lundi 16 mars 2015

L'Honneur d'être français

Hélie Denoix de Saint-Marc, 1922 – 2013.

Il y a des Français plus grands que d'autres, qui semblent posséder une sorte de boussole intérieure leur indiquant en toute circonstance la voie de l'honneur ; celui-ci en était un. Je ne suis pas sûr que le fait d'avoir désormais sa rue à Béziers ajoute beaucoup à sa gloire et à sa vie exemplaire. Mais que cette même rue ne soit plus entachée d'une date, comme un quelconque en-tête de lettre, d'une date synonyme de renoncement et d'humiliation, voilà qui rend un peu moins pénible à supporter le climat d'abaissement et d'autoflagellation qui nous est imposé en partage.

35 commentaires:

  1. C'est exactement la réflexion que je me suis faite lorsque j'ai appris cette nouvelle. D'un autre côté, la république envoie ses vaisseaux participer à une commémoration de la bataille de Trafalgar, et omet d'envoyer ses troupes pour la reconstitution à l’occasion 200 ans de la bataille d'Austerlitz. Encore un petit effort et nous verrons des rues porter le nom de Fachoda, etc.
    Quant à Valls, sa sortie à propos de cet événement, et sur le commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, montre que c'est juste une petite ordure. Réduire cet homme à son engagement pour l'Algérie française, c'est juste une saloperie. Et encore, même pour ce dernier, il n'y a aucune raison de rougir. Cet homme, comme tant d'autres marqués par l'abandon des supplétifs Hmongs par la république, a juste refusé que la nation manque encore une fois à sa parole.

    RépondreSupprimer
  2. +1 ! La Socialie, et Valls en particulier, ont encore été en dessous de tout avec cette histoire bitteroise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dit, on pourrait critiquer la décision de Ménard dans sa deuxième partie, il me semble : ça ressemble plus à un "coup de promo" qu'autre chose.

      Supprimer
    2. Je n'en suis pas certain. Certes, Ménard est un bon communiquant, mais c'est aussi un homme qui est attaché à la France et qui a en horreur le masocchisme actuel qui pousse nos gouvernants à encenser nos défaites, cracher sur notre histoire et nos grands hommes, railler nos traditions. Si coup de promo il y a eu, c'est indéniablement celui de l'affiche informant la population que la police municipale va être armée. En revanche, lorsqu'il a rétabli la messe pour l'ouverture de la saison de corrida et la crèche de Noël à la mairie, il n'a fait que restaurer ce qui avait été mis à mal par les successifs maires de gauche et de droite.

      Supprimer
    3. ça ressemble plus à un "coup de promo" qu'autre chose.

      Peut-être. Mais on ne peut pas reprocher à nos élus de ne jamais rien faire, d'aller toujours sur la pente facile de la pensée unique, et les accuser de faire leur promo quand ils prennent cette dernière à rebrousse-poil.

      Supprimer
    4. Je ne reproche pas : je m'interroge. Reconnaissez que débaptiser 19 mars 1962 est une chose (que j'approuve chaudement) ; mais que la remplacer par Hélie de Saint-Marc en est une autre, qui ressemble à une petite provocation. Il aurait peut-être été moins "retentissant" mais plus judicieux de rendre à cette rue son ancien nom, tout simplement. Quitte à en baptiser une autre du nom de Saint-Marc, qui le mérite amplement. Enfin…

      Supprimer
    5. @ Didier Goux

      Il n'empêche : quand j'ai entendu Valls réduire Hélie Denoix de Saint-Marc à être un partisan de l'Algérie française et un adepte de la torture, ce qui m'a immédiatement sauté aux yeux c'est l'ignorance crasse de Valls, et je me suis dit : "Qu'est-ce qu'un naturalisé de fraîche date peut comprendre à cette douloureuse histoire !
      Je rencontré quelquefois Hélie Denoix de Saint-Marc dans le métro de Lyon, et à chaque fois j'ai été frappée par son air mélancolique et son regard si bleu perdu dans le vide, comme s'il portait encore sur ses épaules le déshonneur de son pays qui avait livré ses supplétifs à leurs assassins.

      Supprimer
    6. Didier, en fait, vous auriez voulu que Ménard ne se conduisit pas en Ménard, quoi...

      Supprimer
    7. Mais que diable alliez-vous faire dans le métro de Lyon ?

      Supprimer
    8. Suzanne : un peu moins, en tout cas.

      Supprimer
    9. Je partage le sentiment de Didier Goux : la remarquable personnalité d'Hélie de Saint-Marc méritait mieux que ce qui ressemble tout de même beaucoup à un "coup de com'" à la Ménard, pour qui toutes les occasions sont bonnes pour être sur la photo !

      Je rappelle au passage que ce grand soldat a été fait Grand-Croix de la Légion d'Honneur en 2011 sans que cela soulève la moindre polémique. Je me souviens aussi d'une émission d'Apostrophes en 1989 (il y présentait ses Mémoires) où tous les participants (y compris Olivier Todd et Jean-Claude Carrière, plutôt "de gauche") étaient respectueux et admiratifs devant la grande classe de cet homme.

      Supprimer
    10. Le trait de génie de Ménard, ce sont ses affiches, dignes d'un film de Clint Foretdeĺest. Un énorme flingue pour avertir les bandits de grand chemin qui s'aviseraient à ennuyer le badaud.
      Question com´, il percute le mec.

      Supprimer
  3. Qu'est-ce que vous avez contre Evian ? Vous préférez Vichy ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parler de Vichy à propos d'un résistant exemplaire comme Saint-Marc, vous ne pouviez pas tomber plus juste…

      Supprimer
    2. Sinon, connaissant mon amour de l'eau minérale, vous ne serez pas surpris que je renvoie ces deux marques dos à dos.

      Supprimer
    3. Nicolas, voilà un commentaire réflexe qui ne vous honore pas. Le commandant de Saint-Marc a passé deux ans à Buchenwald pour avoir fait partie de la résistance. Il était mourant lorsque le camp a été libéré, un des rares survivants de son convoi qui comptait plus de 1000 déportés.

      Supprimer
    4. Mais non, il faut prendre le premier degré pour ce qu'il est...

      Supprimer
    5. C'est le régime d'Evian votre truc...

      Supprimer
    6. C'est ce qu'on appelle une chance pour un blog : le commentateur aux commentaires irréfragables !

      Supprimer
  4. Ah merde, je croyais que vous alliez nous parler de l’infâme dérapage d'Ibrahimovic. Ça m’étonnait aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comptais évidemment le faire. Mais vous m'avez pris de vitesse…

      Supprimer
    2. C'est vrai que je fais beaucoup dans le café des sports en ce moment.
      Mais je sers plutôt des 13/14°...La région qui veut ça (c'est un peu bourrin dans tous les coins...Ça a son charme, parfois).

      Supprimer
  5. Ménard est un provocateur petits-bras.
    Il aurait du rebaptiser le Rond-Point François Mitterrand en Carrefour Cesare Battisti.
    Et attendre l'explosion.
    Ça, ça aurait de la gueule.

    RépondreSupprimer
  6. retrouvé l'hommage que Jean-Yves Le Drian avait fait lors du décès de de Saint Marc; à confronter à la connerie de Valls:

    https://pbs.twimg.com/media/CAJLo2PWMAA6wyg.jpg:large

    RépondreSupprimer
  7. C'est quand meme drole que les memes (degoche) qui acceptent qu'il y ait des quais François Mitterrand refusent qu'il y ait des rues Hélie Denoix de Saint-Marc.
    Pourtant, qui était le ministre de l'intérieur partisan de l'Algérie Française, qui était l'ami de collabos, et employé de Vichy lui meme ?

    Maintenant, Beziers a plus besoin d'attirer des entreprises que des polémiques, non ?

    RépondreSupprimer
  8. Je trouve toujours étonnant qu'on regrette les accord d'Evian. Nous en aurions 40 millions de plus s'ils n'avaient pas été signés...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "40 millions de quoi ?"

      De curistes ?

      Supprimer
    2. Je vous ai compris !

      Supprimer
  9. Que l'on partage ou non certains de ses engagements, Hélie de Saint Marc était un homme et un officier d'avant, quand la parole donnée signifiait quelque chose, quand elle engageait vraiment celui qui l'avait prononcée. Je l'ai découvert dans "Les feux du désespoir", le 4e volume de la guerre d'Algérie racontée avec brio par Yves Courrière. Ensuite, Laurent Beccaria, son petit-neveu et l'éditeur des Arènes m'a permis de savoir qui était cet officier atypique. J'ai lu ses livres de souvenirs et "Notre histoire (1922-1945)", le fruit d'échanges avec l'ex-tankiste August von Kageneck devenu après guerre correspondant à Paris et écrivain. Hélie de Saint Marc n'était pas un soldat perdu, au contraire. Homme intègre, ses engagements avaient un fil rouge, la fidélité à des valeurs qui font ricaner les petits nihilistes d'aujourd'hui: la patrie, le devoir, l'honneur, la fierté, la compétence, l'exigence de justice...

    PS: Collectionneur moi-même, je découvre qu'il possédait des figurines de légionnaires (Starlux ?) comme on le voit sur la photo, ce qui me le rend encore plus sympathique. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est d'accord. Ce pays est plein (Moi aussi) de couilles molles, maintenant. Heureusement qu'on a des djihadistes pour montrer que la France produit encore des vrais hommes.

      Supprimer
    2. De Suisse - je suis franco-suisse - où je réside, je ne retrouve plus la France dont j'aime l'histoire, les arts et quelques grands hommes dotés de cette furia francese qui permit au pays de ma mère d'être admiré, redouté ou au moins respecté. Avec des amis, on pense que la désagrégation a débuté durant les tragiques semaines de mai/juin 40, mais c'est peut-être trop simpliste et donc trop réducteur.

      Supprimer
    3. Si on s'en tient à l'histoire récente, oui. Mais la désagrégation a commencé avec la réforme, dont les fruits directs sont ces fameux philosophes dits des lumières qui accouchèrent de la révolution dite française. La suite n'est jamais qu'une lente descente au tombeau.

      Supprimer

Les commentaires anonymes seront systématiquement supprimés, quel que puisse être leur contenu, voire leur intérêt.