lundi 23 mars 2015

Dimanche prochain, j'irai dans le Perche


Hier, dans le canton de Pacy-sur-Eure, la droite propre sur elle est passée dès le premier tour (avec un Front national à plus de trente pour cent : on voit ce qui restait pour la gauche, même en additionnant la vraie et la fausse…). Du coup, je crois que, dimanche prochain, j'irai me promener dans le Perche, où je suis attendu, sinon espéré. Et je tâcherai d'être rentré à temps pour contempler les résultats définitifs et ouïr les chants de triomphe que tous les partis ne manqueront pas d'entonner. Quel beau dimanche, ce va être là !

16 commentaires:

  1. Passez le bonjour à Stephane Bern.

    RépondreSupprimer
  2. Espérons que vous aurez beau temps. Ce qui sera sans doute le cas: il fait toujours plus beau après les élections qu'avant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La météorologie nationale semble optimiste sur ce point.

      Supprimer
  3. Vous m'étonnez beaucoup puisque Valls se targue que le PS a fait "un score honorable" !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est que M. Valls a négligé de venir haranguer les foules pacéennes !

      Supprimer
    2. Un premier ministre ne saurait s'adresser à des pacéens passéistes.

      Supprimer
    3. Il aurait pu le faire pour moi…

      Supprimer
  4. Je me demandais pourquoi je me sentais bien à Pacy-sur-Eure et à Ménilles... Maintenant je sais... ;)

    RépondreSupprimer
  5. Si vous passe du coté de Longny au perche, faites une halte à l église, elle esu aussi vieille et délabrée par endroits que magnifique, y a matière à de jolies photos pour madame.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais passer juste devant ! Et je dois avouer, à magrande et courte honte, que je n'ai jamais eu l'idée de m'arrêter là pour faire visite…

      Supprimer
    2. Il y a notamment une fort belle statue de saint Michel, si ma mémoire est bonne.

      Supprimer
    3. Non, je confonds, ce doit être à la Ferté-Vidame...

      Supprimer
  6. Et pourtant que la Mortagne est belle!
    Marie-France.

    RépondreSupprimer
  7. Je suis surprise que personne n'ai encore cité Emmanuel Bove et son chef'd'oeuvre sur cette période si troublée de la collaboration intitulé "Le piège".
    Je ne puis que conseiller à tous les avaleurs de pages par milliers de se ruer sur ce roman particulièrement surprenant.

    RépondreSupprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.