jeudi 12 septembre 2013

Un bijoutier tue son braqueur… Oui, et alors ?


Les 11 septembre, on ne fait pas que commémorer l'effondrement des tours new-yorkaises où pleurnicher sur le sort de ce pauvre Allende : pendant que chacun déploie ses banderoles ou ranime la flamme devant ses icônes, le petit commerce de proximité continue. À Nice, deux jeunes (forcément, des jeunes : vous avez déjà vu de vieux braqueurs opérer à scooter ?) ont cru bon de venir délester un bijoutier de sa marchandise, après l'avoir plus ou moins molesté et sous la menace d'un fusil à pompe : il faut bien que jeunesse se passe, que frustration s'exprime, que vitalité se défoule. Le commerçant ne l'a pas entendu de cette oreille et, à peine les deux malfrats sortis de son échoppe, il s'en est extrait à son tour, arme au poing, afin de leur notifier sa façon de voir, en quelques crispations brèves de l'index sur la queue de détente. Il a tué le passager et, bien entendu, on commence à lui en faire un peu grief, alors qu'il n'a fait que défendre son bien contre deux petites crapules, dont l'une au moins – le mort – semble avoir été fâcheusement récidiviste, au moins si l'on en juge d'après la savoureuse déclaration de son frère : « Mon frère venait de sortir de prison. Il s’est réinséré, il allait être père de famille, il avait un appartement, il avait tout pour être bien. A mon avis, c’est le choc qu’il allait être papa que ça l’a fait péter un câble, c’est tout ! ».

Je savais la paternité dangereuse, mais à ce point… Quant à la réinsertion, elle semblait effectivement en très bonne voie. Ce sympathique futur papa serait probablement devenu ce que l'on pourrait appeler un multiréinséré, c'est-à-dire une dangereuse canaille.

Mes pensées compatissantes vont ce matin au bijoutier, qui n'a pas fini d'être tracassé pour son si naturel réflexe de défense. Je suppose que le fait d'avoir tiré dans le dos de son agresseur lui sera imputé à charge par ses juges ; ce, bien à tort à mon avis : il y a des gens qui ne méritent pas d'être tués de face.

143 commentaires:

  1. A propos du réinséré, lu sur Twitter :
    "Eh bin voilà, il est bien inséré maintenant. Entre quatre planches."
    On ne saurait mieux dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, j' en compte six pour faire une boîte mais comme tout change de nos jours... :|

      Supprimer
  2. C'est possible de n'avoir de la compassion par pour personne, à part, par politesse pour la famille du mort ?

    Ce n'est pas franchement un réflexe de défense... Il n'était pas en danger et est probablement assuré.

    Sans toutefois pardonner au mort en question qui n'avait qu'à ne pas faire de connerie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De la politesse pour la famille du mort ? Mais qu'elle crève la gueule ouverte, oui ! Elle a eu de la politesse pour le bijoutier, la famille, non pas du mort, mais de la flaque de merde qu'elle a engendré, et qui l'a volé le fusil à la main ?

      Voilà ce qu'il dit, le père du "mort" :

      « Tout le monde se monte la tête dans ce pays de merde ! Moi j’ai perdu un enfant de 20 ans ! »

      Et voilà ce qu'il dit, le frère du "mort" :

      « Il a fait des conneries dans sa vie, mais il a jamais fait des conneries comme ça. C’était des conneries que tout le monde a fait : voler un scooter… »

      « Mon frère venait de sortir de prison. Il s’est réinséré, il allait être père de famille, il avait un appartement, il avait tout pour être bien. A mon avis, c’est le choc qu’il allait être papa que ça l’a fait péter un câble, c’est tout ! »

      Qui sont ce gens ? Qui sont ces sous-hommes ? A quelle race appartiennent-ils ? A quelle catégorie de l'humanité ? Dans quelle race humaine "tout le monde" vole-t-il un scooter ? Dans quelle race humaine la paternité imminente contraint-elle à voler un bijoutier sous la menace d'un fusil ? Dans quelle race humaine les parents d'un criminel ne rampent-ils pas sous la moquette, en tentant de se faire oublier ? Pas dans la mienne, en tous cas.

      De la politesse ? Mais en ce qui me concerne, je regrette qu'ils ne se soient pas trouvés dans le prolongement du tir ! Ca nous aurait fait deux sous-merdes de moins, au lieu d'une.

      Il était assuré, vous dites ? Mais qu'est-ce que c'est que cette mentalité de merde, chez les gauchistes ? Sous prétexte qu'on est assuré, on devrait être condamné à vivre la peur au ventre toute sa vie ? Sous prétexte qu'on est assuré, on devrait se soumettre à l'injustice et à la terreur, et en plus il faudrait être poli avec la famille du monsieur ?

      Personne n'a rien dit sur la famille du monsieur, avant que vous vous avisiez de défendre le droit au respé pour la famille des criminels qui élèvent leurs enfants dans la haine des Français et le culte du crime.

      Il n'y a donc que l'argent qui vous intéresse, à gauche ? Vous n'avez donc aucun sens de la justice, de l'honnêteté, de la dignité, de la droiture ?

      Supprimer
    2. Il n'était pas en danger...il n'était PLUS directement en danger. Les deux gugusses étaient armés d'un fusil à pompe.
      Article 311-4 du code pénal, vol avec trois des circonstances aggravantes mentionnées dans l'article (ce qui est le cas) nos gugusses risquaient 10 ans de taule. 10 ans de taule, c'est plus qu'une connerie, c'est un crime.
      Quand nos magistrats appliqueront la loi dans toute sa sévérité, quand nos ministres successifs de la justice auront fait construire les 60 000 places de prison nécessaires pour avoir LE MEME NIVEAU de place disponible que les autres pays d'Europe, alors on pourra reprocher quelque chose à ceux qui se font justice eux-mêmes.
      Quant à invoquer l'assurance... NON!!!
      Nous sommes tous clients de compagnies d'assurance. Donc nous payons tous le prix de la criminalité. Ou alors on met nos taulards aux travaux forcés afin qu'ils remboursent ce qu'a couté leur crime.

      Popeye

      Supprimer
    3. Robert, ces gens sont un pur produit du socialisme. Voilà qui ils sont.

      Supprimer
    4. Heureusement que j'étais la pour troller !

      Juste un point pour répondre à Bob. Oui j'éprouve un minimum de compassion pour la famille qui a perdu un gars. Je ne suis pas là, présentement à pleurer à chaudes larmes...

      Tiens un autre point : je me fous du fric (mais j'aime bien en avoir et j'aime bien que les autres en aient assez pour vivre normalement à condition qu'ils l'obtiennent honnêtement). C'est le bijoutier qui a abattu un type parce qu'il l'avait volé, parce qu'il avait potentiellement perdu du pognon. Vos notions de dignité de justice et tout ça sont rigolote.

      Tuer un type alors qu'on n'est plus en état de légitime defense est plus grave que voler un bijoutier (ce qui ne minimise pas la gravité de la chose).

      Supprimer
    5. Pur produit d'un libéralisme échevelé, plutôt, qui crée sans cesse de nouveaux "besoins" qu'il faut bien ensuite assouvir, l'arme au poing s'il le faut, comme l'exige la loi (libérale) du plus fort.

      Bon. Je blague. Entièrement d'accord avec Robert. Jegou devrait s'acheter une conscience, ça lui manque cruellement.

      Supprimer
    6. Si la gauche pleurait autant pour les victimes de tous les jours, leurs blogs seraient de véritables mouchoirs en papier.
      En attendant, elle ne pleure que la racaille.

      Supprimer
    7. Sauf que, Marco, de nombreux gamins défavorisés ayant reçu une éducation digne de ce nom ne font pas ce genre de choses.
      Je pense que c'est moins le libéralisme que la non-éducation et les discours pleurnichards du socialisme qui poussent ces couillons à empoisonner les honnêtes gens.

      Supprimer
    8. Oui, je suis assez d'accord, mais il y a conjonction du libéralisme de gauche et du libéralisme de droite pour dire que la vie, ben, c'est une question de pognon et de possessions matérielles. Cependant, le socialisme reste, en matière de délinquance, le plus puissant "accélérateur", c'est incontestable.

      Supprimer
    9. "Dans quelle race humaine les parents d'un criminel ne rampent-ils pas sous la moquette, en tentant de se faire oublier ? Pas dans la mienne, en tous cas".

      Au Japon, non seulement la famille d'un criminel rampe à fond sous la moquette, mais elle s'abstient d'aller lui rendre visite en prison. Ou alors vraiment en cachette, et le plus rarement possible. La honte est trop grande !
      Geneviève

      Supprimer
    10. Non Nicolas, vous n'avez pas pleuré. Mais à chaque fois qu'il y a un mort, toute la gauchosphère se met en ordre de bataille pour faire des billets larmoyants. Notamment avec Méric. Pour le coup vous n'avez pas pleuré pour ce délinquant multi-récidiviste laissé en liberté, mais avez tout de même versé une petite larme.
      En effet, ce n'est pas spécialement à vous que je pensais, mais à la si parfaite et bien pensante gauchosphère. Je trouve plus pertinent de comprendre les causes quant à ce type d'événements que de verser des larmes qui occultent le pourquoi du comment et empêche de prendre les mesures nécessaires afin d'éviter un nouveau drame.

      Supprimer
    11. Aucune politesse pour la famille du mort, je serais La Justice, je ferais comparaître en justice les parents, mère et père pour manquements graves d'éducation à leur enfant ayant entraîné la mort de celui ci à 18 ans.

      Il y a en a marre de ces gens qui croit qu'engendrer ne donne aucune responsabilité, aucun devoir vis à vis de leurs gamins. Ce pauvre gosse de 18 ans, condamné à de multiples reprises, sortant de prison, il va faire un braquage menaçant un vieil homme avec un fusil à pompe...

      Les parents sont responsables de na pas avoir élevé leur fils, et cette non-éducation a mené à la mort celui ci.. Quelle chance avait Anthony? pas beaucoup, peu ou pas scolarisé, n'ayant aucun exemple chez lui de gens honnêtes qui travaillent (enfin, pas qui cambriolent, qui ont un travail à la con, salarié).

      Il y a deux personnes qui devraient être poursuivis par la justice le père et la mère.

      Supprimer
    12. Pierre : quel blog gauchiste as-tu vu pleurer sur ce type ? Donne nous des liens plutôt que d'affirmer...

      Supprimer
    13. Sur ce type non, en effet. J'ai eu ces propos car je crois avoir gravés en tête les sons de clairons entendus ici et là au sujet du jeune Méric.
      Mais oui, en effet, je me suis fourvoyé quant à l'affaire du braqueur de Nice. J'ai parlé trop vite. Il n'y a pas eu de réaction sur les blogs de gauche.

      Supprimer
  3. Mais quelle idée d'avoir une arme et surtout de s'en servir pour faire du mal à des gens qui font simplement un travail dangereux, mince braquer de bijouterie, c'est une professions à risque.

    Comme lui dira un juge, ce monsieur ne doit pas faire sa justice, il doit emprunter comme tous les honnêtes citoyens, le chemin long de la plainte et ensuite attendre que l'on veuille bien s'occuper de son petit soucis.

    Encore un qui finira sur le mur des cons.

    RépondreSupprimer
  4. Les *** dits "juges" ont vite réagi : cet héroïque bijoutier a été aussitôt emprisonné ( euphémisme : garde-à-vue ) .
    Cela doit servir de leçon aux honnêtes gens qui auraient la bêtise de se défendre contre leurs agresseurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a été mis en garde à vue pour une période courte, probablement très courte. J'aime l'idée que la justice puisse travailler calmement pour établir les faits, comme on dit, quand un type a tiré dans le dos d'un autre.

      Ça ne veut pas dire que le premier type, le "tueur" (pourquoi des guillemets ?) doit être condamné.

      Supprimer
  5. Excellent texte! Aussi juste et précis que le tir d'un bijoutier, comme on ne le dit pas encore.

    Wölfli


    RépondreSupprimer
  6. Il avait pourtant promis à tout le monde qu'il s'était rangé. A sa sortie de prison, c'est sûr, il allait chercher un travail, un vrai travail pour faire vivre sa famille. Il avait essayé, mais pas moyen de trouver quelque chose, ex taulard, personne n'avait envie de prendre le risque alors qu'il y avait des tas d'autres candidats. Putain, s'il avait fait des études au moins, mais son père lui avait pas permis, pas assez riche pour ça, et puis, ceux qui en avaient fait, des études, ils étaient même pas mieux lotis...quelle misère.
    Allez, un dernier coup, il faut tenter sa chance, comme ça on pourra finir la chambre du petit, faire une fête avec les amis, lui acheter des vêtements neufs...
    Papa, putain, pourquoi t'as fait ça, j'ai pas besoin d'un lit pour moi, je voulais juste un père et une mère qui m'aiment.

    RépondreSupprimer
  7. Chez vos amis musulmans, cela ne serait pas arrivé, on lui aurait coupé les mains avant, ça c'est de la civilisation!

    RépondreSupprimer
  8. Ah oui, très chouette texte!
    Plus personne n'est dupe, le sentimentalisme des socialistes à l'égard des monstres qu'ils ont créés n'a plus aucun effet sur la population Française.
    L'horreur touchant de près ou de loin la plupart des Français, les gens n'ont plus envie de rêver à un monde meilleur où tout le monde serait gentil.
    La réalité est entrain de rattraper leur rêve, véritable cauchemar de la population.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a créé les monstres armés qui tire dans le dos ?

      Cela étant, ce n'est la gauche qui a créé les lois sécuritaires et pénales en vigueur dans ce pays, désorganisé la police et à la justice et tout ça.

      Ça serait quoi ce pays où un flic ou un juge ne pourrait pas enquêter quand il y a un mort ?

      Supprimer
    2. "Ça serait quoi ce pays où un flic ou un juge ne pourrait pas enquêter quand il y a un mort ?"

      Si le mort est un honnête homme, victime d'une gouape, il est normal qu'il y ait enquête.

      Si le mort est un voyou qui tire son train de vie de l'arme qu'il exhibe pour soutirer du fric à un type qui bosse, ne fait chier personne, paie ses impôts, on passe le jet pour nettoyer le bitume, on n'enquête pas.

      Dois-je rappeler que bon nombre de gauchos, à chaque fois qu'un flic meurt en service disent "ce sont les risques du métier".

      Supprimer
    3. "On a créé les monstres armés qui tire dans le dos ?"

      C'est l'Etat, en ne construisant pas de prison, en laissant l'idéologie socialiste s'installer dans le syndicat de la magistrature, en n'autorisant pas les flics à se défendre, en prenant systématiquement position contre eux dès qu'un type est blessé par un flash Ball er bien évidement en laissant Taubira s'exprimer.

      Supprimer
  9. Ce billet pèche par excès de prudence et de conformisme bien-pensant: un bijoutier devrait avoir le droit de tirer (y inclus dans le dos) de gens à l'allure suspecte avant d'être attaqué, c'est la prévention vue par les beaufs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je pense qu'il devrait être puni pour ne pas avoir tué les deux braqueurs.

      Supprimer
    2. Ça va de soi ! Est-ce qu'on imagine la souffrance de son camarade survivant ? et ce que ça va encore nous coûter en cellules de soutien psychologique et en réinsertion ?

      Supprimer
    3. "L'avocat pénaliste Thibault de Montbrial défend une application plus pragmatique et réaliste en droit français, que la vision restrictive qui y domine actuellement3"

      Il existe en droit français deux cas dans lesquels la légitime défense est présumée : d'une part, pour repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité ; et d'autre part, pour se défendre contre les auteurs de vols ou de pillages exécutés avec violence. Dans ces cas, le défendeur n'aura pas à prouver qu'il était en état de légitime défense. La charge de la preuve est supportée par la partie adverse4.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gitime_d%C3%A9fense

      L'homicide pourrait être considéré survenu après le vol...

      giz

      Supprimer
  10. Doux Jésus! "La paternité dangereuse"! A ce train là avec tous les gamins qu'on a eu, mon mari est certainement un type extrêmement dangereux.^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends même pas qu'il soit encore en liberté, ce redoutable psychopathe !

      Supprimer
    2. Ne présumez de rien : on peut éventuellement le retrouver sur la bande d'une manif pour tous et pour cela, il peut être embastillé.

      Supprimer
  11. Interview de l'épouse d'un bijoutier assassiné lors d'un braquage sur RTL : Je crois qu'elle a parlé d'un choc psychologique (ou émotionel) provoquant une réaction instinctive et violente. Sous un stress continu, il a déroulé un comportement pour se défendre contre une attaque présente et dans son esprit, future.

    C'est une situation totalement ignorée, et qui me semble qu'on peut rapprocher ce que qu'on a eu du mal à décrire durant la première guerre mondiale avec le "Choc Stress" : Nos juges actuels semblent partager la même attitudes que leurs homologues militaires de l'époque : un incompréhension ou une non compassion pour des raisons parfaitement "justes" et "républicaines"...

    Amike

    RépondreSupprimer
  12. vive l'auto justice
    demain je descends tous les automobilistes qui auront l'outrcuidance de me doubler

    légitime défense de ma place dans la file de circulation

    RépondreSupprimer
  13. Etant une "active-primaire-émotive" selon Jung, autrement dit une colérique, je comprends ce drame, ce pauvre bijoutier doit être malade d'avoir tué un gosse de 18 ans, fut il une crapule qui aurait de toute façon terminé ainsi tôt ou tard.

    Le commerçant a déjà été cambriolé, dans sa ville un petit bijoutier a été tué, il y a peu. Ce matin deux jeunes viennent et le menacent d'un fusil à pompe, il sort une arme, les agresseurs se sauvent avec des bijoux, le bijoutier alors les poursuit jusqu'au pas de porte, tire et tue.


    Les commerçants doivent pouvoir exercer leur métier sans avoir peur, même les bijoutiers! La peur engendre un stress énorme, alors de deux choses l'une, soit on met un policier devant chaque boutique "à risque" soit on oblige les commerçants à suivre une formation pour gérer ce genre d'agression, auto-défense, exercice de tir et maîtrise de soi, en période de grand stress....

    Notre monde est fou de laisser la parole à la malheureuse famille de ce gamin sans lui demander de rendre compte de l'éducation qui ne lui fut pas donnée, ce gosse est mort car il n'a pas reçu d'éducation, et surement pas d'ailleurs d'instruction.

    Il y a deux victimes, le gamin de 18 ans, victime de ses parents qui n'ont pas fait leur boulot, mais ont reçu plein de fric pour les aider à se "réinsérer" et c'en est pas fini, les socialistes adorent tenter de réinsérer en filant du fric sans demander des résultats. L'autre victime est ce pauvre bijoutier, malheureux meurtrier d'un gamin de 18 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec tout ce commentaire (sauf l'avant dernier paragraphe, ce sont les médias qui sont tarés, pas le monde, d'ailleurs il n'y a bien que les blogueurs reacs qui reprennent les propos de la famille : les gens de gauche s'en foutent comme à peu près tout le monde).

      Supprimer
    2. @Ladywaterloo
      Votre commentaire est très juste.
      J'envisagerais une troisième voie, en regard de votre alternative ("soit on met un policier devant chaque boutique "à risque"(...) soit on oblige les commerçants à suivre une formation pour gérer ce genre d'agression ...) qui serait d'avoir une justice qui fonctionne normalement, et qui rassurerait les citoyens au lieu de leur laisser croire qu'ils sont seuls pour se défendre face aux agresseurs.

      Je suis également d'accord avec Jegoun sur le fait que toute famille mérite à priori le respect face au décès d'un des leurs.
      Il me semble hasardeux de juger sur la base d'interviews collectés par notre TV poubelle sur le moment de l'émotion.

      Par ailleurs il est effectivement normal qu'il y ait une courte mise en examen du bijoutier pour qu'il puisse expliquer calmement les circonstances du drame. Sans ça, ce serait la porte (encore plus) ouverte aux règlements de comptes de tous poils.
      Il ne faut pas le voir comme une sanction mais comme une étape nécessaire pour bien établir les faits, à froid et en présence d'un avocat, de façon à étayer de façon incontestable le fait de légitime défense.

      Supprimer
  14. Bravo, bien dit !

    La légitime défense, telle qu'elle a été fixée dans le marbre des tables de la loi (art 122-5 code pénal)est un piège pour tous les citoyens honnêtes.

    Ce malheureux bijoutier a perdu au braquage et au tirage. Le pire, c'est qu'il risque de se retrouver face à un adhérent du syndicat de la magistrature.

    RépondreSupprimer
  15. A force de se sentir abandonné par la justice, voilà ce qui arrive.
    Et je crois que nous n'en sommes qu'au début du processus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à une idée répandue, il ne fait pas bon, aux Etats-Unis, où tout le monde a une arme, de tuer quelqu'un si on n'est pas en légitime défense, même (et surtout) pour les flics.

      Dans les Etats où la peine de mort existe, c'est à un tribunal qu'il appartient de la prononcer, et la peine de mort n'est prévue nulle part pour un vol à main armée dans lequel l'arme n'a pas tiré: c'est ballot, mais c'est comme ça.

      Supprimer
    2. Vous ne connaissez rien au droit américain.

      Tout d'abord, tuer quelqu'un en légitime défense, ce n'est pas infliger la peine de mort. C'est tuer quelqu'un de façon légitime. La peine de mort est infligée par un tribunal. Ne faites pas d'amalgames.

      Ensuite, laissez-moi vous raconter une charmante historiette comme il en existe des centaines aux Etats-Unis.

      Une femme seule est chez elle avec son bébé. Un rôdeur traîne autour de sa maison. Il tente d'ouvrir la porte. Heureusement, elle est verrouillée. Elle appelle la police. Elle prévient qu'elle possède un fusil à pompe et un pistolet. La police lui dit : faites ce que vous avez à faire pour vous protéger, mais ne tirez pas avant que l'homme soit rentré chez vous. Le rôdeur tente toujours de forcer la porte. Finalement, il parvient à rentrer. La femme tire un coup de fusil. L'homme meurt. La police arrive.

      Et puis ? Et puis rien. Pas de garde à vue, pas de gauchistes pérorant qu'une effraction "ne mérite pas la peine de mort", pas d'inculpation. Probablement les félicitations de la police à la victime, pour s'être défendue et avoir sauvé son intégrité ainsi que celle de son bébé.

      Justice est faite. On passe à autre chose.

      Ah oui, je ne me souviens pas si l'homme était armé. Je pense que non. Ce qui est certain, c'est qu'un seul coup de feu a été tiré, et qu'il venait de la victime. En tous cas, ça n'a aucune importance.

      Voilà. Les Etats-Unis sont un pays pacifique, un pays de droit, où les gens savent encore ce que c'est que la justice. Pas la France. C'est ça la différence.

      Supprimer
    3. "Les Etats-Unis sont un pays pacifique"

      Faut pas exagerer quand même...

      Pour le reste, je suis assez d'accord.

      Supprimer
    4. Les Etats-Unis sont aussi un pays où il n'est pas rare que les cambrioleurs se fassent tirer dessus.
      Et, étrangement, le taux de cambriolage aggravé - c'est-à-dire lorsque la victime est présente chez elle - y est bien plus faible que dans des pays similaires.
      Bizarre, vous avez dit bizarre?

      Supprimer
    5. "Les Etats-Unis sont un pays pacifique, un pays de droit, où les gens savent encore ce que c'est que la justice"

      c'est sans doute assez vrai à l'intérieur des frontières des E.-U., mais quant à la politique extérieure...

      Supprimer
    6. Bob, je pense que vous parlez de cette affaire exemplaire? La légitime défense d'une très jeune femme : http://oralaboraetlege.blogspot.fr/2012/01/une-saine-reaction.html

      Supprimer
    7. Oui, la Crevette, c'est d'elle que je parlais. Votre vidéo rappelle que les agresseurs étaient deux, qu'ils n'étaient armés que d'un couteau, et qu'ils n'ont eu le temps ni de s'en servir ni de menacer de le faire.

      En pareil cas, en France, la victime de l'agression aurait été jugée coupable d'homicide, car se défendre avec un fusil contre un couteau n'est pas considéré comme "proportionné". C'est d'autant plus scandaleux que de nombreux meurtres sont perpétrés à mains nues, avec les pieds et les poings.

      Il faut donc en conclure que la "justice" française considère que, si vous n'êtes pas capable de tuer quelqu'un avec les poings et les pieds, eh bien vous méritez de mourir face à un agresseur qui, lui, sait le faire.

      Autre fait très intéressant révélé par cette vidéo : certains Etats américains ne connaissent pas la "castle doctrine" qui a permis à cette jeune femme de rester en vie. Autrement dit, si un agresseur rentre chez vous, vous êtes obligé de fuir, ou de tenter de le faire, avant de tirer, faute de quoi vous ne seriez pas considéré en légitime défense.

      Malgré cela, le professeur de droit interrogé par le journaliste dit qu'il n'a pas en tête un seul cas, dans tous les Etats-Unis, de victime qui aurait été condamnée pour avoir tué quelqu'un qui a pénétré sans autorisation dans son domicile. Même quand la loi ne l'autorise pas.

      Et le reportage cite le cas de ce retraité qui a tué un bandit en train de cambrioler la maison du voisin. Il a appelé la police. Le policier de service lui demandé de ne rien faire, il a tenté de le convaincre que le vol de biens ne justifiait pas la mort d'un homme. Exactement comme un gauchiste français.

      Le retraité dit au flic : je vais tirer, il tire, le voleur meurt ; il est acquitté.

      Tout cela sans la moindre menace immédiate sur sa vie. Mais ce faisant, il aura contribué non seulement à sa propre sécurité, mais à celle du voisinage. Si les malfaiteurs savent que des gens, dans le coin, sont armés et tirent sur les voyous qui se "contentent" de voler leurs voisins, eh bien ce sont tous les habitants qui courront moins le risque d'être tués par des malfaiteurs à l'avenir.

      Supprimer
    8. Aristide :

      Le taux de cambriolage aggravé - c'est-à-dire lorsque la victime est présente chez elle - y est bien plus faible que dans des pays similaires.

      A ma connaissance, la porte blindée est pratiquement inconnue aux Etats-Unis. En France, c'est une chose banale.

      Mais pour l'opinion française, ce sont les Etats-Unis qui sont "le far-west", "la jungle", etc.

      Supprimer
    9. Je sais bien Robert, je sais bien... (soupirs)
      Dans le livre de John Lott The bias against guns il y a quantité d'histoires comme celles que vous rapportez, tirées de la presse régionale américaine.
      Un honnête citoyen qui se défend contre ses agresseurs une arme à la main contribue à protéger bien d'autres gens que lui.
      C'est aussi pour cela qu'il est du devoir de chacun de se défendre s'il le peut.

      Supprimer
  16. C'est bon, Didier, j'ai bien trollé ? Je suis obligé de répondre : vous ne le faites plus.

    RépondreSupprimer
  17. Il est bien connu que, sans les socialistes, il n'y aurait pas de délinquance, et que les bijoutiers pourraient de nouveau proposer leurs bijoux sur les étals des marchés, comme ils le faisaient avant 1981.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant on est coincés dans les etaux des marchés.

      Supprimer
  18. Je propose que le méchant bijoutier assassin en puissance d'un pauvre garçon en pleine réinsertion soit exposé sur un gibet à la vindicte populaire dans la cité ou le pauvre malheureux vivait quant à ce dernier, il devrait être inhumé aux Invalides et décoré de la médaille du travail qui sera accroché sur son cercueil recouvert du drapeau rouge avec faucille et marteau (c'est bien Vladimir son petit nom)par Dame Taubira qui conclura cette émouvante cérémonie par une harangue sur les gens qui osent faire justice eux même.

    Pour que vivent les Vladimir et meurent les bijoutiers!

    RépondreSupprimer
  19. Quand les criminels font la loi, il est normal que les honnêtes gens fassent la justice. Séparation des pouvoirs oblige.

    RépondreSupprimer
  20. Quant à notre braqueur, "il ne faut pas l'ériger en modèle. Il a transformé une victime de braquage en meurtrier"
    Claude Askolovitch, vous cautionnez?

    Popeye

    RépondreSupprimer
  21. Dans certaines dictatures, on faisait payer la balle à la famille du condamné à mort. j'espère que le bijoutier enverra la facture à cette sympathique famille. D'ailleurs, dans les médias on a plus entendu le nom de ce jeune homme, Anthony que le classique jeune.Non? J'ai entendu à la tv à la radio dans les journaux, Anthony par-ci, Anthony par-là...et très peu le nom commun "jeune".

    RépondreSupprimer
  22. Sur la légitime défense voici ce que le droit musulman: " Dans l'islam, la défense des biens, de soi-même et de ses proches est un devoir, quitte à en mourir. D'après un hadîth (propos du prophète de l'islam Mahomet), un des compagnons de Mahomet lui demanda comment devait être sa réaction s'il se faisait attaquer par un individu dont l'intention était de lui prendre ses biens ou de s'en prendre à sa famille. Il répondit « Empêche-le ». « Et s'il m'attaque ? » rétorqua le compagnon. « Combats-le, répondit le prophète, S'il te tue, tu es martyr. Et si tu le tues, il ira en Enfer."; en droit musulman, le bijoutier a fait son boulot et le braqueur ira en enfer.

    En France avant de refaire la gueule à un intrus, assurez vous qu votre défense sera proportionnel à l' attaque de l'agresseur car il pourrait vous en coûter.

    Évitez donc de prendre, batte de base-ball,manche de pioche, couteau divers et variés pour votre protection, on pourrait vous reprocher l'intention de tuer le contrevenant et là c'est pas bien. Vous pouvez éventuellement utiliser une poêle à frire mais quand ce que vous faisiez à 3 heures du matin avec cet ustensile de cuisine, j'espère que vos propos sur une soudaine fringale convaincrons le juge.

    Sinon, faire comme une amie, mettre sur une table tous biens les plus précieux avec un reçu demandant au cambrioleur de le signer avant de partir le tout sans vous réveiller ou alors appeler Gaston Lagaffe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Article 122-5 du Code Pénal
      N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte.

      N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction.


      En clair, la doctrine française est la suivante : pour que la légitime défense puisse être retenue il faut que la menace soit réelle, illégitime, immédiate, et qu'il n'y ait pas de possibilité de s'y soustraire. La riposte doit être simultanée, et proportionnelle à l'agression. Là, ce n'est pas la question des moyens qui est importante. Pour faire simple, vous êtes armé, vous voyez un type qui fonce sur une personne avec l'intention manifeste de la poignarder ou de lui défoncer le crâne avec une batte de base-ball, vous ne pouvez pas soustraire la victime dans le temps qui reste à l'agresseur pour l'atteindre, vous pourrez faire usage de votre arme et abattre l'agresseur. Il y a bien différence de moyens entre vous et l'agresseur, mais l'intention de tuer était manifeste.

      On le voit, le droit français, une fois de plus, complique la vie du citoyen qui se voit acculé à subir à moins de vouloir courir le risque du procès. Fi du droit à la propriété, qui pourtant revêtait un caractère sacré pour les révolutionnaires au point que la devise de la république a failli être "Liberté-Egalité-Propriété". Les robespierristes en carton actuels, ayant bradé la nationalité et la citoyenneté, il est normal qu'ils considèrent que la défense d'un bien acquis avec le travail ait moins de valeur que la peau d'un habitué des prisons.

      Supprimer
  23. Sans aller jusqu'à excuser le bijoutier, je comprends qu'il ait pu réagir ainsi. J'envisage la question dans mon billet de ce jour. Il va sans dire que les commentaires du présent article ont influencé la version finale du texte que j'avais commencé de rédiger avant de venir ici.

    RépondreSupprimer
  24. Et la méchanceté sur la mort de Jacquard, ça vient?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tant que président d'honneur de l'amicale des nains de jardin, il m'est impossible de dire du mal de ce Jacquard-là.

      Supprimer
  25. Je vois que l'idée de se faire justice soi-même, y inclus en tuant des gens pour des cas où la peine de mort n'était absolument pas prévue même du temps où elle existait, fait son chemin; je vais m'y mettre aussi.
    Mon voisin s'essuie régulièrement les pieds sur mon paillasson (le mien, à moi, que j'ai payé avec mes propres sous): quelqu'un aurait-il un Smith & Wesson à me prêter? Je le lui rendrai dès demain.

    RépondreSupprimer
  26. 16.30 heures : 466.575 soutiens fbook au bijoutier -- ce pays se réveillerait-il?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non, il retourne à la barbarie

      Supprimer
    2. non, il retourne à la barbarie

      Supprimer
    3. Eh bien, dans ce cas, vive la barbarie !

      Supprimer
    4. « Ja! Wir sind Barbaren. Wir wollen es sein. », comme disait un grand nerveux à la petite moustache ridicule.

      (Je ne vous l'ai pas mis en écriture gothique, mais je pense avoir droit malgré tout à mon point Godwin)

      Supprimer
  27. Bon, franchement: je suis aussi agacé que Didier Goux par un certain moralisme et angélisme de la gauche, mais ce billet, sous prétexte de se positionner en réac, n'était pas à faire -il suffit de lire quelques réactions.

    Je ne crois même pas qu'il soit malin d'autoriser les bijoutiers à détenir une arme: on sait bien que les employés des banques n'en ont pas, et ont, au contraire, comme consigne de leur direction, en cas de hold-up, de donner aux braqueurs tout ce qu'ils demandent et de ne pas jouer aux justiciers...d'autant que les banques, comme les bijoutiers, sont assurées.

    Quel effet pourra avoir ce fait divers? À mon avis, il incitera certains braqueurs à commencer par abattre le bijoutier, par précaution.

    Tout le monde peut se tromper, M. Goux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pour une autorisation de port d'arme accordée à tous les commerçants. Et aux employés de banque aussi, tiens.

      Supprimer
    2. L'assurance n'est pas une excuse. Le client le paye dans le prix : privatisation des gains pour le voleur, mutualisation des pertes pour les cochons de payants de clients honnêtes. Autrement dit, un splendide aléa moral mère de la collectivisation et de la dictature du prolétariat. Dans "dictature du prolétariat", le mot important, c'est dictature.

      Popeye

      Supprimer
    3. Même pas "détention d'arme"? "Port d'arme", carrément: se balader dans la rue avec une arme, comme les flics?
      On voit bien qu'on est en plein délire western, dans cette histoire; tous les épiciers vont se prendre pour John Wayne.
      Allez: port d'armes pour tout le monde (sauf pour les braqueurs, ça va de soi), et on n'en parle plus.

      Supprimer
    4. Houlala les armes c'est pas bien, ça peut tuer des gens, c'est mal.

      Une arme, ce n'est pas le mal, c'est un outil comme un autre. mettez-la dans les mains d'une gouape il s'en servira pour agresser, voler et tuer. Mettez-la dans les mains d'un honnête homme, il ne s'en servira que pour défendre les siens, et ses biens acquis grâce à son travail. En l'occurrence, ce n'est pas le bijoutier qui a fait profession de vivre par l'épée, mais bel et bien la racaille. Il a fini par périr par l'épée, conséquence de ses choix. Futur père, si j'en crois les chouineries sur les ondes, il aurait pu s'engager dans une carrière professionnelle honnête. Il en a été autrement, c'est dommage, mais le résultat n'est QUE la conséquence de ses choix.

      Comme je l'ai dit sur un autre blog, les voyous fonctionnent à partir d'opportunités. Ce bijoutier avait déjà été braqué et tout s'était bien passé pour les truands. Le duo scooterisé a cru possible de rejouer la scène à son profit, tous les voyants clignotaient en leur faveur. Votre analyse misant sur la violence généralisée des voyous est fausse. La truanderie pèse toujours le rapport entre le gain et les risques encourus. Si les bijoutiers sont tous armés, ils trouveront une autre activité illégale, celle-ci étant devenue trop hasardeuse pour leur peau à laquelle ils tiennent. Le mécanisme est connu. Les voleurs de bagnoles se sont lancés dans le car-jacking parce que les antivols devenaient trop complexes. Les attaques de transports de fonds sont devenues extrêmement rares lorsque les billets sont devenus inaccessibles grâce aux caisses électroniques maculant l'oseille d'une encre indélébile. Du coup, ce sont les DAB qui se font défoncer à la voiture bélier. Etc.

      More guns, less crime.

      Supprimer
    5. Prochain épisode prévisible: en voulant abattre un cambrioleur qui sortait de chez lui, un bijoutier peu entraîné au tir tue un gamin qui rentrait de l'école.

      Supprimer
    6. Je suis employé de banque...

      Supprimer
    7. Mais oui M. Arié, laissez donc libre à court à vos fantasmes de possible western. Sauf qu'en France, avant 1940 les citoyens avaient le droit de s'armer et même de porter leur arme sur eux. C'est lorsque l'Etat a commencé à se méfier de sa population, incité en cela par l'occupant, que le contrôle des armes est né et que l'honnête citoyen a été considéré comme une menace dont il convient de se méfier. On pourrait tout aussi bien parler de la Suisse, cet autre far-west où tout homme de 18 à 50 ans peut se balader avec son fusil d'assaut approvisionné. On ne compte plus les tueries dans cet antre du mal. Ah ces gauchistes qui proclament aimer le peuple mais qui s'en défient comme de la peste noire. Votre position et celle de vos amis politique n'est pas sans rappeler une autre : "Les citoyens ordinaires n'ont pas besoin d'armes à feu, car leur possession d'armes à feu ne sert pas l'État."
      Heinrich Himmler Ces fameuses valeurs républicaines sans doute.

      Supprimer
    8. Mais oui, exactement, port d'armes autorisé pour la plupart des gens. C'est le moyen le plus simple et le moins couteux de faire baisser la criminalité.
      Et je suis tout à fait sérieux lorsque je dis ça.
      Pour une raison très simple : l'expérience a déjà été faite, notamment aux Etats-Unis.
      C'est Koltchak qui a raison : More guns, less crime. Lisez donc le livre du même nom.

      Supprimer
    9. @ koltchak91120

      Donnez-nous donc une bibliographie succincte des travaux de criminologie démontrant l'intérêt d'autoriser les particuliers à abattre de dos des cambrioleurs lorsqu'ils prennent la fuite, ainsi que la liste des pays dont la législation considère ce comportement comme une situation de légitime défense.

      Supprimer
    10. C'est bien, ça vous laisse le temps de twitter et d'écrire vos nombreux blogs.

      Supprimer
    11. @ Elie Arié

      Vous faites une confusion qui est tout à fait compréhensible venant de quelqu'un de gauche : le cas des bijoutiers et celui des banquiers, lorsque les uns et les autres sont agressés, n'est pas comparable.

      Dans une bijouterie, les produits dérobés sont ceux du bijoutier. Il défend donc son propre bien.

      Dans une banque, les biens sont ceux des clients de la banque et par conséquent il n'est pas très difficile pour les employés, direction comprise, de préférer sauver leur peau que l'argent de leurs clients, on les comprend.

      Décidément il est difficile pour quelqu'un de gauche de faire la distinction entre son bien et celui des autres, on le voit encore ici dans votre commentaire.

      Quant aux assurances, l'argent qu'elles vont verser et qui bien souvent ne rembourse que très partiellement les pertes subies, ne tombe de toutes les façons pas du ciel. Il est le fruit de cotisations qui à force de sinistres augmentent inexorablement. Ce serait bien qu'un jour le peuple de gauche devienne un peu responsable en cessant de penser que l'argent des assurances, des subventions, des allocations est fabriqué par le Père Noël dans son usine du Pôle Nord.

      Supprimer
    12. M. Arié,

      Ne croyez pas un instant que je vais faire le boulot qui vous revient. Ma bibliothèque d'ouvrages sur la criminologie et la sociologie criminelle je l'ai montée peu à peu, à force de recherches, de lectures d'études universitaires. 95% sont en anglais, et par voie de conséquence jamais traduits. Déjà parce que le public pour ce genre d'ouvrage est restreint, ensuite parce que le contenu n'est pas considéré comme acceptable par la gueuse qui n'aime pas que la vérité officielle soit contredite.

      Ceci dit, je puis vous conseiller la lecture d'auteurs comme Jean-paul Brodeur ou Maurice Cusson par exemple. Il y a aussi la revue québécoise "Criminologie" qui met en ligne des centaines d'articles écrit par des universitaires. On peut y apprendre, études à l'appui, que la délinquance est généralement le fruit d'un choix personnel. Et les auteurs de citer des centaines de témoignages de gouapes qui expliquent simplement qu'elles n'avaient pas envie de se lever, comme leurs parents, de bonne heure, de travailler, de rentrer crevés le soir, le tout pour un salaire plutôt modeste. Etonnemment, ces ouvrages n'ont pas eu la moindre publicité chez nous.

      Quant à l'intérêt de se débarasser des nuisibles, si vous ne le voyez pas, je ne puis rien pour vous. Vous êtes irrémédiablement perdu. Ma compassion et ma peur restrospective vont vers l'honnête bijoutier qui aurait pu être blessé ou tué par ces mandrins de mes couilles. Là, il se serait trouvé un Askolovitch ou un Arié pour pleurer sur cette chienne de vie qui s'était acharnée sur ces pauvres banlieusards divers et sensibles, au point d'en faire des assassins contre leur gré, presque par hasard. Le bijoutier quant à lui n'aurait été pleuré que par sa famille et ceux qui ont encore un peu de sang qui coule dans leurs veines en lieu et place du jus de navet qui coule dans les vôtres et celles de vos semblables.

      Je savais que nous vivions une époque d'inversion des valeurs, je n'aurais jamais imaginé qu'il puisse se trouver des gens autres que les jpournalistes et les encartés PC, PS, EELV, etc. pour défendre cette lâche gouape. Oui, je dis bien lâche, car préferer le vol à main armée à une honnête vie de salarié, c'est une lâcheté, à tous points de vue. On ne défend jamais que ses socialement proches.

      Supprimer
    13. Elie Arié13 septembre 2013 19:18

      Même pas "détention d'arme"? "Port d'arme", carrément: se balader dans la rue avec une arme, comme les flics? On voit bien qu'on est en plein délire western, dans cette histoire; tous les épiciers vont se prendre pour John Wayne.

      ***

      Mais bien sûr. Port d'arme. Comme c'est autorisé dans la plupart des Etats américains. Vous ne le saviez pas ? Il faudrait arrêter de lire le Monde, et passer à de vraies sources d'information, c'est à dire des sources étrangères.

      Dans la grande majorité des Etats, les autorités sont obligées de vous délivrer un permis de port d'armes, à partir du moment où vous en faites la demande, et où vous n'appartenez pas à l'une des rares catégories exclues par la loi : en gros, les fous et les Noirs. Pardon, je corrige, mais ça revient à peu près au même : les fous, et ceux qui ont été condamnés pour des délits importants.

      Vous n'êtes donc pas soumis au caprice d'un caudillo socialiste local, qui peut vous refuser le port d'armes si vos opinions politiques ne lui conviennent pas.

      Vous avez alors le droit de porter une arme cachée sur vous, ou dans votre voiture, ou en prenant l'avion (en bagage de soute), partout, sauf dans certains endroits délimités : bâtiments du gouvernement, certaines universités, etc.

      L'intérêt de cette mesure est évident. Si je suis un voyou, je sais que toute personne, autour de moi, est susceptible d'être armée, et de faire feu pour peu qu'elle se trouve en légitime défense (laquelle est interprétée de façon bien plus extensive, donc plus juste, qu'en France).

      En l'absence d'une telle mesure, c'est seulement si je vois un policier à proximité, que je sais armé, que je serais incité à m'abstenir.

      Une société où les gens sont armés est une société où les gens sont polis. Vous ne voudriez pas énerver quelqu'un qui pourrait avoir ça à deux centimètres de sa main, sans que vous le sachiez. Et comme par hasard, les Américains sont beaucoup plus polis que les Français.

      http://en.wikipedia.org/wiki/Concealed_carry_in_the_United_States#Permitting_policies

      Maintenant, je vous "rassure" : il y a aussi des Etats qui délivrent des permis de port d'arme visible. Et où vous pouvez croiser Monsieur Michu avec son revolver à la ceinture dans les bars. Eh oui. Comme dans les westerns...

      Il y a même plusieurs Etats où l'on a le droit de porter une arme visible sans permis !

      http://en.wikipedia.org/wiki/Open_carry_in_the_United_States

      Supprimer
    14. Cela étant, même aux Etats-Unis, la légitime défense a des limites, et vous n'avez effectivement pas le droit de tirer sur quelqu'un qui est en train de s'enfuir et qui ne présente plus de danger pour vous.

      Merci, cependant, de ne pas jouer au con : si tant de gens soutiennent le bijoutier de Nice, bien qu'il ait (apparemment, d'après ce que nous disent les médias) tiré sur ses agresseurs qui s'enfuyaient, c'est parce que même lorsque la légitime défense est véritablement constituée, selon le bon sens de l'immense majorité des honnêtes gens, c'est toujours la victime qui est poursuivie par la justice, et le criminel qui est excusé.

      Si les gens pouvaient abattre, ou simplement neutraliser, avec l'approbation de la justice, les criminels qui les menacent, les honnêtes gens exaspérés n'en seraient pas à soutenir une victime qui a (peut-être) un peu dépassé la limite de la légitime défense.

      Maintenant, j'aimerais bien que Messieurs les gauchistes, sur ce coup, tiennent compte de la "présomption d'innocence" dont ils nous ramonent le conduit lorsqu'elle concerne leurs amis politiques et leur clientèle plus ou moins bronzée.

      Le frère du bijoutier affirme que celui-ci a tiré de l'intérieur de sa boutique, ce qui va à l'encontre de la purée médiatique suggérant qu'il a poursuivi ses agresseurs dans la rue.

      Est-ce qu'on pourrait avoir, pour Stéphane Turk, la même circonspection que pour les ineffables Zyed-et-Bouna, les explorateurs de transformateurs EDF en faveur desquels la gauche unanime a réclamé, des années durant, enquêtes, sur-enquêtes et post-enquêtes afin que "l'on sache enfin la vérité" et que "justice soit faite" ?

      Ou bien est-ce qu'un bijoutier braqué par des allogènes n'a que le droit d'être diffamé et de se taire ?

      Supprimer
    15. "Si les gens pouvaient abattre, ou simplement neutraliser, avec l'approbation de la justice, les criminels qui les menacent, les honnêtes gens exaspérés n'en seraient pas à soutenir une victime qui a (peut-être) un peu dépassé la limite de la légitime défense."

      C’est aussi en substance ce que dit Locke. Lorsque l’on est agressé, on peut aller jusqu’à tuer l’agresseur pour se défendre ; cependant, s’il est possible de faire appel à un juge pour les agressions passées et futures, l’on n’est pas légitime à aller au-delà de ce qui est nécessaire pour neutraliser l’assaillant dans l’attente de l’arrivée de la police. En revanche, s’il y a n’a pas de juge, ou si le juge ne fait pas son travail, qui est de protéger les innocents et de punir le coupable, l’on peut aller, au-delà de la simple riposte, jusqu’à la destruction active de l’agresseur, afin de prévenir les agressions futures, dans tous les cas où il ne serait pas possible autrement de se tenir soi-même en sûreté. Il serait vain en effet de se contenter de repousser l’agresseur si, faute d’une justice efficace, ce dernier pouvait ultérieurement revenir à l’attaque. Les limites de la légitime défense varient selon que l’on est dans l’état de nature ou dans une société policée.

      Mais quand la violence cesse, l'état de guerre cesse aussi entre ceux qui sont membres d'une même société ; et ils sont tous également obligés de se soumettre à la pure détermination des lois : car alors ils ont le remède de l'appel pour les injures 2 passées, et pour prévenir le dommage qu'ils pourraient recevoir à l'avenir. Que s'il n'y a point de tribunal devant lequel on puisse porter les causes, comme dans l'état de nature; s'il n'y a point de lois positives et de juges revêtus d'autorités; l'État de guerre ayant une fois commencé, la partie innocente y peut continuer avec justice, pour détruire son ennemi, toutes les fois qu'il en aura le moyen, jusques à ce que l'agresseur offre la paix et désire se réconcilier, sous des conditions qui soient capables de réparer le mal qu'il a fait, et de mettre l'innocent en sûreté pour l'avenir. Je dis bien plus, si on peut appeler aux lois, et s'il y a des juges établis pour régler les différends, mais que ce remède soit inutile, soit refusé par une manifeste corruption de la justice, et du sens des lois, afin de protéger et indemniser la violence et les injures de quelques-uns et de quelque parti; il est mal aisé d'envisager ce désordre autrement que comme un état de guerre : car lors même que ceux qui ont été établis pour administrer la justice, ont usé de violence, et fait des injustices; c'est toujours injustice, c'est toujours violence, quelque nom qu'on donne à leur conduite, et quelque prétexte, quelques formalités de justice qu'on allègue, puisque, après tout, le but des lois est de protéger et soutenir l'innocent, et de prononcer des jugements équitables à l'égard de ceux qui sont soumis à ces lois. Si donc on n'agit pas de bonne foi en cette occasion, on fait la guerre à ceux qui en souffrent, lesquels ne pouvant plus attendre de justice sur la terre, n'ont plus, pour remède, que le droit d'appel au Ciel.

      (Traité du gouvernement civil, chapitre 3.)

      Supprimer
    16. ou si le juge ne fait pas son travail, qui est de protéger les innocents et de punir le coupable,


      rappelons juste que le braqueur tué sortait juste de prison
      alors où est le juge qui n'a pas fait le job ?

      Supprimer
    17. 1° Comme vous le dites, il sortait de prison. C'est bien là le problème. Le boulot d'un juge est de maintenir en prison un type de cet acabit.

      (N'empêche, merci pour l'aveu implicite : pour le gauchiste lambda, l'office d'un magistrat est de sortir les gens de prison.)

      2° En fait, on se moque du cas particulier du braqueur. Le bijoutier ne le connaissait pas et je doute qu'il ait eu le temps d'aller sur casierjudicaire.fr avant de tirer.

      Ce qui importe, c'est que la victime ait été fondée à croire que son agresseur ne serait jamais condamné et qu'il n'aurait jamais à restituer les bijoux volés.

      Je note au passage que, avec la doctrine du "ne pas tirer pour récupérer son bien", l'agresseur est à peu près sorti de l'auberge dès qu'il a posé la main sur le butin, à condition de baisser son flingue aussitôt.

      Supprimer
  28. "Combien de citoyens dévalisés savent-ils que la [police] ne s’est même pas donné la peine de rechercher les criminels, qu’elle n’a pas ouvert le moindre dossier, pour éviter de se compliquer l’existence, car à quoi bon se décarcasser pour attraper quelqu’un à qui on flanquera six mois, moins trois mois de remise de peine ? D’ailleurs, si on les attrape, ces bandits, les fera-t-on passer en jugement ? Car les procureurs « font baisser la criminalité » (comme on le leur demande à chacun de leurs colloques) en employant l’étrange procédé qui consiste tout simplement à étouffer les affaires, en particulier celles qui laissent prévoir un lot nombreux d’inculpés. Enfin, il y aura obligatoirement des remises de peine, et justement, bien sûr, en faveur des droit-commun. Holà, les témoins, tenez-vous à carreau devant le tribunal ! ils seront bientôt de retour, et un coup de couteau dans le flanc pour ceux qui auront témoigné ! Conclusion : si on enjambe votre fenêtre, si on découpe votre poche, si on éventre la valise de votre voisin, plissez les yeux ! passez outre ! vous n’avez rien vu !

    Ce texte écrit par...Soljenitsyne concerne...l'URSS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Excellent. C'est dans quel livre ?

      Supprimer
    2. L'archipel du Goulag, tome 2, partie 3, chapitre XVI ("Les socialement proches").

      Ici, aussi : http://books.google.fr/books?id=Z5C3_UBRVpUC&pg=PT401&lpg=PT401&dq=%22que+se+joigne+ma+faible+plume+au+concert%22&source=bl&ots=Pj04Ip2hVG&sig=vdJHxLDL41kgQUlvQIDgtiO40yA&hl=fr&sa=X&ei=p-h7Uee_F-yV0QXFxoDoAQ&ved=0CDYQ6AEwAA#v=onepage&q=%22que%20se%20joigne%20ma%20faible%20plume%20au%20concert%22&f=false

      Supprimer
    3. Merci, Baraglioul. Comme quoi, il se confirme que la France de 2013 n'est autre que l'Union soviétique continuée. Voici ce que dit Soljenitsyne sur la légitime défense :

      http://imageshack.us/photo/my-images/89/z1ro.png/

      Si ça vous rappelle quelque chose, c'est tout à fait normal : le communisme est au pouvoir, chez nous.

      Une fois qu'on a pris la mesure de la similitude entre le régime soviétique et celui de la "République française", on voit sous un autre oeil les protestations à la Elie Arié sur le thème : mais, euh, c'est horrible les Etats-Unis, c'est la loi de la jungle, c'est le Far-West et le règne du crime... Car c'est exactement ce que disait la propagande de Moscou.

      Supprimer
    4. ils ont encore oublié de prendre leurs cachets ce matin

      la france communiste , vous voulez que la merluche s'étouffe de rage

      Supprimer
    5. Ah, bigre, en effet, c'est cet extrait-là que j'aurais dû citer...

      Supprimer
  29. Je constate que le patron pète la forme, ces camps de vacances ont des effets surprenants.
    La réplique au nain de jardin était excellente, je crois qu'on peut assurer que même Proust n'aurait pas mieux dit. Ou Guillaume Canet si l'on préfère les références récentes.

    RépondreSupprimer
  30. Elie Arié: "Quel effet pourra avoir ce fait divers? À mon avis, il incitera certains braqueurs à commencer par abattre le bijoutier, par précaution."

    Certains braqueurs... voilà qui révèle le peu d'assurance que vous mettez dans votre argumentation.
    Donc, sans aller à l'encontre de votre thèse, on peut ajouter dans le même temps que ce fait divers fera réfléchir la très grande majorité des braqueurs qui se demanderont si leur activité ne devient pas un peu trop risquée ?
    Après tout, ces braqueurs ne sont pas des crèves-la-faim prêt à tout. Il leur arrive de réflechir et de peser les risques, comme vous et moi.
    Enfin, pour ce braqueur on n'a plus à se poser de question.

    RépondreSupprimer
  31. Il y a des situations où l'urgence oblige à faire un choix rapidement :

    Soit on "panique" : fuire, se cacher, se recroqueviller en espérant passer inaperçu, supplier...
    Soit on "réagi" : attaquer, se défendre, se protéger, faire diversion...

    Il est impossible pour un individu non préparé d'agir consciemment face à une telle agression surprise. C'est une réaction instinctive.

    Et, donc, la responsabilité se retourne entièrement vers ceux qui ont déclenché cette réaction instinctive. En conséquence, compte tenu de la gravité de l'acte (agression avec arme), il y a bien légitime défense !

    Amike

    RépondreSupprimer
  32. Nous sommes en retard, comme d'habitude.

    http://actuwiki.fr/actu/33322/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. effectivement nous n'avons que quelques centaines de morts par an par arme à feu contre 30 000 aux USA

      français réveillez vous

      Supprimer
    2. Ouvrons l’œil, et le bon...

      http://www.faitsdivers.org/

      Supprimer
  33. Constatant, au bout de 77 commentaires, qu'au milieu de force délires sur les socialistes, les magistrats, Taubira, etc., tout le monde évite soigneusement (et pour cause) de parler de ce qui caractérise cette affaire, c'est-à-dire: un bijoutier tuant d'un coup de revolver dans le dos un voleur qui s'enfuit, ce qu'aucun pays civilisé n'admet à ma connaissance, même de la part d'un flic, je laisse tomber.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Elie Arié : Je pense que vous ne vous rendez pas compte de la situation, enfermé dans votre idéologie.
      Il s'agit d'un agresseur qui a menacé de mort un bijoutier. Le fait de le tuer, même d'une balle dans le dos, a pour but de protéger la société, ce jeune homme étant potentiellement dangereux pour tout le monde. Peut-être que la vie d'un autre bijoutier a d'ailleurs été sauvée par cette balle, ce jour là...

      Supprimer
    2. Monsieur Elié à aucun moment vous ne vous êtes posé cette question qui pourtant est essentielle : "Comment le braqueur s'est procuré son arme"; car avec son casier judiciaire, le G.C aurait du mal en s'en acheter en toute légalité pour le bijoutier vous auriez peut être préféré qu'il sorte son arme de poing au moment du cambriolage, deux solutions

      a) les courageux cambrioleurs prenaient peur et ils s'enfuyaient les mains vides.

      b) les cambrioleurs ouvraient le feu avec leur joli fusil, mort du bijoutier.

      Dans le cas de la seconde réponse, je suis certain que vous auriez des circonstances atténuantes au bandits voire à les accuser d'avoir transformé de gentils cambrioleurs en gentils assassins comme le fit un sombre crétin à propos du retraité de Carpentras.

      Supprimer
    3. Bar, Élie étant parti à la sieste, je vais tenter de répondre à sa place.

      Petit 1 : ce sont toujours les autres qui sont enfermés dans leur idéologie. Et ce sont toujours les andouilles (dans mon blog, j'aurais dit les con) qui croient échapper à toute idéologie.

      Petit 2 : le boulot d'un bijoutier n'est pas de protéger la société mais de vendre des bijoux. C'est à l'Etat d'assurer la protection, son rôle régalien et tout ça. S'il le fait mal, il faut analyser les raisons calmement. Il ne fait que des conneries : il n'autorise pas les gens à abattre les autres dans la rue.

      Vous manquez de mesure. D'ailleurs, tous les commentateurs ici manquent de mesure. On ne défend pas un voleur, avec Élie. Je propose même qu'il soit condamné à titre postume pour les forfaits qu'il a commis.

      Le bijoutier n'était pas en état de légitime défense. Il a agit sous le coup de la colère et je le comprends. C'est peut-être ça que vous ne comprenez pas. On n'en veut pas au bijoutier, on pense qu'il doit être jugé.

      Il a 67 ans et sera condamné à 5 ans de prison avec sursis. La belle affaire.

      Par contre, tous autant que vous êtes, vous remettez en cause la justice, son droit à enquêter. Aussi bien, le gars n'a rien volé. Il passait par là en scooter et d'autres types ont cambriolé un bijoutier. Ce n'est pas simple. Laissons faire la justice. Dans les blogs, nous n'avons pas à la remplacer. Surtout avec un pseudo (même si bar m'est sympathique) : à part le taulier, seuls Élie et moi ne sévissons pas sous pseudonyme (mon nom est sur mon blog).

      L'aime beaucoup ton peut-être...

      Grandpas,

      Désolé mais tu fais un procès d'intention. Si le bijoutier avait été tué, nous aurions regretté ce fait, mot léger mais aucun blog réac n'aurait généré autant de commentaires.

      Supprimer
    4. @Jégoun, Je ne comprends pas votre commentaire... Il me semble que j'ai déjà plus haut dit que je trouvais tout à fait normal que le bijoutier soit en garde à vue... (voir plus haut : 13 septembre 2013 02:50).

      bar n'est pas un pseudo, ce sont mes initiales. Je suis ravi que cela évoque pour vous un délicieux poisson ou une fantastique unité de pression.

      Quand aux questions d'idéologie, je n'en ai pas et serais bien incapable de dire si je suis d'extrême gauche, de gauche, de droite ou d'extrême droite. Mes convictions résultent un peu de toutes les tendances, car précisément je m'efforce de ne pas suivre une ligne comme un mouton mais de tenter de garder un esprit libre et d'adhérer à ce qui me semble bon, d'où que ça vienne.
      Force est quand même de constater que ça ne vient pas très souvent de gauche, ni d'extrême gauche.

      Je continue malgré tout à m'intéresser à ce que les gens disent et pensent, d'où qu'ils viennent, ce qui explique mes visites sur votre blog, entre autres, même si souvent cela me déprime un peu.

      Supprimer
    5. Bar, ton pseudo est un pseudo. Un type cherche "bar" dans Google, il aura plus de chances de m'y trouver que toi. Les andouilles qui se cachent derrière leur anonymat me font toujours rire. Ils adoptent des postures qui méritent le mépris. On cherche Didier Goux ou Nicolas Jégou (ou Jegoun, mon vrai nom est dans mon blog) dans les pages blanches, on nous trouve. Pour Elie, c'est sans doute pareil mais je n'ai pas vérifié.

      Tes convictions viennent de différentes tendances, dis tu pour te rassurer, mais tu n'as jamais voté à gauche et tu ne voteras jamais à gauche. Tu es un type de droite mais tu vas continuer à dire que tu n'as aucune tendance. Tu vas ajouter que seuls les types de gauche votent comme des moutons. Je vais te répondre que ce sont surtout les seuls, par définition, qui ne votent pas à droite.

      Je note aussi le dernier paragraphe de ton commentaire. Tu te positionne comme anthropologiste et je fais souvent pareil. Mais je ne prends pas les gens pour des cons. Je ne suis pas plus intelligent que les autres, je suis con comme eux.

      Je vais donc résumer : comme beaucoup ici, tu n'es qu'un médiocre anonyme qui donne son avis. Le résumé était assez court mais je n'avais que le temps de cuisson de mes pâtes à t'accorder.

      Supprimer
    6. Aucune idéologie, mon bon Bar, et aucune sympathie pour les braqueurs (ayant moi-même été braqué dans mon cabinet médical à l'époque où j'exerçais...); c'est vous qui parlez du "laxisme socialiste", et autres conneries (ce sont les socialistes qui ont fait toutes les lois aujourd'hui en vigueur?).

      Simplement, aucune envie de vivre dans une société où les commerçants seraient tous armés, et où on risquerait d'être abattu en faisant ses courses par un commerçant jugeant votre attitude suspecte et givré, parano, s'estimant investi d'une mission de justicier chargé de compenser l'abolition de la peine de mort, ou malhabile au tir (oui, tout ça, ça existe).

      Supprimer
    7. Je ne fais aucun procès d'intention, j'explique simplement que nous sommes dans une culture de l'excuse surtout venant de la gauche moraliste quant à condamné un braqueur à titre posthume, c'est du grand n'importe quoi par contre on peut renvoyer toute la famille jusqu'au cousins.

      Elie Arié, je fus en possession d'une arme durant quelques années à titre sportif et je n'ai jamais tué une personne durant ce laps de temps et votre paranoïa anti-armes est le résultat d'un matraquage médiatique par des journalistes qui racontent n'importe quoi comme le fait de transformer une arme au coup par coup en pistolet mitrailleur ou qui d'un de 45 cm pour évoquer une arme de calibre 45 ce qui fait quand même du 11 mm 45 et pour avoir une telle arme de poing en main je peux vous assurer que cela secoue bien alors imaginez en 45 cm.

      Dans les années 20, on pouvait acheter des pistolet de gros calibre dit de brousse dans le catalogue de Manu-France à côté des articles ménagers malheureusement les socialiste sde l'époque avaient tellement peur que certains mouvement d’extrême droite prennent le pouvoir qu'ils ont vite changé la législation sur les armes.

      Un exemple de ces aberrations , il était interdit de vendre des magasins de munitions de plus de 10 cartouches, la onzième balle devait tuer.

      Supprimer
    8. Mais oui M. Arié, c'est bien connu, les français ont la gâchette facile. Avant la seconde guerre mondiale l'accès aux armes était certes réglementé mais incroyablement plus aisé qu'aujourd'hui, et même si c'était plus ou moins interdit, nul ne faisait chier l'honnête citoyen qui portait un calibre sur lui. Si les français ressemblaient au tableau que vous en brossez, on ne peut que se perdre en conjecture sur le fait que ce peuple ait pu survivre à ses instincts.

      A titre indicatif, il meurt plus de gens assassinés à coups de marteaux et autres outils de ce genre et je ne vous entends pas lancer de vives imprécations visant à les interdire.

      Dès qu'il s'agit d'armes à feu les gens dans votre genre deviennent irrationnels. A moins bien sûr que le bon peuple vous fasse horreur et que vous cherchiez à vous en prémunir par tous les moyens, mais avec la bonne conscience pour vous.

      Supprimer
    9. L’idée qu’il suffirait de mettre une arme à feu entre les mains de gens ordinaires pour les transformer en tireur fou ou bien qu’ils se mettraient à régler le moindre différent à coup de pistolet n’est que le revers de l’idée que les criminels sont des gens ordinaires qui n’ont simplement pas eu de chance, que la délinquance est « un incident de parcours » qui pourrait arriver à tout le monde, et donc que le délinquant est finalement à plaindre.
      C’est faux dans les deux cas. Il suffit de s’intéresser sérieusement à la question pour le découvrir. Alors faites un effort, vous verrez, parfois ça peut-être gratifiant.

      Supprimer
    10. Un différenD et non un différenT, bordel ! Sur ce blog, on a le droit d'être aussi nauséabond qu'on veut, à condition de respecter la langue française !

      Supprimer
    11. Oups! Je me couvre la téte de sandre et toussa...

      Supprimer
    12. Tentez le calamar c'est bien plus élégant...

      Supprimer
  34. Les pays où il y a le plus de meutres par armé à feu sont dans l'ordre le Brésil( 35000 morts pour 8 armes par individu), le Mexique (11000 pour 15 armes par individu) les U.S.A (9143 pout 98 armes toujours par individu); je tiens à préciser que la législation des armes au Mexique est moins libre qu'aux U.S.A.

    RépondreSupprimer
  35. Quand un voleur aguerri fait la démarche de trouver une arme dans le but prémédité de faire un casse c'est qu'il signe une décharge envers quiconque fera atteinte a sa vie puisqu'il aura déclaré ouvertement etre disposé à prendre la vie de ses victimes !
    Inutile de chercher plus loin. L'Etat français vient de verser 150 000 euros à la famille, je pense qu'il aurait fallu les donner au bijoutier pour service rendu à la société.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grandpas, je te remercie de rappeler que la législation française est meilleurs que celle des USA.

      Supprimer
    2. Heu... C'est quoi cette histoire de 150000 euros ?il fait arrêter de raconter des conneries.

      Supprimer
    3. La législation française est hypocrite car elle empêche pas le citoyen lambda de se défendre, point barre. Toujours la même question, où votre G.C a t il acheté ou trouve son bel outil pour braquer un bijoutier et je n'ai toujours pas de réponse.

      Les Etats Unis étant un état fédéral, les lois sont différentes selon que l'on habite au Texas ou en Californie.

      Pour les 150.000 €uros , je suis aussi septique.

      Supprimer
  36. L'avocat de la famille d'Anthony, 18 ans, tué d'une balle dans le dos après avoir braqué une bijouterie mercredi à Nice, évoque un garçon «paumé comme beaucoup d'autres». En outre, la famille ne comprend pas l'élan de solidarité à l'égard du bijoutier.

    Ben voyons... Quand n'importe quel chérubin arabe ou noir s'enferme dans un transformateur électrique, ou se tue tout seul sur un scooter volé parce qu'il est trop con, c'est la faute à la sale police française raciste, et des milliers d'Arabes ou de Noirs défilent en rangs serrés dans des "marches blanches" qui réclament le "respé" et la "justice".

    Mais quand ce sont les Français qui manifestent leur solidarité envers les victimes des racailles, là, la famille des criminels "ne comprend pas"...

    C'est vrai qu'on les a mal habitués... Les Français, ça a juste le droit de se laisser massacrer sans moufter. Faut-il une meilleure preuve qu'il y a "eux" et "nous" ? Que les intérêts ethniques priment tous les autres, y compris pour les "anti-racistes" les plus vociférants ?

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/14/01016-20130914ARTFIG00311-le-braqueur-de-nice-etait-un-jeune-immature-et-influencable.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut lire le dernier livre d'Alain Laurent qui vient de sortir aux Belles Lettres : "En finir avec l'angélisme pénal" :

      "Renversement des valeurs : le délinquant se mue en innocent (celui qui n'a pas la volonté de nuire), en victime à double titre d'un ordre social injuste et d'une odieuse répression policière puis de la prison. Son acte personnel tend à s'effacer derrière de multiples explications devenant autant d'excuses et de promesses d'une rédemption assurée."
      (...)
      "Première conséquence : une inversion de l'imputation de responsabilité, et, partant, un déni du principe de responsabilité individuelle. Puisque la société est collectivement responsable d'avoir engendré des criminels, s'ensuit qu'"on ne peut rester sur l'idée selon laquelle le délinquant qui a commis une faute doit payer en étant seul responsable de ses actes", affirme D. Salas (Le Monde, 8 juillet 2007), qui s'insurge ensuite contre le fait que "cette responsabilité qui repose sur le seul détenu nous exonère de nos responsabilités collectives à son égard" : nous sommes tous responsables de la criminalité! En réalité, selon cette vulgate déresponsabilisante à sens unique, le délinquant n'aurait pas véritablement choisi d'agresser les autres. Ce qu'il a commis n'est que le "fruit d'un parcours". Il y aurait irrésistiblement été poussé par des "causes sociales" qui l'"agissent", le privant de libre volonté et de véritable discernement."

      Supprimer
    2. Il faut également lire Maurice Cusson quant à la relative notion de "parcours maudit" :

      "Quand les délinquants parlent de la vie qu’ils mènent, ils aiment la contraster avec celle que subissent les travailleurs qu’ils écrasent de leur mépris.

      « Je me sentais au-dessus des emplois manuels, affreusement monotones et sous-payés. [...] Pourquoi devrais-je être condamné à l’esclavage alors que d’autres font une belle vie sans travailler ? » (Shaw 1930 : 160).
      « On me mit devant une machine à percer et dès le premier jour, je crus crever d’ennui » (Guillo 1977 : 24).
      « Eh bien, moi, je braque parce que j’ai vu mon père marner pour des queues de cerise, et mourir à cinquante-deux ans les poumons bouffés par les émanations de je ne sais qu’elle saloperie qu’il respirait dix heures par jour dans son usine » (Lucas 1995 : 58).
      « On voyait ceux qui allaient travailler, qui depuis dix ou quinze ans se levaient à la même heure, pour prendre le même train, avec la même tête triste et le même air fatigué. Cela nous confortait dans notre refus de leur ressembler, au cas où l’un d’entre nous se serait mis en tête de travailler. Nous, on voulait vivre et on vivait, et on riait. On riait entre nous, parfois contre les gens... » (Kherfi et Le Goaziou 2000 : 34).

      Ce que le truand voit, quand il regarde des travailleurs, c’est ceci : « Des robots exploités et fichés, respectueux des lois plus par peur que par honnêteté morale. Des soumis, des vaincus, des esclaves du réveil matin » (Mesrine 1977 : 52 ; voir aussi Wright et Decker 1997 : 47 et Jacobs 2000 : 142).

      Le choix en faveur de la délinquance, c’est d’abord cette horreur de la routine, des tâches fastidieuses, du joug du petit chef, du petit salaire.
      "

      Je le dis et le répète, les gouapes sont des lâches qui ont sciemment fait le choix de la facilité.

      Supprimer
  37. Je ne vois vraiment pas pourquoi certains s'evertuent encore à essayer de convaincre ces sidéiques mentaux.....enfin bref je dirai simplement ceci:

    Taux d'homicide par arme à feu aux USA: 3 pour 100 000

    Taux d'homicide par arme à feu aux USA (criminel blanc)= 1,9

    Taux d'homicide par arme à feu aux USA (criminel noir)= 14,6!!!

    Donc si vous vous appelez Michel, le meilleur moyen de pas vous faire tuer aux US reste encore de rester loin de ces individus au faciès rigolo.....Conclusion: l'arme à feu ne tue pas mais le noir oui, comme c'est étonnant doudoudidon!

    source: http://www.bjs.gov/content/pub/pdf/fv9311.pdf

    RépondreSupprimer
  38. D'autre part, il faudra m'expliquer pourquoi la classe politique et médiatique unanime a tressé des lauriers à cet homme qui a renversé, avec sa voiture, des bandits à scooter qui venaient de commettre un hold-up, tandis qu'elle s'acharne aujourd'hui sur ce bijoutier qui a tiré sur ses braqueurs.

    La seule différence, c'est que le premier est mort, et que le second est vivant.

    Donc, on aurait le droit de tenter de tuer des agresseurs après l'agression, à condition de bien vouloir y laisser la vie. Mais si c'est le malfaiteur qui meurt, alors là, c'est le drame, car il fait partie d'une classe protégée.

    Le type "au-dessus de tout soupçon" qui a foncé avec sa voiture sur des bandits, il a commis une tentative de meurtre : renverser un scooter avec sa voiture, c'est risquer délibérément de tuer ses passagers.

    Et ce gars n'était nullement en état de légitime défense, puisque le vol avait déjà eu lieu, que lui-même n'avait jamais été menacé, et que les voleurs s'enfuyaient et ne menaçaient personne !

    Cela, si on accepte la thèse actuellement répandue dans les médias, selon laquelle le bijoutier aurait poursuivi les braqueurs dans une rue voisine après leur forfait. Son frère affirme qu'il a tiré de l'intérieur de la boutique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bob, je n'ai lu que le premier paragraphe de ton commentaire, mais tu pourras nous dire quelle classe politique a dressé des lauriers ?

      Supprimer
    2. Intéressant ce que vous dites Bob sur la "classe protégée", il y a un commentateur chez Bilger qui écrit ceci :

      "Autre sujet non d'étonnement mais de dégoût, voir des médias donner avec complaisance la parole à des membres de la famille du braqueur mort dans "l'exercice de son métier". Métier étant le terme adéquat, vu les antécédents judiciaires de cet individu."(1er commentaire)

      Et Alain Laurent explique dans son livre cela : "... puisque pratiquement rien n'est de son fait et encore moins moralement de sa faute, le "travailleur du crime", ainsi qu'on ne tardera probablement pas à requalifier le criminel, ne saurait être considéré comme un être intrinsèquement mauvais ayant froidement calculé son coup..."

      Il faut vraiment se mettre dans la tête que le criminel aujourd'hui est une victime comme les autres.

      Supprimer
    3. Nicolas Jégou :

      Votre classe politique. Celle dont vous faites la propagande. Manuel Valls ne fait pas partie de la classe politique ? Voici ce qu'il a dit :

      Je rends hommage au courage de cet homme. Ce qu'il a fait doit imposer le respect. Il faut se lever, dire que ça suffit, que tout cela est insupportable.

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/23/valls-rend-hommage-au-retraite-mort-lors-d-un-braquage-a-marignane_3465626_3224.html

      Remarquez ceci :

      Il est sorti de son véhicule "avec une batte [et] une bombe lacrymogène" et a tenté de raisonner les deux malfaiteurs.

      Deux armes par destination dont le port est rigoureusement interdit. Mais là, curieusement, pas la moindre remarque de journalistes, d'hommes politiques ou "d'intellectuels" pour affirmer "qu'on ne peut pas se faire justice soi-même".

      Est-ce uniquement parce que Jacques Blondel a été tué par les malfrats qu'ils poursuivait, lesquels s'en sont sortis indemnes ? Est-ce parce que Jacques Blondel, d'après l'une des photos diffusées après le meurtre, possède des traits distinctement négroïdes ? Est-ce parce qu'à travers le portrait qui en a été dressé par ses proches et ses collègues, dans la presse, Jacques Blondel était probablement un militant de gauche, voire un syndicaliste, en tous cas "pensait bien" ?

      Je vous laisse imaginer ce qu'on aurait dit d'un homme qui, ayant poursuivi dans la rue les auteurs d'un hold-up qui ne le visait nullement, puis ayant délibérément renversé le scooter des malfaiteurs, serait sorti de sa voiture avec une bombe lacrymogène et une batte de base-ball, si jamais on avait découvert qu'il était adhérent du Front national ou du Bloc identitaire.

      "Nervi armé", "arsenal dans sa voiture", "extrémiste", "idées nauséabondes", "passage à l'acte", "ne pas se faire justice soi-même", "jouer les cow-boys", "Far-west", "John Wayne"... voilà ce qu'on aurait entendu sur Jacques Blondel, s'il avait été "d'extrême-droite".

      Et Blondel n'avait pas l'excuse d'avoir été menacé de mort, de s'être retrouvé du mauvais côté d'un fusil, d'être victime d'un hold-up pour la seconde fois...

      Supprimer
    4. Je me fous de Blondel et Valls fait sî´on job. Les cas n'ont rien à voir, visiblement. Blondel n'a pas tiré dans le dos d'un gamin. Pour le reste tout le monde s'en fout. Il va être démontré que tout cela est une propagande réactionnaire. La page Facebook de défense se ridiculise. Votre icône, le bijoutier est en train de passer pour le pire des salopards.

      A cause de vous.

      Vous devriez avoir un geste humain. Le soutenir. Ce type doit être en train de chialer parce qu'il a tué un gosse et vous êtes en train de l'élever au rang de martyr. Vous êtes nuls, tous autant que vous êtes. Vous vous trompez de cible.

      Soutenez donc ce bijoutier pour le coup de colère qu'il a eu. Expliquez aux gens qu'il a pété un câble.

      La fausse page Facebook fera la une de l'actualité demain.

      Supprimer
    5. Alors là mon cher Bob, vous êtes odieusement nauséabond à donner ces détails!
      Merci de l'information.

      Popeye

      Supprimer
  39. Pour mon commentaire précédent, "va" à la place de "viens". J'ai riposté un peu vite, désolé...
    L'explication:

    >> Article 706-3 du code de procédure pénale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reste calme. Tout le monde s'en fout. Personne n'a lu ton commentaire.

      Supprimer
    2. @ Jegoun (réponse courte à ton message du 14 septembre 2013 16:52)
      - tu inventes les choses sans savoir (comme d'habitude) : j'ai déjà voté à gauche et même à l'extrême gauche il y a 25 ans, avant d'être très déçu
      - c'est quoi cette fixation à propos des pseudos ? Est-il interdit d'avoir un pseudo ici ?
      Il suffit en ce cas de le dire clairement, mais je n'ai jamais lu Didier Goux l'exiger et toi-même n'en n'a jamais fait le reproche aux différents commentateurs de tes amis qui fréquentent ton propre blog sous des pseudos divers et variés.
      Un peu de cohérence s'il te plait si tu tiens à être crédible et à ne pas passer pour un clown...

      Supprimer
    3. Bar, c'est toi qui fait une fixation, tu m'en reparles à chaque commentaire. Je dis simplement qu'il est facile de donner un avis sans avoir à l'assumer.

      Supprimer
    4. Voici de la belle dialectique ! Trucs et astuces pour avoir toujours raison sur les forums...
      Et le vote à main levée, c'est pour quand ?
      Ou encore : "Mais si vous n'avez rien à craindre, pourquoi cacher votre vie privée ?"

      Amike

      Supprimer
  40. Il va être démontré que tout cela est une propagande réactionnaire.

    La fausse page Facebook fera la une de l'actualité demain.

    Toujours les mêmes procédés des communistes et des aspirants dictateurs de tout poil : le "progrès" est irréversible... nous sommes les plus forts... laissez-vous faire... toute résistance est inutile...

    Ecoutez Jegoun : il est le maître du monde. Il dirige la France. Il a une ligne directe avec le chef de services secrets, et une autre avec Dieu. Il connaît l'avenir, et il lui suffit d'appuyer sur un bouton pour le modifier à sa guise.

    Toujours la même saloperie qui consiste à faire l'amalgame entre des criminels armés sans scrupules et des enfants pacifiques et bien élevés :

    Ce type doit être en train de chialer parce qu'il a tué un gosse.

    Un quoi ?...

    Vous vous foutez de la gueule du monde.

    Mais vous êtes vraiment un gauchiste préhistorique. Vos trucs sont éventés depuis vingt ans. Même Manuel Valls a compris qu'il fallait parfois écouter le peuple, et faire semblant de soutenir ceux qui s'opposent aux criminels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il semblerait que la fausse page facebook ne soit pas fausse en fait : http://feed.krds.fr/post/61295117159/la-realite-sur-les-likes-de-la-page-soutien-au

      Supprimer
  41. Il est intéressant de remarquer que le bijoutier de Nice est un immigré, comme le montre son accent et son français hésitant :

    http://www.fdesouche.com/406187-un-braqueur-grievement-blesse-par-un-bijoutier-a-nice

    RépondreSupprimer
  42. S'il suffisait de décrire une situation de 2 secondes (un homme tire sur un autre) pour déterminer la culpabilité et l'innocence, il n'y aurait pas d'appareil judiciaire, on n'aurait qu'à pondre et afficher une Charte des tarifs : tel geste, telle peine, point.
    Or le mammouth judiciaire procède à des enquêtes, examine tout ce qui entoure les faits etc etc.
    Dans ce cas, déjà, "un homme tire sur un autre" devient "un bijoutier tire sur un voleur", puis "un bijoutier de 67 ans tire sur DEUX voleurs armés", puis "un vieux bijoutier tire sur deux jeunes voleurs armés et motorisés qui s'enfuyaient", etc etc
    Donc on examine les circonstances passées et présentes qui ont amené le passage à l'acte, pour déterminer le DEGRE de responsabilité DES protagonistes.
    Les deux sont (lu + haut) "le fruit d'un parcours". Deux parcours qui ont coïncidé dans un drame exemplaire en ce sens qu'il réunit deux êtres devenus deux pauvres symboles de notre société privée de boussole, deux pauvres types qui ne servent aux uns et aux autres, et en particulier aux politiques, que de pions et de putching-balls : on a un corps qui cherchait, avec violence et sans réflexion, une limite jamais posée : il l'a trouvée dans un autre corps qui, ce jour-là, a fait, sans réflexion, retour aux agresseurs de toutes sortes (personnes, discours publics etc)
    Mon sentiment dans ce cas particulier est que si le voleur est innocent, le bijoutier est innocent.
    Une sénatrice socialiste qui s'est faite braquer au distributeur, a poursuivi ses voleurs dans la rue, puis a pu soulager sa haine, et contre les voleurs et contre les badauds, en dégainant un violent discours public. Quelle chance de n'être ni anonyme, ni épicière (E Arié) méritant qu'on vous rentre votre plainte dans la gorge.
    Si rien, en dehors du crime de 2 secondes, ne doit être posé sur la table, que mérite Césare Battisti ?
    http://www.marianne.net/Cesare-Battisti-le-vrai-visage-d-un-terroriste_a224026.html

    RépondreSupprimer
  43. En lisant les commentaires des soutiens du bijoutier, une chose saute aux yeux (dont ils ne sont peut-être pas conscients?) : la plupart d'entre eux sont des nostalgiques de la peine de mort, et estiment qu'il appartient au citoyen de rétablir (et de façon bien plus élargie...) ce que le législateur a supprimé; les arguments sont d'ailleurs les mêmes ("Que messieurs les assassins commencent!", Alphonse Karr).

    Un test simple, pour le vérifier: parmi ceux qui défendent le bijoutier, quels sont ceux qui sont satisfaits de l'abolition de la peine de mort? Il ne doit pas il y en avoir des masses, à mon avis.

    Une certaine vision de l'homme et de la société.

    RépondreSupprimer

  44. " Reste calme. Tout le monde s'en fout. Personne n'a lu ton commentaire." Jegoun

    Jegoun, je prends connaissance qu'il y a encore au moins un con pour me lire.

    Tu sais, mon blog (que j'ai arrêté par lucidité, je te conseille d'en faire autant) a été cité sur LCP lors d'une table ronde, fait l'objet d'un reportage sur France Inter de même que dans un magazine diffusé à cent mille exemplaires.
    Alors le journaliste raté, ton opinion...

    RépondreSupprimer
  45. Ramener les soutiens au bijoutier à une prise de position pour la peine de mort est aussi con que de ramener un réactionnaire au vote FN.
    Elie, désolé, mais la France n'est pas comme vous la pensez ou la décrivez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vus parle pas de la France- qui ne se réduit heureusement pas à des cliqueurs.

      D'ailleurs, tout est là:

      http://www.maitre-eolas.fr/

      Supprimer
  46. Ah non ! Pas Larbin Eolas ! Pas cette raclure de bidet gauchiste qui fourgue sa propagande frelatée en se drapant derrière le voile de l'impartialité juridique !

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.