mardi 9 juillet 2013

Défense des paillassons islamolâtres

Sans légende, puisque ce n'en est pas une.

Une fois n'est pas coutume, comparaison n'est pas raison, un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, c'est çui qui dit qui est : je vous laisse choisir le dicton le mieux adapté à ce billet du jour. La dernière petite vaguelette blogosphérique en date concerne une “enseigne de la grande distribution” (en français ancien : un hangar à bouffe) qui aurait lancé une campagne de publicité saisonnière basée sur le marché des produits hallal (ou hallaux, si l'on est puriste), en cette période ramadanienne. Aussitôt, l'extrême droite bouillonnante a revêtu l'armure de Charles Martel pour hurler à l'islamisation de la France, à la mort annoncée de la laïcité, et autres horreurs de moindre importance. Tout aussi immanquablement, les paillassons islamolâtres habituels ont sorti les cimeterres des fourreaux afin de pourfendre le racisme-qui-sent-mauvais et expliquer que l'“enseigne” en question n'en avait rien à faire de la laïcité ni de l'islam, que leur seul but était de profiter d'un événement pour faire encore plus d'argent que d'ordinaire ; et que, du reste, ils faisaient la même chose au moment des dindes de Noël, des gigots de Pâques ou des rouleaux de printemps du nouvel an chinois.

Eh bien, une fois n'est pas coutume (c'est la solution du petit jeu proposé en ouverture), je suis d'accord avec ces défenseurs zélés, par ailleurs parfaitement méprisables, je trouve leurs arguments pétris de bon sens et, donc, tout à fait recevables ; d'autant plus que je vois mal pourquoi une boutique, même frappée de gigantisme, devrait se soucier de laïcité ou de religion.

En revanche, cette polémicuscule fait naître en moi une autre question, non prévue au programme : si le ramadan est bien ce “jeûne”, cette authentique et admirable ascèse que l'on veut à tout prix nous faire avaler (après le coucher du soleil), comment une “enseigne” prétend-elle faire de l'argent en profitant de l'occasion ? En un mot : qu'espère-t-elle vendre à des gens qui sont censés se priver de tout ? Et le soupçon point : est-ce que, par cette campagne, l'enseigne ne nous soufflerait pas insidieusement que, loin d'être un jeûne, le ramadan ne serait au contraire qu'une gigantesque et vulgaire ripaille, simplement décalée vers le nocturne ?

Et c'est ainsi que Carrefour se retrouva islamophobe.

86 commentaires:

  1. C'est le bordel : je gueule contre Carrefour en ayant donc la même position que l'extrême droite et vous défendez la gauche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue qu'un imam n'y reconnaîtrait pas ses poseurs de bombes.

      Supprimer
  2. Ne me dis pas qu'en observateur averti, tu n'avais pas noté qu'en cette période hautement bénie, les musulmans ont pour tradition de s'en mettre jusqu'à baigner les dents du fond ?
    Comme les autres, cette religion ne réussit finalement qu'à mettre en lumière les frustrations et contradictions de ses zélateurs et disciples.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, j'ai le droit de faire semblant de découvrir, quand même !

      (Je le savais d'autant mieux que j'ai vécu un an et demi en Algérie, en 1969 – 1970…)

      Supprimer
    2. Et moi 30 ans au Maroc. Vous êtes battu, et de loin!

      Supprimer
  3. Ce qui prouve que, face à la gauche qui hurle des slogans, le raisonnement logique est une vieillerie réactionnaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement, les slogans braillés ne sont pas l'apanage de la gauche…

      Supprimer
  4. Du point de vue économique, le ramadan a des effets positifs sur la consommation et négatifs sur la production. Un peu comme les congés payés.
    Cette baisse de production est très bien documentée et relatée par les média algériens par exemple.
    Le problème spécifique en terre non-islamique réside dans le fait que le ramadan n'est pas toujours aux mêmes dates que les congés payés.
    Donc voici deux périodes d'environ un mois chacune durant lequel notre musulman local n'en fout pas bien lourd.
    En effet, se lever (en été) à quatre heure du matin pour déjeuner avant le lever du soleil, travailler le ventre vide durant la journée puis se restaurer à nouveau vers 22 ou 23 heures ne vous laisse guère d'heures de sommeil, qu'il faudra bien récupérer... pendant les heures de travail.
    La France de demain c'est le socialisme + l'islam... Je ne voudrais faire l'oiseau de mauvaise augure mais ca promet pour la croâssance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir9 juillet 2013 à 21:17

      "Le ramadan a des effets positifs sur la consommation et négatifs sur la production."

      Autrement dit, le ramadan serait keynésien ?

      Le ramadan est une horreur sur tous les plans :

      - Religieux : on se prive avec ostentation pendant la journée pour mieux bâfrer la nuit venue. L'islam promeut l'hypocrisie.

      - Diététique : alors qu'un régime modéré (par exemple le Carême) peut avoir des vertus hygiéniques, le ramadan viole toute les règles de la bonne alimentation : aucune nourriture pendant douze heures, aucune boisson pendant les grandes chaleurs, puis un banquet interminable, nocturne, gras et sucré, suivi éventuellement par une grasse matinée... et ça, non pas un unique jour de fête, mais un mois durant ! L'islam, c'est du grand n'importe quoi...

      - Médical : en période de ramadan, les admissions aux urgences se multiplient (pour des crises cardiaques, des accidents...). Les chirurgiens français spécialistes des accidents de la main mettent en garde contre l'utilisation de machines-outils "en période de jeûne" (sans prononcer les mots ramadan ou musulmans, bien entendu). Imaginez le danger public que représente un conducteur de pelle mécanique, un chauffeur de poids-lourd, un soudeur qui n'a ni bu, ni mangé de la journée... L'islam est mauvais pour la santé.

      - Social : le ramadan provoque la délinquance, des bagarres, des agressions... (Je veux dire : plus que d'habitude.) L'islam est une religion de voyous.

      - Economique : personne ne fout rien pendant le ramadan. Les entreprises marchent au ralenti. Il ne faut compter sur personne. L'excuse standard, quand quelqu'un ne veut pas faire quelque chose pendant le ramadan, c'est : ha ben ça va pas être possible, c'est le ramadan... Un mois de bousillé sur le PIB annuel. L'islam est une religion de paresseux.

      - Intellectuel : les écoles fonctionnent comme les entreprises pendant le ramadan. Le matin, tout le monde est fatigué "parce que c'est ramadan". Un mois de moins sur une année d'apprentissage. L'islam est une religion d'abrutis.

      Et si vous ne croyez pas tout ce que je viens de dire, consultez la presse... arabe, qui rapporte régulièrement d'effarantes statistiques d'où sont tirés les faits ci-dessus.

      Mais en France, bien entendu, tous ces effets catastrophiques disparaissent comme par miracle (puisque la presse n'a pas la curiosité d'enquêter à ce sujet), et le ramadan est simplement une espèce de Noël exotique et un peu prolongé.

      Supprimer
    2. Autres conséquences d'ordre médical
      - Les puristes du ramadan refusent de prendre le moindre médoc par voie orale en période de jeûne
      (bon, s'ils préfèrent crever, c'est leur problème, mais ces la sécu qui va raquer pour soigner les complications)
      - Vu le nombre de médecins pratiquant le ramadan dans certains hostos, je ne serais pas rassuré d'être obligé de me faire opérer en urgence à 21H par un type qui n'a rien becqueté ni bu depuis 05H30 le matin

      Supprimer
    3. mais c'est la sécu qui va raquer, désolé

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir11 juillet 2013 à 13:31

      Je suis un peu sur le cul : une version à peine édulcorée de mon commentaire du 9 juillet à 21 h 17 a passé la censure sur le site du Figaro.

      Je m'y suis simplement abstenu de conclusions définitives sur l'islam (mais seuls les lecteurs les plus abrutis ne les tireront pas eux-mêmes). Et je rassure Didier : mon commentaire a été entièrement re-rédigé à la main. C'est du sur-mesure, pas un vulgaire copié-collé.

      Cela semble indiquer qu'Ivan Rioufol (c'était sur son blog) fait lui-même sa modération. Sur le reste du site, des commentaires dix fois plus anodins sont censurés.

      http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2013/07/quand-le-ramadan-fait-lactuali.html

      Supprimer

  5. Vous découvrez le fil à couper le beur.

    RépondreSupprimer
  6. C'est par le commerce que tous les idéaux se font toujours b****r: face au profit, il n'y a pas d'idéologie qui tienne.
    Point Godwin: si la vente d'insignes nazis était autorisée, Carrefour ferait une grande semaine promotionnelle à chaque date de son anniversaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir9 juillet 2013 à 19:51

      Bien sûr que non : il n'y a aucune demande pour les insignes nazis.

      La vente des ouvrages de Céline, Maurras, Bastiat, Thomas Sowell, Robert Spencer et Jared Taylor est autorisée. Merci de m'indiquer à quelles dates Carrefour fait une grande semaine promotionnelle pour ces auteurs, afin que je puisse m'y précipiter.

      Note : contrairement à légende, la vente de Mein Kampf est parfaitement légale en France. Comment se fait-il, alors, que les grandes surfaces ne le mettent pas en promo... par exemple à côté du Coran, mis en tête de gondole dans certains hypermarchés ?

      Amusant :

      En 1934, la maison d'édition proche de l'Action française, les Nouvelles Éditions latines — toutes nouvelles de fait, puisqu'elles ont été fondées en 1928 par Fernand Sorlot (proche de la droite maurassienne antihitlérienne) — publie Mein Kampf en français. Adolf Hitler apprend avec colère que le livre a été traduit. Il intente un procès à Sorlot et saisit la Société des Gens de Lettres qui obtient du Tribunal de commerce de Paris l'interdiction de la diffusion du livre en France. La LICA [ancêtre de la LICRA] soutiendra Sorlot en lui achetant 5 000 exemplaires pour les distribuer à tous les députés et ministres pour les prévenir des desseins d'Hitler.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mein_Kampf

      Supprimer
    2. Contrairement à ce que je pensais stupidement (on pense presque toujours stupidement quand on n'est pas d'accord avec Marchenoir : c'est ce qui, je suppose, le rend parfois irritant), et que je viens de vérifier, en effet, Mein Kampf ne semble nullement être un ouvrage interdit en France. À l'époque où je pensais qu'il l'était, interdit, soit il y a encore une demi-heure, je m'en scandalisais volontiers, dans la mesure où, ce livre étant d'une telle pauvreté intellectuelle, je trouvais que c'était lui faire "ben d'l'honneu'" que de l'interdire.

      Mais il faut être un Occidental pourri pour trouver que Mein Kampf est un opuscule de merde : dans la plupart des pays arabes, il est non seulement en vente libre, mais en vente "encouragée", présent dans tous les """""""salons du livre"""""" (la quantité de guillemets est là pour dire à quel point nos amis musulmans accorde de l'importance au livre), ce que tout le monde sait depuis au moins quarante ans.

      Supprimer
    3. Mais non, arrêtez de vous faire mal, la qualité de l'ouvrage n'a pas échappé aux habitants de Berck-sur-Mer où Mein Kampf de vend comme des petits pains. L'Express.fr le 26/06/2013
      http://www.lexpress/culture/livre/a-berck-sur-mer-mein-kampf-se-vend-comme-des-petits-pains

      Mein Kampf, le livre d'Adolf Hitler écrit entre 1924 et 1925, se vend librement dans une librairie ayant ""pignon sur rue" à Berck-sur-Mer. Les communistes et la Ligue des droits de l'homme s'insurgent, d'autant que le livre se vend très bien. etc...

      Fort heureusement les communistes et les ligues veillent au grain. Nous sommes rassurés.

      Supprimer
    4. Il est par contre interdit de l'exposer en vitrine d'une librairie et encore sur un rayon de livres dans un super marché même à coté du coran.

      Supprimer
    5. Amazon ne l'affiche pas en page d'accueil de son site, il faut aller dans le moteur de recherche pour le trouver, oui ou non donc il n'est pas exposé aux yeux de tous sans une demande d'un client.

      Supprimer
    6. Le livre de Hitler est par contre strictement controlé en Allemagne.

      La vente est autorisé pour les versions "annotées et commentées".

      Cela dit le livre ayant ete en son temps un "best seller", il y a du stock dans les greniers...

      Supprimer
  7. J'ai jamais compris pourquoi, alors qu'ils sont censés jeûner, les adeptes du Coran en période de ramadan prennent du poids... je vérifie ça tout les ans sur les musulmans que je connais.
    J'en discute avec eux et les mets devant leur incohérence : ça sert à quoi de se priver toute la journée si c'est pour se gaver le soir venu?
    Si on est pauvre et dépourvu on ne devient pas riche à la tombée de la nuit.

    RépondreSupprimer
  8. Je serais curieuse de savoir qui, exactement, a eu cette idée imbécile à C. : un consortium, sûrement, où la question a été débattue, soit sans femme aucune, soit avec des suivistes qui n'en pouvaient mais.
    Vous posez très bien le problème, Didier Goux, il ne faut pas se gêner avec les empaqueteurs patentés qui sont nos ennemis, à nous les femmes,
    qu'il ne s'agit même plus d'habiller ou déshabiller,
    mais de traiter ni plus ni moins que les dindes de Noël, les gigots de Pâques et les rouleaux de printemps.

    RépondreSupprimer
  9. Oserai-je dire que l'intégration passe par les grandes surfaces, véritables temples pour les couches populaires.
    Je crois que le voile, lui, en revanche, passe un peu moins bien. Vous avez les signes extérieurs de richesse d'un côté, et les signes extérieurs d'appartenance à une religion de l'autre.
    Il y a bien un endroit où tout le monde peut se retrouver, un espace neutre dépourvu de tout conflit, sauf aux caisses en général, mais ça c'est pas grave, bientôt il n'y en aura plus; c'est au supermarché!

    D'ailleurs je dois y aller ce week-end, ma roue de vélo est voilée.

    RépondreSupprimer
  10. faut tout de même pas confondre carême et ramadan ...pendant le carême les filles qui le font maigrissent pendant le ramadan, les filles qui le suivent grossissent !
    carrefour vend les produits hallals, carrefour s'adapte ! demain il y aura un rayon bébé ...et peut être même des promos sur les bébés sans OGM...

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Monsieur Goux, Maître en rhétorique :

    Vous répondez vous-même à votre question "est-ce que, par cette campagne, l'enseigne ne nous soufflerait pas insidieusement que, loin d'être un jeûne, le ramadan ne serait au contraire qu'une gigantesque et vulgaire ripaille, simplement décalée vers le nocturne ?" en mettant en illustration une personne du sexe féminin, de la dite religion, en situation évidente de surpoids, donc non adepte des carottes râpées et autres poissons à la vapeur.

    (d'où le "Maître en rhétorique", qui n'est pas une flatterie, mais une constatation.)

    RépondreSupprimer
  12. J'adore la chute de cet article, pan dans la g... Merci de nous régaler de vos fines analyses.

    RépondreSupprimer
  13. D'autant que les musulmans en France se reproduisent avec une rapidité extraordinaire :
    Ce matin sur Radio CLassique : Deux millions de musulmans en France.
    Cinq minutes plus tard sur RTL : quatre millions…
    Sur France Info une demie heure plus tard : Cinq à six millions…
    J'aime beaucoup la précision des infos frankistanaises…

    RépondreSupprimer
  14. Il ne faut jamais compatir à l'exercice contraignant d'une pratique religieuse : C'est - fait - pour !
    Pour montrer son engagement, le pratiquant doit montrer les efforts qu'il est prêt à faire.

    Donc, à moins qu'on fasse partie de la même communauté, le mieux à faire est d'ignorer cette souffrance, puisqu'elle ne nous concerne pas. Si on y est sensible, alors c'est que la conversion est en cours !

    PS: Si les règles du levé et couché du Soleil ne sont pas symboliques, comment ça se passe prés du cercle polaire ?

    Amike

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on donne des alloc au cercle polaire ?
      dommage , vu de loin,quelques robes noires donneraient l'illusion qu'il y a aussi des pingouins au pôle nord !

      Supprimer
  15. Une leçon de tolérance religieuse:

    "L'Arabie Saoudite menace d'expulser les étrangers ne respectant pas le ramadan"

    http://tinyurl.com/lchqebb

    RépondreSupprimer
  16. En tous cas, la laïcité progresse:

    http://seenthis.net/messages/154571

    RépondreSupprimer
  17. Je possède des insignes nazis. Où pourrais-je les vendre?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. discrètement, sous la burka...

      Majeur

      Supprimer
    2. Z'êtes zun marrant, vous!

      Supprimer
    3. Traitez moi de zozo pendant que vous y êtes!
      pardon... pendant que vous zy êtes!

      Majeur

      Supprimer
    4. Si vous allez les vendre au marché aux puces je vous donne 100 Francs.

      Supprimer
  18. "le ramadan ne serait au contraire qu'une gigantesque et vulgaire ripaille, simplement décalée vers le nocturne ?" C'est exactement ce que je dis aux potes qui pratiquent le ramadan. Ce n'est pas un jeûne puisqu'on bouffe ! C'est juste une aberration diététique très mauvaise pour la santé. Jeûner c'est rien manger ou alors des soupes claires. Point barre.
    Ce sont les hindou.e.s qui jeûnent, les musulman.e.s se foutent du monde.

    RépondreSupprimer
  19. Je vous annonce à tous pour détendre l'atmosphère ramadamesque que les tomates sont originaires d'Asie d'où Marco Polo les a ramenées par la route de la soie grâce aux arabes. Rose Babelle dixit. Si ça ne vous en bouche pas un coin de jeûne... moi ça m'a bien fait marrer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même chose pour le sombrero et la cucaracha.

      Supprimer
    2. Sacré Marco, quand même. Quel homme !
      Mais dire qu'il a eu besoin des Arabes est une ignominie.

      Supprimer
    3. Titillé par votre notule, je me suis rendu dare-dare sur le site de Rosaelle, que je ne connaissais pas : je vois qu'elle est luxemburgiste (comme Delphine Batho) ce qui est plus sympathique que léniniste ou trotskyste.

      Je ne m'attendais pas à ce que ses considérations tomatières figurent [on va me dire, "figurassent", mais j'ai comme un recul] dans un article sur l'élu UMP Burgoa, Carrefour et le Ramadan. Mais Rosaelle tient absolument à nous faire savoir à ce propos que la tomate, le café, la rose, viennent d'ailleurs, et proviennent, inévitablement, par les fameux Arabes, qui inventent ou transmettent tout. C'est un locus classicus de l'islamophilie militante gnangnan pseudo-érudite. On prend un ton triomphal pour nous annoncer des tas de choses que nous connaissions depuis toujours, et en ajouter d'inédites qui nous font rire.

      Maintenant, dans le genre, Rosaelle est très modérée. L'apex, c'est tout de même le speechwriter de Barack Obama (ou Obama lui-même dans un moment d'abandon), qui lui a fait dire lors du discours du Caire (2009) que la Renaissance, les Lumières et tout le toutim, avec, au passage, la boussole et l'imprimerie, eh ben, c'est l'islam :

      "As a student of history, I also know civilization's debt to Islam. It was Islam – at places like al-Azhar University – that carried the light of learning through so many centuries, paving the way for Europe's Renaissance and Enlightenment. It was innovation in Muslim communities that developed the order of algebra; our magnetic compass and tools of navigation; our mastery of pens and printing; our understanding of how disease spreads and how it can be healed. Islamic culture has given us majestic arches and soaring spires; timeless poetry and cherished music; elegant calligraphy and places of peaceful contemplation. And throughout history, Islam has demonstrated through words and deeds the possibilities of religious tolerance and racial equality."

      Merci pour la rafraîchissante détente tomatière.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir12 juillet 2013 à 21:08

      Le discours du Caire prononcé par Obama était d'autant plus scandaleux, et anti-américain, que le mensonge est particulièrement mal vu aux Etats-Unis.

      Or, s'il est permis de se livrer à des mensonges diplomatiques (on sera bien avisé, par exemple, de parler de "la grande nation égyptienne" et de "l'amitié entre nos deux grands peuples", au lieu de dégoiser sur "ces enculés de musulmans"), il est impardonnable de se livrer à des mensonges sur des faits, et des faits historiques, de surcroît.

      Il se trouve que non seulement les musulmans n'ont pas inventé l'imprimerie, mais qu'ils l'ont très longtemps interdite, avec toutes les conséquences négatives qu'on peut imaginer sur la science. La falsification est à couper le souffle.

      Supprimer
  20. Rien est joué d'avance : « Saint-Malo fond de plaisir pour les galettes à l'andouille » Le Point.fr
    Ce n'est pas comme à Rennes où le boucher breton vendant des galettes-saucisses doit partir. BREIZ ATAO http://breizatao.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'est joué d'avance, qu'on se le dise !

      Supprimer
  21. Excellent billet. Et je confirme, agressivité accrue, blessures accidentelles ou infligées sont au rendez-vous! Déjà que le niveau basal est élevé...

    RépondreSupprimer
  22. Robert Marchenoir10 juillet 2013 à 13:44

    L'incendie qui a ravagé l'hôtel Lambert, œuvre de l'architecte Louis Le Vau, à la pointe de l'île Saint-Louis à Paris, dans la nuit de mardi à mercredi, est enfin maîtrisé. Le sinistre, qui n'a fait aucune victime, a pris au milieu de la nuit dans la toiture de l'hôtel particulier, acheté en 2007 par le frère de l'émir du Qatar.

    L'ascenseur à voitures que voulait installer le nouveau propriétaire dans l'ancienne propriété des Rothschild a marqué les esprits.

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/paris-l-hotel-lambert-dans-l-ile-saint-louis-ravage-par-un-incendie-10-07-2013-2970401.php

    Moralité : si vous voulez préserver le patrimoine historique français, il vaut mieux le confier aux Juifs qu'aux Arabes...

    Peut-être les ouvriers qui s'occupaient de la rénovation faisaient-ils le ramadan ? C'est fréquent, dans le bâtiment. Ca n'aide pas à la concentration, et sans concentration, pas de sécurité. Aucune chance que cette question soit évoquée par les médias...

    Heureusement que les pompiers, eux, ne font pas le ramadan. Enfin, pour l'instant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « Depuis cette nuit, le feu, ce grand purificateur dont Léon Bloy écrivit à la fin de "La femme pauvre" qu'il est le symbole de la justice éternelle, met tout le monde d'accord. Cent quarante pompiers ( qui eux ne font pas le ramadan, ou peut-être pas encore, nous dit Robert Marchenoir, ce en quoi il a raison au train où vont les choses ) sont mobilisés pour éviter que ce haut lieu de luxe et de débauche ne parte définitivement en fumée. Hyperbolique et peut-être même un peu à côté de ses pompes, le maire de Paris vient de proclamer qu'un tel incendie faisait partie "des épreuves que connaît Paris"... »
      Roland Thevenet, Lambert en fumée : SOLKO
      http://solko.hautetfort.com/

      Pour défendre le patrimoine français rien de tel que des propriétaires q(k)ataris dont on connaît les accointances et dont on sait qu'ils seront des propriétaires respectueux des édifices qu'ils achètent.

      Supprimer
    2. Robert Marchenoir10 juillet 2013 à 17:22

      Conformément à leur habitude millénaire, les musulmans ont commencé la destruction des monuments des civilisations envahies :

      L'incendie qui a ravagé l'hôtel Lambert à Paris, dans la nuit de mardi à mercredi, "a porté des atteintes très graves à un élément essentiel du patrimoine de Paris, dont certaines sont irréversibles", a affirmé la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, après avoir visité le bâtiment.

      Parmi ces dégâts, la ministre a cité le Cabinet des Bains, peint par Eustache Le Sueur au XVIIe siècle, "car le toit s'est effondré et (il) a été entièrement détruit".

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/07/10/97001-20130710FILWWW00408-hotel-lambert-dommages-irreversibles.php

      Un beau début. Que ces destructions soient délibérées, dûes à la négligence ou à un projet de rénovation criminel, cela revient au même. Nous tenons nos Bouddhas de Bamiyan.

      Bien sûr, il ne faut pas demander à Aurélie Filipetti de faire le rapport entre cette "atteinte irréversible au patrimoine" et sa rage haineuse, anti-française et immigrationniste :

      http://www.youtube.com/watch?v=x30gLV5up0k

      Pour mémoire :

      Ce sont des générations et des générations d'immigrés qui ont fait la richesse [...] culturelle de la France [...]. Il y en a assez, assez [...]. Cette France moisie, cette France rancie, qui considère l'immigré et l'étranger comme l'ennemi, on n'en veut pas !"

      Il va falloir choisir : rejeter "la France moisie", ou défendre le patrimoine.

      Je ne pense pas qu'on ait suffisamment attiré l'attention sur le symbole : la famille régnante qatarie, qui soutient l'islamisme mondial, a racheté l'hôtel de Lambert aux Juifs -- et à quels Juifs ! un Rothschild... lequel est mort (en est mort ?) quelques jours avant la signature de la vente.

      Tout cela pour le saccager.

      http://www.desinfos.com/spip.php?article36197

      Supprimer
    3. Ce qui prouve que c'est notre patrimoine qui se vend.
      Et le fait que ce soit le katar qui achète (avant de détruire délibérément ou non) n'a rien pour nous étonner.

      Supprimer
  23. Hyperbolique et peut-être même un peu à côté de ses pompes, le maire de Paris vient de proclamer qu'un tel incendie faisait partie "des épreuves que connaît Paris"... »

    Que connaît ou a un peu connu dans le passé. Pour le coup il a un peu raison le Maire de Paris.

    RépondreSupprimer
  24. "Une fois n'est pas coutume, comparaison n'est pas raison, un tiens vaut mieux que deux tu l'auras, c'est çui qui dit qui est :
    -je vous laisse choisir le dicton le mieux adapté :"

    http://www.youtube.com/watch?v=vMF2BfZQRrc

    RépondreSupprimer
  25. Un certain monsieur Pharaon, saoudien (http://www.lexpress.fr/informations/le-mystere-pharaon_651838.html ) avait déjà gravement endommagé le château de Monfort, en Dordogne, il y a une quinzaine d'années, en démolissant irrémédiablement un plafond à caissons du XVIème siècle sous prétexte de restauration. (voir ici : http://floreal.wordpress.com/2011/05/29/la-vie-de-chateau/ ). Il est à se demander comment il avait pu obtenir une telle autorisation de la part des pouvoirs publics... Mais je pense qu'il y a pris un très malin plaisir.

    RépondreSupprimer
  26. C'est curieux mais je suis trop folle du terme "paillassons islamolâtres" depuis que je me suis engueulée avec un certain anar du web (enfin moi j'ai gueulé, lui il a fait le humble parce que c'est sa marque déposée ("je-fais-le-humble")). Je ne sais pas ce qui se passe, tout à coup je trouve les discours ci-dessus et plein de billets de ce blog éminement brillants et bourrés d'esprit.
    Je n'en peux plus des paillassons et des paillassonnes qui revendiquent la paillassonnerie haut et fort et vous demandent avec insistance de paillassonner avec elleux sans quoi vous seriez très louche!

    Et même les anars se vautrent maintenant dans l'islamolâtrie avec une délection carrément obscène. Et je ne parle pas des frontdegauchistes.

    Bref. Quant à l'incendie de l'hôtel Lambert, j'ai pensé tout ce qu'écrit Robert Marchenoir à la virgule près. Suis-je fasciste, alors ?

    Il me semble tout à coup comprendre cette histoire de Juifs qui auraient été quelques peu des moutons qui se seraient fait abattre quasi volontairement (un Juif me disait cela il y a 20 ans à propos de l'holocauste et je trouvais ses propos étranges). On observe aujourd'hui avec stupeur tout une frange de la population ouvrir le plus grand possible leurs bras aux mollahs, aux imams, aux ayatollahs etc comme s'ils étaient leurs messies et rêvaient de poser rythmiquement leur front sur un tapis à prière le turban tourné vers La Mecque pour la moitié des uns et se balader en niqab pour l'autre moitié.

    L'anar en question, chez lequel je défendais les Femen dont l'une (tunisienne) croupit actuellement dans une geôle de Tunis pour avoir refusé de porter le voile islamique pendant son procès, les a comparé à l'ayatollah Khomeiny ! (On couverait des serpents qui imposeraient un jour...(les seins nus ?) à tout un pays comme Khomeiny la loi coranique en Iran).

    Où est la logique ?

    C'est le syndrome de quoi, cette tolérance ultralibérale croissanciste illimitée qui fait dire n'importe quoi à un anar (autre ex. : que les Femen seraient téléguidées par le Mossad, je vous demande un peu !) ?

    Bref, le bon sens est gravement en voie de disparition dans ce pays et autre part en Europe au même titre que...plein d'autres espèces vivantes, on dirait, et c'est bigrement inquiétant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Robert Marchenoir11 juillet 2013 à 13:57

      Il est largement faux de dire que les Juifs ont laissé faire la Shoah. Au contraire, un nombre important d'entre eux ont fui l'Allemagne et même l'Europe.

      Maintenant, s'il s'agit de dire que des Juifs ont cru que les choses allaient bien finir par s'arranger, c'est une tendance bien humaine. Et puis, tout le monde ne pouvait pas faire autrement. La lutte frontale était à peu près impossible, et l'exil pas à la portée de tout le monde.

      Cette légende des Juifs complices de leur propre extermination dérive sans doute de leur statut millénaire : une entité tribale en infime minorité chez les autres, et en butte aux persécutions, ne peut choisir que des stratégies indirectes pour se défendre.

      Parmi ces stratégies, l'une d'entre elles, qui est une constante de l'histoire juive, est de nature à la fois à propager la rumeur des Juifs collaborant avec leurs oppresseurs, et à nourrir l'antisémitisme : c'est celle qui a consisté pour eux à se mettre au service des dirigeants pour exercer des fonctions perçues comme oppressantes par le peuple (lever l'impôt pour le compte des rois ou de l'Eglise, par exemple).

      Non, la critique plus justifiée que l'on peut faire aux Juifs, c'est d'avoir oeuvré avec application à l'immigration de masse dans les pays occidentaux (et de continuer de le faire, dans une large mesure). Il s'agissait d'une stratégie délibérée, et d'ailleurs revendiquée, parfaitement rationnelle et compréhensible : pour éloigner de soi la menace de nouvelles persécutions, quoi de mieux que d'ériger l'antiracisme en dogme, et de multiplier les minorités ethniques afin de se faire oublier ?

      Hélas, cette stratégie s'est retournée contre les Juifs, et surtout contre les peuples des pays-hôtes. Un certain nombre d'entre eux sont en train de s'en apercevoir, mais il ne va pas être facile d'inverser le mouvement.

      Supprimer
    2. Non, la critique plus justifiée que l'on peut faire aux Juifs, c'est d'avoir oeuvré avec application à l'immigration de masse dans les pays occidentaux (et de continuer de le faire, dans une large mesure).

      Ce ne sont pas eux qui les premiers ont demandé ça mais bien vos amis libéraux.
      Après, que certains y aient trouvé un intérêt c'est possible.

      Supprimer
    3. Robert Marchenoir11 juillet 2013 à 21:19

      Tiens donc, Rococifredi. Vous partez donc du principe qu'il n'existe pas de Juifs libéraux ? Votre logique est pleine de trous.

      Sans réfléchir, je peux vous citer un Juif influent qui se revendique du libéralisme : Guy Sorman. Je vous renvoie à son blog et à Google pour retrouver les traces de nos échanges sanglants sur la question de l'immigration, de l'islamisation de l'Occident et du "racisme". Je l'ai mouché un nombre incalculable de fois. Vous jugerez s'il est digne de figurer parmi "mes amis".

      Maintenant, admettons cinq minutes, uniquement pour les besoins de la démonstration, que Juifs et libéraux soient deux catégories qui ne se recoupent pas. Pourriez-vous nous dire à quelle date "mes amis" libéraux ont, "les premiers", demandé l'immigration de masse ? Et aussi à quelle date les Juifs l'ont fait ? Histoire d'étayer un peu votre surprenante affirmation chronologique, qui me semble totalement tirée de votre chapeau.

      Tant qu'à faire, il serait également souhaitable que vous puissiez désigner de façon un peu plus précise les libéraux qui, selon vous, ont appelé à l'immigration de masse. Parce que moi, je peux vous en citer des wagons qui n'ont jamais pris une position aussi incongrue. Mieux, qui vous auraient traité de fou furieux si vous l'aviez fait. En voici quelques-uns :

      John Locke
      Voltaire
      Montesquieu
      Adam Smith
      Edmund Burke
      Thomas Paine
      Benjamin Constant
      François Guizot
      Jean-Baptiste Say
      Frédéric Bastiat
      Alexander Hamilton
      James Madison
      Alexis de Tocqueville
      John Stuart Mill
      Raymond Aron
      Hans-Hermann Hoppe

      Comme ça, vite fait sur le gaz. Liste qu'on pourrait allonger considérablement.

      Et ce ne sont pas des trous du cul intellectuels, comme vous voyez.

      Maintenant, je peux toujours me tromper. Si vous avez connaissance d'un texte où Voltaire, Burke ou Hamilton ont prôné l'importation en masse de population arriérées, analphabètes, violentes, hostiles voire musulmanes en Europe ou aux Etats-Unis, éclairez-nous.


      Supprimer
    4. Il n'y a que les imbéciles, comme ceux du site Yalibadi, sis au Maroc, pour s'étonner que « les 3 Leaders du marché Halal en France sont juifs ! ».

      Halal : Isla Délice ( Zaphir Herzog )
      Halal : Wassila ( Casino Naouri )
      Halal : Réghalal ( Lévy-Lambert )

      Il n'y a là que pur pragmatisme marchand, adaptation à la nouvelle donne du marché français, rien qui en soit puisse choquer le chaland hormis les férus de commerce équitable et autres balivernes moralisatrices.

      Supprimer
    5. Vous avez à la fois raison et tort, Marchenoir.

      D'abord la liste de libéraux que vous citez est peut-être un peu trop large. Tocqueville, par exemple, est certes libéral sur un certain nombre de points, mais il l'est beaucoup moins sur d'autres. Voyez notamment sa critique de l'individualisme atomisé et son éloge du dogmatisme, nécessité sociale. Quant à Burke, le plus grand critique de la Révolution française et des Droits de l'homme, le chantre du préjugé, l'apologiste de la communauté vitale, il n'est libéral que de nom.

      Mais c'est là qu'apparaît la plus grosse erreur de votre message : vous y mélangez trop les époques, vous faites dans l'anachronisme sévère. Vous avez en effet raison de dire que tous ces auteurs n'ont rien d'immigrationniste, mais ce n'est pas en tant que libéraux (supposés) qu'ils s'y opposent, c'est en tant qu'hommes de leur temps. D'ailleurs la plupart n'ont jamais imaginé que cette question se poserait un jour. La preuve, c'est que vous ne trouverez pas non plus d'immigrationnistes (au sens actuel) chez les socialistes ou étatistes de ces époques.

      En revanche, on peut démontrer assez facilement, me semble-t-il, que le libéralisme est immigrationniste par essence, même s'il ne s'en est pas aperçu en des temps que vous citez où cette question n'était évidemment pas à l'ordre du jour. J'en ai fait mille fois la démonstration, et me passerai de la reproduire à nouveau, si vous me le permettez.

      Supprimer
    6. Certains juifs allemands ont même servi dans la Wehrmacht et ce dans les trois armes a :la Heer (« Armée de terre »),
      la Kriegsmarine (« Marine de guerre »),la Luftwaffe (« Armée de l'air »). et quelques uns à de hautes fonctions, lire l'excellent ouvrage sur le sujet de B.M. Rigg: "la tragédie des soldats juifs d' Hitler.

      Supprimer
    7. Robert Marchenoir12 juillet 2013 à 20:49

      Merci, Marco Polo, pour cette magnifique illustration de la "pensée" antilibérale et de sa mauvaise foi jamais prise en défaut.

      L'antilibéralisme, c'est simple : vous prenez tout ce que vous n'aimez pas, et vous dites : c'est leulibéralisme. Les cors aux pieds c'est leulibéralisme, les cravates mal nouées c'est leulibéralisme...

      Vient alors un libéral, qui vous explique que la lutte contre les cravates mal nouées est le combat de sa vie, et vous somme de fournir une preuve de l'existence d'un complot libéral pour favoriser les cors aux pieds.

      Bien entendu, l'antilibéral ne fournit jamais cette preuve.

      Ah ! si, il montre une vidéo de 15 secondes, toujours la même, où Francis Bouygues loue l'ardeur au travail des immigrés. C'est évidemment la preuve que le libéralisme promeut l'immigration.

      Entretemps, l'antilibéral explique qu'il a une grosse bibliothèque, et qu'il faut lire des livres anciens.

      Le libéral demande à nouveau quel théoricien du libéralisme défend l'immigration de masse, quel parti libéral défend l'immigration de masse, quel historien a montré que l'immigration de masse a été organisée par les libéraux... et n'obtient toujours aucune réponse.

      Si le prix du diesel augmente et que les professeurs ne savent plus écrire, c'est la faute au leulibéralisme.

      Alors le libéral fournit, lui-même, une liste de quelques-uns des plus éminents représentants du libéralisme, du genre qu'on trouve dans les bibliothèques dont l'antilibéral est, semble-t-il, le possesseur exclusif. Et indique qu'à sa connaissance, aucun d'entre eux n'a milité en faveur de l'immigration de masse – sauf si on lui démontrait le contraire.

      Et là, l'antilibéral sort son joker : ça compte pas ! ils sont trop vieux ! ils sont morts depuis trop longtemps !

      Quand ça l'arrange, l'antilibéral invoque les philosophes du temps passé à l'appui des querelles du jour, suggérant lourdement qu'il est le seul à les avoir lus, et qu'on ne saurait débattre des problèmes de l'heure sans avoir une Grosse Bibliothèque bourrée de Grands Noms qu'on est capable de saupoudrer négligemment dans la conversation.

      Et quand ça l'arrange, l'antilibéral prétend exactement le contraire.

      L'antilibéral ne manque pas d'air.

      L'antilibéral prétend que John Locke ne compte pas, parce que de son temps, il n'y avait pas d'immigration de masse. Il faut donc croire que l'immigration est indépendante de la volonté humaine, qu'on ne peut pas s'y opposer, qu'elle survient un peu comme les ouragans ou les tremblements de terre.

      En revanche, nous dit l'antilibéral, de nos jours, l'immigration est organisée et voulue. Par les libéraux, tiens donc. Toujours sans fournir aucune preuve, naturellement. Tout le monde sait bien que.

      Un coup, les libéraux n'ont aucun mérite à ne pas avoir favorisé l'immigration, parce que c'est Dieu qui décide de ces choses-là, et qu'à l'époque, Dieu n'était pas trop chaud pour ça ; un coup, ce sont les libéraux qui l'ont organisée en sous-main, parce qu'il faut bien que quelqu'un l'ait voulue : et comme les libéraux sont là pour servir de bouc-émissaire, eh bien on va se gêner...

      La prochaine fois, je crois que je vais expliquer que Marx n'a rien à voir avec le marxisme, et que Hitler n'a rien à voir avec le nazisme. Ca devrait passer comme une lettre à la poste.

      Supprimer
    8. Robert Marchenoir12 juillet 2013 à 20:52

      Au demeurant, c'est être bien ignorant en histoire et se montrer bien peu digne de sa Très Grosse Bibliothèque que de prétendre qu'à l'époque des fondateurs du libéralisme, l'immigration de masse n'existait pas. Elle a toujours existé. Marseille a été fondée par qui, exactement ? Pourquoi y a-t-il dans la Bible un livre qui s'appelle l'Exode ? Un synonyme d'immigration de masse est invasion. Ne me dites pas que c'est Francis Bouygues qui a introduit dans l'histoire de l'humanité le concept d'invasion.

      La différence, c'est qu'à l'époque des pionniers que j'ai cités, il allait de soi pour n'importe qui qu'il fallait résister à l'invasion. Y compris, évidemment, pour les libéraux. Ce qui montre bien que le libéralisme est parfaitement compatible avec la lutte contre l'immigration, et qu'il n'entraîne nullement l'immigration de masse.

      Mais l'antilibéral ne se démonte pas pour si peu. L'antilibéral (surtout s'il a sa carte officielle de fonctionnaire-philosophe, barrée de tricolore) sait, mieux que les fondateurs du libéralisme, qui est libéral et qui ne l'est pas. Il sait, par exemple, que Tocqueville, étudié dans les universités du monde entier par ceux qui apprennent l'histoire du libéralisme, n'était pas vraiment un libéral.

      Pourquoi ? Eh bien parce qu'il a le toupet de ne pas se conformer exactement au mythe du libéralisme tel qu'il est fantasmé par les antilibéraux.

      Le libéralisme, c'est "l'individualisme atomisé". Qui le dit ? Les antilibéraux. Où l'ont-ils trouvé ? Dans leur tête.

      Le mode de "pensée" de l'antilibéral consiste à inverser les axiomes de départ et les conclusions. Par définition, leulibéralisme, c'est la loi de la jungle, l'égoïsme, le noyage de chatons et l'enculage de petits garçons. Tocqueville n'étant pas tout à fait favorable à loi de la jungle, c'est bien la preuve que ce n'est pas un libéral, et que leulibéralisme, c'est bien ce qu'on en dit, nous, les antilibéraux ; c'est-à-dire la loi de la jungle, l'égoïsme, le noyage de chatons et l'enculage de petits garçons.

      Ce grossier procédé de raisonnement circulaire permet évidemment de démontrer n'importe quoi.

      Il se trouve que les philosophes libéraux, les vrais, pas les caricatures de papier mâché brandies par les antilibéraux, ont consacré des dizaines de milliers de pages à cette question de l'équilibre entre la liberté des individus et la cohésion de la société.

      Mais je suppose qu'elles se trouvent dans un endroit de sa Très Grosse Bibliothèque que Marco Polo n'a pas encore trouvé, tellement elle est énorme.

      Le libéralisme est immigrationniste par essence, nous dit l'antilibéral, et d'ailleurs il l'a déjà démontré. Mais ailleurs. A un autre moment. Et il est trop fatigué pour recommencer.

      Comme c'est commode.

      Quand on demande à l'antilibéral de démontrer ses dires selon lesquels le libéralisme soutient l'immigration de masse, il n'y a personne. Pas de réponse.

      Quand on lui démontre que c'est faux, noms à l'appui, eh bien ça ne compte pas.

      Et quand il prétend avoir déjà démontré sa thèse, c'était ailleurs, hier, on ne sait où... et vous êtes invité à vous reporter à ses œuvres complètes dans la Pléiade pour en prendre connaissance. Le polycopié a déjà été distribué, démerdez-vous.

      Evidemment qu'on peut "démontrer" que le libéralisme produit l'immigration de masse. On peut tout démontrer, avec un minimum de mauvaise foi, et surtout d'abstraction, de perversion théorique et de résolution à se tenir loin des faits et de l'histoire. Dans sa tête, sur le papier, on peut tout démontrer. Dans la réalité, c'est plus difficile. Il faut des faits et des documents. Pas seulement des élucubrations.

      Supprimer
    9. Robert Marchenoir12 juillet 2013 à 20:57

      Parmi les réalités têtues que l'antilibéral ne mentionne jamais, il y a la montagne de documents historiques et d'interventions publiques qui montrent, au-delà de tout doute possible, que ce sont les communistes, les socialistes, la gauche en général qui ont activement, théoriquement et pratiquement, travaillé à organiser l'immigration de masse, et cela depuis au moins cinquante ans.

      Autrement dit, des forces politiques qui se définissent elles-mêmes comme antilibérales, et qui sont désignées par les libéraux comme leurs adversaires les plus résolus.

      Le moins que l'on puisse dire est que si "les libéraux" sont responsables de l'immigration, alors ils n'en sont que complices, et à un niveau subalterne. Encore faudrait-il en apporter la preuve. Cette preuve n'est jamais apportée.

      Si quelqu'un a organisé l'immigration, ce sont soit des forces politiques, soit des forces économiques, soit les deux. On a vu que les forces politiques antilibérales ont ouvertement et systématiquement organisé l'immigration.

      Théoriquement, elles ont pu être aidées en sous-main par des forces politiques libérales. Le moins que l'on puisse dire est que c'est invraisemblable, et que pour lever cette invraisemblance, il appartient aux antilibéraux de fournir la preuve que les libéraux sont coupables, et non à ceux-ci d'apporter la preuve qu'ils sont innocents. Le moins que l'on puisse dire est que les antilibéraux ont beaucoup de travail à faire pour démontrer cette thèse.

      Quant aux forces économiques, les travaux historiques dont j'ai connaissance montrent que leur soutien à l'immigration de masse, quand il a existé, n'a été que secondaire, consécutif et subordonné à l'action décisive des forces politiques. Toutes les forces économiques sont loin d'être favorables à l'immigration et d'avoir pesé en sa faveur. Seule une fraction d'entre elles sont dans ce cas.

      Quand je dis forces économiques, j'entends entreprises.

      Et c'est là qu'on voit la mauvaise foi des antilibéraux. Les entreprises ne sont pas libérales par nature. Les chefs d'entreprise ne sont pas libéraux par définition. En fait, quand on étudie les prises de position des chefs d'entreprise français, petits et grands, on s'aperçoit qu'ils sont souvent... aussi antilibéraux que les socialistes.

      Mais pour les antilibéraux, entreprises et patrons représentent par définition le libéralisme. Libéralisme = argent, riches, patrons, entreprises. A l'exception de ceux dont l'argent vient de la fonction publique, bien sûr ! Les conducteurs de la RATP qui prennent leur retraite à 50 ans, même pas financée par leurs cotisations, ne comptent pas parmi les libéraux... Le ponte de la CGT opportunément nommé conservateur des hypothèques à la veille sa retraite, histoire de toucher une retraite de 15 000 euros par mois jusqu'à sa mort, n'est pas suspect de libéralisme...

      Supprimer
    10. Robert Marchenoir12 juillet 2013 à 20:58

      A l'inverse, les agriculteurs, que l'on n'inclut pas spontanément dans les chefs d'entreprise, sont, dans de nombreux pays occidentaux, des employeurs délibérés et significatifs de main d'œuvre immigrée, illégale de surcroît. C'est le cas aux Etats-Unis, c'est le cas en France.

      Quand avez-vous vu dénoncer, parmi les méchants libéraux qui ont organisé l'immigration, les agriculteurs ? Jamais, parce que les agriculteurs ne sont pas des agriculteurs, ce sont des paysans, de pauvres victimes exploitées par l'ultralibéralisme et par ces salopards de Monsanto.

      Enfin, si l'on en croit les belles histoires des socialistes, de Fdesouche et du Front national.

      Autrement dit, l'antilibéralisme est simplement l'avatar contemporain du marxisme et de la bonne vieille lutte des classes. A preuve, l'antilibéralisme d'extrême-droite : le Front national est de plus en plus noyauté, à la base, par les anciens communistes, les anciens cégétistes ; et au sommet, par les énarques... soit l'incarnation de l'étatisme le plus extrême.

      Au demeurant, j'attends toujours l'antilibéral à Très Grosse Bibliothèque (ou même l'antilibéral de modèle courant) qui me sortira d'un de ses rayonnages un travail d'historien ayant étudié l'influence des entreprises dans l'immigration de masse, à l'appui de sa thèse.

      Les interventions des antilibéraux sont toujours marquées au coin de l'éthique de discussion de gauche : celui qui professe des opinions de gauche a raison par défaut, et n'a pas besoin de prouver ses allégations ; celui qui professe des opinions hostiles à celles de la gauche doit toujours prouver qu'il n'a pas tort –- et ses explications ne sont jamais suffisantes.

      Maintenant, j'attends que Marco Polo nous dise, à nouveau, que mon commentaire est trop long, et qu'il a mieux à faire. J'imagine qu'il est occupé à dépoussiérer les kilomètres de rayonnages de son Immense Bibliothèque. Les pirouettes des antilibéraux ne cessent jamais.

      Supprimer
    11. Ben oui, c'est quand même trop long, mais par respect pour votre effort je viens de tout lire.

      Il y a un certain nombre de paralogismes dans votre exposé de défense, mais je ne vais pas les relever tous. Voyons celui-ci : vous commencez par récuser mon argument de l'anachronisme. Non, dites-vous, ce n'est pas parce qu'ils n'ont pas connu l'immigration de masse que les auteurs anciens ne peuvent être convoqués sur cette question. Puis vous nous dites qu'en fait, si, ils ont connu l'immigration de masse, qui a toujours existé.

      Je passe outre le fait que les invasions que vous évoquez n'ont rien à voir avec l'immigration que nous connaissons. Il serait tout de même étonnant que vous nous resserviez l'antienne du "tous enfants d'immigrés". Le point important est là : si vraiment vos libéraux ont connu le phénomène de l'immigration, et qu'ils s'y sont opposés, puisque le libéralisme ne prône pas l'immigrationnisme (c'est votre thèse), alors il ne faut pas venir nous provoquer en nous demandant de chercher où ces auteurs pourraient se montrer immigrationnistes ; il faut nous dire où ils s'y opposent farouchement ! Vous aurez évidemment du mal à trouver une page dans Burke où celui-ci s'élève contre l'idée de la venue d'Africains en France par millions.

      Mais laissons cela, qui n'est que questions de faits, facilement vérifiables.

      Le libéralisme est par nature immigrationniste parce qu'il est par nature individualiste. Le libéralisme peut tolérer l'idée de nation, mais en principe il ne reconnaît rien au-dessus de la liberté individuelle. C'est pour cela qu'il se nomme "libéralisme". Il veut garantir les droits de l'individu contre le pouvoir communautaire quel qu'il soit (Etat, famille...), celui-ci étant supposé non pas toujours mauvais, mais toujours impérialiste. Or, la seule raison pour laquelle on pourrait vouloir empêcher l'immigration, c'est qu'elle détruit l'identité nationale, et cette idée n'est pas libérale. Bien entendu, un libéral peut se montrer hostile à une immigration sauvage, qui coûte cher, etc., mais il ne la rejette pas par principe, parce que ses principes vont tous dans le sens de la liberté de mouvement des individus.

      Supprimer
    12. (suite)

      Je vais vous prendre à votre propre piège, et vous montrer pour finir que s'il est très difficile de lire un refus de l'immigration chez les libéraux, il est très simple d'en trouver chez ces odieux nationalistes étatistes qui, d'après vous, sont plus proches de Marx que de la droite (au passage, Marx est internationaliste, c'est sûr, mais non immigrationniste). Lisez Maurras, par exemple, vous y trouverez un refus argumenté de l'immigration en même temps qu'un anti-libéralisme de bon aloi. Mais lisez d'abord Aristote, qui explique fort bien comment certaines Cités sont mortes d'avoir accueilli trop d'étrangers (mais je maintiens que les "invasions" de ces époques lointaines étaient dérisoires comparées à ce que nous vivons, et surtout que ces étrangers n'étaient pas ceux que nous accueillons aujourd'hui, mais des européens pour l'essentiel). Le texte d'Aristote est facilement accessible à partir de Google, j'imagine. Le Pen l'a cité un jour à la télé.

      Un autre point.
      Vous semblez me croire antilibéral. C'est faux. Je ne suis pas libéral, nuance. En revanche je reconnais que les droits de l'individu doivent être préservés contre un pouvoir qui peut en effet toujours devenir excessif. En même temps, j'admets que l'individu n'est pas grand-chose sans sa communauté. C'est donc une position moyenne que je cherche, qui tienne compte de toutes les réalités.

      Enfin, vous dites que c'est la gauche qui a organisé l'immigration en France. Oui, mais avec l'accord actif de la "droite". Sarko a fait entrer plus d'étrangers durant son mandat que Jospin. Ce sont des faits. Vous allez me dire que Sarko n'est pas libéral et qu'il est de gauche. Peut-être, mais alors où est cette droite libérale qui lutte activement contre l'immigration ?

      Ce que vous ne voyez pas, c'est que cette gauche et cette droite sont libérales philosophiquement, comme n'importe quel bouquin de Michéa devrait suffire à vous en convaincre. C'est pour cela qu'ils sont d'accord à peu près sur tout. Quant à vos libéraux véritables, ils n'ont pas d'existence politique, pas de parti. Cela ne leur enlève rien intellectuellement, bien sûr, mais quand il s'agit d'aller voter, c'est peu utile.

      Voilà. Aucune pirouette de ma part, il me semble.

      Supprimer
    13. Un détail : Je veux bien que Tocqueville soit un libéral, d'ailleurs je l'ai dit, mais pas sur tous les points. Ce n'est pas un libéral un-point-c'est-tout.

      Le libéralisme est fils des Lumières, fervent partisan du libre examen et ennemi des préjugés. On peut se mettre d'accord sur cet élément de définition, je suppose. Or Tocqueville fait l'apologie du dogmatisme, qu'il estime socialement nécessaire et même philosophiquement inévitable. Il se montre là fort peu héritier de Diderot et plutôt antilibéral. Ce qui devrait vous pousser à nuancer vos positions. Car quand Tocqueville se montrerait hostile à l'immigration, il resterait à prouver que cette hostilité lui vient de sa part libérale, et non d'une autre, non-libérale.

      C'est pourquoi il faut toujours en revenir aux principes pour éviter de se perdre dans les subtilités. Le libéralisme est fondé sur l'individualisme. Tournez cela comme vous voulez, on n'en sortira pas. L'individualisme implique le rejet du pouvoir communautaire, sinon dans les faits, du moins en principe. La question de l'étranger n'a de sens que si l'on se place dans le cadre de pays, de nations, dotés de frontières et de lois spécifiques, tout cela fondé sur la notion de peuple. Comment voulez-vous que l'individualisme reconnaisse l'autorité et même l'existence d'un peuple ? Pour un libéral, le peuple n'existe pas; seuls existent les individus. Si vous pensez que le peuple français existe, c'est que, comme Tocqueville, vous n'êtes pas pleinement libéral, ce dont je ne peux que vous féliciter.

      Supprimer
  27. Mais je suis pour des rayons halal géants dans les grande surfaces et l'autorisation des femmes en burka, les français commenceraient peut être à s'apercevoir du degré d'islamisation de leur pays.

    Halal akbar!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ grandpas : Non, ils ne s'en apercevraient pas du tout. Pensez au principe de la grenouille qui cuit à feu doux.
      Car n'oublions pas que les Français.e.s sont des grenouilles.
      C'est comme cela que le reste du monde les appelle, en tout cas.

      Supprimer
    2. Euterpe, si vous ne vous résolvez pas à écrire le français correctement, je me verrai contraint de ne plus valider vos commentaires.

      Supprimer
    3. Déjà que vous ne les validez pas toujours à ceux qui écrivent correctement... enfin sauf problème technique indépendant de votre volonté que je veux bien admettre le cas échéant.

      Supprimer
    4. Robert Marchenoir11 juillet 2013 à 13:34

      Résolvez, c'est joli. (Et correct, ce qui ne gâche rien.)

      Supprimer
    5. Jean-Adhemar : et si vous commenciez par ne plus doublier systématiquement vos commentaires ? Ça me ferait du boulot en moins et, par conséquent, me disposerait mieux en votre faveur…

      Supprimer
    6. C'est Brel qui chantait "il faut doublier, il faut doublier". Alors à la fin, on ne sait plus.

      Supprimer
    7. Précisément celui que vous n'avez pas publié n'avait exceptionnellement pas été doublé, car pour une fois j'avais reçu un accusé de réception précisant que le message avait été posté correctement, ce qui est relativement rare su Blogger pour les personnes identifiées par OpenId (ce qui n'est pas de votre faute j'en conviens bien).

      Mais peut-être que le contenu de ce commentaire vous a-t-il déplu ? Ce n'est pas impossible et c'est même très probable pour avoir eu une position exceptionnellement un peu à l'écart de celle majoritairement exprimées dans le cadre du présent billet, avoir quelque peu commenté la position de votre ami Marchenoir et sans doute bousculé légèrement un des tabous bien ancré ici.

      Mais après tout c'est votre blog et je conçois très bien que vous souhaitiez modérer ce qui y est écrit.

      Supprimer
    8. Mais pas du tout ! Où avez-vous vu que je ne publiais pas les commentaires “pas dans la ligne” (dans quelle ligne, d'ailleurs ?) ? Le vôtre est peut-être tout simplement parti dans les spams, comme il arrive régulièrement, ou bien j'ai cliqué par inadvertance sur le mauvais cartouche, ou bien encore autre chose qui m'échappe totalement.

      Pourquoi ne pas vous créer un compte Blogger ? Ça prend une minute et, ensuite, vous êtes tranquille.

      Supprimer
    9. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    10. Tiens un usurpateur... ce jean-adhémar là, n'a pas un joli logo en forme de flèche et parle à ma place... Je savais que certains souffraient d'un manque de personnalité aigüe, mais au point de s'emparer de celle des autres...

      Je déclare donc que jean-adhemar ne postera plus ici, ni ailleurs, à compter de maintenant.
      Toute nouvelle intervention d'un jean-adhémar, avec ou sans accent, ne sera plus mienne après celle-ci.

      Je continuerai à intervenir ici sous un autre nom, peut-être ?

      Supprimer
    11. Tiens, vous avez raison : je le vire !

      Supprimer
  28. "doublier" : c'est correct ça, comme français ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, mais là c'était un gag-fait-exprès ! Donc, c'est pas tromper…

      Supprimer

  29. A ce stade, la duplicité n'étant pas mon genre, il faut que je vous dise:
    Rococifredi.
    Roco ci fredi.
    Exellent été à vous.

    RépondreSupprimer
  30. 67 commentaires: l'islam, une valeur sûre.
    Essayez maintenant les gaz de schiste, ça génère aussi pas mal de conneries.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.