jeudi 6 juin 2013

L'effroyable paupérisation des classes moyennes


Depuis que les socialistes de grands chemins ont fait s'abattre sur nos têtes leur politique confiscatoire, nous n'avons plus qu'un demi-cerisier. Pour l'instant, le malheureux mutilé produit encore des fruits entiers ; mais nous attendons avec angoisse le prochain train de mesures spoliatrices…

14 commentaires:

  1. Mettez vos cerises dans de l'eau de vie et allez planquer le tout en Suisse… 

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai, ça ! Il faudrait taxer la production de cerises : comme elles ne sont pas achetées, il n'y a pas de TVA.

    RépondreSupprimer
  3. Et avez-vous payé la taxe sur l'abattage de tilleul?
    Tiens Elstir a bien grandi...

    RépondreSupprimer
  4. N'essayez pas, grâce à ce pauvre cerisier, de cacher que vous faites partie des "plus aisés".
    Votre canapé de cuir et votre automobile tous deux d'origine étrangère en témoignent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas le canapé ! Enfin je crois si je me fie au magasin.

      Supprimer
  5. J'ai craint le pire en lisant le titre. Le billet me l'a confirmé, en effet. C'est affreux !

    RépondreSupprimer
  6. J'aurai bien une suggestion: faîtes des Mon Chéri pour les prochaines fêtes de Noël.

    RépondreSupprimer
  7. Ne feignez pas la surprise : Jean- Baptiste Clément avait prévenu : "Mais il est bien court le temps des cerises..."

    RépondreSupprimer
  8. Robert Marchenoir6 juin 2013 à 16:36

    Un chien méchant sur le pas de la porte : pas de doute, on est bien chez les fachos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est gros, il est pas méchant !

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir6 juin 2013 à 17:09

      En plus, il paraît qu'ils enferment des chats dans leur cave et les torturent jusqu'à la mort.

      Vraiment, c'est pas beau, l'extrême-droite.

      Supprimer
  9. Le pauvre, il va finir avec une scoliose.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.