mercredi 5 août 2009

Écrivain en forteresse

À huit heures ce matin, il faisait déjà 20°, et terriblement celsius encore : on devrait souffrir cet après-midi, surtout si les visites sont nombreuses. On compte sur les murailles pour conserver la fraîcheur de la nuit, mais on n'est sûr de rien.

Avant même notre départ, j'avais décidé de tenir un journal de notre séjour ici – nous sommes arrivés depuis cinq jours et j'en ai déjà deux de retard dans mes écritures : le bâtiment s'est nettement amélioré, mais l'écrivain est toujours aussi piètre, comme on voit....

19 commentaires:

  1. Je viens de mettre trois bouteilles de blanc au frais pour ce soir. Car, bien sûr, pas question de boire avant huit heures du soir : je me vois mal faire le guide bourré...

    RépondreSupprimer
  2. Trois bouteilles ? J'espère que vous n'avez pas d'invités et que Catherine n'a pas soif.

    Au fait ! Elle ne devait pas servir de guide ?

    RépondreSupprimer
  3. Nous n'avons pas d'invité, en effet. Pour les visites, nous les faisons à deux pour le moment, et Catherine a tendance à me laisser parler. Mais, d'ici un jour ou deux, ce sera à elle de se lancer, puisqu'à partir de mardi prochain, et jusqu'au dimanche, elle sera toute seule.

    RépondreSupprimer
  4. Carrément !
    J'invite tous vos lecteurs qui ont des enfants en bas-âge particulièrement [insupportables] vivants à venir visiter le château. (se munir de paquets de chips, de mandarines et de cônes de crème glacée dégoulinants)
    C'est que vous allez finir par y rester, sinon! acheter le château de Sainte Mère, ou autre édifice à restaurer chaque minute de chaque journée, et finis les blogs alors !

    RépondreSupprimer
  5. Non, sérieux, vous avez changé de crémerie, ou c'est un job d'été?

    RépondreSupprimer
  6. Embastillé avec des bouteilles, que peut-on r^ver de mieux ! Bon d'accord, l'escalier est un peu raide...

    @Suzanne, pensez-vous réellement que je doive suivre votre invitation...

    RépondreSupprimer
  7. Suzanne, pas de menaces ignobles, je vous prie !

    Olivier : Job d'été ? Oui, on peut dire ça comme ça. Mais job très particulier : châtelain le matin, guide culturel l'après-midi, de nouveau châtelain le soir (mais en version alcoolisée).

    RépondreSupprimer
  8. écrasé par le sujet, peut être, si ce n'est par la chaleur.

    RépondreSupprimer
  9. Suzanne, même pas peur ! Je sais être très autoritaire et très mal aimable. D'ailleurs, j'ai un plan imparable (demandez à Pluton).

    RépondreSupprimer
  10. A défaut d'ile, vous retenez le château avec donjon et mâchicoulis ?
    Vous allez nous écrire des romans violet-le-duc (pas de moi, snif, mais de Muray) ?

    D'un château l'autre, vous arriverez au Nord et danserez un Rigodon endiablé en profanant des jurons dont votre amis Renaud Camus se demandera en quelle langue sont-ils.

    Belle fin du monde !

    RépondreSupprimer
  11. Et en plus il y a un donjon???
    Je vois déjà la tonalité de votre futur roman, harnais, fouet et parachute d'albert... un best seller.

    RépondreSupprimer
  12. Olivier P : C'est quoi, le parachute d'Albert ?

    RépondreSupprimer
  13. @Suzanne
    Petite et grande curieuse à la fois... Merci de poser les questions parce que, au passage, je profite des réponses...
    J'oserais jamais demandé quelque chose à ces messieurs que, dans ma tête, je qualifie "d'intouchables sur leur piédestal de parfaits blogueurs"... Je sais pas mais, des fois, j'ai l'impression qu'ils me lanceraient "quelques miettes dédaigneuses" avec un petit rire en coin quelque peu sardonique...
    alors autant pour moi, je me contente de lire...

    @ Monsieur Goux
    Je ne vous connais que parce que vous lis...
    Mais, honnêtement, me trouver dans un groupe de touristes anonymes visitant ce château et, vous écouter parler des trésors exposés, ne doit pas être déplaisant... par contre poser une question me paralyserait et pourtant.... tiens, là par exemple j'aimerais savoir plus de choses sur ce château, ses expos, ses habitants ??? peut-être pas quand même...pour le dernier point.

    RépondreSupprimer
  14. @Suzanne
    Un instrument de torture, dont j'ai retenu le nom pitoresque à la lecture d'un article sur les donjons.
    Quant à savoir à quoi ça sert, n'étant pas pratiquant...

    RépondreSupprimer
  15. le parachute d'Albert ? Cette "recette" est dans le Grand ou le Petit Albert.

    RépondreSupprimer
  16. Ca fait du ménage, une maison comme ça.

    RépondreSupprimer
  17. Audine : une jeune femme vient six matinée par semaine ! Et, en plus, elle nous apporte des tomates et des oignons de son jardin.

    RépondreSupprimer
  18. @ Olivier P,
    Si vous êtes le geôlier (voire ici le pratiquant), je n'aimerais pas, dans tous les cas de figure, être la victime...
    (lol)

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.