une décennie.

      Bon, c'est très hors sujet tout ça, mais ce n'est pas comme si vos discussions voulaient vraiment dire quelque chose.

      Supprimer
    8. Curieux ce que vous dites, Dorham ! Ainsi, selon vous, dans le couple on n'aurait que le choix entre la domination et la confrontation ? Vous n'avez jamais songé qu'on pouvait vivre en harmonie ? Il n'y a pas que Mme Dorham sur terre...

      Supprimer
    9. Évidemment, le trait est volontairement forcé, Jacques. Cela dit, l'harmonie, ce n'est pas forcément le calme, c'est surtout l'accord entre deux personnes et cet accord peut être tumultueux. Bouillant. Si deux caractères dominants se confrontent, ils s'annulent aussi, ils apprennent à être domptés. L'harmonie dans le couple, c'est vivre avec quelqu'un qui vous épouse et que vous épousez. Certains épouseront un calme lisse et d'autres quelque chose de plus...accidenté. Je vis en parfaite harmonie avec mon épouse, voyez-vous, mieux que ça même.

      Supprimer
  11. Moi yé crois que cé né pas oune piratage mé qué lé deux péronelles sé detestent coorrrdialement.

    RépondreSupprimer
  12. Oh !!
    L'ex-député Vanneste qui hier niait la déportation des homosexuels, nous en sort une bien bonne:

    Notre maîtrise de l’immigration à coups de trompette et de sabre de bois se révèle une passoire arbitraire et aléatoire, entre polémiques stériles et décisions contradictoires : chacun peut constater à chaque feu rouge que tous les chemins des Roms mènent chez nous .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fredi,

      Vous avez songé à entrer en desyntox pour net-addict ?

      Supprimer
    2. Ah mais, cher Dorham, il m'arrive de faire des pauses prolongées loin du clavier, loin du Bordeaux, loin de tout.
      Un vrai tox, voyez-vous, c'est quelqu'un comme Nicolas. Moi je serais plutôt un addict tempéré.
      Merci de vous inquieter de ma santé.

      Supprimer
    3. Mouarf ! Cette andouille de Fredi qui se préoccupe de moi... A une époque, j'effaçais ses commentaires. Du coup, il attendait devant son écran à "le rafraichir" en attendant que je l'efface pour pouvoir le remettre.

      En outre, les lecteurs de ce blog (ou du mien) savent la frénésie de commentaire qui empare parfois ce type et en arrivent à la même conclusion : il est fou...

      Supprimer
    4. C'est être fou que de se croire sain d'esprit mon pauvre Nicolas.
      Le comprenez-vous ?
      Imbécile !!

      Supprimer
    5. Normalement, la psychologie de comptoir, c'est mon domaine.

      Supprimer
    6. "Qui est le plus fou : le fou ou celui qui le suit ?"

      Obi-Wan Kenobi

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir12 juin 2012 à 16:52

      "Chacun peut constater à chaque feu rouge que tous les chemins des Roms mènent chez nous." (Christian Vanneste)

      Très bon ! Je crois que nous tenons un digne successeur de Jean-Marie le Pen...

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir12 juin 2012 à 16:55

      "L'ex-député Vanneste qui hier niait la déportation des homosexuels, nous en sort une bien bonne." (Fredi M.)

      J'espère que vous avez bien noté qu'il n'y a pas eu de "déportation des homosexuels"... Avez-vous bien suivi toute cette polémique ?

      Supprimer
    9. Oui oui. C'était juste un rappel pour resituer le bonhomme.

      Supprimer
  13. AFP: Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des rochelais depuis tant d' années dans un engagement désintéressé", a écrit sur son compte Twitter à 11H56 Mme Trierweiler. La journaliste a ensuite confirmé à l'AFP ses encouragements à l'opposant de l'ex-compagne de François Hollande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le président normal est en train de sombrer dans le vaudeville. Non mais qu'est-ce qu'on s'amuse !

      Supprimer
    2. Effectivement, si on en faisait de la fiction on passerait pour des fous!

      Supprimer
    3. Parce que vous n'êtes pas fou ? On m'aurait mal renseigné ?

      Supprimer
    4. Nan, mais je veux dire encore plus! Du genre de ceux qui demandaient à Jospin ce qu'il ferait s'il n'était pas au deuxième tour en 2002 et à qui il répondait: "j'ai beaucoup d'imagination, mais quand même pas autant"... Des vrais fous quoi!

      Supprimer
    5. Pas du tout. Ca n'était pas possible qu'il ne soit pas au second tour.

      Supprimer
  14. @DG

    Attendez: il n'y est pour rien le bougre. Il vit avec une femme extrèmement libre et pis c'est tout.

    RépondreSupprimer
  15. je l'aime bien ce couple présidentiel; il a droit à mon état de grâce personnel.
    Pour le reste nous verrons plus tard.

    RépondreSupprimer
  16. Dans le fond, il est sacrément résistant notre Président Normal : il voit des socialistes toute la journée et quand il rentre chez lui il en retrouve une, et pas une facile ! Moi, je ne pourrais pas !

    RépondreSupprimer
  17. France-Hélène12 juin 2012 à 17:42

    La photo qui illustre ton billet fait froid dans le dos : on dirait l'image finale de Freaks (mais avec un personnage féminin au sourire parfaitement benêt, comme s'il était heureux d'avoir été métamorphosé... Ce qui est encore plus inquiétant !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, bon, bon : au lieu d'avoir froid dans le dos, dis-nous donc plutôt quand est-ce que tu débarques par chez nous ?

      (Andouille de prof inutile !)

      Supprimer
    2. Depuis quand vous tutoyez des commentateurs potentiellement à jeun

      Supprimer
    3. Quand je les connais depuis près de 40 ans, ce sont des choses qui m'arrivent…

      Supprimer
  18. En tous cas, c'est une bonne aubaine pour les éditorialistes politiques de tout poil qui se masturbent avec cette histoire jusqu'à l'atteinte de la surdité totale. Cela leur permet de faire dans la psychologie de bazar dont on sait qu'elle ne recourt à aucune compétence.
    Quand il s'agit d'économie, de stratégie industrielle ou de géopolitique, on les entend beaucoup moins.
    En fait, moi je sais ce qui s'est réellement passé. C'est Sarkozy qui a téléphoné à Copé pour lui dire que ça serait bien qu'il y ait le bazar dans le Couple Hollande. Copé l'a répété à Fillon qui a croisé Delanoé dans Paris. Ne sachant pas quoi lui dire, il a donné le change en lui racontant cette blague. Delanoé l'a répété à Ayrault qui a cru faire le malin en suggérant l'idée à Trierweiler qui l'a concrétisée.
    C'est donc la faute à Sarko.
    Merci qui ?

    Duga

    RépondreSupprimer
  19. Je tiens à souligner ma prescience, à 11h19 hier, soit quelques minutes avant le tweet de Mme Trierweller, j'avais écrit :

    "ON avait la promesse d'un président normal qui ne devait pas s'insinuer dans le débat des partis et premier ballotage défavorable pour son ex, il y va et apporte son soutien et personne pour dénoncer cette supercherie...C'est Trierweller qui va être contente..."

    désormais il y a de la matière désormais pour vos 8000 signes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, on peut dire que l'affaire est tombée à pic ! Merci Valérie…

      Supprimer
  20. fidèlelectrice13 juin 2012 à 19:42

    Oui oui lecteur maritimo-charentais, il faut voter pour le dissident ! que dis-je le paria, le socialo-traitre, le banni...
    Il faut faire un exemple : pourquoi une "étrangère" (à la Charente Maritime) devrait-elle avoir préséance ? pour lâcher les habitants aussi sec et aller trôner à la capitale ?
    Sinon c'est bien d'avoir du Feydeau aux actus...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut surtout voter pour le non socialiste, je pense.
      Enfin je dis ça comme ça…
      S'il n'y en a pas ? Bien abstention !

      Supprimer
    2. Car je ne vois pas bien ce que nous venons faire dans cette querelle d'alcôve et de perchoir.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.