vendredi 19 juillet 2013

La magie du Moulin Rouge

Je n'ai pu résister, hier soir, à cette espèce de fascination qu'exerce sur moi depuis fort longtemps le French Cancan de Jean Renoir : le début du film m'ayant trouvé devant l'écran, aux alentours de dix heures et demie, j'y suis, une fois de plus, resté jusqu'à la fin, cette dernière image de l'ivrogne en habit de soirée, titubant pour sortir du cadre, dans un Paris nocturne et désert. Et, comme à l'accoutumée, je me retrouve ce matin à chantonner en boucle La Complainte de la butte… 

(La chanson, dans le film, est interprétée par Cora Vaucaire et non par l'actrice du rôle.)


French cancan 1954 par le-pere-de-colombe


9 commentaires:

  1. Il est interdit de regarder les vidéos au bureau : je suis piégé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quelle idée d'être au bureau par un beau temps pareil ? Vous ne seriez pas mieux en terrasse à la Comète ?

      (Gniark ! gniark ! gniark !)

      Supprimer
  2. M'étonne de vous. Le Moulin Rouge, c'est pas un truc communiste ?

    Duga
    Bordelais

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le précédent nom de l'établissement était La Reine blanche : ça fait une moyenne…

      Supprimer
    2. Merci Duga pour ces magnifiques photos.

      Supprimer
  3. Merci pour la chanson, c'est une de mes préférées. Quant au film, c'est un "must" comme on dit dans les journaux branchouilles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais certains cinéphiles (Renaud Camus par exemple, il en parle dans son journal) qui disent ne pas comprendre ce qu'on peut trouver à ce film, à leurs yeux totalement artificiel et raté. Comme quoi…

      Supprimer
    2. Comme quoi les "critiques" et autres "amateurs avertis" sont très souvent à lire avec beaucoup de précaution et cela quelque soit leur domaine de (in)compétence.

      Supprimer

  4. Cora Vaucaire, bien sûr !...

    Le charme de la perfection.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.