mardi 30 juillet 2013

Honteuse exploitation


« Dis voir, puisque tu sors chercher des moules pour midi, tu pourrais peut-être en profiter pour remonter le journal ?

EXPLOITEEED !!! »

5 commentaires:

  1. Si le temps m'était moins compté pour Etretat, seuls les galets sont heureux d'y aller car ils se font des tas de copains car on demande aux galets d' Etretat.

    Connaissiez vous cette émission sur France -Inter dans les années 70 qui s' appelait : " Les mauvais kikoleki" pas toujours de très bon goût mais hilarante , elle serait peut être inderdite d'antenne en ces jours de morale à deux sous

    RépondreSupprimer
  2. Damiel Hamelin

    1974 - Les Mauvais Qui-Colle-Qui (Jean-Jacques Pauvert)
    1975 - Calembourrages de crâne (France Loisirs)
    1976 - Les Nouveaux Qui-Colle-Qui (Menges)
    1997 - Mise à prix (Ramsay)

    RépondreSupprimer
  3. Jean-François Brunet30 juillet 2013 à 22:59

    Allez, j'y vais de ma petite Renauderie, passe-temps un peu gâteux:

    "Après avoir démissionné sur un coup de sang de la présidence de son parti, Renaud Camus a été réélu président de son parti 48 heures plus tard. Je ne suis pas sûr que cette palinodie augmente ses chances de se faire prendre au sérieux dans le domaine politique."

    Vous oubliez de préciser le plus beau de cette palinodie, exemple paradigmatique du pharisaïsme Camusien: selon son agenda néo-biblique ("le Jour ni l'Heure" avec, depuis 2010, le nom du saint du jour en prime, et autres Présentation de Notre Seigneur Jésus au Temple, sauf quand l'actualité est trop chargée), c’est en raison de l’importance de la parole donnée, qu'il ne peut reprendre, que Camus est allé au bout de la démarche annoncée de démission, avant de se faire réélire dans la foulée. Notons que Camus a pris soin de délégitimer une fois pour toutes l’accusation de pharisaïsme en théorisant que le formalisme le plus vide a toutes les vertus — en proportion, même, deux précautions valent mieux qu’une, de son vide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "passe-temps un peu gâteux" : en effet, je me demande bien pourquoi M. Brunet continue imperturbablement à s'intéresser d'aussi près à un écrivain qu'il exècre de façon si fervente et systématique ; tant de flots de bile déversés depuis si longtemps, tant de constance dans l'aigreur ironique, c'est vraiment très mystérieux !

      Supprimer
  4. Jean-François Brunet31 juillet 2013 à 23:39

    Enfin, M. Effe, on ne retient pas contre quelqu'un ses propres concessions auto-dépréciatives! On le rassure plutôt que non, il n'est pas gâteux.
    Plus sérieusement: je ne vois pas le rapport entre l'intérêt d'une chose et le degré d'amour qu'on lui porte. Je dois dire que je me sens, sur ce point, en bonne compagnie ici (même si ce n'est pas souvent à propos).
    Et puis vous exagérez un peu avec vos "tant de flots de bile": je dois produire une trentaine de lignes par an sur le sujet: une seule intervention jadis sur votre blog, et 5 ou 6 en plusieurs années sur celui de Mme de Véhesse et sur celui de M. Goux. Je peux au moins me rassurer que j'ai un lecteur attentif en vous…

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.