mardi 17 septembre 2013

Le mois d'août est en avance (si je puis dire…)


Pourquoi attendre le 30 du mois, si l'on peut partager dès maintenant avec les foules en délire les fantastiques aventures dûment consignées dans le journal d'août ?

31 commentaires:

  1. Mais je lis votre journal, espèce de vieille andouille. Mais je n'ai pas le temps de faire un contre billet.

    Vous avez eu droit à l'annexe uniquement parce que ceci n'a strictement aucune importance.

    RépondreSupprimer
  2. Je vous envoie un mail, j'ai des trucs à vous dire qui vous seront peut-être utiles.
    (non, non, je ne suis ni cancérologue ni néphrologue- juste cardiologue cancéreux, comme tout le monde).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu ce que vous m'avez envoyé : fort intéressant, ma foi.

      Supprimer
  3. Vous reprenez exactement le cheminement qui s'est produit en juin 2009, sur une personne qui m'était très proche.
    Le seul conseil est celui-ci:
    Commencer le PLUS VITE POSSIBLE ,apres votre nephrectomie, la prise de medicaments tel que SORAFENIB ou AFINITOR.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais quelle connerie, de donner des conseils médicaux !

      Supprimer
    2. Rassurez-vous, je n'en tiendrai évidemment aucun compte !

      Supprimer
    3. Monsieur Goux, un seul conseil, buvez du pinard, l’eau s'est polluée, il y des mecs bourrés qui pissent dans les rivières.

      Incroyable, je suis d'accord avec le Elie Arié, c'est un miracle, je vais à Lourdes de ce pas.

      Supprimer
    4. C'est ce que je fais pour le moment. Mais je crois que dès que Catherine sera rentrée à la maison (elle-même est à l'hôpital, en attente d'opération : l'été 2013 est très rock and roll), il va y avoir reprise en main…

      Supprimer
  4. Vous brouillez tous nos repères, là ! Que faites-vous des traditions ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, vous savez, les traditions, en ce moment…

      Supprimer
  5. Bon, allez les Goux, tiendez bon pour devenir d'abominables petits vieux très chiants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était pas déjà fait, ça ?

      Supprimer
    2. Sébastien Tellibag17 septembre 2013 à 18:48

      ouch!

      Supprimer
    3. Les filles (pardon, Sébastien…), les Goux vous emmerdent !

      (Smiley monorénal.)

      Supprimer
    4. On l’est déjà, parlez-en à mes filles…

      Supprimer
  6. Puisque le cancer frappe aussi bien les réacs que les gauchistes, on aurait mieux fait d'être centristes, vous et moi.(finalement, Bayrou, pas si con que ça...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! j'attends avec impatience la tumeur de Bayrou, les métastases de Borloo, etc. !

      Plutôt crever que d'être centriste ! Et, d'ailleurs, justement…

      Supprimer
  7. Merci du cadeau que vous nous faites de votre humour.
    Mais attention tout de même, si vous continuez comme ça, à Noël vous nous raconterez vos Pâques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh là mon humour n'est pas un cadeau, c'est un mode de vie ! Dans le même temps, Catherine est à l'hosto, en attente d'opération, et mon père a désormais des métastases au cerveau qui le font "déparler" (comme disent les Québécois), et qui laissent penser qu'il ne verra pas 2014. Bref, été rock and roll !

      Supprimer
  8. (ps : je comprends mieux votre semaine au Club Med. Comme dit Suzanne, résistez, tous les deux !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On résiste comme des bêtes ! Et on arrive même à s'en faire des fous-rires.

      Supprimer
    2. Cela étant, si vous deviez crever tous les deux, arrangez vous pour le faire ne même temps et pas à une semaine d'intervalle. Pensez à nos frais, bordel !

      Supprimer
    3. Oui, c'est précisément ce qu'on essaie de faire ! Mais, du point de vue mort rapide, Catherine n'est pas très sérieuse : ses conneries de boyaux n'impressionnent à peu près personne. Mais bon, on aimerait bien qu'elle soit opérée rapidement. Du coup, ce matin, j'ai fait donner l'artillerie, à savoir le camarade Pluton, qui a appelé le chirurgien d'Évreux pour lui dire qu'il aimerait bien que Catherine soir opérée assez rapidement. Ça devrait être pour vendredi…

      En attendant, il faut que je m'arrange avec mon père qui, sans aucun sens du timing, semble décidé à faire chier tout le monde depuis avant-hier. Non, franchement, on s'amuse !

      Supprimer
    4. Vous plaignez pas trop "avec" votre vieux, non plus. Le mien est parti (mon côté modernoeud) quand j'avais 26 ans. Tiens ! Il devait avoir à peu près votre âge, si ça peut vous remonter le moral.

      Supprimer
    5. Votre père doit être à peu près aussi vieux que moi; c'est quand même des trucs qui arrivent, de mourir à ces âges-là, et même assez souvent.

      Supprimer
  9. Un, jour, deux jours d'avance pour la publication, c'est perturbant mais acceptable. Je vous l'ai déjà dit. Mais deux semaines ? Au rythme où c'est parti, vous finirez par publier le journal de Novembre début octobre !

    RépondreSupprimer
  10. Pas gai votre journal d'aout. Ce qui n'empêche qu'il se lit agréablement.
    Ce que vous dites sur la télévision dans la salle d'attente de la clinique me rappelle un texte de Dalrymple.
    Je le posterai bientôt, vous verrez que les grands esprits se rencontrent.

    RépondreSupprimer
  11. Je trouve le ton avec lequel vous racontez vos péripéties médicales plutôt amusant et plaisant à lire bien que le sujet soit grave dans le sens clinique du terme. Rire des ses ennuis de santé, c'est le premier pas vers la guérison. Je crois que je me souviendrais du journal d'aout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est déjà pas drôle d'être malade, si en plus il fallait prendre ça au tragique…

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.