dimanche 23 août 2009

Une école anglaise comme une autre


Le déni de réalité va devenir un métier à temps plein...

11 commentaires:

  1. Je sens que je vais vous fâcher, mais je les trouve plutôt mignons, les élèves sur la photo. Ils se tiennent droit, ils sourient, ils ont l'air contents d'être là, d'être collégiens ou lycéens dans le même uniforme.
    Une des photos de classe du LEP de mon secteur, ça ressemblerait plutôt:

    "quoi, une photo de classe, mais il est malade, le tarba, il croit qu'on a dix ans, là ? Hein, le chouinegomme ? Mais j'vais pas jeter mon chouinegomme, bouffon, c'est pas une vidéo quand même, allez, putain, je remets mon bonnet. Faudrait savoir, je les planque, mes dreads, ou j'enlève la casquette ? Eh, Yunus, c'est qui qui t'appelle ? Montre, t'as un nouveau portable ? Ouais, m'sieur, on arrive, c'est pas urgent, tout d'même... "

    RépondreSupprimer
  2. Suzanna, je vous adore.
    De nouvau j'ai tapé "a" à la fin mais je le laisse).

    RépondreSupprimer
  3. Emma : c'est gentil !

    Par contre, Didier n'est pas gentil du tout. Il fait envie aux profs de Zup en leur montrant une classe apparemment plus disciplinée que celle qu'ils vont retrouver à la rentrée. En plus, il cherche le bâton antiraciste pour se faire battre. Oui, d'accord, il y n'y a pas une majorité de blonds-roux à la peau brûlée au troisième degré par le rude soleil de Glencoe, mais qu'est-ce qu'ils s'en fichent, les profs, de la couleur d'une peau. Si les élèves sont attentifs, accessibles à l'enseignement, à la discipline, c'est le principal.

    RépondreSupprimer
  4. Ulysse : au ras des naseaux...

    Suzanne : mort de lol ! c'est en effet une manière d'envisager la chose qui ne m'avait pas effleuré (à tort, probablement). De toute façon, faut-il le répéter, je n'ai nulle animosité envers ces garçons et ces filles. Mais j'en ai contre les bonnes âmes qui essaient de nous persuader qu'ils ont toujours été là, que c'est nous qui avons la berlue.

    RépondreSupprimer
  5. Criticus: vous verriez davantage de voiles dans les collèges catholiques français, qui scolarisent de plus en plus de musulmans. (Rappelons que les établissements sous contrat d'association, et ils sont la majorité, tournent avec des fonds PUBLICS)

    Dans celui-ci, par exemple, St Mauron à Marseille, les filles voilées sont bienvenues.

    Pas simple...

    RépondreSupprimer
  6. le lien : http://www.picturetank.com/___/series/929280358fe2e568be02e20846103b08/College_St._Mauron.html

    RépondreSupprimer
  7. @ Suzanne : en effet. Cela dit, les voiles que portent ces deux jeunes filles sont plus discrets que les voiles quasi-intégraux portés par les fillettes sur la photo. On se rassure comme on peut, n'est-ce pas.

    RépondreSupprimer
  8. Bein ça prouve que les parents ont assez de pognon pour la leur payer, contrairement à leurs gérémiades permanentes sur les zinégalités.
    C'est là que vos une partie des allocations familiales, sans doutes.
    En somme, c'est le contribuable qui paye l'école privée à leurs enfants.

    RépondreSupprimer
  9. Bouh, les aigris !
    Suzanne, l'image de la pintade vous va à ravir

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.