mercredi 1 avril 2015

L'ineffaçable différence entre elles et nous


Lorsque l'aberrante indifférenciation sexuelle actuellement à l'œuvre sera parvenue à son terme, quand les femmes n'auront plus ni seins ni cellulite, que les hommes auront été amputés des gonades et du cerveau, que tout le monde sera vêtu en Charlie de carnaval, il restera toujours un moyen de distinguer les mâles des femelles de l'espèce. Il suffira pour cela de se poster dans un hall d'entreprise muni de portillons à badge et d'observer. Tous les post-humains qui se présenteront au tourniquet leur petit rectangle de plastique déjà en main auront été les hommes ; ceux qui, obstruant le passage, passeront cinq minutes à fouiller toutes leurs poches dans le mince espoir de retrouver leur sésame seront des souvenirs nostalgiques des anciennes femmes. 

30 commentaires:

  1. Réponses
    1. Ah, non, pas du tout ! Cette petite réflexion est le fruit de nombreuses heures d'observation (à l'époque où, chaque jour, je passais une heure à lire dans le canapé installé près des dits portillons), et j'en puis garantir l'absolue justesse : les femmes ne trouvent jamais leur badge, alors que les hommes presque toujours.

      Supprimer
    2. C'est normal nous sommes tellement moins bien organisées et efficaces!

      Supprimer
  2. Il faudrait pousser la modernoeuserisation en obligeant tout le monde à avoir un sac un main plein de bordel.

    RépondreSupprimer
  3. Il est très plaisant d'être encore une de ces femmes dont vous allez avoir la nostalgie !

    RépondreSupprimer
  4. Ah oui. Ça se vérifie tout le temps. Et pas seulement avec les badges : clefs d'appartement, de voiture, monnaie chez le boulanger, billet à composter, tout se qui traîne dans un sac à main en effet et doit visiblement y rester le plus longtemps possible.Rien que pour faire ch...le monde ou problème d'anticipation ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'ai pu constater que même les plus jeunes (qui n'ont pas de sac) réussissent à ne pas trouver leur badge, alors que, a priori, elles n'ont pas plus de poches que les hommes.

      Supprimer
  5. Vous repasserez avec votre souvenir nostalgique des anciennes femmes. Aujourd'hui c'est... "Bienvenue à Gataca" !

    Jusqu'où va-t-on descendre ?

    Et maintenant, l'avortement pour les hommes !... peut-on lire sur contre-info.com/ Billet du 30 mars.

    Les "gens" avortent, prétendre le contraire, c'est faire preuve de cissexisme : ce nouveau préjugé discriminatoire qui affecte les institutions et la société qui favorisent les individus qui s'identifient au genre qui leur a été assigné à la naissance (cisgenre).

    Nouveaux mots, néologismes...

    L'indifférenciation sexuelle dont vous parlez n'a pas encore atteint son terme, on le voit, mais nous nous en approchons.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut absolument militer en faveur de l'avortement masculin ! Je vais brancher la schtroumpfette là-dessus, tien…

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Ah, c'est que c'est du vécu, hein !

      Supprimer
    2. Je n'en doute pas un seul instant ! J'ai moi même fait une petite étude empirique sur les conducteurs qui "font de la merde" (expression de djeuns, signifiant qu'ils conduisent particulièrement mal) et mes conclusions sont sans appel...

      Mais je n'ose en donner les résultats, je risque l’opprobre générale...

      Supprimer
  7. Le titre a l'air prometteur mais je ne trouve plus mes lunettes pour lire la suite...
    Vous pouvez me rappeler où est le bouton pour agrandir les caractères ?

    RépondreSupprimer
  8. Monsieur Goux,
    Comme il est (et bientôt ETAIT) doux le temps que mettent les femmes à farfouiller dans leur sac...
    J'ai mis le verbe être au passé car (ceci n'est pas de la science-fiction) des employés d'une société "modernoeuse" ont accepté de se faire implanter des puces d'identification dans la main par l'employeur

    http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-des-puces-rfid-greffees-dans-la-paume-de-salaries-suedois-60182.html

    Orwell et Huxley avaient, de façon magistralement prophétique, anticipé toutes ces cauchemardesques dérives et toute cette servitude volontaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les filles trouveront le moyen de se tromper de main.

      Supprimer
    2. Vous etes des futuristes en peau de lapin, pour régler définitivement le problème des cartes et autres badge a la con rien de mieux que la reconnaissance rétinienne généralisée (fin des libertés individuelles mais est on réellement libre dans un système ou le seul vrai parti d'opposition et de réelle alternance n'a aucune chance de gagner ?) Payer retirer des sous faire des virements rien qu'en montrant ses yeux a la machine et sans rien sortir du tout le reve de tous les fainéants et autres geeks de la terre

      Supprimer
    3. Il y a encore mieux ! http://www.konbini.com/fr/tendances-2/puces-electroniques-implantees-peau-employes-suedois/

      Supprimer
  9. Il n'y a pas longtemps, pour payer, je n'arrivais pas a trouver mes sous qui se trouvaient dans l'une de mes 7 poches (4 pantalon (2 avant + 2 arrière) + 3 blouson (2 avant + 1 intérieure)). La caissière me dit : "ah ces hommes alors ! ils sont avec leurs poches comme les bonnes femmes avec leurs sacs a mains..." Un client derrière lui a fait remarquer que ce n'est pas pour autant qu'on peut mettre les hommes et les femmes sur le même plan, aussi longtemps qu'une femme aura, en general, une valise au moins 2 fois plus grosse que celle d'un homme...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai le sentiment que ce texte est fait pour mon épouse et mes deux filles qui ont toutes trois leur clef mais qui préfèrent sonner à la porte pourqu'on leur ouvre plutôt que de les chercher dans leur sac.

    RépondreSupprimer
  11. Sinon on peut aussi les observer au volant...
    http://www.eteignezvotreordinateur.com/le-creneau-le-plus-long-du-monde-video/
    (Désolé hein, j'ai la flemme pour le lien)

    RépondreSupprimer
  12. Je prends RER + tram + bus deux fois par jour et la majorité des femmes a son badge dans son sac et passe le sac devant le lecteur mais je vis sûrement dans un univers parallèle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On voit donc des femmes agiter bêtement leur sac à main au dessus des portillons jusqu'à ce que lecteur capte le badge sans compter les fois où le lecteur capte un mauvais badge (celui de la cantine ou de l'entreprise)... Pour ma part, je sors mes badges de "ma poche à badge" avant d'arriver au portillon que je passe en moins de temps qu'il me faut pour boire une bière.

      Supprimer
    2. C'est exactement ce que j'allais répondre !

      Supprimer
    3. Je sais. C'est même pour ça que j'ai répondu.

      Supprimer
    4. Le pire reste le temps qu'il faut aux femmes pour trouver un préservatif dans leur sac...

      Supprimer
    5. Mais quelle mauvaise foi....

      Supprimer
  13. j'espère pouvoir rencontrer un jour un portillon à badge avec ma femme, juste comme ça, pour remettre les choses dans la perspective.

    Stanislas

    RépondreSupprimer
  14. J'observe de phénomène depuis 30 ou 40 ans, tantôt amusé, tantôt atterré, aux caisses des supermarchés : chaque femme atteignant le moment de remplir ses paquets ou son chariot après le passage au scanner se met invariablement à rechercher au fond d'un sac profond et désordonné un moyen de paiement, exactement comme si elle découvrait soudain qu'il lui faut payer ses emplettes; Derrière suit un client (moi) qui a déjà sa CB en main !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.