vendredi 27 août 2010

Naples, Oléron, Aigues-Mortes, absinthe, Hélène

Je vous le dis tout net : cette affaire de refonte des programmes d'histoire, par laquelle Louis XIV et Napoléon sont priés de s'effacer au profit du Monomotapa et de je ne sais quel autre bambouliforme royaume, cette affaire me ravit en extase. D'abord – cruel défaut de culture de ma part – j'ai longtemps cru que le Monomotapa n'existait pas, qu'il avait été inventé par La Fontaine pour les besoins de la rime. Mais non, en fait le royaume a bel et bien existé, pas bien longtemps, en des époques lointaines et dans des contrées dont nul n'a grand-chose à foutre, si chacun veut bien être honnête avec soi-même, mais enfin il a.

En clair, dans un pays normal, dirigé par des gens sensés, habité par un peuple assuré de lui-même, le Monomotapa serait resté ce qu'il a toujours été : la rime d'un alexandrin fabuleux.

Seulement, la démence idéologique qui s'est emparée de cette étrange contrée que l'on continue de nommer la France par une sorte d'habitude relevant plus ou moins du gâtisme, cette démence a besoin d'une nourriture sans cesse renouvelée, et toujours plus riche en idéologie – plutôt que de nourriture on devrait mieux parler de drogue. Si bien que ce qui aurait fait éclater de rire tout le monde il y a encore six ou sept ans, et à gauche comme à droite, est aujourd'hui accueilli avec une componction et un sérieux que l'on n'oserait pas qualifier de papal, par peur de tomber dans la propagande anti-catholique, au nom de l'ouverture à l'Autre et aux cultures du monde.

Il va de soi qu'en l'occurrence on se fout des cultures du monde, puisque d'une manière générale on se fout déjà de la nôtre, comme le prouve l'éviction des deux personnages cités plus haut. D'ailleurs, pourquoi le Monomotapa ? Et pas la culture maya ? Ou balinaise ? Ou eskimaude ? Bref, pourquoi une culture africaine de préférence à toute autre, y compris à de plus brillantes ? Je pense qu'il est superflu de donner la réponse.

Mais bien sûr, au fond, tout cela n'a rigoureusement aucune importance. La grande majorité des collégiens ignore tout de Louis XIV et de Napoléon lorsqu'ils accèdent au lycée – ou ils continueront d'ailleurs de n'en rien savoir. Eh bien, à partir de maintenant, à la place, ils ignoreront tout du Monomotapa.

33 commentaires:

  1. Mais bien sûr, au fond, tout cela n'a rigoureusement aucune importance. La grande majorité des collégiens ignore tout de Louis XIV et de Napoléon lorsqu'ils accèdent au lycée – ou ils continueront d'ailleurs de n'en rien savoir. Eh bien, à partir de maintenant, à la place, ils ignoreront tout du Monomotapa.

    On peut voir ça comme ça.
    Reste que cette démence idéologique commence à être pénible.
    J'ai mis ça chez le petit soldat du sarkosisme, Rioufol:


    fredi maque a dit :
    Je me souviens de NS clamant durant la dernière campagne présidentielle "qu'il fallait retrouver la fierté d'être français, en finir avec la repentance etc etc..."
    Aujourd'hui nous apprenons que Louis XIV et Napoléon seront enseignés en fin de programme, si on a le temps. Et c'est bien sous un gouvernement qui se dit de droite qu'une telle chose se réalise. Que fait Luc Chatel?
    Comme le dit Max Gallo, on nous prépare dans ce pays "la grande amnésie", ou le smig culturel comme le dit aussi Zemmour.
    La gauche, tous les adeptes de la déconstruction systèmatique, n'auraient pas fait mieux.
    Alors non décidement nous ne pouvons plus croire en cette équipe. Comme le dit très justement Jeanbarre, il ne se passera rien d'autre que de la gesticulation. Car le logiciel de l'UMP est le copié-collé de celui du PS et leurs escarmouches du théatre pour gogos.

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve moi cette "refonte" délicieusement perverse. Saul Bellow demandais "Qui est le Proust des Papous, le Tolstoï des Zoulous ? ", malgré les atouts du Monomotapa, les collégiens divers pourront mesurer l'écart qui séparait déjà, à la même période, les productions civilisationnelles de la France et du Bamboulistan, sans l'excuse de la colonisation. Aïe !

    RépondreSupprimer
  3. Connaissez vous Jean-Claude Albert-Weil Mr Goux?
    On dit beaucoup de bien de son bouquin l'Altermonde (trilogie en fait).
    Voici un extrait d'un entretien qu'il a donné:

    L’EE : Huit ans après l’adoption du traité de Maastricht et quelques années après la ratification du traité d’Amsterdam, quel bilan faîtes-vous de la construction européenne ?

    J-Cl A-W : Une décadence continuelle depuis quarante ans… Dans les années soixante, on pouvait acheter un appareil photographique français (Foca), une montre française (Lip), une chaîne Hi-Fi (Teppaz). Une motocyclette (Terrot). Et cætera…

    Dans les années soixante, Brigitte Bardot bouleversait les foules à New-York, et à Rio…

    Les auteurs Camus, Sartre, Malraux, Aragon, Céline, Mauriac, Simenon, Giono, Montherlant (et j’en oublie…) faisaient de Paris la capitale des Lettres. Le cinéma brillait de René Clair à Clouzot, avec les Gabin, les Fresnay, les Blier, les Feuillères, les Morgan, Bourvil, De Funès, Marais, Gérard Philippe, Jouvet; le jazz avait Django, le théâtre avait les Ionesco, les Sartre, les Giraudoux, les Claudel, les Genet, les Cocteau… Que dire des peintres ! Picasso, Dali, Buffet, Vlaminck…

    La nouvelle vague ciné s’annonçait, gigantesque… Le nouveau roman affleurait. La chanson explosait avec Piaf, Chevallier, Montand, Salvador, Bécaud et bientôt Brel…

    L’avion caravelle innovait dans sa catégorie… Le paquebot France sillonnait triomphalement l’Atlantique…

    Un De Gaulle, majestueux, régnait sur ce sommet, haut lieu du Franc nouveau, de l’atome… et du lancement d’une vraie Europe identitaire centrée sur le couple De Gaulle-Adenauer, promoteurs d’un marché commun ouvert entre eux mais se gardant de devenir un souk anglo-yanko-asiatique où pénétreraient, cosmopoliteraient, promiscuiteraient toutes les caravanes gadjetières du monde… comme plus tard elles le feront en Lumpen Europa !

    Accessoirement, la marge limite de l’impôt direct en France était de 38 % contre 56 aujourd’hui! Las de cette homélie!… Que sommes-nous donc devenus aujourd’hui ? Des producteurs de fêêêêêtes… de fêêêêêtes… encore des fêêêtes…

    Une jeunesse imbécile collée à la “Loft-téléniaiserie” et à la footbollo-métisserie… La multiculture du tag et du rap, une marée envahissante de l’illettrisme, le banditisme de rues et bientôt le terrorisme… La France dénaturée par dix millions d’allogènes allocatés, subventionnés, familio-regroupés, des gens qu’on paye pour nous envahir…

    RépondreSupprimer
  4. Sorpasso : puisqu'on se sent d'humeur joueuse, on peut imaginer aussi un certain nombre de discriminés refuser le cours sur le Monomotapa, au prétexte qu'il s'agissait d'impies non musulmans...

    Du reste, je ne doute pas que ce nouveau programme abordera les questions de traites négrières arabo-africaines.

    Fredi Maque : Hé bé ! Il n'y va pas avec le dos de la main morte. Vous avez les tires de cette trilogie ? (Remarquez, je pourrais aussi bien chercher moi-même...)

    RépondreSupprimer
  5. Voilà voilà...
    Facile en fait:
    Les trois volets sont :

    Europia (initialement paru sous le titre de Sont les oiseaux, il a reçu le Grand Prix du Roman de la Société des Gens de Lettres en 1997) ;
    Franchoupia (présélectionné pour le Renaudot en 2000) ;
    Sibéria.

    RépondreSupprimer
  6. De toute façon, histoire et programme sont deux mots qui n'ont rien à faire ensemble.

    RépondreSupprimer
  7. Sur ce blog on semble bien informé puisqu'ils en parlaient dès le 18 juillet.

    RépondreSupprimer
  8. la Mère Castor a dit...
    Joli titre.

    Wouarrf!!
    En effet!
    Je ne réalise que maintenant!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  9. Lampe à néon est morte acétylène ne nous éclairera pas plus .
    Je leverai mon verre à la truffade de ce soir ;)

    RépondreSupprimer
  10. Pfff... J'ai horreur, horreur des rentrées scolaires.

    RépondreSupprimer
  11. Fidel Castor:
    Naples eau néon Limours acétylène, ça va aussi.



    Deux vrais amis vivaient au Monomotapa
    ... Jusqu’au jour où l’un vint voir l’autre, et le tapa.

    Paul-Jean Toulet
    Contrerimes

    RépondreSupprimer
  12. Fredi : merci !

    Christophe : ah ? Vous trouvez ?

    Mère Castor (et les suivants) : j'ai beaucoup hésité avant d'oser...

    Crevette : allez, courage : dans une quinzaine d'années vous n'y penserez plus !

    Suzanne : merci de citer Toulet...

    RépondreSupprimer
  13. "Monomotapa" ça fait un peu branleur, non ?

    RépondreSupprimer
  14. "Eh bien, à partir de maintenant, à la place, ils ignoreront tout du Monomotapa."
    Voilà qui est finement analysé ^^

    RépondreSupprimer
  15. @Il Sorpasso:
    "les collégiens divers pourront mesurer l'écart qui séparait déjà, à la même période, les productions civilisationnelles de la France et du Bamboulistan, sans l'excuse de la colonisation. Aïe !"
    C'est beau d'avoir des illusions...

    RépondreSupprimer
  16. Ah ! L’empire du Monomopata ! Un truc tribal niveau prémérovingien (fin du XIII° siècle, pas au VI°…) où la richesse était le commerce de l’or. Production en fait assez marginale de type "cueillette" par des orpailleurs, assez vite épuisée et avantageusement remplacée par la vente de ses sujets comme esclaves aux marchands arabes de Zanzibar) Moins de deux siècles plus tard, cet "empire" qui avait déjà sombré dans l’anarchie des luttes de clans s’est fait boulotter sans effort par les Portugais. (tout ça si on en croit Fernand Braudel…)
    Bref, pour ouvrir l’esprit des collégiens aux civilisations africaine - en cherchant bien – non seulement c’est tout ce qu’on a trouvé d’un peu consistant pour illustrer l’histoire précoloniale du continent mais, en plus, va falloir en caviarder le plus gros pour ne pas contrarier "l’éveil de la fierté identitaire" des élèves. Faudrait pas croire que leurs ancêtres étaient esclavagistes. (Louis XIV & Napoléon si, on le sait)

    RépondreSupprimer
  17. @Carine
    Oh, point d'illusions, mais je sais une chose sur les "jeunes", c'est que s'il y a bien une chose qu'ils développent à l'école, c'est une vive mesure de l'inégalité. Un véritable sixième sens.

    RépondreSupprimer
  18. Suzon, merci de contresucer Toulet, il commençait à sentir un peu.

    RépondreSupprimer
  19. En fait elle est amoureuse votre Irène.
    En tout cas elle fait une fixette.

    RépondreSupprimer
  20. Didier : d'emblée, toutes mes ficelles de caleçon (comme disait mon père) pour le titre (total classe, comme dit mon neveu)
    Cela étant,
    Toute mon admiration aussi pour ce billet qui démontre, un fois de plus, que vous et un certain nombre (encore trop peu, à mon avis — mais ça vient) d'autres ont encore malgré tout ce bordel sans nom, la foi, la charité et l'espérance de penser, de rire, de bloguer et d'agir pour faire l'Histoire et non point la consommer (comprenne qui pourra)

    RépondreSupprimer
  21. Les programmes sont parus depuis belle lurette et par ailleurs cette discussion fait rage(!) dans les établissements avec une pointe au mois de juin dernier. Programme imbécile sans structure, acculturation, desir de destruction de l'enseignement public , tout y passe. MAIS la seule solution possible, à savoir refuser de les appliquer, n'apparaît nulle part, ni dans les organismes ( syndicat , mais aussi assoc d'agreges ) ni individuellement. Par contre j'en connais qui en douce, vont fonctionner comme ils l'entendent ; et par ailleurs faire du Monomopata et de l'Inde ancienne portion congrue devant la portion du programme plus essentielle....

    RépondreSupprimer
  22. Et si un professeur demande un financement pour que sa classe aille visiter le château de Versailles, on lui répondra: impossible, ce n'est pas dans le programme.

    RépondreSupprimer
  23. Honte à moi ! Je vens seulement de comprendre votre titre : Napoléon, Sainte-Hélène, le grand mélange-merdier, et sans doute d'autres subtilités.

    Ceci dit, que vient faire Aigues-Mortes ici ? Allusion aux pestiférés de la précédente note ?

    RépondreSupprimer
  24. Christophe : c'est la fameuse comptine : Napoléon est mort à Sainte-Hélène...

    RépondreSupprimer
  25. Charade :
    Mon premier sert à éclairer
    Mon second est un couvert à patisserie

    Mon tout est un empereur français.

    Regardez-pas tout de suite
    La réponse est :
    Lampe au néon Pelle à tarte

    duga

    RépondreSupprimer
  26. Geargies:
    "Par contre j'en connais qui en douce, vont fonctionner comme ils l'entendent"
    A la rigueur, ils pourront justifier leur démarche auprès de leur inspecteur, je le fais depuis toujours. Mais quid des parents militants de la diversité, qui veilleront au grain et ne manqueront pas de faire remarquer que ce que vous enseignez n'est plus au programme? C'est raciste d'enseigner l'Histoire de France!

    RépondreSupprimer
  27. Chr. Bohren:
    "Je viens
    (Pardon.)"
    C'est votre vie privée, ça ne nous regarde pas!

    RépondreSupprimer
  28. De toute façon, il est fasciste d'enseigner tout court. Et ça commence à se savoir.

    RépondreSupprimer
  29. comment fait Geoges pour etre toujours le grand gagnant dans la dispute, et très loin devant, de plus!!!!

    RépondreSupprimer
  30. C'est paske Geoges mange des fayots.

    RépondreSupprimer
  31. Pour info :

    http://education.blog.lemonde.fr/2010/09/05/napoleon-a-t-il-perdu-la-bataille-du-monomotapa/#xtor=RSS-32280322

    Une mise au point s'impose, non ?

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.