mercredi 26 juin 2013

On n'est pas des boutiquiers


En ce moment, sur les flancs des autobus parisiens – et même de ceux qui poussent jusqu'à Levallois –, est affichée une publicité pour je ne sais quel produit (d'où je me tenais pour fumer, je ne pouvais voir le bas du panneau). Elle est illustrée par deux moitiés d'orange et pose la question suivante : Vous avez de l'énergie à revendre ?

Cette expression toute faite m'est soudain apparue pour ce qu'elle était, à savoir une absurdité, un non-sens : comment pourrions-nous re-vendre quelque chose que nous n'avons jamais acheté ; et que, en outre, nous ne savons ni stocker ni transmettre ?

Mais il est vrai que l'expression « avoir de l'énergie à vendre » sonnerait fort bizarrement aux oreilles.

Le plus simple est sans doute de s'astreindre à une bienheureuse amorphie.

9 commentaires:

  1. D'ailleurs, l'expression "revendre" est idiote. Elle sous-entend que nous aurions déjà vendu la chose en question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. On emploie ce verbe un peu à tort et à travers (mais bon : l'usage commande…). On parle par exemple de gens (indélicats) qui revendent leurs cadeaux de mariage : idiot en effet puisque, par définition, ils ne les ont ni achetés, ni déjà vendus.

      Supprimer
  2. Un jeune qui demande à un autre, encapuché, au coin d'une rue: "Eh mec, t'aurais pas un peu d'énergie à vendre?".

    Ce sera sans doute également sur les affichettes autour des salles de shoot

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fil, vous êtes un “phobe” de la pire espèce ! (Un je-ne-sais-pas-quoi-phobe, mais seul le suffixe compte.)

      Supprimer
    2. Oh oui, je trouve ça sain pour l'esprit de détester tout ce qu'on nous demande d'aimer par la force.
      Ca permet de ne jamais trop s'éloigner de la vérité.

      Supprimer
  3. N'empêche que vous demeurez un homme plein de ressort...

    RépondreSupprimer
  4. Vous n'êtes pas un homme de votre temps, Didier Goux (ce qui est le propre du réac).
    Moi, j'achète de l'énergie à des gens, je la vends à d'autres (avec bénéf), je la leur rachète (moins cher que je ne la leur ai vendue) puis la revends à d'autres (avec bénéf), et je gagne très bien ma vie comme ça.

    RépondreSupprimer
  5. Didier Goux a du ressort à revendre. (Tzzoinnnng, Tzzzoing...(c'est le bruit du ressort et, tel le Marsupilami...) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez-y, traitez-moi de Zébulon, pendant que vous y êtes ! Mauvaise femme !

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.