jeudi 28 juin 2012

N'y va pas, Manuel ou : combien de temps tiendra-t-il ?


Combien de temps tiendra-t-il au poste où on l'a mis, avant que ne fassent rouler sa tête dans le son du panier les supplétifs mélenchouineurs, les officines de distribution gratuite de cartes plastifiées, les verts guignols – guignéoliens, guignéoliennes – défilant à l'écolo-lo derrière la ministre en jean,  les auréli-Filipettitionnaires de principe, les adventistes du christ sombre, les retraités du grand bond, les raclures de fond de castrisme, les bouffeurs de beauf, les ravis du ramadan, les compagnons du taste-hallal, les mères métissolâtres, les pères du désert, les frères musulmans et les petites sœurs des pauvres ? En un mot, qui sera la vérité de François Hollande : Manuel Valls ou Cécile Duflot ? Les bookmakers sont dans les starts…

49 commentaires:

  1. Et si c'était ni l'un, ni l'autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sera forcément l'un ou l'autre. En tout cas, je ne pense pas que ce puisse être l'un ET l'autre.

      Supprimer
  2. Et voilà ! Didier Goux à la rescousse de Manuel Valls. C'est grand.

    Comme si Manuel Valls avait besoin de ça, d'ailleurs...

    RépondreSupprimer
  3. Allons bon, mon com est passé en spam en trois secondes. Je tiens un record.

    RépondreSupprimer
  4. Je commence à en avoir marre, moi, de passer mes journées à déspamer le gros…

    (Et, en effet, j'espère que Valls n'a pas besoin de moi. sinon, il est mal parti.)

    RépondreSupprimer
  5. J'ai même pas suivi : quel est le problème avec Valls ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, en gros, il a dit que les sans-papiers seraient régularisés “au cas par cas” et non massivement comme le souhaitent les officines appointées. Et, du coup, il commence à se faire taper dessus. Je ne sais plus qui a dit qu'en partant, Sarkozy avait oublié un ministre sur place. Vous voyez l'ambiance ?

      Supprimer
    2. White, blanco, weiss28 juin 2012 à 18:00

      "Conformément au Pacte européen sur l'immigration et l'asile, adopté à l'unanimité des 27 Etats membres de l'Union européenne le 16 octobre 2008, toutes tendances politiques confondues, les mesures de régularisation massive sont proscrites, parce qu'elles créent un afflux supplémentaire d'étrangers en situation irrégulière, et portent atteinte à la maîtrise des flux migratoires. Le taux de chômage des ressortissants étrangers non européens atteint déjà le triple de la moyenne nationale." (là c'est Besson en 2009)

      Valls ne fait que répéter ce que répètent tous les ministres en charge de ce dossier.

      Supprimer
    3. Et il n'en fera donc pas plus, si je vous suis bien ?

      Supprimer
    4. C'est ce qu'a dit Hollande pendant la campagne, je ne vois pas où est le problème. Il avait juste plaidé pour une harmonisation dans la gestion des cas par les Préfectures.

      Supprimer
  6. De toutes façons, quelqu'un qui est capable de s'apercevoir qu'il n'y a pas beaucoup de Blancs à certains endroits est hautement suspect.
    C'est la preuve qu'il n'a pas été correctement formaté.
    Seule la perception d'un manque de couleurs est républicaine.
    Autant dire que l'on n'attend que la plus légère occasion pour allumer le bûcher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sans doute à cause de votre bûcher qu'il va s'appliquer à ne pas faire d'étincelles.

      Supprimer
    2. Aristide, si je vous suis bien, la gauche serait tout simplement daltonienne ? C'est clair comme de l'eau de roche finalement. Quant à s'étonner qu'ils aboient en meute, ce ne serait qu'un point commun supplémentaire avec nos amies les bêtes. Du coup, comme avec celles-ci : gare au syndrome du canapé !

      Supprimer
  7. C'est le joufflu Besancenot qui a fait la blague sur le ministre oublié par Sarkozy.
    Celà dit, je pense qu'il a raison: pour survivre, Valls va sans doute effectivement se la jouer Sarko: dur dehors, mou dedans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui, exact ! Je le croyais pourtant mort, ce guignol…

      Supprimer
  8. C'est ce cher Montebourg qui je crois avait dit à l'intéressé que sa carte l'attendait à l'UMP. Ambiance.

    Le problème de Valls c'est qu'il a été nanti d'un ministère particulièrement difficile à manier, au même titre que l'EdNat. Les syndicats y ont un poids énorme. Il se retrouve dans une position pas facile. Il doit rassurer mes collègues, satisfaire les syndicats, rassurer les maires, donner des gages de pureté socialiste à tous les neuneus de gauche. Et dans le même temps réussir à aligner des résultats. J'allais oublier. Pour corser le tout, il va falloir qu'il réussisse à composer avec Taubira dont l'agenda ne semble pas être le même que celui du MI.

    La question à mon avis est : mais qui donc lui en veut ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui lui en veut ? Tous ceux qui pensent à l'après-Hollande en se rasant

      Supprimer
    2. En effet, vu de l'intérieur, si je puis dire, ç'a l'air assez coton.

      Supprimer
  9. De toutes façons, Valls s'alignera toujours in fine sur... la ligne dominante du Parti, histoire de rester "dedans" et, finalement, incontournable dedans. Mais toujours sur la ligne de crête (borderline?)où il espère ratisser large lors des prochains congrès. Cf. l'historique de ce ramassis bizarre qui n'a plus de ligne directrice claire et sans "projet" cohérent; il a intégré la leçon : L'appareil et les "sympathisants" ne cherchent pas "un nouveau Jaurès",ils n'ont rien à foutre d'un genre Jospin, mais "l'homme providentiel", c'est à dire le (la) guignol pouvant gagner, c'est à dire leur ouvrant les portefeuilles, les sièges, les sinécures, les subventions... Donc "aimé et préféré des Français" aux dires des médias et des sondages : Une Ségolène, un DSK, plutôt qu'une Aubry ou un Fabius... Valls se dit que quand Hollande aura sombré dans sa normalité, emporté par le réel, l'Euro, les intermittents du spectacle, etc., il sera mieux placé qu'un Montebourg avec son jeu... C'est jouable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je rêve volontiers d'un retour de DSK, d'ici deux ou trois ans. Mais il est vrai que j'ai mauvais fond.

      Supprimer
    2. S'il veut revenir sur le devant de la scène et non du prétoire, il va devoir trouver une autre partenaire journaliste alors, parce qu'apparemment, Anne sait qu'elle a été trompée…Les mauvaises langues le lui ont dit.

      Supprimer
    3. Tiens ! Carine a fait une analyse politique. Elle va devoir prendre une semaine d'arrêt maladie pour se remettre.

      Supprimer
  10. Bah, j'ai écouté ce que Hollande disait sur l'immigration, discrètement en début de campagne. Sa position est grosso modo celle de Valls.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, ce serait plutôt l'extrême gauche festive qui s'apprêterait à être cocue ? Remarquez, c'est une question d'habitude…

      Supprimer
    2. L'extrême gauche n'avait qu'à écouter ce que tous les électeurs de Hollande ont entendu quand la droite lui faisait un procès sur la question.

      Supprimer
    3. L'extrême gauche qui écoute ? Et pourquoi pas l'UMP qui réfléchit, pendant que vous y êtes ?

      Supprimer
  11. Robert Marchenoir28 juin 2012 à 19:35

    Le problème avec Valls, c'est sa cravate. Et son imperméable. Un type habillé comme ça ne peut pas être ministre de la Vronze.

    http://fromageplus.wordpress.com/2012/06/27/tout-doit-disparaitre/

    RépondreSupprimer
  12. Il faut être pragmatique. D’un côté on ne peut pas accueillir toute la misère du monde et tout ça et de l’autre, il faudrait voir à ne pas oublier qu’il s’agit d’êtres humains et on ne peut pas blâmer des braves gens qui pensent qu’ils pourraient vivre chez nous que dans l’espèce de dictature tiers-mondiste d’où ils viennent. Amen.


    Il est trop bien votre pote socialo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir29 juin 2012 à 10:13

      D’un côté on ne peut pas accueillir toute la misère du monde et tout ça et de l’autre, il faudrait voir à ne pas oublier qu’il s’agit d’êtres humains et on ne peut pas blâmer des braves gens, etc. (Nicolas)

      Mais on ne blâme pas les immigrés. On veut juste les foutre dehors.

      Toujours ce sentimentalisme imbécile des gauchistes, qui confondent le savoir-vivre et la politique. Ce qui les conduit d'ailleurs à se comporter avec une grossièreté ahurissante avec leurs adversaires, comme on le voit avec Nicolas, avec Mélanchon, avec Jérôme Leroy, etc.

      Supprimer
    2. Les degôches aiment beaucoup accueillir les miséreux de ce monde, tant que ce n'est pas chez eux et qu'ils peuvent tranquillement les parquer dans des cités dortoirs immondes et leur proposer, non pas du travail, mais des aides sociales.

      Belle preuve d'humanisme...

      Supprimer
    3. on ne peut pas accueillir toute la misère du monde et tout ça

      Mais on ne voudrait pas davantage accueillir toute la richesse du monde. Qu'ils soient pauvres, pour la plupart, est secondaire.

      il faudrait voir à ne pas oublier qu’il s’agit d’êtres humains

      Mais c'est justement pour ça qu'on s'inquiète de les voir débarquer par paquet de mille. En vérité c'est la gauche qui traite les êtres humains comme s'ils étaient des briques interchangeables.

      Supprimer
  13. Mine de rien il est en train de se faire lepeniser la tronche.
    A l'insue de son plein gré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À l'insue des pieds, aussi.

      Supprimer
    2. Tes problèmes de sudation ne nous regardent pas.

      Supprimer
    3. Tes problèmes d'orthographe, non plus, remarque....

      Supprimer
    4. Mais enfin je suis désolé d'apprendre que celui-ci s'ajoute aux autres.
      T'as vraiment pas de chance.

      Supprimer
    5. Mon pauvre...
      Corriger les tiennes serait un boulot à plein temps, un cdi comme les socialos n'osent plus en promettre.

      Supprimer
    6. Mais si, j'ai une chance ! J'arrive à ne pas me rendre de plus en plus ridicule à chaque commentaire. Cela étant, je me désabonne des commentaires. Je veux bien triller le vieux par tradition républicaine mais de la à lui casser les brunes...

      Supprimer
    7. Ou les blondes...
      Mais il me semble que tu te répètes.
      Tu le conjugues comment le verbe triller ?

      Supprimer
  14. Mais si, j'ai une chance ! J'arrive à ne pas me rendre de plus en plus ridicule à chaque commentaire

    J'admire ton assurance.

    RépondreSupprimer
  15. Vois-tu je vais te dire une chose Nicodème: je me contrefous de ce que l'on peut penser de moi quand je mets un commentaire en ligne; je ne mets pas un noeud-pap et des souliers vernis pour bloguer: j'y viens en me grattant les couilles.
    J'y viens comme je suis comme dit une pub.
    Comme j'irais au café du commerce s'il exitait encore.
    J'essaie d'y être sincère.
    Et toi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fredi m,

      Il existe toujours:

      Le Café du Commerce. Grande Brasserie Parisienne Indépendante - Cuisine française - Spécialité de Boeuf, Race Limousine. 51, rue du Commerce 75015 ...

      Si vous avez du temps à perdre, on invitera " Groniko"!

      Supprimer
    2. Si vous avez du temps à perdre, on invitera " Groniko"!

      Vous pensez que c'est une bonne idée ?

      Supprimer
  16. Les pauvres: on ne va en régulariser que trente mille par an!
    Un petite ville de plus chaque années… une très grande tout les dix ans.

    RépondreSupprimer
  17. Il tiendra 1 an voir plus tant qu'il ne déconnera pas sur la Valérie et pour la Duflot, elle n' a pas encore rayé tout le parquet de son ministère, elle ne prendra pas la place du cow-boy Valls.

    RépondreSupprimer
  18. A la question "Valls ou Duflot?", je parie pour la victoire de la ligne Valls car elle reflète celle de Hollande et de "la vraie gauche", celle qui reste proche du peuple et qui n'en veut plus de l'extrême gauche démago, des verts stupides et de la vieille gauche caviardo-morale. Je crois, j'espère que la gauche Hollande apportera du nouveau.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.